Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 566 fois
  • 133 J'aime
  • 8 Commentaires

Laureen au grand jour

Chapitre 9

La suite des vacances

Travesti / Trans

Après cette journée à la plage, nous ramenons Nina chez elle et l’on rentre à l’appartement. Nina m’a laissé le bikini string le temps de le passer à la machine et de lui rendre propre, c’est la moindre des choses. Elle nous annonce qu’elle part le soir même quelques jours chez ses parents dans le nord avant la reprise des cours.


Une fois chez nous, on file toutes les deux à la douche. Inévitablement je constate les dégâts... J’ai de belles traces de bronzage au niveau de mes "seins" mais aussi au niveau de mes fesses. Ces marques sont indélébiles sur ma peau. Comment vais-je faire dans les vestiaires ? Ou si l’on retourne à la plage prochainement ? Bref il est trop tard pour faire marche arrière maintenant, à vrai dire, cela m’excite un peu... Je me trouve plutôt sexy.


— Sandra, tu as les clés pour que j’enlève la cage ?

— Va te doucher avec pour le moment, je t’enlève ça en sortant.


Je me douche, c’est tellement agréable après la plage, entre le sable, les crèmes solaires ou encore la transpiration... J’apprécie vraiment ma douche mais sans cette cage, il est certain que je n’aurais pas résisté à me branler... Je me sèche et appelle Sandra :


— Je suis sorti, apporte-moi les clés chérie s’il te plaît.

— Attend elles ne sont plus dans le sac de plage !

— Comment ça elle n’y sont plus ? Pourquoi tu les as amenées à la page ? Et où sont-elles alors ?

— J’en sais rien, j’appelle Nina voir si elle ne les a pas pris par erreur.



— Allo Nina, c’est Sandra, t’aurais pas retrouvé une clé dans tes affaires par hasard ?

— ......

— Si, tu as vu ça dans ta sac ?

— ....

— T’es déjà à la gare ?

—....

— Non non, ce n’est pas important ça peut attendre samedi t’inquiète ma belle.

—....

— A samedi, bisous !


— Tu as entendu ? me dit-elle

— Oui, mais explique stp !!

— Alors bonne nouvelle, c’est Nina qui a les clés, elles sont chez elle.

— Et la mauvaise ?

— Elles sont chez elle.

— Et alors ?

— Bah elle, elle n’est plus chez elle... Elle est à la gare sur le point d’embarquer...

— Tu plaisantes ? Mais comment vais-je faire avec cette cage ? Et pour me... enfin pour qu’on couche ensemble ?

— Ça fait combien de temps qu’on a pas baisé ensemble, enfin que tu ne m’as pas baisé avec ta bite ?

— Bah quelques jours, mais... Enfin je ne peux pas éjaculer là...

— Tu ne prends même plus de plaisir avec ta bite depuis un moment, tu préfères prendre par derrière ma chérie ! Et d’ailleurs cette cage là peut-être portée plusieurs jours donc aucun problème !

— Non mais... Non, enfin j’ai besoin de ma bite...

— Tu en as besoin pour aller au toilette, et tu peux, donc arrête de faire ta pleureuse et va t’habiller !


Je n’avais pas le choix, Nina est partie, la clé est dans son appartement et ma bite est encagée. Je mis un string accompagné d’une petite robe légère verte. J’adore la sensation des strings, et je me demande même comment je vais pouvoir reporter des boxers tellement je suis bien en string. Et avec cette cage rose très girly, mes traits masculins ont disparu en quasi totalité... Je pense encore comme un homme pour certaines choses, mais pour d’autres je pense comme une femme : Comment je vais m’habiller demain ? Est-ce que mes chaussures sont accordées à mon haut ? Dois-je retoucher mon maquillage ? Allons-nous baiser ce soir, ou plutôt, vais-je me faire baiser ce soir ?


Le lendemain, après un réveil tout en douceur, plein de câlins avec ma chérie, elle me propose de faire un peu de sport. Depuis ma transition je n’ai pas couru, ou même été à la salle. Elle me propose donc une petite séance "booty cardio" à la salle.


— Euh, tu es sûre que je peux aller à la salle en femme ?

— Pourquoi tu ne pourrais pas ? T’étais en bikini string hier à la plage, et là tu ne sais pas si tu peux aller à la salle habillée ?

— Oui, enfin, je sais pas c’est nouveau pour moi.

— Allez dis pas de bêtise. Habille-toi, fait ton sac et on part !


Je mets donc un string de sport, une brassière, un jean et un petit pull blanc. Dans mon sac, je mets la tenue préconisée par Sandra : un legging mauve (assorti à ma brassière), un débardeur blanc et mes chaussures de running. Je prend également un string de rechange, une serviette. Sandra prend le gel douche et shampooing pour nous. Nous voilà en route pour une petite séance de sport, et j’en ai besoin pour me défouler un bon coup.


On se gare, entre à l’aide de notre carte d’adhérent respective et se dirige vers les vestiaires. Sandra doit me tirer dans les vestiaires femmes, vieille habitude d’aller à droite chez les hommes au lieu d’aller à gauche. Arrivé dans le vestiaire, je me retrouve au milieu de 5-6 filles, en sous vêtement, en serviette, en train de se changer... Je suis très mal à l’aise, même si ça aurait été un rêve de se retrouver là, il y a quelques jours lorsque que j’étais encore en homme. Je m’assoie et commence à enlever mon jean et mon pull, je suis en string soutif, comme Sandra, au milieu de toutes ces femmes. Mon sexe est quasiment invisible grâce à cette cage dont je suis prisonnier. J’enfile mon legging et ma brassière, range mes affaires dans mon sac et nous partageons un casier avec Sandra. Elle me dit :


— Garde les clés du casier, je pense que c’est plus sûr que ça soit toi qui gère !

— Je n’ai pas de poche aussi chérie, lui dis-je.

— Dans le soutif ça bougera pas ma belle ! Allez on y va.


Nous commençons notre séance par du squat comme toute bonne séance booty qui se respecte selon Sandra. J’ai l’habitude d’en faire de temps en temps, mais le fait d’être en femme modifie mes sensations. Je contracte davantage mes fesses, les regardent souvent, je me surprend même à poser comme si j’allais faire une photo. Sandra me guide dans la séance, on fait également du soulevé de terre "sumo", des fentes, et d’autres exercices avant de finir par 20 minutes de course à pied sur tapis.


Après cette séance de sport qui nous fait le plus grand bien, nous retournons au vestiaire afin de se doucher avant de se changer. Je me déshabille, puis me dirige vers l’une des cabines de douche, Sandra se place dans celle à côté. Je me mets nu puis commence ma douche. Je suis juste vêtu de ma cage de chasteté rose. Sandra me fait glisser le gel douche sous les parois de la cabine afin de je me lave également. Mais au moment où je pense qu’elle sort, elle me rejoint dans ma cabine, nu également, sa serviette et change à la main. Elle pose le tout au porte manteau et vient m’embrasser sous l’eau.


— Que fais-tu ? Ici tu es sûre ? Je lui demande inquiet.

— Touche mon cul Laureen !


Je viens prendre ses fesses dans mes mains et me rend compte qu’elle n’est pas si nue que ça. En effet, elle porte un plug anal.


— Depuis quand tu portes ça ??

— Je l’ai mis sous la douche il y a quelques minutes, tu aimes ?

— Oh oui j’adore même, et toi ?

— J’aime beaucoup aussi, mais ce que j’aime c’est partager.


Et là elle sort de sa serviette un second plug anal.


— Celui-ci est pour toi Laureen, me dit-elle en me montrant le plug.

— Ça vient d’où tout ça ?

— Il y avait d’autres surprises que la cage dans le colis de la dernière fois chérie.

— Et tu portes le même que celui-ci ?

— Presque, il y a trois tailles, j’ai le S en moi, et celui-là c’est le M.

— Pourquoi c’est moi qui ai le plus gros ???

— Parce que t’es une véritable chaudasse toi ma belle.


Et elle vient m’embrasser, puis me tourne de manière à ce que je sois dos à elle. Elle écarte mes jambes et me fait me pencher en avant, afin d’avoir un accès direct à mon cul. Elle m’enfonce un premier doigt, puis rapidement un second. Elle me baise ainsi quelques minutes toujours dans la cabine de douche. Au bout d’un certain temps, ses doigts sortent de mon petit trou, puis elle tente d’y entrer le plug. Il est plus gros que celui que j’ai mis le soir de la soirée entre fille au bar. Je sens que j’ai dû mal à l’accepter mais Sandra continue en prenant soin de ne pas forcer les choses. Ce plug prend petit à petit sa place dans mon cul jusqu’au moment où je sens mes fesses l’enfermer.


— Et voilà ma chérie, comme ça on est toutes les deux avec le cul plein.

— Tu es très excitée toi, comment ça se fait ?

— Je ne sais pas, ton petit cul dans ce legging peut-être !


Elle sort de ma cabine et retourne se sécher avant de s’habiller. Quant à moi, je reste dans la cabine pour me sécher, enfiler mon string de rechange qui vient bloquer mon plug et cacher ma cage. Je finis par mon soutien-gorge avant de sorti ainsi vêtu dans les vestiaires. Je termine de m’habiller avec mon jean et mon petit pull.


— On va manger dehors avant de rentrer Laureen ?

— Pourquoi pas, où veux-tu aller ?

— Allons au restaurant de sushi à côté, pas besoin de la voiture comme ça !

— Parfait, j’ai très faim en plus.

— Pourquoi tu es déjà bien rempli... me dis-t-elle avec un courire qui veut en dire beaucoup.


Heureusement les autres filles présentes n’écoutent pas, ou même ne comprennent pas l’allusion de Sandra. On sort, dépose nos sacs de sport dans le coffre de la voiture et se dirige vers le restaurant. Sur la route, je sens le plug dans mes fesses à chacun de mes pas, c’est même plus que ça, j’ai les fesses en feu et j’en veut plus, beaucoup plus. Est-ce que cela fait le même effet à Sandra ? Ça ne m’étonnerai pas, c’est elle qui est à l’origine de ce petit jeu d’ailleurs.


On mange, se lève et s’assois à plusieurs reprises pour se servir à manger. Le moment où nos fesses s’écrasent contre la chaise et fait pénétrer le plug au plus profond de nos fesses nous fait énormément d’effet. 


Alors que j’attend Sandra, je réalise que je suis encagé, le cul rempli d’un plug, en string, des marques de bronzage de bikini sur le corps, des vêtements féminins plein l’armoire, que je sais marcher aisément en talons hauts et j’en passe... Et je suis bien, j’aime cette vie, sexuellement ça n’a plus rien à voir avec nos débuts de relation mais c’est très puissant. Je commence même à ne plus vouloir revenir du tout en arrière. mais est-ce possible ? Comment va se passer le retour en cour ? Beaucoup de questions sans réponse, mais peu importe, je profite à fond de la vie que m’offre Sandra actuellement. 

Diffuse en direct !
Regarder son live