Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 638 fois
  • 111 J'aime
  • 7 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Laureen au grand jour

Chapitre 13

La baise à trois

Travesti / Trans

Petit rappel de ma situation : je me retrouve en chemin vers l’appartement de la meilleure copine de ma copine. Elles ont pour projet de me prendre le cul toutes les deux. Pour cela, Sandra m’a fait acheter une tenue adaptée à cette soirée, c’est à dire une guêpière/corset avec les bas et un string assorti. Mais aussi une mini robe rose très Barbie salope que personne n’oserait porter en public selon moi suite aux essayages. Pour couronner le tout, je porte depuis plusieurs heures un gros plug dans le cul ainsi que les talons hauts de 12,5 centimètres de Nina depuis hier. Enfin, ma tenue se compose d’un legging en cuir/latex très moulant, laissant facilement apparaitre mon string.


Sur la route pour se rentre chez Nina je suis de plus en plus inquiet. Même si je ne suis pas mal à l’aise de mon montrer en femme devant elle, sachant qu’elle m’a déjà vu en soirée, mais aussi en bikini string, je ne sais pas ce qui se prépare pour moi. Quand vais-je enfin libérer mon sexe de cette cage ? Vais-je baiser les deux filles ? Va-t-on uniquement rester chez Nina ? Plein de questions sans réponses possible...


En route, je demande tout de même à Sandra :


— Il est tôt encore, on va faire quoi jusqu’à ce soir ?

— Oh ma chérie, on a plein de petites choses à faire pour être prête, et la soirée risque d’être longue. Tu stresses ?

— Non pas du tout, mens-je, mais je ne sais absolument rien de ce que l’on fait, je suis curieux !

— Curieuse, parle de toi au féminin maintenant, t’as vu de quoi tu as l’air ? Plus d’une salope que d’un mec.

— Là dessus tu as raison... Je vais bientôt pouvoir retirer le plug d’ailleurs ? J’ai le cul en feu.

— On arrive bientôt tu auras des réponses ne t’en fais pas, conclut Sandra.


On se gare à côté de son appartement, puis l’on monte jusqu’à son étage, le 5ème. Évidemment Sandra nous fait prendre les escaliers, histoire que je subisse les marches en talons hauts. Devant la porte, Nina nous ouvre. Elle embrasse directement Sandra sur la bouche, je suis très surprise (j’essaye d’employer le féminin comme l’a dit Sandra), mais pas autant que quand elle m’embrasse également sur la bouche en me touchant le cul.


— Comment allez-vous les filles ? J’attends cette soirée depuis des jours, nous dit-elle.

— Super bien, Laureen aussi était pressée tu n’imagines pas !! répond Sandra à ma place.

— Euh, oui enfin non, enfin j’attends de voir ce que vous m’avez préparé les filles.

— Une soirée et une nuit inoubliable pour la petite salope que tu es, répond Nina fière d’elle. Bon les filles, on se prépare pour sortir afin de se mettre en forme pour ce soir, Laureen, tu mets ta robe rose !

— Pardon ? Celle que je viens d’acheter ? Mais c’est pas possible, elle est extrêmement vulgaire.

— Mais tu crois que tu n’es pas déjà vulgaire avec ton legging en latex, tes talons et ton plug dans le cul ? enchaîne Nina.

— Comment tu sais pour le plug ?

— T’es vraiment cruche ma belle, bon fais-toi belle et tais-toi.


On va dans la chambre de Nina pour se changer pour la soirée. Pour sortir j’ai la chance de pouvoir retirer le plug, en revanche, elle me conseille pour mon confort de garder la cage, qui laissera ma bite invisible. Nina s’habille d’une jupe colorée et très courte, ainsi que d’un body string blanc. Sandra emprunte une robe de Nina, qui la serre au niveau de la taille, mais très évasée ensuite. Pour ma part, je mets la robe rose achetée dans l’après midi. Une fois en tenue, alors que je rechausse mes escarpins (enfin ceux de Nina) celle-ci me stoppe.


— Ils sont pour moi ces talons-là, toi tu peux mettre ça à la place.


Et elle me tend une paire de bottes ou de cuissardes noires, avec un talon très haut et surtout super fin.


— Ce sont mes petites beautés que j’ai achetées pour le nouvel an, mais mon ex a refusé que je les porte, va comprendre.

— Je comprends parfaitement, c’est quoi ces chaussures, lui dis-je.

— Des bottes à talons aiguilles de 14 centimètres, tu verras, c’est pas beaucoup plus haut que mes escarpins chérie.


Anxieux, j’ai commencé à enfiler ces bottes, certes très belle mais terriblement sexy. Ce sont des bottes "chaussettes" qui collent à la peau et remontent juste sous le genou. Une fois mise je me lève pour tenter de marcher avec. L’équilibre est, contrairement à ce que m’avait dit Nina, bien différent de ses escarpins. Le talon est super fin ce qui rend la marche très compliquée, sans compter la hauteur encore plus importante. Je me regarde dans le miroir de sa chambre et me trouve à la fois très belle et à la fois sexy. Je ne suis pas si vulgaire que ce que je le pensais, ou alors j’aime les choses de plus en plus sexy.


On se dirige vers un bar d’ambiance à pied, la marche est douloureuse, mais j’apprécie de marcher en talons hauts. Ça me donne un sentiment de puissance et une démarche merveilleuse. Mes fesses sont libérées du plug, il ne me manque pas, mais je commençais à l’apprécier également.


Une fois au bar, on commande nos verres, enfin plusieurs verres. Nina décide de nous régaler, elle est régulièrement aidée financièrement par ses parents. L’alcool m’aide à me mettre de plus en plus à l’aise. La température entre nous finit par monter. Sandra et Nina ne se cachent pas pour s’embrasser l’une avec l’autre, puis Sandra m’embrasse à mon tour... Nous dansons même quelques minutes sur la piste. Beaucoup de monde nous regarde, certains doivent certainement nous désirer. Mais je n’y pense pas, je suis dans l’ambiance de mon trio infernal, et me laisse de plus en plus aller au fur et à mesure...


Lorsque l’on s’est bien amusé, on rentre chez Nina, toujours à pied. L’alcool et les talons aiguilles de 14 centimètres ne font pas le meilleur mélange, mais étant donné mon entraînement intensif de ces derniers jours, j’arrive à tenir le rythme des filles. On entre dans l’appartement en s’embrassant les unes les autres, on sent une réelle atmosphère érotique, voire même sexuelle entre nous.


— Mes chéries, maintenant que nous sommes bien chaudes toutes les trois, si nous passions aux choses sérieuses ? propose Nina.

— J’en meurs d’envie, répond Sandra, allons nous changer mes jolies.

— Je vous suis, dis-je, en me laissant guider par Sandra et Nina.


Sandra m’emmène dans la salle de bain de l’appartement, me demande de me déshabiller, puis de vêtir ma tenue achetée cet après midi. Elle me dit de mettre avec ça les talons qui se trouvent sous le meuble que Nina à préparer pour moi. Je ferme la porte me retrouvant seule. J’enlève la robe, les bottes, mon string et soutien-gorge. Une fois nue, enfin presque, j’ai toujours ma cage, je commence par mettre la guêpière. Mais rapidement j’ai besoin de quelqu’un pour la lasser dans mon dos.


— Chérie, j’ai besoin de toi pour la guêpière !

— Ah oui j’arrive toute suite Barbie !


Sandra me lasse, assez fort d’ailleurs la guêpière, qui a un gros effet corset, me faisant une taille très fine, et un cul plus imposant. J’enfile ensuite les bas et les attache, avant le string comme on me l’a conseillé. Je me trouve très sexy dans ma tenue. J’échange de perruque. Cela fait plusieurs jours que je ne me suis pas vu sans, cela me fait tout drôle. J’installe assez rapidement la nouvelle sur ma tête. Une longue et ondulée chevelure blonde prend alors place sur ma tête et mes épaules. J’ai du mal à me reconnaître moi-même. Le changement est radical. Par contre là je ressemble vraiment à une Barbie. Pour finir je récupère les talons roses laissés par Nina. C’est une paire très... Barbie à nouveau, les talons sont hauts évidemment, les ongles de pieds visibles, avec trois lanières permettant de les attacher aux pieds afin d’être sûr de ne pas les perdre.


Une fois prête, je rejoins Nina et Sandra dans le salon. La lumière est tamisée, les filles sont devant moi, debout, en tenue sexy également. Sandra est vêtue d’une tenue en latex rose, fesses apparentes, ses énormes seins bloqués dans un corset, prêts à exploser. Elle porte un porte-jarretelles et des bas en latex rose aussi, et pour finir une paire de bottes à talons hauts. Nina, est aussi vêtue d’une tenue en latex, mais noir, plus stricte. Elle a également un corset mais laissant ses seins libres pour le bonheur de mes yeux. Elle semble avoir le même modèle de porte-jarretelles mais noir que Sandra. Sa tenue se complète de ses escarpins de 12,5 centimètres. Enfin non, j’oublie une chose importante à leur tenue. Accroché à leur hanche, un énorme gode ceinture pend entre leur jambes. Un rose et un noir, tous deux de 25 centimètres minimum.


— Approche toi sissy, ce soir c’est ta soirée, dit Nina en me faisant le geste du doigt de venir.

— Ce soir, tu es à nous sissy, nous sommes tes maîtresses, tu as obligation d’obéir.

— Et tu n’as pas le choix, car si tu ne nous obéis pas, tu ne reverras jamais les clés de ta cage sissy ! renchérit Nina.


Je suis bloquée, complètement forcée de me soumettre à ces deux femmes. Je m’approche d’elle, et alors que je pensais les embrasser comme depuis le début de la soirée, elles me stoppent immédiatement :


— Tu n’as pas tout compris, tu es notre soumise, notre sissy, notre salope, notre pute ce soir. Ta bouche elle va servir à sucer nos godes ou nos chattes rien de plus.

— Maintenant à genoux et commence par montrer tes talents de suceuse à tes maîtresses.


Je m’agenouille, honteusement excitée par la situation et commence à prendre en main et en bouche le premier gode de Sandra, le rose. Je passe je ne sais pas combien de temps à sucer à tour de rôle ces énormes bites pendues à mon nez pour le plaisir de ces dames qui s’embrassent en même temps.


Lorsqu’elles ont estimé que j’ai bien sucé et humidifié leur gode, elle m’ordonnent de m’introduire le plug que j’ai porté toute la journée. Mais pour cela, je dois me positionner debout, enfin accroupi, sur mes talons. le plug lui est au sol. Je dois descendre en gardant l’équilibre jusqu’à ce que le plug soit complètement dans mon cul. Le pire, c’est que le plug, à peine couvert d’une goutte de lubrifiant mise par Nina, entre sans la moindre difficulté. J’ai alors le droit de me mettre debout, et de venir sucer le gode de Nina, sans plier les genoux et donc je dois mettre mes fesses pleines bien en évidence en arrière. Durant ma fellation, Sandra joue avec le plug, le faisant tourner, entrer et sortir.


Puis, Nina retire définitivement le plug pour venir y mettre son gode à l’entrée de mon cul. J’ai déjà pris des godes dans le cul, mais jamais avec un gode ceinture, ou la femme à la position d’enculeuse. C’est très humiliant, mais j’adore aussi cette sensation.


A tour de rôle je suce et me fais enculer par les godes ceintures de mes maitresses d’un soir. Pendant qu’elles me baisent, elles en profitent pour parler de moi :


— Putain mais tu as de la chance d’avoir une si grosse chienne chez toi Sandra, dis Nina.

— Tu sais elle ne savait pas que c’était une salope il y a quelques jours, et la voilà à quatre pattes, gode énorme dans le cul et la bouche.

— Tu sais que j’aime ça la bite Sandra, mais jamais j’ai pris si chère, encore moins dans le cul, regarde comment elle est ouverte. Ça glisse tout seul.

— Insulte-la, elle aime être prise comme une sissy qu’elle est !


Alors que je suce le gode de Nina, elle m’attrape par la mâchoire et me dit :


— T’aimes ça sucer et te faire enculer sissy ?

— Oooh oui j’aime ça Nina.


J’ai pris une énorme biffle avec son gode, puis elle m’a dit :


— Tu m’appelles maitresse exclusivement ce soir, salope, suce-moi profond pour te faire pardonner.


Et elle insère son gode ceinture au plus profond de ma gorge, tandis que Sandra continue de m’enculer.


Elle me baise comme ça, dans diverses positions pendant des heures, je n’ai plus aucune notion du temps. Arrive le moment où je sens comme une énergie monter en moi. A ce moment Nina est en train de m’enculer et je suis en train de lécher Sandra qui a retiré sa ceinture pour cela. Je commence à crier un peu, puis de plus en plus, et très fort, je ne me contrôle plus, c’est tellement bon :


— OOOH PUTAIN ENCORE VAS-Y S’IL TE PLAÎT ACCELÈRE, BAISE-MOI BAISE-MOI BAISE-MOI !!!!!!!!!


Je m’écroule, ma bite toujours dans sa cage dégouline de sperme sans même avoir pu bander... j’ai eu le plus gros et bel orgasme de ma vie. Ce moment de baise intensif est merveilleux, et j’adore être baisé comme une chienne par ces femmes....

Diffuse en direct !
Regarder son live