Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 9 404 fois
  • 15 J'aime
  • 0 Commentaire

Laurence

Chapitre 5

Zoophilie

227, j?ai tenu le compte, jour après jour des  ? hommes ? de ma femme.

227 hommes ont eu l?honneur de prendre ma femme.

Le jour où j?ai avoué à Laurence que je tenais cette ? comptabilité ?, elle m?a dit que j?étais fou, mais après réflexion, elle m?a demandé de continuer.

? Un jour, dit-elle, on s?en souviendra ... je t?aiderais à tenir les comptes ... ?

Les promesses de nos voisins ne tardèrent pas à s?avérer.

J?étais absent, pratiquement, toute la semaine, mais à mon retour, Laurence me racontait en détail ces relations sexuelles avec nos voisins.

Marc, lui venait tous les week end.

Jusqu?à fin avril 1985, se partagea entre nos voisins et Marc.

Nos voisins exigeaient d?elle qu?elle les reçoive à tout de rôle chaque nuit, dans son lit.

Quelques fois, ils exigeaient qu?elle aille chez eux, et ils la prenaient à deux.

Marc venait les week end.

Quelques fois, ils restaient à la maison. Souvent ils sortaient. Seuls ou avec les voisins.

Laurence me dit que les 3 compères avaient été les seuls amants. Sauf un. Mais elle refusait de me dire qui.

Ils mettaient l?accent sur la ? soumission ? de Laurence. Ils étaient complices et leur but était de faire de ma femme une femme ? disponible ?.

Une fois, ils accompagnèrent Laurence à Rome pour ses affaires.

Début mai, les beaux jours arrivèrent et comme toutes les femmes, Laurence abandonna ses vêtements d?hiver pour ceux d?été.

Un vendredi, j?arrivai vers 10 heures et je trouvai Laurence prête à sortir.

? Mon Amour, déjà là ? ?

? Oui, j?étais impatient ... et puis dans 2 jours tu auras 21 ans ?

? C?est bien, mon chéri, tu m?aimes ? ?

? Je n?aime que toi, et tu le sais bien ?

? Oui, je le sais, je sais que tu m?aimes parce que je suis une salope, une pute, sinon tu m?aimerais moins passionnément ?

? Sans doute as-tu raison ?

Nous savions tous les deux, que notre immense Amour était strictement basé sur nos relations ambiguës.

Je lui fis compliment sur sa tenue vestimentaire. Elle portait une extra mini jupe blanche et un t-shirt moulant rose, qui révélait sa poitrine nue.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

? Nos voisins m?ont dit qu?il fallait que, maintenant, je sois toujours ainsi. Mini sans culotte et pas de soutien gorge ?

? Mais, tu vas ameuter tout le quartier ?

? Je n?ai pas le choix, mon chéri, c?est notre pacte ... Tu viens avec moi, j?ai quelques courses à faire ? ?

? Avec plaisir ?

Nous sommes sortis. Le regard des passants, me mettait mal à l?aise, mais Laurence marchait fièrement.

Après le boucher, le boulanger, nous nous arrêtâmes chez l?épicier. Un arabe ( et oui déjà )

L?homme nous pria d?entrer.

? Alors Madame, que puis-je pour vous aujourd?hui ? ?

Elle lui tendit un bout de papier.

L?homme lu et s?affaira à la commande.

Puis il ouvrit une porte d?arrière boutique et nous invita à le suivre.

? Aujourd?hui il faut que je te nique la bouche ?

Laurence se mit à genoux, ouvrit la braguette de l?homme, en extirpa le sexe. Il apparut brun et gras. Laurence le prit en bouche et le suça avec vigueur. 2 minutes plus tard l?arabe éjaculait, les yeux fermés, dans sa bouche et Laurence avala le sperme.

Puis de retour dans le magasin, il y avait un couple de vieux qui attendait. Laurence paya ses courses et nous sortîmes du magasin.

? Tous les vendredis, il faut que j?aille chez l?épicier et des fois il me baise, des fois il m?encule et des fois, je le suce, sur ordre des voisins ?

? C?est donc lui, l?exception ? ?

? C?est lui, oui, il baise bien ?

De retour à l?appartement, nous avons trouvé la nounou qui était revenu de promenade avec notre fille.

J?adore les retrouvailles avec ma fille. Elle grandit et son teint est aussi blanc que celui de sa mère. Ses yeux sont bleus transparents. Blonde également, les cheveux sont toutefois bouclés, alors que ceux de Laurence sont raides.

Je ne pensais plus du tout à nos pérégrinations sexuelles ...

Pourtant vers 22 heures, Laurence s?apprêta. Je ne lui posais aucune question.

Toujours le même look de ? pute ?.

? Bonne nuit mon chéri ?

? Meilleure à toi ?

Elle sortit.

20 mn étaient passées elle revint, en larmes. Je la pris dans mes bras et tentai de la calmer.

Elle sanglotait.

Je lui servi un verre d?eau.

? Mon Amour, voyons, que ce passe-t-il, explique moi ? ?

? C?est trop pour moi, je ne peux pas ?

? Quoi donc, chérie ? ?

? Les voisins et Marc ... ?

? Eh bien ... quoi ... Marc est aussi chez les voisins ? ?

? Oui il m?avait donné rendez-vous chez eux ?

? Et quel est le problème ? ?

? Le problème ... c?est que Charles ... Charles, enfin voilà il y a 3 chiens ... des danois qu?il a dit ?

? Et ? ?

? Et, et ... et, tu ne comprends pas, il faut te faire un dessin ... ?

Je compris, sans comprendre ou ne voulu pas comprendre.

? Tu veux dire qu?ils, enfin qu?ils voudraient que tu ... toi et les chiens ??? ?

? C?est ça, tu as bien compris ?

Un grand silence nous enveloppa.

? Ils sont fous ... ou quoi ? ?

? J?en ai pas l?impression ?

? Excuses moi, chérie, es-tu sûre d?avoir bien compris, c?est tellement fou ... ?

? Ah ça, il n?y a pas de doute ... j?ai bien compris ... C?est Marc, lui-même qui a dit que Charles allait, ce soir, me faire découvrir d?autres horizons ... tu te rends compte ... Et Charles, ensuite à ajouté que je devais intégrer la ... zoophilie dans ma formation ?

? Oui, en effet, c?est clair. Et ensuite ? ?

? Ensuite, je suis restée là, sans bouger et je me suis mise à pleurer et j?ai couru vers la porte et je suis venue, ici, voilà c?est tout ?

? Bon écoute Laurence, oublie ça ... ils auront compris qu?il y a certaines limites à ne pas dépasser ... et on en reste là ?

? Oui, je crois que c?est mieux ?

Nous en étions là de nos discussions quand on sonna à la porte.

J?allais ouvrir en sachant bien qu?il s?agissait d?un des 3 compères.

C?était Marc.

? Bonsoir dit-il froidement. Je veux voir Laurence. ?

? Laurence est fatiguée, elle se repose ?

? Bon, alors, si tu le permets, je voudrais discuter avec toi, puis-je entrer ? ?

? Si c?est pour ce qui c?est passé chez nos voisins, ce n?est pas la peine, tu sais Marc ?

? Oui, mais je voudrais t?expliquer et en discuter avec toi et Laurence ?

? Laurence est très secouée et ne souhaite pas en parler ?

? Soit, alors entre nous ... ?

? Bon entre ?

Il entra, Laurence qui avait sûrement entendu notre conversation faisait semblant de dormir sur le Grand canapé.

Nous avons pris place dans les fauteuils du salon.

Marc, s?ingénia à s?excuser de la façon dont les choses s?étaient passées. Expliquant qu?il était resté sur les bonnes intentions de soumission de Laurence avec mon accord.

Etc ... Etc ...

? Mais, tout de même Marc, je suis d?accord sur la forme mais des chiens, enfin, tout de même ... ?

? D?abord, tu dois savoir que c?est bien plus courant que tu peux le croire ou l?imaginer, ensuite, personnellement, je ne vois pas ce qu?il y a de plus ? horrible ? que ce soit 3 chiens ou 30 hommes inconnus, dans le bois de Boulogne ?

? La preuve c?est que Laurence a été très choquée ?

? Oui, évidemment, nous avons négligé l?aspect éducation de Laurence. Mais je t?assure qu?elle doit essayer elle doit surmonter ses principes pour aboutir à sa parfaite sexualité. La soumission sexuelle d?une femme passe obligatoirement par l?acceptation de toute forme de sexualité, dont la zoophilie ?

? Ah non, sûrement pas ... Pas la scato, ni l?uro, ni le sm ... sûrement pas ?

? Les 2 premiers sont des extrêmes qui ne font appel qu?a des déviances non directement sexuelles, pas de pénétration et pas de sperme. L?autre, est plus subtil. Le coté brutalité du corps n?a pas de sens dans ma compréhension de la sexualité. Par contre la soumission est une forme de sm que je revendique.

Mais je constate que tu restes ouvert à la zoophilie ... ?

? Je n?ai rien dit de tel ?

? Mais tu ne l?as pas exclue comme le reste ... ?

? Parce que c?est le sujet de notre conversation ?

? Justement, continuons ... Donc, je t?affirme, Daniel, que cette pratique est bien plus courante que tu ne le penses. Je peux te le prouver, sans problème.

La jouissance que peut ressentir une femme à être prise par des chiens est un orgasme fantastique selon les dires de celles qui y ont goûté. J?ajoute que de façon cérébrale, pour elle c?est le nirvana. Et pour le mari .... Alors, là c?est le comble du cocu. Etre cocu par des chiens, tu te rends compte, quel cocu tu serais ... A condition que Laurence y trouve plaisir, mais ça j?en suis certain, imagine la avec une bite de chien dans sa chatte ... Tu imagines que ta femme puisse préférer un chien à toi ... Tu imagines comment tu te sentirais cocu ... ?

Je marquais un temps pour répondre. Je regardais Laurence qui ... dormait.

? Je ne sais pas ... c?est vrai que c?est ... tentant, mais même si ce que tu dis exacerbe ma cérébralité, je suis sûr que Laurence ne l?entend pas de cette oreille. ?

? Si tu lui disais, toi, que c?est pour la continuité de votre quête vers la sexualité de votre couple, peut-être qu?elle pourrait ... ?

? Je ne crois pas. Pourtant cette pensée m?obsède depuis quelques minutes. J?avoue que ce serait terrible de voir ma femme possédée pas des chiens. Je crois que nous serions allés très loin. Mais non, non, elle ne voudra jamais ?.

 ? C?est ce que tu veux, intervint Laurence ? ?

Surpris, Marc et moi, nous sommes regardés ...

? Heuuu, non, non, enfin ... je ne sais pas ... c?est toi ... moi, heu oui, pourquoi pas ... enfin ... écoute ... ?

? C?est ce que tu veux ... oui ou non ? ?

Marc parla à ma place.

? Oui, c?est ce que nous voulons, ton mari aussi ?

? Je veux l?entendre de sa bouche ?

? Alors, Daniel, dis-lui ... dis-lui que tu le veux ?

? J?aimerais bien, oui, pour voir, pour ... enfin oui je voudrais ?

Laurence se leva et sans un mot se déshabilla. Un fois complètement nue, elle dit :

? Allons y, puisque vous êtes tous impatients de me voir prise par les chiens, allons-y ?

Elle marcha devant nous ... nous la suivions, sans oser dire un seul mot. Elle sortit sur le palier et alla directement devant la porte des voisins et sonna.

C?est Philippe qui ouvrit la porte.

Elle entra et se dirigea vers une espèce de toile cirée circulaire posée à même le sol, dont le cercle était légèrement rond et surélevé d?environ 5 cm.

Je remarquais alors les 3 danois, couchés aux pieds de Charles.

3 Bêtes grandes et inquiétantes par leur taille.

Philippe nous fit signe de nous asseoir ...

? Allonge toi sur le dos, dit Charles à Laurence, lève tes genoux et écarte les cuisses ?

Puis, il dit : ? Ori, va mon chien, lèche. ?

L?animal, probablement, très bien dressé se redressa et alla directement à Laurence.

Il en fit le tour, doucement, sans se presser. Il flaira tout le corps de Laurence et s?attarda évidemment sur son entre jambe. Il flaira un moment et se mit à laper puis à lécher de son énorme langue. Il léchait comme s?il buvait dans un récipient. Nous entendions les flops de sa gueule et de sa langue.

Laurence gloussa et ondula du bassin, elle avait les yeux fermés. Ses mains se crispaient sur la toile.

Elle gloussa de plus en plus fort ... elle participait maintenant.

Etonnant ! Les 4 hommes qui regardaient la scène, Laurence joui d?un seul coup.

? Laurence, positionne toi à quatre pattes, dit Charles ?

Le chien continuait de laper Laurence sur tout le corps pendant qu?elle se plaçait.

Je remarquais à ce moment que les pattes du chien étaient recouvertes d?une bande noire. Sans doute pour éviter les griffures.

Il léchait maintenant les fesses de Laurence à grands coups de langue. D?un seul coup il devait lécher la chatte et le cul. Sa langue s?insinuait dans la raie des fesses.

? Venez, dit Philippe, avançons nous et plaçons nous aussi parterre pour mieux suivre la suite ?

Nous étions donc aux premières loges. En effet ainsi placé, je vis, sous la bête, le sexe sorti.

Il était long et d?une grosseur égale à celle d?un homme en érection. Rose foncé avec des reflets blancs. Brillant, il semblait mouillé. Ses testicules étaient également de proportion égale à celles d?un homme.

Charles ordonna : ? Ori ... monte ?

Alors le chien dont la hauteur était remarquable, s?avança, sans problème, au dessus de Laurence, qui tout de même, comprenant bien la chose, se baissa un peu.

L?animal était au-dessus du corps de Laurence, maintenant son sexe devait toucher le sien.

Son arrière train bougea de droite à gauche et de haut en bas. Il cherchait l?intromission.

Et il y parvint. D?un seul coup de rein, il pénétra dans Laurence qui poussa un ? Hoooooo ? de surprise et sans doute de plaisir.

Tout de suite le chien accouplé à  ? sa femelle ? commença son office et la baisa avec de rapides coups de reins. Le sexe de l?animal pistonnait le vagin de ma femme comme un métronome.

Laurence se mit à gémir aussitôt et à devenir hystérique de jouissance.

? Aie aie aie aie ... c?est terrible, c?est terrible, il me prend comme sa chienne, vous voyez, il me possède comme sa chienne, il grossit, je sens qu?il grossit encore et encore, il m?écarte, je suis pleine de lui. C?est pas vrai, c?est pas vrai ... je vais mourir .... Jamais, jamais connu ça ... Je suis sa chienne ... sa chienne ... ?

C?était vraiment grandiose de voir ma femme devenir la femelle de ce chien. Jamais je n?avais ressenti, aussi fort, ce plaisir pervers.

Ma si belle femme avilie de la sorte par cette possession animale me rendait fou d?excitation.

Tout à coup, le chien s?arrêta et Laurence et Laurence poussa un cri démentiel.

? Nooooonnnnnn, haaaaaaaaaaa, ?

Elle s?écroula de tout le haut de son corps. Le bas embroché par le sexe de l?animal demeurait dans sa position.

? J?ai senti son sperme déchargé .... Comme un torrent de foutre ... c?est trop fort, chaud et puissant. Quel plaisir, quelle jouissance. Je le sens en moi ?

? Je suis content que tu aies apprécié, Laurence, je le savais, dit Marc ?

Charles demanda à Laurence de rester ainsi quelques instant.

? Pourquoi il ne se retire pas, demanda Laurence ?

? Tu ne sens pas sa boule dans ton vagin ? ?

? Oh oui je la sens ?

? Il faut quelle diminue de grosseur et il se retirera ?

Enfin Charles se leva et alla donner une légère tape sur les fesses de l?animal.

? Ori c?est fini ?

L?animal de dégagea et parti.

Laurence s?écroula tendit qu?un flot de sperme coulait de sa chatte ouverte.

Nous prîmes quelques boissons et nous commentâmes la première expérience de zoophilie de ma femme.

Nous étions tous d?accord sur le fait qu?elle était vraiment à la hauteur de toutes les espérances.

Mais c?est Laurence qui posa la question la plus excitante ... pour tous.

? Alors Daniel, dis-nous comment tu as vécu cette expérience ?

? Vous ne pouvez pas imaginer .... C?est complètement cérébral ... voir ma femme, mon épouse, celle que j?aime, la mère de ma fille ... se donnait à un chien, la voir prise par cet animal qui la baise comme je ne l?ai jamais baisée ... Imaginer que cet animal en a fait sa femelle par sa possession et le sperme qu?il a déposé en elle, c?est pour moi, le mari cocu quelques chose que j?ai vécu avec une rare intensité ?

? Et pour toi, dit Philippe à Laurence ?

? Moi, mis à part l?extraordinaire et puissante jouissance physique, je rejoins tout à fait les sensations de Daniel. Je me suis vraiment sentie animale, la chienne du chien. Et j?ai aussi pensé à mon mari, à l?image que je devais lui renvoyer. La pire des épouses salope ne ferait pas ce que je viens de faire. ?

? Et ce n?est pas fini, dit Charles, retourne à ta place de chienne et met toi dans la même position ... de chienne ?

Dès qu?elle fut comme il l?avait indiqué, Charles appela :

? Max, allez ?

Un 2ème chien s?approcha de Laurence et comme le premier vint la sentir et la lécher. Pareil au premier il s?attarda sur son postérieur.

? Laurence, dès qu?il sera sur toi, tu guideras son sexe sur ton cul ?

? Non, non pas ça, il va me tuer ... ?

? Fais ce que je te dis, tu verras, ça se passera bien, fais moi confiance ?

Elle ne répondit pas.

? Max ... monte ?

Le chien se plaça de la même façon que son précédent congénère.

Laurence hésita puis chercha de sa main le sexe de l?animal. Elle le senti et retira rapidement da main ... Mais elle se ressaisit et l?attrapa enfin. Comme l?avait voulu Charles elle plaça le sexe sur son cul et le guida pendant que le chien s?efforçait de pénétrer dans un trou de femelle.

? Il est rentré, son bout est dedans ... je le maintiens ... il rentre, il s?enfonce, je vais le lâcher, ça y est il est en moi, il m?encule tout seul. Oh Daniel, Daniel ce chien m?encule, il encule ta femme ... ça de plait de voir ta femme enculée par un animal hein ? Je suis la pire des femmes et sa te fait bander ta petite queue de cocu ... Cocu par un chien, tu n?as pas honte ? Un chien encule ta femme ... je donne mon cul à un chien ?

Laurence était en transe cérébrale, elle ne savait plus son plaisir physique et cérébral. Elle jouissait autant que moi de cette situation.

Le chien, lui ne se posait pas tant de question. Il enculait le trou à sa disposition. Il besognait sa femelle à grands coups de queue rapides

J?étais dans un état second ...

? Lui aussi il grossit, il me fait sienne, j?appartiens à un chien qui prend mon cul de pute à chiens ... c?est trop bon, trop bon .... Je sens qu?il va gicler déjà, il grossit trop ... ?

Effectivement le chien stoppa net.

? Il crache son sperme dans mon cul ... je le sens il coule fort .... Daniel, Daniel, je jouis je jouis avec le chien .... Hhhhaaaaaaaaa ?

Comme avec le premier elle resta collée à lui quelques minutes.

Lorsque le chien se retira, je vis le cul de ma femme ouvert laissait s?écouler le sperme que l?animal avait déchargé.

? Bon, finissons l?expérience dit Charles ?

Il appela le dernier chien.

Laurence ? baignait ? dans le sperme qui coulait de ses deux trous. La toile ciré en était couverte.

? Rac ... allez ?

Le chien monta sur la toile cirée.

? Laurence mets toi toujours dans la même position, je vais guider moi-même ... Rac ?

Il guida le chien mais dans le sens contraire à Laurence.

Je compris ce dont il s?agissait. Le chien allait prendre la bouche de Laurence.

? Branle le un peu, prend le ta bouche et laisse le faire. ?

Au point où elle en était, Laurence se soumit et s?exécuta.

Pas écoeurée, elle branla le chien et le suça avec application comme s?il s?agissait de la bite d?un homme.

Le chien s?activa alors et baisa la bouche de ma femme.

Le sexe entrait dans cette bouche qu?il baisait avec frénésie.

Je vis mes trois compères se redresser et se déshabillaient.

Je voulu donc en faire autant mais Marc me dit que non.

Il bandaient tous les trois et se branlèrent en coeur.

Le chien continuer de se faire sucer par ma femme qui avait la bouche écartelée.

Une boule se forma.

? Laurence tiens lui le sexe avec ta main pour qu?il ne sorte pas de ta bouche, dit Charles ?

L?animal ne bougeait plus et Laurence manqua de s?étouffer quand le sperme du chien inonda sa bouche. Il en sortait de tous les cotés, le sperme coulait des lèvres de Laurence.

? Elle avale, elle avale, oui Laurence, avale le sperme du chien ... vous voyez bien qu?elle boit le sperme, regardez là déglutir ... cette salope. ?

En effet, il était évident que Laurence buvait le sperme du chien.

Les trois hommes jouirent en même temps de cette scène oh combien excitante d?une femme la dégustant le sperme d?un animal.

Laurence abandonna le chien qui regagna sa place. Elle s?essuya la bouche avec son avant bras. Elle se retourna et nous regarda :

? Alors, je ne me suis pas dégonflée, n?est-ce pas ?

? Tu as été parfaite dit Marc ... parfaite ?

? Nous recommencerons ... dit Charles ?

? Oui dit alors Philippe nous recommencerons mais c?est une autre surprise ?

? Avec plaisir dit Laurence, avec plaisir ?

  • 1
    Meli
    par Anonyme
Diffuse en direct !
Regarder son live