Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 14 338 fois
  • 33 J'aime
  • 5 Commentaires

Laurence

Chapitre 9

Avec plusieurs hommes

Le lundi 2 septembre 1985, je repris mon travail. Je laissais ma petite famille à la maison. Chose rare, pour le souligner.

Lorsque je rentrais le soir, je fus accueilli avec l?amour familial.

Après le repas, Laurence me glaça ....

Elle venait de me dire :

? Daniel, je pars demain ?

? Mais, nous venons d?arriver ... ?

? Oui, mais je par demain ?

? Puis-je savoir où ? ?

? Oui, je vais chez moi à Vincennes ?

? Et pour Laure ? ?

? Mais je l?emmène avec moi ?

? Pour combien de jours ? ?

? Pas jours, mais mois ?

? Mois ? ?

? Oui, plusieurs mois, sans doute ... ?

? Mais .... ?

? Pas de mais, Daniel, tu as promis d?obéir sans rien demander ?

? C?est terrible, Laurence, terrible ... ?

? Justement, tu verras à mon retour, nous aviserons ?

Je voulu m?approcher d?elle mais elle me repoussa tendrement.

? Mais, au moins, dis moi ce que tu vas faire ? ?

? As-tu déjà oublié les paroles de Cyril ? ?

Je me souvenais, en effet. Je ne pouvais que me résigner.

Elles sont parties me laissant à mes larmes.

Je n?ai plus eu de nouvelle durant 3 mois. Enfin, je reçu un fax de plusieurs pages, à la maison.

Il était de Cyril et disait, en résumé :

? Daniel, je viens te donner des nouvelles de Laurence. Nous vivons le parfait amour dans sa maison de Vincennes. Laure est adorable. Elle se porte très bien. Elle a retrouvé ses nounous. Je te tiens au courant de l?avancement de Laurence :

Chaque soir, elle du lundi au vendredi, je la prête à un ami arabe. Il habite près de ? Barbes ?

Il la prostitue. Elle n?est pas dans la rue, mais dans son appartement. Il est libre de l?utiliser comme il le veut. La seule condition, c?est que seulement des arabes la prennent.

Elle est très appréciée. Mon ami tient la comptabilité à ta place.

A ce jour, soit le 30 novembre 1985, il m?a dit qu?elle avait eu 589  ? clients ?.

Selon ses dires, c?est une bonne ? gagneuse ?, une pute sans pareil.

Ah, juste un détail .... Laurence est enceinte depuis 2 mois. Elle attend un enfant. Et comme moi, je me contente de me faire sucer et de l?enculer, il ne fait aucun doute qu?elle est enceinte d?un arabe. Elle est très heureuse et dit qu?elle continuera jusqu?au bout de sa grossesse car déjà les arabes sont fous d?elle et qu?ils aiment ça, baiser une femme enceinte.

Elle t?embrasse tendrement.

A bientôt.

Cyril ?

Je reçu un autre fax, le 3 janvier 1986.

? Daniel, voici encore des nouvelles. Laurence a continué sa prostitution chez mon ami arabe. Nous avons fêté Noël, en famille, à la maison. Une seule nouveauté, c?est que pour le réveillon du jour de l?an, elle a été la danseuse vedette dans un bar restaurant de ? la Goutte d?Or ?. Il parait qu?elle a eu beaucoup de succès et qu?elle a été prise par tous les hommes présents.

Mon ami me dit d?ajouter 228  ? clients ?. Il est fier de sa pute française.

Toutefois, ne t?inquiète pas outre mesure, mon ami sélectionne les hommes qui viennent baiser Laurence. Il m?assure qu?il veille à leur bonne hygiène.

D?ailleurs elle le confirme, mais elle veut absolument continuer, sans préservatif.

Mais elle a tout de même consenti à diminuer le nombre de ses clients.

Son ventre s?arrondi, vous aurez un beau bébé arabe.

Elle te fais un énorme bisous ... sur la joue dit-elle

Bye et à bientôt

Cyril ?

Après ce fax, je n?ai plus reçu de nouvelle jusqu?au 16 juin 1986. 5 mois sans nouvelle. Mes parents et ceux de Laurence souffraient à ma place de cette situation. Mais je les rassurais de mon mieux et Laurence leur téléphonait de temps en temps.

Donc, ce 16 juin 1986, je reçu une lettre accompagnée de 3 photos de Laurence, nue. Son ventre était gros et elle souriait, sur l?une d?elle. Sur une autre elle était agenouillée devant un homme et elle suçait sa bite. Sur la dernière, elle était en levrette et se faisait prendre par un homme. Impossible de savoir, s?il la baisait ou l?enculait.

La lettre disait :

? Salut Daniel, Laurence rentrera le 21 juin. Je te prie de bien tout préparer pour l?accueillir.

Elle a bien mérité. Depuis hier, elle a arrêté sa prostitution. Mon ami l?a ramenée car elle ne peut plus. Mais il m?a dit qu?elle avait bien assuré et qu?il avait refusé beaucoup de clients.

Néanmoins, il faut ajouter 612 clients.

Laurence est impatiente de te revoir car elle t?aime.

A bientôt

Cyril ?

Je pleurais de joie durant plusieurs minutes. Je téléphonais à mes parents et aux siens.

Plus tard, heureux, ma personnalité de mari cocu revint naturellement.

Je bandais et je me masturbais sur les 3 photos. Je jouis terriblement fort.

Puis je fis les comptes.

Lorsque Laurence était partie, nous en étions à 377 amants. J?additionnais :

377 + 589 + 228 + 612 = 1.806 hommes qui avaient possédé ma femme.

Je fis également vite la moyenne.

1.806 : (4 X 365) = 1,24 amant par jour depuis notre rencontre.

A mon avis, j?étais vraiment le mari le plus cocu de la terre.

Surtout qu?il faut ajouter 4 chiens et 3 chevaux.

Laurence avait donc atteint son but.

Lorsqu?elles arrivèrent, Laurence ma femme et Laure ma fille, je cru m?évanouir.

Je pleurais en me blottissant au creux de l?épaule de Laurence. Puis je ne lâchais ma fille.

Les heures sont passées.

Laurence était grosse, très grosse. Son ventre était rond.

Le soir elle me permit de venir dans son lit.

Nue, ses énormes seins me fascinaient. Elle me dit :

? Caresse mon ventre, chéri, caresse le ?

Je caressais ce ventre qui contenait un enfant de je ne sais qui.

? Tu vois, tu vas encore être le père d?un enfant que tu n?as pas fait ?

? Oui, mais tu es là, enfin, et il n?y a que ça qui compte ?

? Mais tu es heureux que j?ai encore un enfant d?un autre que toi ? ?

? Oui, très heureux ma chérie, très heureux mon Amour ?

? Je suis heureuse aussi. Et pour te le prouver, je vais te sucer, tu vas me baiser et m?enculer ?

Ce qu?elle fit, elle aspira ma queue, comme un aspirateur peut le faire, sa bouche était experte. Puis elle se mit à genoux et me dit de la sucer. Je regardais longuement son fessier, large. J?enfouis, mon visage et je léchais sa vulve ouverte.

N?y tenant plus, je la pénétrais. Mon sexe fut aspirait. Je glissais dans un gouffre béant.

Son vagin était trop élargi pour ma petite bite.

? Alors, ça fait quoi de baiser une pute ? ?

? Non, tu es ma femme ?

? Oui mais ta femme est une pute qui était à la disposition de centaines d?arabes ?

? C?est vrai, c?est vrai .... ?

Les étoiles, je voyais les étoiles ...

? Encule moi, maintenant ?

Je l?enculais. Je pénétrais dans son cul aussi facilement que dans sa chatte.

? Tu vois bien que je suis une pute ?

Comme la jouissance approchait je rentrais dans le jeu ...

? Oui, tu es une véritable pute, une prostituée et je suis ton mari cocu ?

? Cocu ? C?est peu dire ... j?ai appartenu à une armée d?arabes et je suis engrossée de l?un d?eux. J?étais le vide couilles des arabes de Barbes, ils m?ont enculée, baisée et j?ai bu leur sperme en quantité. ?

? Chérie, chérie, je vais jouir, c?est bon, ça vient ?

D?un coup, Laurence me fit sortir de son cul.

? Non, tu ne jouis pas en moi, un cocu c?est un cocu. Jouis dans ta main. ?

Je me branlais 5 secondes et je criais ma jouissance. Mon sperme fusa et s?écoula sur le lit.

? Tu vois Daniel, je n?ai pas jouis, alors qu?avec les arabes, je peux t?assurer que je jouissais, au moins, une fois avec chacun d?eux. Je t?aime, mais tu ne me fais plus jouir. ?

? Je le sais bien, je le sais bien ?

? Bon c?est ainsi, viens mon chéri, viens dormons ensemble ?

? Je suis le plus heureux de hommes ?

Le 2 juillet elle accouchait d?un beau bébé. Un garçon. Je dois avouer que je fus un peu rassuré de voir sa peau .... claire.

Laurence décida qu?il se prénommerait .... Akim.

Nous avons quitté la clinique.

Un jour alors que nous étions tous réunis chez mes parents, avec les parents de Laurence, elle manifestait beaucoup de tendresse à mon égard.

Toujours près de moi.

Dans le parc, autour de la table dressé, ? la ? famille était réunie.

Répondant à une question de son père, Laurence dit, en toute sérénité :

? Comme vous le savez, Daniel et moi sommes tout à fait en phase ... notre couple est très fort et nous nous aimons sincèrement. Notre vie ne regarde que nous. Vous savez tous qu?Akim est le fils d?un inconnu et que Daniel approuve et aime cette situation. Il n?y a aucun malaise entre nous. Mais il est le père. Et il l?aimera autant qu?il aime, Laure, car il m?aime et que nous nous aimons. Que faut-il vous dire de plus. Que pour répondre à ta question, papa, non je ne vais pas rester à Aubagne très longtemps .... J?ai encore à faire. Et je partirais dès que je serais mieux. ?

Elle avait parlé avec calme et cela mit fin à tout commentaire.

Elle me fit un bisou sur mes lèvres.

Tout le mois d?août fut consacré à la gymnastique, au sport en général et aux salons de massages et de beauté.

Longues minutes de natation à la mer.

Régime draconien.

Fin septembre, Laurence était la même qu?avant sa grossesse.

Elle réorganisa notre vie. Les nouvelles nounous, embauchées sur place. Laure fut admise en petite maternelle.

Nous avons vendu notre maison et en avons achetée une autre bien plus grande, avec piscine et 6 chambres.

L?une étant réservé à une nounou.

Nous avons engagé aussi du personnel de maison. Une cuisinière et une femme de ménage. Un jardinier.

Nous étions fin novembre 1986. Ce fut le moment que choisi Laurence pour inviter .... Cyril.

Il vint à la maison. Bien sûr, ils dormaient ensemble dans la chambre de Laurence. Ils étaient très joyeux de cette situation. Ils étaient attentifs toutefois à ne pas ? trop ? se montrer proche devant les enfants, enfin, devant Laure. Mais ils ne se cachaient en rien devant les adultes. Que ce soit les nounous, le facteur, les voisins chez nous ou dans le village, tous n?ignoraient plus rien de notre mode de vie et de ? l?amant ? de Madame X, qui vivait chez nous.

Nous avons passé la Noël chez nous et l?incongru de la situation ne nous permit pas d?inviter mes parents. ( Tout de même ... )

Le 28 décembre 1986, Laurence m?informa de leur départ ...

? Où vas-tu ? ?

? Nous partons à Vincennes ?

Ce ? Nous ? me faisait mal.

? Tu t?absentes longtemps ? ?

? Oui ?

? Et les enfants ? ?

? Cette fois, je pars sans eux, je le regrette, mais Laure étant déjà habituée, ici ... Pour Laurent, il vaut mieux qu?il soit, stable avec toi, car de mon coté, je vais beaucoup bouger ?

? Mais tu vas leur manquer ... ?

? Je sais, mais j?ai prévu de revenir régulièrement ?

Laure est partie avec Cyril.

Je me suis fais mon petit réveillon tout seul.

Comme promis, Laurence revint, seule, pour un week-end, fin janvier 1987.

Puis à nouveau fin février.

Fin mars, elle revint, à nouveau, mais cette fois avec Cyril.

Je remarquais immédiatement son état : Elle était enceinte. Encore enceinte.

C?est Cyril qui me le confirma, le soir.

? Daniel, tu as remarqué que Laurence est enceinte ? ?

? Oui, c?est évident. ?

? De deux mois déjà ?

? Et cette fois, qui est ... l?heureux inséminateur ? ?

? Tu ne le sauras que ... le moment venu, c?est Laurence qui le veut ainsi ?

? Ah, j?attendrais donc ?

Laurence était distante et parlait peu. Pourtant avec les enfants elle était très maternelle.

Les mois passèrent, ainsi, alternant les absences et les visites. Mais je ne revis Cyril que le dernier mois.

Ils revinrent ... le 18 septembre 1987.

Laurence était encore grosse jusqu?au cou. Son ventre était encore plus gros que les 2 fois précédentes. Elle était bien fatiguée. Pour la première fois, je la trouvais ... vieillie.

Mais elle me rassura. Elle se déclara en bonne santé. Mais simplement ... fatiguée.

Et, contre toute attente, elle se montra également très amoureuse de moi.

Elle en oubliait Cyril. Elle me tenait par la taille, se blottissant dans mes bras. M?invitant à caresser son ventre.

Nous avons passé toute la nuit éveillés.

Laurence demanda à Cyril de me rendre compte de mes 9 mois d?absence.

?? Comme tu le sais bien, Daniel, nous avons toujours eu un double objectif, n?est-ce pas .... Le premier étant que Laurence soit encore enceinte et l?autre que ton état de cocu augmente encore. Donc, dès le 31 décembre dernier, nous avons commencé notre quête.

J?ai organisé une soirée, chez vous, à Vincennes. Laurence était la bien sûr la seule femme et j?avais invité, par l?intermédiaire d?amis, des noirs d?un foyer à Paris. Sans qu?ils soient informés de la spécialité de la soirée. Ils arrivèrent à 20 heures. Ils étaient 23 noirs. Des Béninois, des Sénégalais, des Camerounais etc ...

J?avais pris la précaution de préciser qu?aucun ne devait être musulman.

Ils croyaient, en fait, à une bonne action de quelque association humanitaire.

Après les apéritifs et le repas l?ambiance était conviviale.

Après les 12 coups de minuit et les souhaits de bonne année, ils dansèrent sur des musiques africaines.

C?est le moment que choisi, Laurence, pour entrer ... dans la danse ... et elle dansa au milieu de tous ces noirs. Elle blanche au milieu des noirs. J?ai pris des photos que Laurence te montrera, si elle le souhaite.

Evidemment, les esprits et les corps s?échauffaient. Bientôt les plus entreprenants se collaient à Laurence. Les mains effleuraient sa croupe et ses seins. La tenue de soirée de Laurence se limitait à une jupe au dessus des genoux, fendue sur le coté, dévoilant sa cuisse gauche. Et à un bustier faisant saillir son opulente poitrine.

Bientôt l?un des noirs osa l?attirer à lui pour une ? salsa ? érotique. Il osa même l?embrasser, lui ouvrant la bouche et lui fourrant sa langue dans la sienne. Laurence répondit à son baiser avec fougue.

Ce fut le signal de l?orgie.

En moins de temps qu?il ne faut pour l?écrire elle était nue ...

Celui qui dansait avec elle la prit dans ses bras et voulu l?emporter mais il ne savait pas où. C?est Laurence qui le guida vers l?étage et vers la chambre.

J?arrêtais ... la meute qui voulait en faire autant en calmant les plus excités et leur promettant qu?il aurait leur part.

Je montais, alors, moi-même ... Déjà l?homme était nu. Son corps musclé luisait dans la pénombre et la lumière de l?abat jour.

Sa tête enfoui dans l?entre jambe de sa proie, il la léchait avec rage.

Il se relava et vint mettre sa queue devant la bouche de Laurence. Elle suça immédiatement cette belle colonne noire. La queue du noir était d?une grosseur qui ne fait pas mentir la rumeur sur les bites de africains.

Il la fit cesser, lui écarta les jambes largement et la pénétra doucement.

Laurence gémissait son bonheur. Le noir besognait le vagin de Laurence. Ils changèrent de position et il la prit en levrette à grands coups de bassin.

Je fis alors monter deux autres noirs.

Ils se mirent nus aussitôt. Sans attendre, ils se ruèrent sur le lit. L?un lui mit sa bite en bouche et l?autre se fit masturber et caresser les couilles.

Laurence jouissait fort, son plaisir était intense.

Celui qui la baisait lâcha enfin son sperme dans la matrice de Laurence.

Les deux autres purent aussi la prendre à leur tour. Les 3 noirs descendirent tous nus, leurs vêtements à la main. Ce fut des cris et des applaudissements.

Je demandais à Laurence comment elle allait.

? Très bien, j?ai l?habitude et ... ça ne fait que commencer, fait en monter d?autres, j?ai encore envie de me faire prendre ?

? Tu es toujours sûre de vouloir être enceinte d?un noir. ?

? Oui, plus que jamais ?

J?appelais 3 autres noirs.

Ils entrèrent dans la chambre, déjà nus.

Les 3 prirent Laurence, mais 2 l?enculèrent pleinement en éjaculant leur sperme dans son cul.

Puis ce fut la valse des trios noirs sur Laurence.

Vers 8 heures du matin, tous étaient passés sur en elle.

Les participants, étaient couchés ça et là, dans telle chambre, sur les canapés et à même les moquettes.

Laurence dormait, enchevêtrée au milieu des 3 derniers.

Bien plus tard, un à un je réveillais les africains et je les priais de quitter les lieux.

Voilà comment c?est passé le 1er de l?an de Laurence. ?

Après cela, Laurence a eu plusieurs rencontres, les une avec un noir, les autres avec plusieurs et chaque aventure était entrecoupée de pause de quelques jours. Mais tous les hommes qui ont baisée ta propre femme étaient noirs. Si tu vois ce que je veux dire ...

Donc certaines fois, Laurence avait un partenaire qui venait quelques jours à la maison et couchait avec elle comme mari et femme.

D?autres fois, ils étaient deux ou trois et cela durant aussi quelques jours.

Ceux-là, je c?est moi qui les recrutais ...

Puis nous sortions, en boite ou au cinéma porno.

Quelques fois, elle draguait dans la rue ou le métro.

Un fois nous sommes allée sur bois de Vincennes à quelques deux cents mètres de chez vous.

De ces rencontres disons individuelles, j?ai compté 72 africains qui l?ont prise de toute part.

Nous avons aussi fait un voyage, au Sénégal. Là ce fut fantastique. Elle m?a fait visité tes fournisseurs et partenaires d?ailleurs ....

Je crois que ça restera dans ma vie un grand souvenir.

A Dakar, dans certaines boite de nuit, elle se déchaînait et dansait à moitié nue.

Puis elle se laissait embarquer, toujours sous mon contrôle, par une dizaine de Sénégalais.

D?autres jours, c?était le défilé dans notre appart-hôtel, plusieurs noirs venaient la prendre sans discontinuer durant 3 ou 4 heures.

Une fois, nous avons été invité en brousse, sous la protection d?amis. Ce jour là, je ne sais pas d?où ils sortaient, mais Laurence n?en pouvait plus et c?est elle qui a dit stop.

Au cours de ce voyage qui a duré 12 jours, elle a eu 116 amants noirs.

Encore, j?avais organisé 3 week end dans 3 foyers de chantiers différents, en exigeant seulement des noirs.

A chaque week end, elle a été la pute blanche des noirs durant 2 jours et une nuit.

Certains la prenaient plusieurs fois, soit ... mais en tout, sur les 3 week end, 62 noirs ont possédé Laurence.

Sinon, il y a eu aussi une fois où Laurence a été prêtée à un Togolais durant une semaine.

Elle est restée chez lui, dans sa chambre et plusieurs de ses frères venaient en profiter ...

Il m?a dit que 37 amis étaient venus honorer MA femme.

Enfin, il y a 15 jours, avec son gros ventre, je l?ai placée dans un bar à Barbes. Chez un ami très sûr et dont je suis certains de l?hygiène et de la propreté.

Elle a fait la pute chez lui. Elle était installée au bar et lorsqu?un client en avait envie, elle montait avec lui.

Bien évidemment elle ne refusait rien, elle fut baisée, enculée et elle devait avaler le sperme de ses clients.

Le Patron du bar encaissé toutes les recettes. Mais elle était nourrie ... et logée ( sourire de Laurence )

Ainsi il a tenu savait exactement combien de passe, Laurence, a fait, soit 84.

Et voilà je te la ramène car elle est bientôt à terme.

Je ne te demande pas ce que tu en penses, car ça elle te le demandera, elle-même. ?

Cyril parti le soir même du 19 septembre 1987. Nous laissant à notre vie.

Evidemment, je ne me posais pas la question de savoir la couleur de l?enfant à naître ... Il ou elle serait noir.

Durant 3 jours, j?ai pris soins de MA Laurence et nous n?avons pas parlé de ... sa grossesse.

Puis un soir, alors que je la cajolais dans son lit, elle me dit :

? Alors combien ? ?

? Combien de quoi ? ?

? Où en somme nous de nos comptes d?amants, de mecs qui m?ont possédée et qui t?ont fait cocu ? ?

? Il suffit d?un simple addition : 1.806 + 394 = pile 2.200 amants et toujours, à ma connaissance 4 chiens et 3 chevaux. ?

? Eh bien, dit donc ... tant que ça ? ?

? Oui, absolument et donc en moyenne ça fait : 2.200 : 1915 = 1,15 amant par jour.

Tu as tenu ton projet, pour moi ?

? J?en suis très heureuse. ?

? Oui mais, tu sais, nous n?avons pas parlé de ta grossesse ... ?

? Oui c?est vrai, mais pour en dire quoi ? ?

? C?est un garçon ou une fille ? ?

? Une fille ?

? Et je suppose qu?elle sera ... noire ? ?

? Oui, noire, enfin sûrement café au lait ?

? Tu vas assumer ? ?

? Moi oui, absolument ... et toi ?

? Moi, je m?y suis préparé depuis longtemps, mais j?avoue avoir une certaine ... gêne ?

? C?est parfait, donc. Il faut que tu aies honte, pour apprécier ce cocufiage ... voyant ?

Laurence a accouché d?une jolie petite fille, bien noire.

Nos parents, après le premier émoi passé, s?en accommodèrent.

Bien sur les ragots du village arrivèrent à nos oreilles mais nous les ignorions.

D?autant qu?en définitive, nous étions souvent à Paris.

Nous sommes fier de nos enfants et de la réussite de notre couple.

Vers le début de 1988, nous avons entendu les premières alarmes concernant le HIV.

Bien sûr Laurence et moi nous nous sommes posés beaucoup de question.

Et depuis lors, Laurence est devenue une mère exemplaire.

Nous avons (presque) complètement cessé notre vie de complicité sexuelle pour vivre notre vie de couple et de parents.

Je sais bien que de temps en temps, elle cède à un caprice .... Mais plus rien n?est comme avant.

Les préservatifs sont devenus obligatoires ....

Nous avons été jusqu?où nous voulions.

Maintenant .... Nous vivons tranquilles et heureux.

Il nous reste nos ... souvenirs, quelques photos et les films.


En cadeau .... Voici Laurence en 1986 ?






FIN

Diffuse en direct !
Regarder son live