Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 26 019 fois
  • 86 J'aime
  • 9 Commentaires

Léa, Chloé, Marie, Mathilde et les autres…

Chapitre 4

Inceste

Au petit matin, je l’ai achevée en l’enculant tout en remplissant sa chatte avec mon plus gros gode que j’avais mis à la vitesse maximale. L’effet qu’elle me fit alors fut indicible tant elle enchaîna sur un nombre incalculable d’orgasmes jusqu’à s’abandonner à bout de forces entre mes bras lors de ma dernière éjaculation.

C’est couverte de sperme qu’elle se réveille vers midi. Elle vient me rejoindre à la piscine, séductrice, elle s’esclaffe :


— Alors là mon chéri on peut dire que je regrette de pas être tombé dans tes bras plus tôt. En moins d’un jour tu m’a fait atteindre des félicités que jamais je n’aurai pu imaginer il y a seulement un jour. Je croyais que ça n’existait que dans les films des hommes imaginatifs avec autant d’endurance et autant d’attentions envers leur compagne. Tu es vraiment une bombe. J’ai hâte de parler de toi à Chloé.

— Alors fais-le ! Qu’elle vienne ici ! Je vais mettre la caméra en fonction.

— Je ne te suffis pas ?

— Là n’est pas la question. J’ai seulement envie de la pervertir et d’en faire, avec ta complicité, une bonne petite salope.


Après un échange de texto Léa me dit que sa copine arrive. Je peux la voir entrer dans le salon sur mon écran d’ordinateur. Le moins que l’on puisse dire c’est que c’est une belle plante. D’autant que vu la façon dont elle est habillée, elle ne cache rien de ses appâts. Un short tellement mini qu’on peut voir son nombril et la raie de ses fesses, des jambes bien droites qu’on a envie de caresser, un chemisier noué devant qui révèle dans son décolleté deux beaux seins que j’aimerais croquer.

Son visage n’est pas aussi beau que celui de ma sœur mais ses lèvres ourlées sont une invite à une bonne pipe.

Elles vont s’asseoir dans le canapé. Léa est tout excitée. Chloé lui demande pourquoi ?


— Tu connais mon frère Tom ? Tu l’as vu une ou deux fois.

— Oui je me souviens. C’est lui qui t’a élevée depuis la mort de tes parents. Il a quinze de plus que toi.

— Oui. Je t’ai déjà raconté que je l’avais vu plusieurs fois nu dans la salle de bains et que depuis je rêvais qu’on faisait l’amour ensemble.

— Je t’ai même dit que c’était de l’inceste mais tu m’as confié que ça ne risquerait pas de se concrétiser car il ne montrait aucun signe d’attirance particulier pour toi. Vous êtes complices mais uniquement comme frère et sœur.

— Et bien figure-toi que depuis hier nous sommes amants.

— Tu veux dire que vous avez couché ensemble, avec ton frère ? C’est incroyable. Et c’était comment ? poursuit-elle d’un air curieux.

— Fantastique on a pas arrêté de faire l’amour. Il est insatiable. Tu te rends compte je croyais être frigide quand j’étais avec Hugo…

— Etais ?

— Oui j’ai rompu hier soir ! … et là depuis j’ai eu plus d’une cinquantaine d’orgasmes. Il m’a prise dans toutes les positions et dans tous les orifices possibles.

— Même dans le cul ?

— Oui et je l’ai même sucé après que sa bite soit sortie de mon anus. Il m’a transcendée. Je ne peux plus rien lui refuser.

— Oh tu me fais envie. J’aimerais bien être à ta place. Tiens, mets tes doigts, sens comme je mouille.

— C’est vrai ma petite salope de cop. Tu es trempée. Viens il faut que je te bouffe la chatte pour te libérer.


Léa s’exécute et ajoute :


— Tu aimerais que Tom te soumette toi aussi ? Finalement j’ai déjà ta réponse tellement ta fente ruisselle je me trompe ?

— Oui tu m’as excitée avec ton récit. Tu pourrais le partager avec moi ?

— Oui mais j’en garde l’exclusivité. Tu es sûre que tu feras tout ce qu’il te demande, il est très imaginatif ?

— Je ne sais pas. Faut voir.


C’est à ce moment précis que je fais mon apparition en les interpellant :


— Alors petite sœur tu n’as pas eu ta dose il faut que tu te gougnottes avec ta copine ? Et toi Chloé, je t’ai entendu, tu voudrais que je te fasse monter au plafond comme Léa ?


Chloé reste muette, sidérée par mon arrivée inattendue. « Euh… et bien… ». Je ne lui laisse pas le temps de réfléchir. Je dois la soumettre à mon emprise immédiatement.


— Lève-toi ! lui intimé-je.


Elle s’approche de moi, tétanisée. Je lui relève le menton, plonge mon regard perçant dans ses yeux bleus et je lui lance :


— Je vais te baiser maintenant. C’est ce que tu voulais, on est d’accord ? Alors touche mon entrejambe et sens comme je te désire déjà. Tu aimes ?


Chloé s’exécute et semble terrifiée par la dureté de mon vit.


— Tu n’exprimes rien ? Tu n’as jamais eu un copain avec une aussi grosse bite jusqu’à présent ? dis-je en me baissant pour plonger ma main dans sa chatte. Chatte trempée, bonne à baiser plaisanté-je encore.

— C’est bon ce que vous me faites. Vous êtes énorme vous allez me déchirer.

— Léa je t’ai déchirée ? Réponds-lui ma puce !

— Non Chloé tu vas voir comme c’est bon.


La mettre à poil n’est qu’une formalité rapide vu le peu de tissus qu’elle porte sur elle. Ses seins se dressent sous mon nez, fermes, les tétons bien érigés. Je la serre dans mes bras et j’approche mes lèvres des siennes. Je la galoche et elle répond immédiatement à mon baiser. Son haleine respire la menthe de son dentifrice. J’apprécie sa propreté. Je hais les femmes qui puent de la gueule. Je suis moi-même d’une hygiène exemplaire.


En deux temps, trois mouvements je me retrouve nu moi aussi, le sexe dressé contre son ventre. Je crois qu’elle ne se rend pas compte que je vais être très endurant compte-tenu des heures de baise intense que j’ai eu avec ma petite sœur.


Pour sa première fois je ne vais pas lui laisser un instant de répit. Il faut que je lui fasse la totale. Je vais lui démolir la chatte, lui éclater le cul et finir dans sa gorge.

Je l’emmène jusqu’à l’ilot centrale et je la penche en avant. Sans lui laisser le temps de réfléchir je la pénètre d’une seule poussée. C’est un « oh » de surprise qui répond à mon intromission sans faille. Je n’ai eu aucun problème tellement elle est trempée. Je suis face à la pendule de la cuisine. C’est ainsi que je peux vérifier que pendant plus de trois quarts-heure, par derrière, je vais pilonner sa cramouille, alternant les moments de douceur et la brutalité de la pénétration de mon mandrin.


Pour varier les plaisirs, je l’ai prise quelques minutes, de face, assise sur le plan de travail.

Pendant tout ce temps Chloé ne va pas arrêter de crier – elle a le plaisir sonore – suppliant que j’arrête puis me demandant de continuer. Elle réclame crument ma bite entre deux orgasmes. Elle est ballotée dans tous les sens. Je tire sur ses longs cheveux défaits pour accentuer la cambrure de ses reins. Ses fesses sont un appel au viol. Je n’ai jamais été aussi dur. Il est temps maintenant de l’enculer. Mes doigts récupèrent sa mouille pour lui enduite l’anus. Elle est tellement fatiguée par mes assauts qu’elle ne réagit même pas.


J’ajuste mon vit sur sa corolle plissée et je pousse sans aucune précaution car je veux la briser. Elle pousse un hurlement mais sans coup férir je le fais aller jusqu’aux couilles. Je la laisse respirer alors que les larmes emplissent ses yeux et pendant encore un bon quart d’heure je vais lui défoncer le fion. Ces cris de douleur vont vite être remplacés par des gémissements de bonheur. Je vais la faire jouir du cul trois fois. Elle me dit à chaque fois que je suis un baiseur de première. Ça flatte mon ego.


Je programme alors le troisième acte. Je l’entraîne vers le canapé ; elle me suit obéissante ; et je la fais coucher la tête pendante hors de l’accoudoir. Je fais signe à Léa pour qu’elle vienne lécher la chatte de sa copine pendant que je lui coïterai la bouche.


Chloé a une réaction de rejet quand mon sexe franchit ses lèvres. Elle ne manque pas de constater qu’il sort de son cul et qu’il sent la merde. Elle ne veut pas continuer. Je lui tords ses tétines. Sous la douleur elle ouvre sa mâchoire et je peux alors, à loisir, pénétrer jusqu’à sa luette. Elle hoquète, manque de vomir, mais je lui donne des indications pour qu’elle puisse m’accepter entièrement. Je peux alors, par de petits mouvements, jouir dans sa gorge et lui faire avaler de longs jets de mon sperme.


Je me retire, la fais relever et la prends dans mes bras. Je lui baise les lèvres. Elle répond violemment à mon baiser. Nos dents s’entrechoquent. Elle me serre fortement dans ses bars et s’abandonne en me confiant :


— Ta sœur ne m’a pas menti. Tu es un sacré amant. Jamais je n’avais été baisée comme ça. Tu es inépuisable. J’ai cru que j’allais mourir tant tu m’as fait jouir. J’ai tellement appris en si peu de temps.

— Alors tu veux qu’on continue ? Sache simplement qu’il te faudra franchir d’autres paliers. Ma sœur le sait déjà je suis très exigeant.

— Oh oui je ne suis pas rassasiée.

— Alors comme pour ma sœur, je dois te suffire. Donc à partir de maintenant tu deviens mon exclusivité et tu m’obéis. Plus de copains ; tu as pu constater qu’ils étaient nuls ; tous tes instants de loisirs tu les passeras ici. Tu as prévu quoi ce soir ?

— Rien je voulais savoir ce que Léa voulait faire.

— Alors ce sera « soirée pyjama » ! je lui lance avec ironie. Pyjama ? oui c’est un euphémisme car je vous veux nues dans mon lit cette nuit. On va bien s’amuser. Tu as quelqu’un à prévenir ?

— Ma sœur qui vient d’avoir dix-huit ans. Nos parents sont en vacances chez des amis.

— Elle est aussi jolie que toi ?

— Pourquoi tu me poses cette question ?

— Parce que je veux la pervertir comme je viens de le faire pour toi. Tu viens d’accepter de continuer notre liaison tu dois donc m’obéir. Je ne savais pas que tu avais une sœur plus jeune et comme j’aime la chair fraiche tu vas la faire venir ce soir.

— Mais elle est vierge.

— A son âge ?

— Oui elle voulait que celui qui allait prendre sa virginité soit doux avec elle.

— Alors tu vas lui vanter mes qualités et je te promets que ce soir elle va hurler de bonheur comme vous l’avez fait toutes les deux Léa et toi. Tu as cru ma sœur ?

— Oui et elle ne m’a pas trompée.

— Alors tu as jusqu’à ce soir pour la convaincre. Inutile de venir seule, on ne t’ouvrira pas. Avant que tu partes je vais t’en remettre un petit coup pour que tu n’oublies pas ce que tu pourrais rater.

— Tu es inépuisable !

— Allez viens. Suce-moi pour me faire grossir.


Elle se met alors à genoux et lèche mon vit depuis mes couilles jusqu’au gland qu’elle prend en bouche amoureusement.

Je la fais mettre à quatre pattes et c’est en levrette que je l’enconne. Deux, trois allers-retours et elle jouit encore une fois mais cet fois la pression de ses muscles internes fait que je l’accompagne dans cet orgasme final.

Elle se rhabille sans même se laver. Je le lui fais remarquer. Elle me rétorque que je l’ai tellement fait jouir qu’elle veut garder encore mon sperme en elle. Je lui flatte le cul et elle repart toute guillerette chez elle. J’ai hâte de faire connaissance de sa petite sœur. Je ne doute pas que Chloé va la convaincre. Elle est déjà trop accro.

Diffuse en direct !
Regarder son live