Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 25 596 fois
  • 210 J'aime
  • 5 Commentaires

Léa et Emilie, filles de deux pères célibataires

Chapitre 3

Hétéro

Je me réveille le lendemain un peu avant neuf heures, avec une irrésistible envie de fruits. Je me lève et me dirige en douceur vers la cuisine pour ne pas réveiller Thomas et fouille un peu partout pour rassembler un maximum de fruit. J’en découpe plusieurs et prépare une petite salade en déjeuner, plus un peu en rab pour Thomas, ça le changera de ses céréales natures sans aucun goût. En rallumant mon téléphone, je découvre que deux personnes m’ont envoyé des messages. D’abord Romain qui a insisté pour qu’on se revoie en envoyant une photo de sa queue, et Léa.



Je laisse de côté Romain et lis un par un les quatre messages de Léa, qui supplie de mettre un terme à ce week-end avec sa mère qui ne fait que tenter de la soudoyer en lui faisant plein de cadeaux. Cette garce a toujours fait ça depuis son divorce avec Thomas, comme elle gagne plus que lui, elle essaye d’acheter l’affection de sa fille. Et je suis même persuadée qu’elle fait ça parce qu’elle sait très bien que jamais Léa ne lui accordera son affection après qu’elle se soit barrée avec un autre homme alors que Thomas a toujours tout fait pour sa famille.


Bip Bip.

Et voilà, un nouveau rapport de Léa.


— Putain, elle est venue jusque dans mon lit avec un plateau chargé de pâtisseries et d’un autre cadeau. Elle commence sérieusement à me prendre la tête !

— Je t’avais prévenu de ne pas y aller.

— Arrête, je sais que tu as toujours raison, ne la ramène pas ! Tu vas faire quoi toi aujourd’hui ?

— Je vais rester chez moi, mon père est également parti tout le week-end, alors je vais en profiter.



Je préfère ne rien dire à Léa concernant son père. C’est juste un coup de fatigue et elle est déjà assez sous pression chez sa mère, qui serait capable de ne pas la ramener même si elle la suppliait.


— Oh toi, tu vas encore passer une nuit très courte ce soir !

— Et je compte bien profiter de chaque instant ma belle.

— Tu me raconteras quand je rentrerais, je dois me préparer pour aller camper… Du fun en perspective…

— Accroche-toi ma grande, et la prochaine fois écoutes moi.


Juste après avoir envoyé ce message, Thomas débarque dans le salon et s’assoit face au bol que j’ai déposée en face de moi.


— Salut Thomas, tu as bien dormi ?

— Oui, pas aussi bien depuis plusieurs mois.

— Ça se voit, tu as une bien meilleure tête qu’hier. Je te jure, on aurait dit un zombie tellement t’étais pâle.

— Je te remercie… Enfin, je crois. Et merci aussi pour la salade.

— Je t’en prie ça me fait plaisir. Quand tu auras fini de déjeuner, tu t’habilles et on va dans les magasins. Je vais me doucher.

— Est-ce que je vais avoir mon mot à dire durant ce week-end ?


Sans rien dire, je me lève de ma chaise, me plante droit devant lui avant de me pencher à quelques centimètres de son visage en arborant un sourire vicieux.


— Non, ce week-end, c’est moi qui commande.


Et je le laisse comme ça en me retournant en direction de la salle de bain. Sauf qu’en arrivant dans la pièce et en me regardant dans le miroir, je me décompose. Devant le miroir, je me rends compte que je suis simplement vêtu d’un débardeur assez large, sans soutien-gorge en dessous, et d’une culotte noire qui ne laisse que peu de place à l’imagination. Ce qui veut dire que quand je me suis penché… Thomas a vu une bonne partie de mes seins… Oh la conne !


Je me précipite sous la douche pour essayer de me remettre les idées en place. Putain, j’espère qu’il n’a pas cru que je tentais de le chauffer ! Il sait très bien que je suis du genre volage, et je ne lui ai même jamais caché, mais jamais je n’ai tenté quoi que ce soit. Je suis morte de honte, mais je dois me ressaisir et surtout allez m’excuser une fois que je serais habillée.


Une fois vêtue et coiffée, je sors presque à reculons de la salle de bain pour rejoindre Thomas, déjà prêt, dans le salon. Je m’apprête à ouvrir la bouche, mais je n’ai même pas le temps de dire un seul mot.


— Tu as des magasins en tête ou tu veux faire le tour des boutiques ?

— Euh… Non pas vraiment. Ça ne te gêne pas ?

— Pas du tout, ça me fera prendre l’air. On y va ?


J’acquiesce et nous prenons le tram pour nous rendre au centre-ville et nous déambulons de boutique en boutique pour me trouver des fringues, mais aussi un cadeau pour l’anniversaire de Léa. Je profite de chacun de mes essayages pour souffler un peu, car ma maladresse de la matinée a eu pour effet de légèrement me crisper. Pendant mes instants de répit, je tombe quand même sous le charme d’une belle robe noire dos nu, descendant jusqu’aux genoux et dont le décolleté plonge comme j’aime.


Sans que je ne m’en rende compte, il est déjà plus de treize heures et nous nous arrêtons dans un burger pour casser la croûte avant de reprendre.


— Ce soir, tu auras le droit à un vrai dîner, me promet Thomas.

— Ah oui ? Et tu comptes faire quoi ?

— Pourquoi me demandes-tu cela avec cette tête inquiète ?

— Peut-être parce que la dernière fois que tu as voulu nous faire un plat à Léa et moi, non a fini par commander.

— Ça va, ça remonte à deux ans, je me suis amélioré depuis.

— J’attends de voir.


Le reste de la journée se passe bien mieux, je commence enfin à me détendre et nous finissons notre avant-dernière boutique avec le cadeau de Léa en poche. J’ai toujours été assez complice avec Thomas, et cette après-midi avec lui est vraiment très sympa. Le plus important, je vois que lui aussi, il profite, il ne fait pas que m’accompagner, il regarde et me propose des choix pour des essayages.


— Il va falloir qu’on rentre si je veux tenir ma promesse, concernant le dîner.

— Avant cela, j’aurais besoin de passer… Là-bas.


Je lui désigne un magasin de lingerie et me laisse y aller seule, m’attendant dans la librairie juste à côté. Je sais parfaitement ce que je cherche : un soutif noir à dentelle, avec des petites broderies et une petite clé en argent entre les deux seins ; et une culotte assortie, avec une ouverture au niveau des fesses juste en dessous l’élastique. Je les essaie et ils mettent vraiment bien mon corps en valeur, notamment le soutif qui bombe légèrement ma poitrine bien ferme.


— Tu as trouvé ton bonheur ? Me demande Thomas une fois que je suis sortie du magasin.

— Ce sont surtout les mecs qui vont être heureux avec ça.

— J’imagine bien.

— Je pourrais te montrer si tu veux une fois rentrer.


Thomas ne répond pas et se contente de sourire l’air gêné en rougissant légèrement, et c’est quand je vois ses yeux se détourner de moi que je comprends le double sens de ce que j’ai dit… Emilie, il y a vraiment des fois où tu devrais fermer ta gueule…


Le chemin du retour se passe dans une certaine tension, du moins de mon côté, Thomas a le don de rester impassible quelle que soit la situation, sauf si cela concernait Léa ou Claire, sa mère. Dans la chambre de Léa, je pose mes achats et j’engouffre ma tête dans un oreiller. Deux fois, par deux fois aujourd’hui, je me suis ridiculisée devant Thomas, je voulais lui changer les idées ce week-end, bah, c’est réussi, il doit bien se foutre de moi. Je me demande comment me sortir de cette gêne quand il toque à la porte.


— Dis-moi Emilie, comme tu es bien calée en mode, tu pourrais me conseiller sur une chemise ?


Il me montre alors deux chemises bien différentes. L’une est noire avec deux petites bandes rouges qui s’étendent tout le long des manches et du col, alors que l’autre est vert foncé beaucoup plus simple.


— Je dirais la noire, elle s’accorde mieux avec tes yeux. Mais pourquoi tu me demandes ? Tu as prévu de sortir ce soir ?

— Non mais j’ai prévu un dîner ce soir avec une charmante demoiselle, je voudrais juste être présentable.

— Attends quoi ?

— Je vais tout préparer. Ne sors pas de la chambre, je ne veux pas que tu voies ce que je prépare, à tout à l’heure.


Il referme la porte en me laissant seule sans que je n’aie pu ajouter quoi que ce soit. Il me faut un moment avant de comprendre : Thomas a dû s’apercevoir de ma gêne et jouer le jeu pour me calmer. Et je dois bien avouer que cela marche, j’ai bien envie d’être au repas pour voir ça, et de jouer le jeu moi aussi. Mais je n’ai rien de particulier à me mettre… À part la robe achetée cette après-midi. Bon tant pis, c’est pour s’amuser après tout.


J’enfile donc la robe qui laisse nu la moitié supérieure de mon dos, et je relève un peu le décolleté pour pas que cela soit trop provoquant. Je coiffe ensuite mes cheveux pour qu’ils ondulent au niveau des boucles et je me permets d’emprunter l’eye-liner noir de Léa pour mettre mes yeux en valeur. Je termine en enfilant la culotte de l’ensemble en dentelle que j’ai acheté plus tôt. Oui, je sais, c’est le père de Léa, mais je ne compte pas me le faire, c’est juste un jeu.


Un peu plus d’une heure plus tard, le repas est prêt et j’entends Thomas m’appeler, j’arrive dans le salon en m’appuyant contre le mur et en le regardant droit dans les yeux. Il est bien vêtu de sa chemise noire et d’un jean bleu.


— Il paraît que tu as rendez-vous avec une charmante demoiselle ce soir ?

— Euh… Oui.


Aie, il en a perdu son sourire et me regarde de haut en bas. Je crois que j’y suis allé un peu fort.


— Mais on dirait bien qu’elle est en retard, dit-il après quelques secondes de silence. Je ne pense pas qu’elle viendra maintenant, tu m’aiderais pour manger ce que j’ai préparé ?

— Avec plaisir, ça serait dommage de gaspiller autant d’effort.


Thomas me tend la chaise et je m’assois à table, table qu’il a très bien dressée d’ailleurs. Il nous sert un joli magret de canard avec une jardinière de légumes qu’il a préparé lui-même ? Comment je le sais ? D’habitude, ça se sent quand il utilise du surgelé. Le repas se passe très bien (en plus d’être très bon), nous discutons d’abord de mes achats et du cadeau de Léa, puis de ce que je compte faire après le lycée (j’aimerais m’orienter vers le journalisme.).


En plein milieu du repas, Thomas se sert un verre de vin rouge et je lui tends alors le mien pour en profiter aussi.


— Tu es sûre ?

— Je suis majeure, et tu penses vraiment que j’ai attendu pour boire mon premier verre.

— Bien que tu n’aies pas tort, je ne crois pas que ce soit une bonne excuse. Allez vas-y pour un.


Mais nous ne nous sommes pas arrêtés à un, et nous avons vidé deux bouteilles au cours du repas, heureusement ce n’est pas la première fois que je bois, et j’encaisse plutôt bien. Cette consommation d’alcool a en revanche pour effet de nous désinhiber et nous finissons par parler de mes relations.


— Donc, pour le moment, tu ne veux pas te caser Emilie ?

— Non pas pour le moment, je vais sûrement beaucoup bouger pendant mes études, et les relations à distance… Disons que ce n’est pas mon truc.

— Oui, je sais. Ton truc, ce sont plutôt les relations rapprochées.

— Très rapprochées même. Et toi Thomas, tu ne veux pas te remettre avec quelqu’un depuis le temps ?

— Je ne sais pas, m’occuper du bonheur de Léa est ma plus grande priorité. Et puis je suis entré dans la deuxième moitié de la quarantaine, je ne pense pas que je plais encore.

— Et si tu te trompais ? Tu es gentil, attentionné, et tu t’es amélioré en cuisine. En plus, j’ai toujours trouvé que tu es un bel homme.


Oui, c’est vrai, Thomas est un bel homme et je lui ai déjà dit. Je me lève de ma chaise et vais l’enlacer dans le dos en lui lâchant un baiser dans le cou, puis un autre et encore un autre. Pour moi, ces baisers sont anodins, mais alors que je continue à lui en distribuer, je sens son corps se crisper et sa respiration s’accélérer.


— Tu mérites tellement d’être comblé Thomas, lui dis-je en rajoutant deux baisers.

— C’est gentil Emilie, mais… Il faudrait que tu arrêtes.

— Pourquoi ? Ne me dis pas que… Ton cou est une zone sensible ?

— Oui. Très sensible même…


Je ne sais pas si c’est à cause de l’alcool, de l’ambiance, ou de la journée que nous avons passée ensemble, mais je commence à sentir une certaine excitation envers Thomas. Qu’est-ce qui m’arrive ? Pourquoi ai-je soudainement envie de lui ? Ou alors, peut-être que j’ai toujours eu envie de lui, mais que je me voilais la face par respect pour ma meilleure amie ? Je dois en avoir le cœur net.


Sans tenir compte de ce que dit Thomas, je continue mes baisers, mais ose cette fois déposer mes lèvres de manière plus sensuelle, et je glisse même le bout de ma langue sur sa peau. L’effet ne se fait pas attendre et la peau de Thomas frissonne dans un léger sursaut de plaisir, mais ne me laisse pas indifférente non plus, je sens mon bas-ventre chauffer de plus en plus et je colle mes seins contre son dos.


— Arrête maintenant Emilie, si tu n’arrêtes pas…

— Quoi si je n’arrête pas ? Qu’est-ce que tu…


Je n’ai même pas le temps de finir ma phrase que Thomas se lève d’un coup et me plaque contre le mur, sa main juste au-dessus de mon sein gauche. Ses joues sont cramoisies, et je sens sa bite devenue dure frotter contre mon ventre. Son regard aussi a changé, il est devenu plus dur… Plus sauvage.


— Si tu recommences encore une fois, je ne réponds plus de rien.

— Pourquoi refouler tes désirs Thomas ? Tu vois bien qu’à force de les refouler, tu es devenu très sensible. Au bout de trois ou quatre petits baisers dans le cou, tu craques, alors laisse-toi aller.

— Pas tant que j’aurais encore un minimum de raison.

— Je vois.


Repoussant sa main de mon torse, je me jette littéralement au cou de Thomas pour y aller plus directement avec mes baisers. Il cherche un peu à me repousser, mais à chaque contact de mes lèvres sur sa peau, ses mains ne font que descendre plus bas pour finalement atteindre ma poitrine qu’il empoigne fermement sans se faire prier. Sa bite est vraiment très dure et elle vient maintenant frapper contre moi.


Il stoppe notre étreinte pour me tirer jusque dans sa chambre et me plaque de nouveau contre le mur, avec un regard… Un regard déterminé et plein d’envie comme j’en ai rarement vu.


— Ce n’est pas comme ça qu’une fille de ton âge est censée se comporter, dit-il en faisant tomber ma robe à mes pieds lui dévoilant mes seins et ma culotte noire.

— Alors montre moi comment un homme de ton âge punit les filles comme moi.


Mes mots sont sortis naturellement dans ma bouche, détruisant définitivement toute trace d’hésitation : je veux et je vais baiser avec Thomas.


Il me pousse alors sur le lit sans ménagement et vient m’embrasser. Ce n’est pas sensuel ou tendre, non, là, c’est purement bestial. Thomas est rattrapé par ses pulsions qu’il a contenues pendant toutes ces années. Elles se sont emparées de lui, et elles vont s’emparer de moi. Je détache les boutons de sa chemise et je sens son torse venir se frotter contre mes seins dont les tétons sont déjà bien tendus. Il délaisse ma bouche pour aller mordiller mes seins pendant que sa main vient fouiller ma culotte et découvre ma chatte épilée. Je ferme les yeux et profite de chacune de ses caresses.


Sa main vient sur mon sein gauche remplaçant sa langue qui descend, encore et encore, toujours plus bas vers mon entre-jambe. J’écarte immédiatement les cuisses pour le sentir me lécher la chatte en écartant la culotte déjà bien humide. Quand je lui demande de me la retirer, il ne se fait pas prier et jette sa tête sur mon entre-jambe pour ne pas en perdre une goutte. Hum ! Il n’a vraiment pas baisé depuis son divorce ? Non parce que pour quelqu’un qui n’a rien fait depuis douze ans, je le trouve très habile de sa langue !


Il ne perd pas de temps et glisse également deux doigts en moi qui me ramonent de tout leur long. Clairement, Thomas veut de la baise pure, et je compte bien lui en donner. C’est à mon tour de rompre l’étreinte, et j’inverse nos positions pour lui retirer son pantalon et entamer une belle branlette espagnole avec mes beaux seins.


— Je dois avouer avoir déjà imaginé tes seins dans mon esprit.

— Et sont-ils à la hauteur de ton imagination ?

— C’est mon imagination qui n’était pas à la hauteur de la réalité. Ils sont trop bons.

— Alors profites en bien mon cochon.


Je prends mes seins entre mes mains et le branle frénétiquement et sont rapidement recouverts de son liquide séminal… Que je m’empresse de venir avaler. Je prends son gland en bouche que je lèche du bout de la langue en avalant tout ce qu’il propose, de toute façon, je n’ai pas le choix, les mains de Thomas viennent juste de se poser sur ma tête et ne me laisse pas partir. Je m’empresse donc de prendre toute sa queue dans ma bouche et je le regarde droit dans les yeux. Voilà Thomas, là, tu peux voir qui je suis vraiment.


J’aurais bien voulu continuer ce traitement, mais il me force à quitter sa queue pour venir m’asseoir dessus.


— Ce n’est pas toi qui devais me punir ?

— Si, si tu veux l’orgasme, tu vas devoir venir le chercher toi-même.

— Parce que tu penses que c’est une punition pour moi.


Je fais d’abord glisser sa queue sur ma chatte bien humide avant de la faire rentrer de tout son long en moi. Hum putain que c’est bon ! Pourquoi ai-je tant hésité ? Si c’est aussi bon, c’est que ça ne peut pas être mauvais, et là en l’occurrence, c’est vraiment trop bon !


Pas le temps de faire dans la douceur, il veut baiser alors on va baiser ! Je secoue et ondule du bassin comme si je voulais en extraire jusqu’à la dernière goutte de son foutre, et je le regarde droit dans les yeux pendant que ses mains s’agrippent à mes seins. Il les presse, les pince, vient les lécher et les mordiller, il me fait clairement comprendre que je suis totalement à lui… Et j’adore ça ! Je gémis de plus en plus fort et contracte bien ma chatte autour de sa fantastique bite.


— Hum, baises moi Thomas, viens me baiser s’il te plaît !

— Tu veux vraiment que je te montre comment je baise ?


En guise de réponse, je viens m’allonger sur le dos et je lève haut mes jambes pour lui montrer ma chatte bien dilatée par sa queue. Il retourne alors s’y engouffrer aussitôt et impose son rythme. Et mon Dieu quel rythme ! Il ne va pas vite, mais il y va fort, chacun de ses coups de reins font trembler mon corps dans sa totalité, et je ne peux plus contenir mes cris de plaisir.


— Putain oui ! Vas-y prends moi, baise-moi ! Baise-moi !

— Emilie, je vais déjà jouir.

— Alors lâche-toi, lâches-toi et fais-moi encore crier avant de terminer ! Oui, comme ça, vas-y oui !


Je serre mes jambes autour de sa taille pour l’empêcher de s’échapper et le force à terminer en l’aidant de quelques ondulations de mon bassin. Quand il finit par jouir en moi, je crie dans tout l’appartement, jamais je n’aurais réussi à retenir ce violent cri de plaisir.


Après avoir terminé, Thomas vient d’allonger sur moi en posant sa tête entre mon cou et mes seins. Nous sommes tous les deux épuisés, en sueur et ma chatte dégouline de mouille et de sperme, mais nous restons ainsi nus dans les bras l’un de l’autre, et nous finissons par nous endormir.

Diffuse en direct !
Regarder son live