Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 32 325 fois
  • 161 J'aime
  • 8 Commentaires

Léa et son père

Chapitre 3

La décision

Inceste

Chapitre 3 : La décision


***


En arrivant dans sa chambre, Léa consulte l’heure. Il est 19h45. Elle n’a passé que 20 minutes au rez-de-chaussée alors qu’elle jurerait que plusieurs heures s’étaient écoulées tant l’intensité du moment était forte.


Sonnée, elle tombe assise sur le bord de lit et tente de remettre ses idées en ordre.


Il lui reste 2 heures et quinze minutes pour prendre ce qui pourrait être la décision la plus importante de sa courte vie.


Malgré le stress et l’anxiété, elle est toujours excitée. Que doit-elle faire ? Se laisser aller aux pulsions animales qui l’ont submergée toute la journée ou effacer tout cela de sa mémoire et revenir à ce qu’elle était hier... Simplement hier... Comment avait-elle pu se mettre dans une telle situation ? Comment sa vie avait-elle pu lui échapper en si peu de temps ? Son petit monde vacillait.


Jamais son père ne s’était dévoilé à elle ainsi. Sa froideur et sa détermination l’ont mise dans tous ses états. Elle doute désormais de sa vraie nature. L’esprit de Léa est emporté par un tourbillon de questions. Le connaît-elle si bien qu’elle le pense ? Que pourrait-il faire d’elle si elle acceptait de porter ce bijou ?


Son esprit scientifique lui permet toutefois rapidement de reprendre le dessus sur les émotions qui la submergent. Elle doit mettre à profit le temps imparti pour prendre une décision. Il lui faut rassembler le plus d’informations possible sur ce qui l’attend et il est hors de question, bien sûr, de questionner son père sur ses intentions. Seuls deux éléments lui sont accessibles : le contenu de la boîte posée sur ses genoux et le dossier personnel de son père encore ouvert à l’écran de son ordinateur de bureau.


Elle commence par l’exploration de la boîte. Elle en sort le contenu article par article. Les pose délicatement sur le lit. Celle-ci contient plusieurs nuisettes très sexy, des ensembles de lingerie, dont deux guêpières complétées de porte-jarretelles, de nombreux sex-toys de tailles différentes. Elle contient également un fouet, des menottes, des lanières, bracelets et colliers en cuir, un bâillon, un bandeau ainsi que plusieurs objets dont elle sait identifier l’usage. Elle extrait de la boîte deux paires de sandales à talons aiguille de plus de 10 centimètres avant de se saisir de l’ultime objet : la boîte à bijoux.


Elle l’ouvre lentement, avec cérémonie. Elle observe longuement le petit bracelet de cheville en or serti de 7 diamants. Elle est hypnotisée par sa signification, le regarde longuement comme s’il allait lui apporter la révélation recherchée. Elle pose finalement la boîte ouverte sur son bureau à côté du clavier de son ordinateur.


Il est déjà 20h00. Il lui reste peu de temps pour explorer les vidéos à sa disposition. Elle va devoir se contenter de courts extraits.


Elle clique au hasard sur un fichier vidéo et avance la barre du lecteur de quelques minutes. Sa mère chevauche la queue de son père en position d’amazone inversée. Elle s’empale par d’amples mouvements sur le chibre paternel qui parait plus imposant encore lorsqu’il est planté dans la chatte de Rachel. Son père fourre un pouce dans le cul de son épouse qui hurle de plaisir.


Sans s’en rendre compte, Léa recommence à se toucher.


Elle lance une nouvelle vidéo. Rachel est assise sur un fauteuil dans le coin de la pièce. Elle a les yeux bandés et ses mains semblent attachées dans son dos. Son père lui baise la bouche sans retenue, les mains agrippées sur ses joues. On voit la salive couler le long du menton de sa mère qui peine à reprendre sa respiration.


Léa sort ses doigts de sa chatte pour les coller dans sa bouche. Elle voudrait regarder chacune de ces vidéos en entier, mais elle ne le peut pas. Elle doit en savoir plus.


Elle se résigne à passer à la vidéo suivante. Elle y découvre Rachel allongée nue sur le dos, ne portant que ses talons aiguille. Ses jambes sont relevées, ses poignets et chevilles sont entourés de bracelets en cuir. Les bracelets de sa main droite sont reliés à celui de sa cheville droite par une courte chaîne métallique. Il en est de même du côté gauche. Cette contention force sa mère à maintenir une position largement ouverte. Ses fesses, posées sur un coussin, sont surélevées. Laurent s’approche d’elle. Il la lèche et l’effleure pendant de longues minutes. Se rapprochant régulièrement des zones érogènes de sa femme en évitant soigneusement de les toucher. Sa mère est en ébullition. Elle le supplie de lui faire du bien. Après de longues minutes de supplication, il pose enfin sa bouche sur la chatte détrempée de sa femme et pour la bouffer sans retenue, sauvagement. Il débute quasi simultanément une stimulation de la rondelle de Rachel.


Un doigt y pénètre, il est rapidement suivi d’une deuxième. Tandis qu’il lui aspire la chatte sans faiblir, ses doigts s’activent rapidement dans le fondement de sa femme qui grogne de plaisir. Il la retourne d’un geste sûr et rapide avec une facilité déconcertante pour la positionner à quatre pattes. Ainsi maintenue, les fesses de sa mère sont surélevées. Elle est totalement offerte. Laurent se concentre son petit œillet qu’il dévore de sa bouche alors que trois de ses doigts s’immiscent dans la chatte de son épouse. Après plusieurs minutes de ce traitement, Rachel n’est plus que jouissance. Tout en hurlant qu’elle n’en peut plus, elle supplie son mari de poursuivre. De la faire jouir encore et encore...


Léa a 3 doigts dans la chatte. Elle se branle avec vigueur. Elle s’embrase et ferme une nouvelle fois les yeux. Jamais elle ne s’est sentie aussi excitée... Elle jouit sans retenue.


Lorsqu’elle reprend ses esprits, elle constate que le décompte s’achève dans dix minutes. Elle doit se décider maintenant. Elle doit choisir ce qu’elle sera désormais pour son père. Sa fille ou sa chose.


A 21 heures précises, alors que Laurent termine la préparation du repas, Léa entre dans la cuisine. Le bruit des talons qu’elle porte alerte son père sur sa présence. Il se retourne et la détaille lentement.


Elle porte la petite nuisette rouge dont sa mère était vêtue dans la première vidéo qu’elle avait visionnée, la petite paire d’escarpins, rouge également, est dotée de talons aiguilles si vertigineux qu’elle peine à conserver son équilibre. Elle porte également à la cheville la petite chaîne en or.


Après un long moment, son père rompt enfin le silence :


— Je vois que ta décision est prise. Installe-toi sur ce tabouret de bar devant le plan de travail. Tu dois manger quelque chose.



Léa s’exécute. Elle se déplace lentement pour conserver son équilibre et prend place selon les indications.


Laurent s’approche d’elle, il donne quelques consignes supplémentaires.


— Croise les jambes et redresse-toi.



Elle corrige sa posture.


Son père leur sert un verre de vin blanc et dépose sur la table un plateau de toast. En l’invitant à se servir. Bien qu’elle n’ait rien mangé depuis le petit-déjeuner, elle n’a pas faim. Elle trempe les lèvres dans le verre de vin avant de manger deux toasts. Son père l’accompagne. Après quelques minutes, il se décide enfin à parler :


— Maintenant, je vais te donner les règles qui s’imposent désormais à toi. Tu vas les écouter attentivement et les retenir, car je déteste me répéter. Ce que tu portes à la cheville est le symbole de ta servitude. Lorsque tu le portes, tu es mienne. Tu le porteras du vendredi 19h au dimanche à minuit. Pour ne pas compromettre tes études, je t’autorise à t’en séparer durant la semaine. Compris ?



Léa opine du chef.


— En toute circonstance, tu seras totalement épilée, et propre. Tes ongles de pied ou de main seront toujours soignés et vernis. Lorsque tu portes ce bijou, je décide de tout ce qui te concerne, des vêtements que tu portes, ce que tu manges ou bois, de qui tu peux voir et ce que tu peux faire ou ne pas faire. Me suis-je fait comprendre ?

— Oui.

— Oui MONSIEUR. Ne commets plus cette erreur si tu ne veux pas être sanctionnée.

— Oui Monsieur.

— Bien, il est désormais l’heure de te faire apprendre de tes erreurs. Descends de ce tabouret, pose tes bras et tes seins sur le plan de travail. Présente-moi tes fesses.


Léa opine du chef et prend, un peu tendue, la position prescrite. Elle sent la large main de son père lui caresser le bas du dos puis descendre sur ses fesses à travers sa nuisette. Un frisson parcourt son corps dès ce premier contact. Lentement, il remonte la nuisette de sa fille et découvre le petit string rouge mettant parfaitement en valeur son magnifique cul. Il lui masse lentement les globes fessiers. Les caresses sont fermes. Léa se sent fondre de ce contact qu’elle a attendu toute la journée. Elle sent sa chatte s’humidifier. Tout en poursuivant ses caresses, Laurent l’interroge :


— Te masturbes-tu régulièrement ?

— Oui.



Une violente fessée s’abat sur sa fesse. Sous l’effet de la surprise que la douleur, Léa se redresse et pousse un petit cri.


— Oui, Monsieur, Pardon.



Une seconde fessée s’abat, plus violente que la précédente.


— Pardon, Monsieur,



as-tu déjà sucé un homme ?


— Non, Monsieur, mon petit ami voulait que je le suce, mais je n’ai jamais accepté de le faire, Monsieur.

— Pourquoi as-tu refusé ?

— Je trouvais dégoutant l’idée de prendre une bite en bouche, Monsieur.

— Tout à l’heure, tu disais pourtant vouloir me sucer.

— J’ai eu envie de sucer votre membre lorsque j’ai vu cette vidéo, Monsieur.

— Ta chatte a-t-elle déjà été possédée par une queue ?

— Oui, Monsieur.

— T’es-tu déjà fait enculer ?

— Non, Monsieur.

— Prends-tu la pilule ?

— Oui, Monsieur.



L’interrogatoire semble terminé. Un long moment de silence s’installe avant que son père ne reprenne :


— Tu as commis une énorme erreur aujourd’hui en fouillant ma vie privée. Je vais donc te punir. Tu recevras 10 fessées. Tu devras compter chacune d’elle à haute voix.

— Oui, Monsieur,



Laurent débute la punition, il prend son temps.


— 1, 2, 3...


Les fesses de Léa Rougissent sous l’effet des coups portés.


— 4, 5, 6, 7...


Léa agite sa croupe comme pour dissiper l’effet de la chaleur dégagée par ses fesses.


— 8, 9, 10


Léa gémit à chacun des coups sous l’effet de la douleur, à la limite du supportable, et de son état d’excitation ne l’est plus du tout.


Laurent reprend un massage circulaire des globes fessiers. Léa se détend. C’est à ce moment que pour la deuxième fois de la soirée, il lui parle de sa mère :

— Rachel était comme toi. Elle n’avait jamais sucé un homme avant de me rencontrer. A sa première tentative, j’ai compris qu’elle avait un don inné pour cette pratique. Je veux vérifier si tu as hérité de ce don. Va dans ta salle de bain t’hydrater les fesses et rejoins-moi dans ma chambre.

Diffuse en direct !
Regarder son live