Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 26 364 fois
  • 117 J'aime
  • 2 Commentaires

Leçon d'exhibition

Chapitre 1

Voyeur / Exhibition
117
5

L’histoire que je vais vous raconter s’est réellement déroulée telle que décrite. Rien n’a été ajouté par mes fantasmes ou souvenirs enjolivés.

Je vis depuis quelques années avec Béatrice, avec qui nous partageons les mêmes goûts et désirs. Avec elle, nous aimons participer à des jeux de voyeurisme / exhibition durant lesquels elle aime se vêtir de manière sexy et aguichante. Cependant, elle reprouve et a toujours refusé de s’exhiber devant quelqu’un d’autre que moi et garde aussi une certaine retenue. Béatrice travaillant le samedi alors que je suis de repos, je me retrouve souvent seul avec sa soeur Sylvie. Habitant en province, elle vient souvent passer le week-end sur Paris chez nous. Béatrice et Sylvie se ressemblent beaucoup physiquement, à savoir 1 m 65, châtains (cheveux mi-courts pour Sylvie, longs pour Béatrice), petite poitrine mais magnifiques jambes et fesses très cambrées.

Ce jour là, j’allais donc chercher Sylvie au train le samedi matin. Je voyais tout de suite qu’elle avait l’air soucieuse. Durant tout le trajet, elle ne dit pas un mot et ce n’est qu’arrivés à la maison qu’elle éclatait en sanglot et me raconta son histoire. Elle avait rencontré un homme quelques mois auparavant et était sorti avec lui pendant plusieurs semaines mais celui-ci s’était avéré être un joueur invétéré et très volage. Leur relation avait donc brusquement pris fin. Auparavant, il avait réussi à connaître le code de sa carte bleue. Avec, il avait dépensé des sommes folles à droite et à gauche. Lorsque Sylvie s’en était aperçue, le mal était fait et ses comptes étaient à sec. Ne voulant avouer sa faiblesse a personne, elle n’en avait rien dit, pensant régler l’histoire elle-même. Seulement son salaire de postière ne lui permettait pas de refaire surface et elle n’avait put payer son loyer les deux derniers mois. Elle était donc menacée d’expulsion et devait à tout prix trouver pas loin de 1500 euros pour s’en sortir. Après une longue réflexion, je lui proposais donc de lui prêter cet argent. A l’annonce de cette nouvelle, elle redevint aussitôt radieuse et me sautait au coup en me remerciant. Elle me dit que jamais elle ne me remercierait assez mais qu’elle craignait la réaction de sa soeur et aurait aimé qu’elle ne soit pas au courant. Elle me dit alors :

’ Je t’en supplie, ne lui dis rien, je te serais vraiment très très reconnaissante ’.

Connaissant le caractère dépensier de Sylvie, j’avais bien peur de ne jamais revoir cette somme. De plus, devant une telle avalanche de remerciements, il me vient une idée, je lui dis alors :

’ Tu sais, c’est un sacré sacrifice que tu me demande, et de plus cela m’embête vraiment de cacher une telle transaction a Béatrice ’

’ Je t’en prie, fais ça pour moi et tu pourras me demander ce que tu veux ’

’ Ce que je veux, attention ’, lui dis-je ’ ...Je pourrais te prendre au jeu ’

’ Non, non ce que tu veux, je t’assure ’ me dit-elle avec un grand sourire coquin.

’ OK, alors je suis prêt à te prêter cette somme, que tu me rendras dés que tu le pourras, selon tes possibilités mais en contrepartie, tu devras te plier à mes exigences durant un mois complet ’

’ Qu’entends-tu par exigences ? ’

’ Tu le verras au fur et à mesure mais tu ne devras pas protester. Soit, tu acceptes le contrat dans son intégralité, soit tu le refuse mais ce n’est pas négociable ’

Comme je la voyais dubitative, j’ajoutai :

’ Tu sais que j’aime ta soeur et que je ne souhaite pas la tromper avec toi ! ’.

’ D’accord me dit-elle, j’accepte. ! ’

Je lui fit donc un chèque séance tenante et le contrat put alors débuter.

’ Durant ce mois, je désire te voir tous les week-end, tu passeras ainsi tout le samedi avec moi et tu te plieras à mes exigences. Pour commencer, c’est dorénavant moi qui choisirai ta tenue vestimentaire.

Elle défit son sac, dedans ne se trouvaient que des affaires classiques mi-saison (nous étions à la fin du printemps. )

’ Bon, je vais déjà te choisir ta tenue pour la semaine prochaine, pour celle-ci nous allons faire avec les moyens du bord ’

Sylvie se retrouvait donc avec une robe longue en jeans et des sandales à cordes hautes. Nous sommes alors partis déjeuner à l’extérieur. Arrivée à la brasserie je lui demande alors de se diriger vers les toilettes et de revenir avec son soutien gorge et sa culotte, non pas sur elle mais dans son sac. A ma demande, elle devient toute rouge, réprime une remarque puis part vers les toilettes. Lorsqu’elle revient, je la sens toute gênée, je lui demande de me donner ce que j’avais demandé, elle fouille alors dans son sac et me sort ce que j’avais demandé. J’enfile ses sous-vêtements dans la poche de mon pantalon, la savoir dans cette posture me rend vraiment particulièrement excité. Durant le repas, la conversation continue comme si de rien n’était. Au dessert, je lui demande l’effet que cela lui fait.

’ Je ne pensai pas que cela pouvait être si agréable, mais la sensation est ...amusante ’, dit-elle avec un sourire coquin.

’ Montre-moi que tu as bien tout enlevé ’ lui dis-je.

’ Mais tu l’as bien vu ’

’ Oui mais je veux m’en rendre compte par moi-même ’, je me baisse alors, comme pour ramasser quelque chose, ses jambes sont légèrement ouvertes mais pas suffisamment.

’ Il va falloir que tu m’en montre plus que ça !’, elle ouvre alors plus franchement ses jambes, mon regard glisse le long de ses mollets, de ses cuisses pour rencontrer sa toison à l’air libre. Dés que je me relève, elle referme rapidement ses cuisses en buvant son café et en évitant son regard.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Rentrés à la maison, je lui donne les instructions pour le week-end suivant, elle devra porter toujours une robe en jean, mais celle-ci est plus courte (mi-cuisses) et boutonnée tout le long. Mais avant toute chose, je lui dis qu’elle ne peut laisser son minou dans cet état.

’ Quel état ?’ Me répond-elle ingénument.

’ Avec toute cette toison autour, il ne se sent pas suffisamment libre, nous allons remédier à cela, passe dans la salle de bain et déshabille-toi entièrement.

Je la rejoins donc, son corps encore suffisamment bronzé et elle a juste ce qu’il faut de rondeur, c’est la première fois que la voie dans cette tenue et elle est vraiment très séduisante. Je lui demande de rentrer dans la baignoire et sort mon matériel de rasage. S’attendant à ce que je vais faire, elle écarte légèrement les jambes en restant debout. Je la badigeonne alors de mousse puis commence à la raser, elle ne dit mot bien que mes mains en profitent parfois pour s’attarder plus que voulu sur son intimité. Je m’attache à parfaire le travail au plus prêt pour que son sexe soit vraiment le plus glabre possible. Le résultat me convient parfaitement, son sexe est lisse comme un miroir, sa fente se dessine merveilleusement sur ce corps, les lèvres se devine même légèrement humides, prête à être ouverte.

’ Tu devras garder cette coupe durant tout ce mois ’ lui dis-je, ’ ce sera d’ailleurs tout pour aujourd’hui, la seule chose que je te demande, c’est de garder la même tenue que tout à l’heure toute la soirée, y compris lorsque nous mangerons ensemble avec ta soeur.

Le soir venu, nous dînons à la maison après le retour de Béatrice. Durant le repas, je fais tomber ma serviette par terre et me baisse alors pour la ramasser. Je tourne alors mon regard vers les jambes de Sylvie qui comprenant mon désir, ouvre grand les jambes pour me laisser admirer le travail de cette après midi. Son sexe m’apparaît alors un peu plus ouvert que cette après-midi, y prendrait-elle goût.

La proximité de mon amie m’émoustille et cette relation cachée m’excite au plus haut point.

Cette nuit là, j’ai fait l’amour a Béatrice en prolongeant au maximum les caresses de sorte qu’elle ne puisse s’empêcher de crier durant l’acte. Elle essayait de retenir ses cris par pudeur pour sa soeur mais je voulais au contraire qu’elle entende tout et cela m’existait encore plus.

La semaine suivante, Sylvie arrive par le train de 7 h 12 à la gare de Lyon, voyant qu’elle a respecté mes préconisations en matière vestimentaire, je lui propose d’aller prendre un café dans une brasserie. Le beau temps aidant, la majeure partie des clients sont en terrasse ou près de la fenêtre. Nous nous dirigeons au contraire au fond de la salle, là où nous sommes plus tranquilles.

Une fois la commande prise, je demande à Sylvie de bien vouloir aller aux toilettes me ramener la même chose que la semaine précédente, elle s’exécute sans rechigner. A son retour je la sens plus détendue que la première fois, elle doit s’habituer à cette situation, cela lui procure peut être même un certain plaisir. Je lui demande d’ailleurs si cela l’excite

’ Un peu !’ me dis-t-elle

’ Montre-moi !’

’ Comment veut-tu que je te le montre ? ’

Je me penche vers elle et lui glisse à l’oreille :

’ Glisse un doigt au fond de toi et montre-moi ensuite s’il est mouillé ou non ’

Elle se lève, pour se diriger vers les toilettes, je suppose. Je lui demande de s’asseoir de nouveau immédiatement

’ Fait-le ici ’

’ Bien ’ dit-elle tout en passant la main sous la table. Je la vois alors se contorsionner puis au bout d’un moment, elle ressort sa main et ma la tends. J’hume son doigt (c’est l’auriculaire qu’elle a fait pénétrer), je sens sa cyprine, il est légèrement gluant, elle doit commencer à mouiller. Je commence me dire que ce petit jeu que je considérais comme égoïste ne l’est peut-être pas tant que çà. Je sens que la journée va être plus mouvementée que la dernière fois.

Durant toute cette journée, nous nous sommes donc promenés dans les rues de Paris. De temps en temps, je lui demandais de me montrer sa chatte, elle s’exécutait à chaque fois, au détour d’une porte cochère. J’aurais aimé aller plus loin mais je préfère attendre la semaine suivante qu’elle ait le temps de se faire à l’idée. En effet, le lendemain, en la raccompagnant au train, je lui glisse à l’oreille

’ Prépare-toi car la semaine prochaine sera bien plus torride ! ’.

En effet, la semaine suivante, Béatrice travaille tard le soir et ne rentre que dans la nuit, je vais donc pouvoir profiter de Sylvie toute la journée.

Dés le matin nous recommençons notre petit jeu du doigt dans un café parisien. Aujourd’hui elle a revêtu la tenue demandée, à savoir une minijupe blanche moulante qui tranche avec son teint bronzé et un petit chemisier pourpre légèrement décolleté et fermé avec des boutons devant.

A la sortie du café, nous nous baladons dans les rues de Paris en attendant que la porte d’un immeuble s’ouvre. Nous pénétrons alors dans un immeuble inconnu et prenons l’ascenseur. une fois à l’intérieur je dis à Sylvie :

’ Maintenant, c’est moi qui vais voir si tu mouille ’

Je glisse ma main entre ses jambes, elle les maintient légèrement ouvertes, mon majeur rencontre alors sa fente, elle est légèrement ouverte et surtout entièrement trempée. Mon majeur n’a aucun mal à s’enfoncer dans son intimité. De plus, elle a correctement suivi mes recommandations puisque sa peau est entièrement lisse. Je ressors alors mon majeur et rentre avec deux doigts, j’ai l’impression d’être dans du beurre tellement la résistance est faible. Arrivé à l’étage, nous sortons de l’ascenseur, je lui dis alors que nous allons descendre les escaliers (il y a six étages) et qu’à chaque pallier, elle devra remonter un peu plus sa jupe.

Au sixième étage, sa jupe arrive à mi-cuisse, aux étages suivants, elle l’a remonté un peu et ce n’est qu’arrivé au troisième que la situation devient intéressante. A ce moment là, sa jupe s’arrête juste sous les fesses, elle ne peut donc pas la remonter beaucoup mais là, dés qu’elle descend, on peut voir ses fesses, voire sa fente mouillée. Au second, elle remonte encore un peu et là, nous entendons que quelqu’un est en train de monter l’escalier, Sylvie veut alors redescendre sa jupe mais je l’en empêche et nous continuons notre descente. C’est un jeune couple qui monte avec un enfant, le regard de l’homme est littéralement scotché sur les jambes de Sylvie alors que sa femme me lance un regard glacial. Nous nous arrêtons au premier, Sylvie est rouge comme une pivoine, elle s’arrête.

’ Il reste encore un étage ’ lui dis-je.

Après une courte hésitation, elle remonte encore un peu le tissu. Cette fois, la limite tissu / peau se fait à mi-fesses, autant dire que son sexe est complètement à l’air libre, elle tremble sur ses jambes et la descente du dernier étage se fait vraiment très lentement. Je me dirige vers elle et réajuste sa jupe juste en dessous des fesses afin d’avoir une tenue décente dans la rue.

Nous nous promenons alors tranquillement pendant un petit moment dans la rue jusqu’à ce que nous nous arrêtions devant un magasin de chaussure. Là, je vois alors une paire de chaussure blanche en cuir à lacets montants autour du mollet.

’ Elles te plaisent ?’

’ Oui !’

’ Et bien allons les essayer !’

Sylvie a juste le temps de dire ’ Mais... ’ et je l’attire à l’intérieur du magasin.

Nous demandons alors a une des vendeuses s’il est possible d’essayer la paire de chaussures choisie. La vendeuse ramène la paire dans la taille choisie. Sylvie commence à essayer de nouer les lacets mais rencontre quelques problèmes, la vendeuse s’agenouille alors devant elle. Sylvie serre les jambes au maximum mais la vendeuse à besoin d’accéder au mollet pour faire les lacets, elle doit donc ouvrir un peu les jambes . La vendeuse jette un léger coup d’oeil en haut des cuisses, elle ne peut ne pas avoir vu que Sylvie ne portait pas de culotte. Je reste fixé sur le regard de la vendeuse, ses pommettes ont rosi mais elle continuera à jeter plusieurs coups d’oeil sur l’intimité de Sylvie durant la séance d’essayage. En fin de compte, nous achetons les chaussures et Sylvie les garde aux pieds, la vendeuse nous raccompagne à la porte, Son attitude ne me permet pas de dire ce qu’elle a pensé de cet essayage.

Nous prenons maintenant la voiture pour continuer notre périple. Durant le trajet je vérifie l’état de Sylvie. Sa chatte est une vraie fontaine, les lèvres sont bien ouvertes et chaque introduction d’un de mes doigts retire un gémissement de la gorge de Sylvie. Je me plait à la voir dans un tel état d’excitation.

Nous arrivons alors à notre destination, une sex-shop dans lequel j’étais venu faire des repérages un peu plus tôt et qui était assez fréquentée. Notre entrée se fait bien sur sous les regards de tous les hommes et bien qu’ils y aient déjà deux couples dans le magasin, Sylvie semble attirer le plus de regards, certainement grâce à sa tenue, je pense. Nous flânons dans les allées, Sylvie se serre contre moi tant les regards vicieux la caressent. Certains hommes font semblant de regarder des cassettes tout en bas des étagères, en profitant pour mater ses jambes, voire ses fesses.

Nous ressortons au bout d’un petit quart d’heure du magasin avec sous le bras un magazine indiquant les endroits chauds de Paris et surtout avec un pack de boule de geisha. Sylvie a eu l’air très surprise par cet achat et ne semble pas connaître du tout l’utilité de cet accessoire.

J’allai très rapidement lui apprendre cette signification...


E-mail: laurent.sylvie@caramail.com

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder