Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 930 fois
  • 115 J'aime
  • 11 Commentaires

Lecture nocturne

Chapitre 1

Lesbienne

Ce texte a été écrit après une question de ma compagne : "imagines-tu parfois d’autres lectrices se caresser en lisant tes histoires".

Alors mieux que de l’imaginer, je lui en ai fait le récit...


------------------------------------------------------------------


Le sperme coulait lentement sur le visage de la fine brune qui ne pouvait elle non plus pas bouger avec les entraves. Elles se regardèrent, se demandant ce qui les attendait pour la suite de leur séjour dans « la Prison »…

Elle avait fini sa lecture… « La Prison » : le titre l’avait intrigué alors elle avait parcouru cette histoire, trouvée au hasard de ses déambulations sur son site d’histoire érotique préféré. Comme à chaque fois que son compagnon était en déplacement, elle s’accordait ce petit plaisir le soir, seule dans le lit : lire quelques histories érotiques, et plus si affinités. Lui détestait cela ; il ne comprenait pas qu’on puisse ressentir une telle excitation grâce à de simples mots, alors qu’elle aimait tant cet érotisme subtil. Elle se sentait frustrée, elle aurait aimé partager ses lectures avec lui…

C’était une histoire de la catégorie SM, un genre qu’elle affectionnait particulièrement ; là aussi qui restait de l’ordre du fantasme, car son compagnon ne goûtait pas non plus ce type de pratique. Une fois de plus, elle avait ressenti une vive excitation en découvrant les tourments que subissaient l’héroïne, et elle ne pouvait s’empêcher de s’imaginer à la place de l’infortunée jeune femme.

Elle reprit l’histoire depuis le début, mais cette fois elle fit glisser sa main lentement sous son bas de pyjama. Elle caressa d’abord doucement sa vulve toute entière : elle était déjà humide et ouverte de la première lecture. Alors qu’elle faisait doucement défiler l’écran, elle posa sa phalange sur son clitoris et elle commença un lent mouvement circulaire.

Elle suivait l’histoire, redécouvrant les différents sévices que subissaient la soumise récalcitrante dans « La Prison », tout en se masturbant avec volupté. Elle gémissait sans retenue, accélérant progressivement ses caresses sur son bouton de plaisir qui gonflait à vue d’oeil.

Elle s’imaginait dans cette cage, le crochet anal fermement enfoncé entre ses fesses pour entraver ses mouvements… Et un homme fixait un écarteur buccal entre ses lèvres pour venir baiser sa bouche sans retenue aucune, enfonçant son sexe au plus profond de sa gorge, la traitant de chienne, de salope, de vide-couille.

Et alors qu’elle imaginait justement l’éjaculation abondante de l’homme venir tapisser sa bouche offerte, elle sentit l’orgasme venir ; son doigt s’agitait sans relâche sur son clitoris en feu, tout son corps tressautait sous les ondes de plaisir croissantes. Elle partit enfin en criant, submergée par les vagues de jouissance qui irradiaient dans son corps et les images de soumission qui inondaient son esprit.


Elle reprit ses esprits lentement. Elle avait encore les sens en feu malgré son extase toute récente. Le texte s’achevait en annonçant une suite ; elle vérifia sur le profil de l’auteur pour voir si le deuxième chapitre avait déjà été publié. À sa grande déception, ce n’était pas le cas… Elle décida donc de s’abonner au compte de l’auteur pour être avertie de la prochaine publication.

Elle reprit ses recherches, sans grande conviction. Soudain, une notification s’afficha en haut de son écran : un message. Intriguée, elle cliqua sur l’icône ; c’était l’auteur qui lui avait écrit : Merci de vous être abonnée à ce compte ; j’espère que les histoires vous plaisent et que les suites seront à votre goût !

Le ton était sympathique et léger ; hésitante, elle finit par appuyer sur le bouton « Réponse » ; près tout, cela n’engageait à rien… Elle commença à pianoter sur son clavier : Merci à vous, cette première histoire m’a en effet beaucoup plu et j’attends avec impatience la suite. Vous avez du talent !

Elle attendit un instant, sans savoir si son message recevrait une réponse. La notification s’alluma à nouveau ; elle cliqua de nouveau avec une rapidité qui la surprit : J’adore moi aussi ses histoires, elles me font toujours énormément d’effet ; si la première partie de « La Prison » vous a plu, vous allez adorer le chapitre deux !

Elle répondit, un peu étonnée par la teneur du message : et Pourquoi parlez-vous de « ses » histoires, ce ne sont pas les vôtres ? La réponse lui parvint en quelques secondes : Pardon, je vous ai induite en erreur : ce compte est celui de notre couple ; c’est monsieur qui écrit les histoires, mais là c’est madame qui vous parle.

Sans s’en rendre compte, elle répondit elle aussi aussitôt et une discussion avec cette mystérieuse interlocutrice démarra :

C’est votre compagnon qui écrit ces histoires ? Vous avez de la chance, moi le mien ne veut même pas en lire avec moi…

Oui, c’est un de nos nombreux plaisirs ; je lui donne parfois un thème et il écrit une histoire à ce sujet… « La Prison » a été la première d’une longue série ; elle a toujours une place à part dans mon coeur.

Ce sont toujours des histoires BDSM ? En tout cas elle est particulièrement excitante, je dois vous l’avouer.

Oui, le plus souvent BDSM, c’est un genre que vous affectionnons tous les deux particulièrement… Et je vous comprends pour l’excitation ; je m’en souviens encore : il me l’avait envoyée alors que j’étais au travail. J’ai du résister à l’envie d’aller immédiatement me masturber aux toilettes !


Elle fit une légère pause ; l’échange prenait une dimension intime qui ne manquait pas de l’exciter. Elle n’hésita pas longtemps, et les messages reprirent de plus belle :

Je dois vous avouer que, en ce qui me concerne, je n’ai pas résisté à l’envie ; c’était très bon…

Vous avez bien fait de ne pas résister, ses histoires sont là pour çà ! Il sera ravi de savoir qu’une lectrice a pris du plaisir en le lisant.

Le BDSM c’est juste un fantasme pour vous ?

Le BDSM est plus qu’un fantasme entre nous ; en fait, j’adore qu’il me domine de toutes les manières, cela me rend folle !

Je vous envie, vous savez. Et en plus vous connaissez la suite de l’histoire !

Je peux vous la raconter si vous le souhaitez… Mais attention, elle est très excitante aussi.

Je prends le risque !


Son interlocutrice commença alors à lui conter par le menu détail les délicieux supplices auxquelles étaient livrées les deux jeunes femmes sous la coupe de la diabolique Marion. Elle prenait tout son temps pour décrire chacune des scènes et, très vite, l’excitation fut à son comble. Sans même s’en rendre compte, elle avait de nouveau glissé sa main entre ses cuisses et elle branlait vigoureusement son sexe trempé, accélérant sa masturbation en se délectant de chaque nouveau message qui dépeignait des scènes d’une lubricité intense.

Les messages commencèrent à se faire plus espacés. Elle tapa un message, tant bien que mal, tout en poursuivant ses caresses : Tout va bien ? La réponse arriva après quelques secondes : Oui, mais ses histoires m’excitent moi aussi beaucoup, et c’est plus difficile d’écrire avec une seule main… L’autre est occupée entre mes cuisses…

Elle sourit intérieurement en lisant cet aveu salace. Elle n’hésita pas cette fois : J’aurais du mal à vous en vouloir, je suis en train de faire pareil ! Prenez tout votre temps pour écrire, c’est un « plaisir » de vous lire.

Elle reçut d’abord un smiley puis une autre partie de l’histoire. Le dénouement final approchait, aussi bien pour l’histoire que pour la lectrice qui poussait des cris de plaisir continus désormais alors que ses doigts massaient sans relâche son clitoris qui dardait de plaisir comme jamais.

Elle s’imaginait désormais pourvue des fameuses pinces à seins, reliée par les chaînes à une autre femme, tandis qu’un des employés baisait vigoureusement sa bouche pour son plaisir. Cette image mentale eut raison de sa volonté et un orgasme intense la submergea. Elle mit quelques instants à reprendre ses esprits ; elle n’avait aucun nouveau message.

Intriguée, elle écrivit à son interlocutrice : Tout va bien ?

Le message en retour mit quelques instants à arriver : Oui, désolée ; je viens de jouir en fait !

Moi aussi, tapota-t-elle sur son clavier, sans retenue aucune cette fois. C’était fabuleux, merci pour vos talents de conteuse !

De rien, tout le plaisir était pour moi… Je peux vous demander quelque chose ?

Oui, bien sur, allez-y.

Çà vous direz de prendre un verre avec moi ?


Elle hésita un instant en lisant la question… Discuter par messagerie était une chose, prendre un verre… Sa curiosité l’emporta finalement, et aussi un frisson indescriptible : OK, quand seriez vous disponible ?

Diffuse en direct !
Regarder son live