Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 3 200 fois
  • 25 J'aime
  • 7 Commentaires

les amants virtuels

Chapitre 2

découverte en solo

Erotique

Je m’appelle D., 36 ans et une sexualité plutôt banale pendant des années. Mais depuis quelques temps je suis en pleine redécouverte et expérimentation de mon côté coquine. Je vais vous raconter une de mes dernières expériences :


Ça y est, je suis devant le rayon dédié au plaisir anal de cette boutique spécialisée que j’ai visité deux ou trois fois déjà. Un peu de lingerie coquine, du lubrifiant et beaucoup d’hésitations lors de mes premières pérégrinations ! Aujourd’hui c’est décidé, je saute le pas,comme une grande. J’ai de la chance, le rayon qui m’intéresse est bien achalandé par rapport à ma précédente visite : il y a toutes les tailles, toutes les textures et couleurs. Je ne cherche pas longtemps, je sais parfaitement quel modèle de plug me conviendra : petit, en silicone et mignon.


Je prends la boîte élue, fais un tour du côté de la lingerie et me dirige vers la caisse avec un porte jarretelle noire en dentelle en plus dans les mains. Je paye et sors la démarche légère. Je ne suis pas pressée mais quand même curieuse de découvrir les sensations que vont me procurer ce jouet coquin ainsi que l’effet de cette nouvelle pièce de lingerie.


Deux jours plus tard, j’ai enfin un créneau libre, tranquille à la maison pour déballer mes accessoires. Je n’ai pas perdu mon temps entre deux en lisant quelques articles sur le mode d’emploi de mon petit cône en silicone... Je prends une douche méticuleuse et profite de l’eau chaude pour bien me détendre. J’imagine mon amant me savonner puis rincer la mousse qui glisse le long de mon corps. Je m’enveloppe dans un grand drap de bain moelleux et me sèche doucement.


Je monte les escaliers, nue, mon téléphone en main, entre dans ma chambre, allume ma lampe de chevet et vais sortir de sa cachette la petite boîte aux trésors où attend sagement mon plug. Il y a aussi un vibro qui ne vibre pas... (ah ! entrée de gamme quand tu nous tiens...), des dés coquins, un body de dentelle noire et une deuxième tenue légère en voile rouge, un loup noir, ainsi que mon vaporisateur nettoyant.


Je lance une musique sensuelle sur mon téléphone, me saisis du flacon de lubrifiant et m’allonge sur le côté au milieu du lit. Je suis partagée entre l’excitation et l’anxiété : cette zone de mon anatomie n’a pas toujours été traitée avec délicatesse... mais ne dit-on pas : on n’est jamais mieux servi que par soi moi-même ?


Une noisette de lubrifiant sur mon index gauche et je commence à caresser lentement ma couronne plissée et très serrée. Je dessine de petits cercles sur tout le tour et passe sur mon orifice. C’est... plutôt agréable. Je continue mon massage deux minutes, prenant une position confortable, donnant un accès plus libre à mon petit trou qui se détend. Je tente une phalange... ça rentre tout seul, sans douleur. Je sens ma petite chatte s’humidifier de plus en plus et me tortille légèrement... je sais pourquoi... je pense à lui, au plaisir que je veux lui donner et qu’il veut me donner aussi. C’est autant pour lui que pour moi que je prépare le terrain en amont. Pour que lors de nos retrouvailles je sois détendue et me laisse aller à ses caresses.


Passons aux choses sérieuses maintenant que mon index entre et sort aisément de mon fondement chaud et souple. J’enduis généreusement le petit cône au toucher de velours de gel et le présente à mon œillet. Voilà, il est posé à l’entrée, comme mon doigt un peu avant. L’excitation prend le pas sur la peur. Je presse doucement et je sens la pointe s’enfoncer dans mes chairs. Je le tourne légèrement, pousse pour m’ouvrir un peu plus et il se fait happer à l’intérieur d’un coup ! Toujours aucune douleur, une légère sensation de gêne mais pas désagréable. Je reste un instant allongée sur le flanc puis cède à ma curiosité en me levant pour me regarder dans le miroir.


De face, rien de neuf sous le soleil : mon cou gracile, mes seins bien ronds, aux tétons excités, mon ventre un peu mou qui me dérange toujours, mes hanches larges, voluptueuses et mon pubis coiffé d’une toison courte et soignée. Voyons l’envers maintenant : mon dos bien dessiné, mes fesses généreuses, tellement que debout, impossible de savoir que je porte un petit plug dans mon intimité et mes longues jambes. Et si je me penche en avant, les gambettes bien tendues ? Ah ! Là, on voit bien briller le faux diamant en forme de cœur, pile entre mes deux lobes charnus... c’est joli. Un bijou pour anus en somme.


Il me vient une idée : et si je partageais ce moment unique, cette initiation solitaire avec mon amant ? Ni une ni deux, je me saisis de mon téléphone et prend une photo de mes fesses ainsi ornées. Un deuxième cliché habillée d’un joli string noir en dentelle qui cache la surprise et voilà. Classer les deux photos dans mon dossier sécurisé, à envoyer plus tard à mon cher A., mais “habillée” d’abord et “nue” ensuite... je suis certaine premièrement qu’il ne s’attend pas du tout à cela et deuxièmement qu’il sera ravi ! Moi aussi, je suis capable de le surprendre après tout.


Alors, maintenant, il s’agit de la partie la plus délicate... enlever cet appendice lové dans mon séant. Je me rallonge donc sur le lit, dans la même position qu’au départ, respire profondément et commence à tirer sur le cœur... ouille ! Ça coince ! Se détendre, il faut se détendre. Ne surtout pas se crisper... Je recommence l’opération en poussant comme si j’étais aux WC et... ça y est, il est sorti ! Bon ce n’était pas si terrible que cela finalement. Il ne me reste plus qu’à le nettoyer consciencieusement et le ranger... jusqu’à la prochaine fois. Je descends donc à la salle de bain pour le laver et me faire une petite toilette. J’ai pris l’habitude de me promener nue dans ma maison, n’ayant aucun vis-à-vis. Cela est très émoustillant et délicieusement libérateur.


Cette petite séance de découverte m’a bien émoustillée et je remonte fissa dans ma chambre pour essayer mon porte jarretelle et m’offrir un petit plaisir en jouant avec mes doigts sur mon petit bouton d’amour. Je commence par enfiler une paire de bas noirs, doux comme de la soie, puis ma petite ceinture de dentelle. Je fixe les attaches, non sans mal : je ne suis pas habituée à porter ce genre de pièce affriolante... et pivote devant mon miroir ainsi parée : très sexy !


Les lanières habillent joliment mes cuisses amples. Je commence même à improviser une petite danse lascive en imaginant A. de l’autre côté du miroir, l’aguichant avec force de clins d’œil et de baisers volants. Puis je m’allonge à demi sur mon lit et ouvre bien mes cuisses toujours vêtues de mes dessous chics et coquins, face à mon miroir. Je suis encore bien humide et mes doigts s’en donnent à cœur joie, clapotant sur mes lèvres et mon bouton de rose bien gonflé. Je suis rapidement saisie d’un orgasme profond... qui me laisse pantelante, les yeux fermés et dans mon esprit se fige les traits souriants de mon amant. 


Diffuse en direct !
Regarder son live