Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 612 fois
  • 15 J'aime
  • 1 Commentaire
  • Corrigée par l'équipe

Les aventures d'Angelo aux Iles Saint-Louis

Chapitre 1

Le tatouage

Hétéro

Eh bien salut encore, c’est à nouveau Dan. Dans ce récit, je vais pas vous raconter l’histoire de ma vie (puisque je le fais dans « Mes aventures étudiantes aux Îles Saint-Louis ») mais l’histoire d’un autre élève de mon école, Angelo. Je me suis rendu compte, en effet, que sa vie méritait d’être racontée, au moins autant que la mienne, peut-être même plus. Rien ne vous oblige à lire les deux histoires, vous pouvez parfaitement ne lire que l’une ou l’autre, ça ne vous empêchera pas de suivre. Comme les deux histoires se passent dans la même école, fatalement vous retrouverez les mêmes personnages d’un récit à l’autre. J’apparaîtrai même assez fréquemment dans l’histoire d’Angelo et Angelo apparaîtra assez souvent dans la mienne, je vous expliquerai pourquoi après.


**********************


Passons à la présentation de notre héros : Angelo est né en Italie dans les années 90, d’un père italien et d’une mère française. Il n’avait que 5 ans lorsque sa mère et son père ont divorcé et que sa mère est retournée vivre en France, dans le sud. Il avait 7 ans lorsqu’ils ont à nouveau déménagé, pour venir s’installer dans les Îles Saint-Louis, archipel de l’Océan Indien qui est un territoire d’outre-mer. Contrairement à moi, il s’est parfaitement adapté au climat tropical de ces îles, étant né en Italie et ayant vécu dans le sud de la France métropolitaine.


Physiquement, au moment où commence notre histoire, on peut dire qu’il est au top : grand (1 m 90) très bien bâti par des années et des années de sports divers et variés, un beau visage agrémenté de superbes yeux verts, il a un succès fou avec les filles et il en profite sans vergogne. Il est en plus sympa et agréable à vivre, contrairement à beaucoup de gens populaires qui en général ont pris la grosse tête. Outre le sport, sa grande passion c’était le dessin. Je fais partie des rares à qui il a montré quelques unes de ses productions et, si je n’y connais rien, je dois dire que trouvais ça vraiment bien.


Lui et moi on s’entendait vraiment bien et c’était une chance, car on était colocataires. En effet, dans notre université, les chambres étudiantes étaient partagées par plusieurs élèves. Angelo et moi on était en colocation avec d’autres personnes dont je vous parlerai une autre fois. En plus de ça, Angelo était sorti, pendant un an avec Sophie une de mes meilleures amies ce qui n’a fait que nous rapprocher. Et même si au moment où commence notre histoire, Sophie et Angelo ont rompu depuis deux mois, ça n’a jeté aucun froid entre nous.


En bref, pour résumer Angelo est un mec populaire, au charme ravageur, il a beaucoup de succès avec les filles et en tant qu’ami je suis bien placé pour vous raconter tout ce qui lui est arrivé.


**********************


Tant qu’à faire, j’ai décidé de commencer son histoire au même jour que la mienne : le dernier samedi des vacances d’été, deux jours avant la rentrée. La plupart des élèves de notre école étaient alors revenus de leurs vacances et logeaient dans leurs apparts étudiants. C’est toujours un moment assez agréable de l’année, cette période juste avant la rentrée, car on est tous à la fac mais sans le stress des cours.


Angelo n’était plus tout à fait en vacances, car il avait repris son travail étudiant. Il avait trouvé un boulot en accord avec sa passion pour le dessin : il travaillait dans un salon de tatouage. C’était pas forcément le métier de ses rêves et il comptait pas faire ça toute sa vie, mais ça payait ses études, sa nourriture et le loyer de notre appart étudiant.


Ceci dit, le jour où commence notre histoire, Angelo était assez content, et même pressé, d’aller au travail, vous allez comprendre pourquoi dans un moment…


Il arriva au salon, se changea et prépara ses instruments, lorsque soudain la porte sonna en s’ouvrant.


— Salut ! lança une voix claire.


Angelo se retourna, sourire aux lèvres. Au milieu du salon, se tenait Daniela qui venait d’arriver.


— Salut, répondit Angelo. Tu t’installes ? Je m’occupe de toi tout de suite.


Daniela était une des filles les plus populaires et les plus sexy de notre école. D’origine sud-américaine, elle avait la peau cuivrée typique des latinas, de longs cheveux noirs, parsemés de mèches teintées d’un blond doré et des yeux sombres. Elle avait un physique exceptionnel, avec un visage angélique absolument parfait, un corps de rêve parfaitement mis en valeur par les tenues indécentes qu’elle portait la plupart du temps, des fesses franchement grosses, rondes et fermes à souhait et une poitrine exceptionnelle atteignant le 95E, qui hantait l’esprit d’absolument tous les mecs qui l’ont rencontrée. Elle avait en outre plusieurs tatouages, une fleur à l’épaule droite et une autre au bras droit, une lune en croissant sur le poignet gauche et un oiseau à l’épaule gauche, ce qui la rendait encore plus sexy.


Et ce jour-là, ce qui l’amenait au salon où travaillait Angelo, c’était le dernier tatouage qu’elle avait décidé de se faire : une phrase en espagnol sur toute sa côte droite.


— Je suis prête ! dit-elle après s’être installée.

— J’arrive, répondit Angelo.


Il se retourna et contempla un moment Daniela, allongée sur la table de tatouage, vêtue d’un t-shirt bleu ciel qui moulait à la perfection son énorme poitrine. L’envie de la prendre sur le champ rongea Angelo mais il n’en montra rien.


— Retourne-toi et baisse ton jean.


Daniela sourit et s’allongea sur le ventre, baissant légèrement son pantalon, pour dégager la zone au-dessus de sa fesse droite où devait se finir son tatouage. Angelo, tâchant de contenir un peu ses pensées salaces se mit à l’ouvrage.


— Tu gères, c’est bon ? demande Daniela.

— Pourquoi je gérerais pas ?

— Tu dois avoir du mal à te concentrer, non ?


Angelo ne répondit pas tout de suite. C’était clair qu’il devait faire de gros efforts pour ne pas mater le fessier de Daniela et se concentrer sur le tatouage.


— Tu sais, finit-il par répondre, voir ton cul ça a rien d’exceptionnel.

— Ah non ?

— Non, tu passes ta vie à le montrer sur Instagram. Tous les mecs de l’école l’ont déjà vu, ils le connaissent parfaitement comme si ils t’avaient tous baisé.


Daniela sourit, pas du tout choquée.


— D’ailleurs y en a pas mal avec qui j’ai baisé.

— Ça je m’en doute, t’inquiète.»

— Et t’es pas près d’en faire partie, crois-moi…»

— Ben voyons… c’est pour ça que tu me chauffes par message ?»


Cela faisait un moment que Angelo et Daniela se parlaient par SMS ou réseaux sociaux. Et comme vous pouvez vous en douter, ils parlaient pas de météo…


— Tu te chauffes tout seul mon grand…

— C’est ça, oui. Tu m’envoies des photos de toi dans des postures indécentes, me parle de cul H24 et me fait des compliments sur mon corps constamment, mais à part ça, tu me chauffes pas, c’est dans ma tête.

— D’ailleurs tu m’as toujours pas envoyé de nudes, remarqua Daniela.

— Je t’ai déjà dit que je m’exhibe pas sur internet. Je suis pas une pute en manque d’attention, moi.


Daniela eut un petit rire. Angelo était un des seuls à oser lui parler comme ça. Et elle adorait ça.


— Et du coup comment je la vois ta teub ?

— A ton avis, princesse ?


Daniela sourit devant cette proposition à peine masquée.


— Tu viens ce soir ? A ma soirée ?


Angelo sourit en s’appliquant bien sur les lettres de son tatouage. Daniela demandait ça d’un ton tranquille comme si ça n’avait aucun rapport avec ce dont ils étaient entrain de parler, mais il n’était pas dupe.


— Pourquoi tu me demandes ça ? T’as prévu d’enfin me laisser te démonter comme tu le mérites ?

— Oh non, rien à voir…


Un petit silence s’installa entre eux.


— De toutes les façons, reprit Daniela, toi et moi on baisera jamais ensemble.

— Ben voyons.

— T’es trop dominant.

— Et alors ? T’as peur de te faire retourner comme la chienne que t’es ?

— J’ai peur surtout de trop faire mal à ton égo en te soumettant totalement.


Angelo s’esclaffa ouvertement.


— Un jour on reparlera de ça, promit-il.


Une nouvelle période de silence s’installa. Daniela grimaçait un peu sous la douleur du tatouage. Elle avait besoin de se changer les idées.


— Tu te crois irrésistible, hein ?


Angelo mit un peu de temps à répondre car il était occupé sur un motif particulièrement délicat.


— Oui, finit-il par répondre.


Daniela rit devant se prétention.


— En même temps, poursuivit Angelo, j’ai jamais pris de râteau de ma vie, donc techniquement, oui, je suis irrésistible.

— Donc tu crois que je peux pas résister à ton charme ? C’est ça ?

— La question se pose, ma belle.

— Ah non ?

— Non. T’as déjà envie qu’on baise. Tu joues juste à prolonger le truc, à jouer avec mes nerfs.

— Peut-être que ça m’amuse de te voir t’exciter comme un gros puceau ? Mais rien de plus ?


Angelo la regarda un moment. Elle ne pouvait pas voir le regard qu’il lui lançait, mais elle sut qu’elle avait réussi à le titiller.


— Je t’ai vexé ?


Angelo sourit. Il se sentait surtout terriblement échauffé.


— Toi, le jour où je vais t’attraper, je vais te casser en deux.


Daniela rit doucement.


— Faudrait déjà que tu me choppes et c’est pas gagné…

— Je suis le seul beau gosse que t’aies pas encore goûté et je sais bien que je te rends folle avec tous mes messages. Sinon tu continuerais pas à me parler jusqu’à 3h du mat, parfois.


Il marquait un point. Depuis un mois qu’ils se parlaient, rarement un mec avait autant su échauffer Daniela juste par message.


— En vrai, non. T’es pas le seul beau gosse que j’ai pas encore eu, y a aussi ton pote.

— Qui ça ?

— Dan, le footeux. Il est mignon.


Vous notez que je ne dis rien, hein, je me contente juste de retranscrire leur conversation. Même si ça parle de moi.


— Ah oui tu l’as dans le viseur ?

— C’est plus Fiona en fait qui craque sur lui.


Fiona était une amie de Daniela et pour faire court, elle était sud-américaine, comme Daniela et tout aussi sexy.


— Il est en couple, tu sais ?

— Fiona s’en foutra. Et moi aussi…

— Ma foi, vous faites comme vous voulez.

— Tu m’as pas répondu, insista Daniela après un nouveau silence. Tu viens ce soir oui ou non ?


Angelo sourit.


— T’as peur que je vienne pas, hein ? T’inquiète pas, j’ai rien fait depuis deux mois, donc hors de question que je rate une occasion de bien me défouler.

— Tu crois vraiment que je te suis acquise, hein ?


Angelo haussa les épaules.


— A toi de voir, moi je m’en fous. Ce soir je baise, ça sera toi ou une autre, comme tu veux. Voilà ! ajouta-t-il soudain, terminé !


Il se redressa, ayant fini le tatouage. Il tendit un miroir à Daniela, pour qu’elle puisse l’admirer.


— Super ! dit-elle après l’avoir bien regardé sous toutes les coutures. Je te dois combien ?


Elle régla la somme convenue et s’en alla. Angelo la raccompagna jusqu’à la sortie. Daniela se retourna au dernier moment et ils se dévisagèrent un moment.


— A ce soir… dit-elle d’une voix langoureuse.


Angelo l’observa un bon moment avant de répondre.


— A ce soir, ouais.


Elle s’approcha de lui, les yeux mi-clos. Angelo sentit une vague de chaleur l’envahir. Ils s’étaient envoyés des centaines et des centaines de messages plus hot les uns que les autres, mais ils ne s’étaient encore jamais embrassés, ni même touchés en dehors des séances de tatouage. Il se pencha vers elle, prêt à savourer ce moment…


Et soudain, Daniela se détourna et s’en alla, le laissant en plan, à moitié penché prêt à l’embrasser. Elle rit en s’éloignant et lui fit un doigt d’honneur sans même se retourner. Angelo grinça des dents et la regarda s’éloigner. Oh oui, il avait hâte d’être ce soir…

Diffuse en direct !
Regarder son live