Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 2 675 fois
  • 28 J'aime
  • 1 Commentaire

Les aventures extraordinaires de Firmin.

Chapitre 5

Jeux de rôles (Partie 1/2)...

Avec plusieurs hommes

Nous sommes mardi et il est 11h25. Je suis dans mon taxi, en attente près de la gare Montparnasse, lorsque mon téléphone sonne. C’est mon ami Thierry que j’ai eu le plaisir de rencontrer il y a déjà quelques mois. Après quelques banalités, il me dit :


— Firmin, j’ai absolument besoin de vous pour une nouvelle sortie sympathique avec Alex.


A attendre ce doux prénom, je me remémore aussitôt notre soirée sur un parking pour routiers dans la zone portuaire de Gennevilliers. Bien qu’elle soit timide, Thierry avait réussi à bien l’exhiber et à lui faire sucer de nombreuses queues avant de la prendre sur le capot de mon taxi devant de nombreux voyeurs. Rien que d’y penser, mon sexe se tend et déforme mon pantalon de flanelle grise.

Reprenant mes esprits, je réponds à Thierry :


— Bien sûr, Thierry, il n’y a aucun souci. Je serai ravi de vous rendre ce petit service.


Thierry m’explique ensuite ce qu’il attend de moi et cela ne fait que renforcer mon érection. Pour finir, nous convenons de fixer à samedi soir la réalisation du scénario.


Les jours qui suivent me semblent bien longs, mais heureusement, nous voici enfin à ce samedi tant attendu. Il doit être 21h00 lorsque je me gare près du parc Monceau dans la rue où habite Thierry. Je lui mets un SMS pour le prévenir que je suis là, mais je n’ai pas longtemps à patienter. Le voilà qui sort de l’immeuble avec Alex ; quelques secondes plus tard, ils sont installés à l’arrière de mon taxi. Thierry me dit :


— Firmin, nous y allons. C’est à l’adresse que je vous ai donnée il y a quelques jours.


Il ne nous faut que quelques minutes pour atteindre la rue de Provence où va se dérouler notre soirée. Une fois sur place, avant de descendre, Thierry dit à Alex :


— Je vais descendre et je te confie à Firmin. Pour cette soirée, tu es son épouse et je te demande de bien jouer ton rôle. Tu dois faire comme si tu ne me connaissais pas !


Thierry descend du taxi et s’engouffre dans l’immeuble. Une discrète plaque annonce qu’il y a là un sauna.


Je redémarre mon taxi et je fais un petit tour du quartier pour passer le temps. Dix minutes plus tard, je suis de nouveau garé rue de Provence et c’est avec Alex à mon bras que nous pénétrons dans l’immeuble puis trouvons la porte du sauna. Une fois à l’intérieur, une charmante hôtesse nous accueille. Je lui dis :


— C’est notre première venue ici. Ma femme est un peu timide et je voudrais lui faire découvrir les lieux.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

L’hôtesse nous invite à la suivre et c’est ainsi que nous visitons l’établissement avec son sauna, son hammam, ses coins câlins qui ferment à clé, ses cabines ouvertes à tous les regards, une grande salle vidéo X, un salon avec une croix de Saint-André ..... Une fois la visite effectuée, je remercie notre hôtesse et je m’installe au bar avec Alex.


Mon épouse de la soirée est superbe dans sa petite robe noire avec un large décolleté qui met sa poitrine en valeur, ses bas noirs et ses hauts talons lui font de jolies jambes. Bien vite, quelques hommes rodent autour de nous et matent ostensiblement Alex. Alors que nous deux sommes encore habillés, les hommes sont tous nus avec leur serviette autour la taille. Parmi eux, nous n’avons aucun mal à reconnaître Thierry qui se comporte comme l’un d’eux, un chasseur en quête d’une proie pour la soirée. Bien vite, un homme s’enhardit et se rapproche d’Alex pour la tripoter. Je me lève de mon siège et je lui fais comprendre que nous venons juste d’arriver, que ma femme est timide, qu’il s’agit là d’une première sortie et qu’il n’est nullement dit que nous nous mélangerons. Très courtois, l’homme s’excuse et s’éloigne. Mais il reste toutefois dans le secteur, avec les autres hommes, attendant de voir si ma belle épouse va finir par se libérer dans un endroit comme celui-ci.


Une fois que nous avons bu notre cocktail, j’entraîne Alex avec moi. Les hommes nous suivent, mais sont un peu déçus quand nous entrons tous les deux dans un petit salon et que je ferme à clé la porte derrière moi. Nul ne peut nous voir, mais je sais qu’ils peuvent nous entendre. Je dis à Alex.


— Tu es superbe ma chérie. Allonge-toi que je te caresse.


Elle s’allonge sur le ventre, je fais légèrement glisser sa robe vers le bas et je lui prodigue un lent massage sur les épaules et le dos. Je sais de Thierry qu’elle adore ça !!

Tout en la massant, je lui dis – assez fort pour que l’on puisse entendre de l’autre côté de la porte.


— Tu es superbe chérie. Je comprends que tous ces mâles te matent sans arrêt.

— Tu es la femme la plus sexy et la plus bandante de la soirée.

— Tous ces mâles en rut n’ont qu’une idée en tête. Et tu sais laquelle !



Lorsque nous sortons de notre coin câlin, il y a là encore quelques hommes dont Thierry qui me fait un léger clin d’œil complice et me désigne discrètement un autre salon avec des trous donnant sur le couloir. Je comprends tout de suite ses attentes et je prends la main d’Alex pour la guider vers ce nouvel endroit de plaisir. Nous entrons tous les deux dans la petite cabine qui est plongée dans l’obscurité et je la referme aussitôt derrière moi. Toujours assez fort pour être entendu de l’extérieur, je lui dis.


— Tiens chérie, mets-toi à genoux face à ce mur. Tu es timide, mais je suis certaine que tu vas apprécier.


Elle s’exécute et la voici maintenant les genoux posés sur un coussin moelleux, la bouche à la hauteur des trous percés dans le mur.

Il ne faut pas attendre longtemps pour voir apparaître dans chaque trou une queue bandée et encapuchonnée. La bouche gourmande de la belle s’empare bien vite d’un sexe et se met à le sucer avec application. Elle l’embouche entièrement avec lenteur, le garde au chaud au fond de sa gorge, excite le gland de sa langue, lèche avec délectation la hampe nervurée et l’embouche de nouveau avec gloutonnerie. Je lui dis.


— Voyons chérie, ne dévore pas que celui-ci. Les autres sont impatients de sentir tes lèvres sur leur bite !


Et la voilà qui se déchaîne, qui libère enfin la femelle qui sommeille en elle. Elle passe d’une bite à la suivante, malaxe les couilles de l’un tout en suçant un autre, tète un gland et branle une autre queue puis recommence afin de bien s’occuper des cinq ou six sexes qui se présentent à elle. Quelques mecs, certainement des éjaculateurs précoces ou bien ceux qui sont déjà fort excités, jouissent sous la langue ou les doigts d’Alex et remplissent leur capote de longs jets de foutre.

Cela fait maintenant une bonne demi-heure que nous sommes dans cette petite cabine et il commence vraiment à faire chaud. J’aide Alex à se relever et nous nous dirigeons vers le bar où je commande deux nouveaux cocktails. Alex est installée sur un tabouret haut et elle est hyper-excitante ainsi perchée. Pas très loin de nous, assis dans les canapés, quelques mecs continuent à mater ma compagne. J’aperçois Thierry, je lui fais un petit signe discret puis je me penche vers Alex et je lui dis à l’oreille.


— Chérie, je vais aller me faire un petit hammam pendant une dizaine de minutes. Ne sois pas craintive, je ne suis pas loin et je reviens vite.



Quelques instants plus tard, je suis nu dans le hammam. La moiteur et la chaleur de la pièce me font le plus grand bien, d’autant plus que j’avais une compétition sportive le samedi matin et que je suis un peu cassé de partout.

Il n’y a pas grand monde avec moi, trois autres hommes seulement, dont deux, en train de se branler mutuellement. Comme m’avait prévenu Thierry, c’est un établissement où il y en a pour tous les goûts et toutes les tendances. C’est bien ainsi !

Au bout d’une dizaine de minutes, je reviens vers le bar avec ma serviette autour la taille. Comme je m’y attendais, Alex a disparu. Je demande à la jeune hôtesse qui officie derrière le comptoir.


— Mademoiselle, vous n’auriez pas vu mon épouse ?


Elle me répond.


— Je l’ai vue s’éloigner avec un autre homme. Elle ne doit pas être loin.


Le plan se déroule donc comme convenu, Thierry vient de la prendre en main.

Je prends le couloir qui mène vers les différents salons et j’interroge à la cantonade les quatre ou cinq hommes qui sont là.


— Pardon, messieurs, vous n’auriez pas vu ma femme déambuler dans les couloirs. Je suis à sa recherche.



Les gars se mettent à me sourire et l’un d’eux me répond en me désignant le fond du couloir où deux ou trois hommes sont agglutinés devant une vitre


— Ne cherchez pas plus loin, elle est là bas dans la cabine à droite.


Je me dirige vers le fond du couloir, arrive à me glisser parmi les hommes serrés devant la vitre et je découvre, comme je le savais, Alex en compagnie de Thierry.

Je crie.


— Ah la salope ! Elle m’a dit qu’elle m’attendrait tranquillement au bar le temps que je fasse un petit hammam.


L’un des hommes me répond.


— Il ne fallait pas la laisser sous surveillance ! On la croyait timide, mais le gars qui est avec elle a réussi à lui donner envie de le suivre.


Et les autres poursuivent.


— Oui, et elle semble apprécier !

— Et lui semble y prendre goût aussi.

— On croyait votre femme plutôt réservée, mais cela ne semble pas être le cas.


Je leur réponds.


— C’est la première fois que l’on vient ici et elle m’avait dit que c’était juste pour voir. Les deux cocktails ont dû lui faire perdre la tête.


L’un des hommes me dit.


— C’est possible que l’alcool l’ait libérée. Elle semble en effet bien guillerette.


Je lui réponds.


— Je suis certain qu’elle va juste se laisser caresser puis elle va sortir de là et me rejoindre.



Comme les autres voyeurs, je me mets à mater ce qui se passe dans la cabine. Alex est debout toujours habillée et Thierry est en train de caresser les jambes de la belle qui se laisse faire. Ses mains remontent et le voilà maintenant qui défait les fines bretelles de la robe qui glisse le long des jambes gainées de noir. Puis il la fait allonger sur le petit matelas qui occupe une bonne partie de la pièce. Il vient au-dessus d’elle et l’embrasse à pleine bouche.

L’un des voyeurs me dit.


— Je ne suis pas certain qu’elle se contente de se faire caresser !


Voilà maintenant Thierry qui retire la serviette qu’il avait autour la taille et se retrouve nu le sexe bien bandé. Alex lève le buste et avale la queue qui se présente devant elle. Thierry glisse une main derrière sa tête pour l’aider à garder la position pendant qu’elle le pompe avec frénésie.

Un autre gars lance.


— Oui, je crois bien qu’elle en veut plus !


Pour donner le change, je m’écrie.


— Oh la salope, elle va me le payer !


Quelques minutes plus tard, Thierry se retire de la bouche gourmande et fait positionner Alex à quatre pattes sur le matelas. Ils sont tous les deux de profil par rapport à la fenêtre et nous ne perdons rien du spectacle. Thierry vient se placer derrière la croupe ainsi offerte, écarte le string et pointe son gland vers la chatte que nous tous – les voyeurs – imaginons déjà bien mouillée et ouverte. Le voici maintenant qui enserre de ses deux mains la taille d’Alex et la pénètre d’un coup de queue vigoureux. Dans les secondes qui suivent, il se met à la pilonner et la belle émet des gémissements de plaisir que l’on entend dans le couloir de l’autre côté de la vitre.

Les hommes qui regardent le spectacle avec moi me lancent.


— On le savait bien qu’elle n’allait pas se contenter de caresses.

— L’alcool a libéré la salope qui sommeille dans votre femme.

— Oh la garce, elle semble vraiment apprécier !


Je leur réponds en faisant semblant d’être très énervé par le comportement de mon épouse.


— Si c’est ainsi, je crois que je vais faire en sorte de ne pas décevoir son appétit de salope. Elle va voir de quoi je suis capable.



Alors que les mateurs continuent à me dire combien ma femme est une belle salope qui semble accro à la queue, Thierry se retire et répand ses longs jets de foutre sur le dos d’Alex. Quelques secondes plus tard, ils sortent tous les deux de la cabine.

Je viens vers Thierry et je lui dis.


— Si vous permettez, je récupère ma charmante épouse. Je suis sûr qu’elle a besoin de boire un autre cocktail. Elle doit avoir chaud !


J’entraîne Alex avec moi et nous nous réinstallons au bar. Une fois qu’elle est assise de nouveau sur son tabouret haut, je commence à lui faire la morale.


— Je croyais que tu devais m’attendre pendant que j’étais au hammam !


Elle tente de se justifier, mais je l’interromps.


— Trois verres d’alcool et tu deviens une vraie salope. Je crois que tu mérites une bonne punition.



Sous les regards des autres hommes, je la prends par la main et l’entraîne vers le couloir. Thierry est là parmi les hommes qui nous suivent. Je les devine tous excités et impatients de voir la suite.

Je fais alors entrer Alex dans le salon où il y a la grande croix de Saint-André ... (A suivre)

Diffuse en direct !
Regarder son live