Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 16 958 fois
  • 129 J'aime
  • 1 Commentaire

Les aventures de ma femme 1

Chapitre 1

Orgie / Partouze

LES AVENTURES DE MA FEMME 1


Cette histoire en partie réelle s’est passée il y a quelques années, je l’ai apprise il y a trois ans environ.

J’ai épousé Bernadette, jolie petite femme blonde, rencontrée lors d’un mariage il y a un peu plus de dix ans, elle était ma cavalière qui a su me séduire très vite, le lendemain de la fête, elle était dans mon lit. .

Lorsque je l’ai rencontrée, la belle avait déjà connu de nombreux succès auprès des hommes, entre nous tout est allé très vite d’autant que la jeune femme au premier abord un peu timide s’est avérée une compagne délicieuse.

Je vais vous raconter une de ses premières aventures extra conjugales dont elle m’a fait part il a quelques années après une soirée un peu arrosée, ou la belle était dans un état un peu euphorique.

Nous étions mariés depuis un peu plus d’un an. Elle avait alors 22 ans et travaillait comme vendeuse dans un grand magasin du centre ville.

Pour des raisons de facilité, elle avait pris l’habitude comme la plupart de ses collègues d’aller déjeuner dans un restaurant pour ouvriers, assez proche de son lieu de travail ou les repas étaient assez copieux et bons et ou le service était particulièrement rapide.

Au début elle avait fait part au patron de l’établissement qu’elle viendrait régulièrement déjeuner le midi, celui-ci lui avait dit qu’elle pourrait payer en fin de mois avec un tarif légèrement minoré. Faisant confiance, elle avait-elle prit l’habitude de manger et de faire porter l’addition sur sa note sitôt son café avalé.

Cela faisait environ un peu plus de trois mois qu’elle fréquentait assidûment cet établissement qui lui permettait de se restaurer.

Un jour, après son repas alors qu’elle dégustait son café, le garçon vint la voir et lui tendit une note, qui à première vue lui semblait assez onéreuse car cela faisait plusieurs semaines voir plusieurs mois qu’elle déjeunait sans rien débourser.

En regardant le papier qui lui était tendue, elle fut assez surprise que le montant soit aussi élevé, elle avait beau calculer rapidement dans sa tête, cela lui paraissait assez exagéré.

Ne voyant pas les jours défiler, elle avait bien souvent reporté au lendemain de régler sa facture comme convenue avec le patron de l’établissement.

Le serveur la regardant fixement dans les yeux lui fit part qu’elle devait régler cette note aujourd’hui, telles étaient les directives qu’il avait reçu de son supérieur.

Demandant à voir le patron, pour régler selon elle ce léger différent elle fut accompagnée dans les cuisines par le serveur ou se trouvait le bureau de l’établissement.

Ce jour là elle était vêtue d’une petite jupe assez légère et surtout assez courte qui laissait entrevoir le haut de ses cuisses ainsi que d’un petit chemisier légèrement transparent qui laissait voir une bonne partie de sa bien jolie poitrine qui faisait fantasmer plus d’un hommes à son égard.

Même ses collègues de travail la mangeaient des yeux, ils auraient bien aimé passer quelques instants en sa compagnie ainsi que tenir dans leurs mains ces deux fruits qui semblaient bien ferme et bien tentant, la mignonne aimait jouer à provoquer les hommes qu’elle rencontrait sans toutefois aller plus loin...

Lorsqu’elle pénétra dans la cuisine elle vit et reconnu le patron, assis derrière un genre de table qui lui servait de bureau, il était encombré de papiers. Ahmed le patron était un maghrébin d’une quarantaine d’années, assez grand, légèrement bedonnant.

Quand il la vit s’approcher, il la regarda avec une étincelle dans les yeux, car la jeune femme qu’il avait devant lui était particulièrement tentante et excitante.

Elle se dit que de la façon dont il la regardait, le petit différent allait être réglé et solutionné très rapidement car elle savait que son charme la rendait attractive et irrésistible aux yeux de la gente masculine.

Elle lui expliqua assez sûre d’elle, même avec une pointe de provocation qu’elle avait oublié en lui demandant de payer en plusieurs fois car il lui était impossible de régler une telle somme ce mois ci.

L’homme regardait la belle avec un petit sourire en faisant semblant de réfléchir, il savait qu’il la tenait, et la regardait fixement dans les yeux avec intérêt en pensant sûrement à ce qu’il pourrait lui faire subir, cette jeune femme lui paraissait un bon coup et bonne à croquer… amateur de femmes, et il n’était pas prêt de passer à coté d’un aussi bon coup…

J’accepte dit-il en plaisantant, un paiement en quatre fois, mais je veux un geste de bonne volonté de ta part. La fille le regarda surprise d’être subitement tutoyée par ce type qu’elle connaissait à peine. Elle réfléchit rapidement et se dit qu’elle n’avait pas trop le choix et préféra ne rien dire, car sur ce coup elle était en tort.

Ahmed qui n’avait pas trop apprécié la provoc de cette nénette la fixa d’un regard noir pour sûrement l’intimider.

— Allez, déshabille-toi dit le patron d’un ton sans équivoque, Je veux voir comment tu es foutue, vêtue ainsi, tu ne caches pas grand-chose, mais bien assez pour satisfaire ma curiosité.

— Mais monsieur nous avions convenu dit ma chérie en bredouillant et en sentant sa figure s’empourprer sous la demande de son interlocuteur...

— C’est ça, nous avions convenu que tu réglerais tous les mois, et cela fait plus de vingt semaines que tu es nourrie à l’œil, allez, dépêche-toi, je veux bien faire un effort, dépêche toi ou je téléphone aux flics, ce ne doit pas être la première fois que tu te déshabille devant un mec.

Elle était piégée et ne savait quoi faire : Etre emmenée au poste ou se montrer à cet homme. Elle avait rapidement pris sa décision et enleva lentement son chemisier, laissant apparaître un soutien gorge à balconnets qui laissait voir ses jolis seins assez tentant par leur forme et leur fermeté.

— Allez dit le type impatient d’une voix assez forte, je veux en voir davantage.

Ahmed dit sèchement : « à poil ». Elle acheva d’enlever le soutien gorge et ses seins apparurent, avec leurs aréoles pâles, et les tétons qui pointaient raidies par la honte de se montrer ainsi. J’ai dit entièrement à poil vociféra l’homme qui savait qu’il avait gagné, ce fut au tour de la jupette et du petit string en dentelle noir de se retrouver à ses pieds.

Ahmed ne pu s’empêcher d’émettre un sifflement à la vue du sexe épilé et des cuisses de la jeune femme qui sentait ses jambes qui tremblaient.

La jolie blonde était entièrement nue devant ce type qui la regardait avec un petit sourire, il lui demanda de mettre ses mains derrière la tête.

Elle s’exécuta, ce qui eu pour effet immédiat de faire se redresser encore plus ses seins, un flash crépita, puis un autre.

— Tourne-toi dit le patron qui transpirait en la regardant avec des yeux brillants.

Elle fit demi-tour et se rendit compte alors que la cuisinière et le serveur étaient en train de l’observer. La honte grandit pendant que le patron la regardait avec insistance avec son regard lubrique tout en bavant d’envie de se farcir cette belle blonde.

— Regarde-moi dans les yeux et écarte les jambes que je vois ta moule.

— Plus que ça.

— Ouvre ta chatte avec tes doigts, gaulée comme tu es, elle a dû avaler de nombreuses et belles bites.

— Tourne-toi et écarte tes fesses que je puisse voir ton petit trou qui a sûrement dû servir lui aussi !

— Cambre-toi bien en t’ouvrant bien.

Salope comme tu es tu dois aimer te faire sauter dit Ahmed qui transpirait.

Je t’ai posée une question dit l’homme d’un ton autoritaire.

Oui monsieur mais je suis mariée dit Bernadette qui n’en menait pas large en se demandant ou il voulait en venir.

Il se leva, passa un doigt sur sa chatte en le faisant pénétrer légèrement dans les chairs humides de la belle qui n’en menait pas large, puis son doigt s’aventura sur son œillet qu’il pénétra également.

— Non dit Bernadette en essayant de se soustraire à cette insertion.

— Allez vas-y, dégage dit le patron mais laisse ta culotte sur la table. Tu viendras la chercher demain midi. Si tu ne viens pas, les photos atterriront chez ton patron ainsi que chez tes collègues. Je t’attends ici, demain, à midi. Et maintenant, tu peux partir.

Bernadette toute rouge de honte, enfila rapidement ses vêtements, elle n’oublia pas de poser son slip sur la table devant l’homme qui s’en saisit et le porta à son nez pour humer son odeur de femelle, elle partit reprendre son travail, la tête tournante de ce qui venait de lui arriver.

Que va-t-il se passer demain se demanda la jeune femme, que dois-je faire, en parler à mon mari, ne pas y retourner, ce type est fou…

Toute la soirée et une grande partie de la nuit, elle y avait pensé longuement en pensant au lendemain et aux conséquences ; les photos l’empêchaient de se défiler et de désobéir aux ordres de ce monsieur Ahmed qui maintenant la terrorisait.

Toute la matinée elle avait eu beaucoup de mal à se concentrer sur son travail ses pensées étaient ailleurs. Dans sa tête tournaient en boucle les images de la veille. Qu’allait-il se passer ce midi, car sa décision était prise, elle avait décidé d’y retourner et de n’en parler à personne?

Même si elle avait eu plusieurs expériences sexuelles avant de se marier, après ce qu’elle venait de subir, elle n’était plus la fille sûre d’elle, ce qu’elle savait c’est qu’elle était coincée: La dette, les flics, la honte, et son mari, pourvu qu’il n’en sache rien...

Le lendemain le temps passa vite, trop vite. C’était déjà la pause de midi, elle sortit d’un pas mal assuré, traversa la rue et se retrouva toute tremblante devant la porte du restaurant avec une boule qui lui compressait l’estomac.

Elle poussa timidement la porte. La salle était pleine, en majorité des hommes qui se mirent à la regarder avec intérêt, même si ce jour elle était vêtue sagement : jean et pull, elle ne laissait pas insensible les hommes. Le serveur lui fit signe de la tête de passer dans la cuisine.

Si vous avez aimé ce début, bien évidemment qu’il y a une suite particulièrement excitante car Ahmed n’était pas homme à laisser passer pareille occasion de se faire une belle fille comme Bernadette…

Diffuse en direct !
Regarder son live