Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 582 fois
  • 57 J'aime
  • 0 Commentaire

Les aventures de Marie

Chapitre 7

Hétéro

Note de l’auteur : voici la suite du récit, n’hésitez pas à m’envoyer vos commentaires et idées pour la suite. Bonne lecture.

---------------


Il était 12H15, les bureaux étaient vides, le personnel était parti déjeuner ... de légers bruits provenaient tout de même d’un bureau, il s’agissait de celui de Mr Lambert.

En faisant attention, on distinguait très nettement des soupirs et des petits bruits de sussions, apparemment certains employés faisaient des heures supplémentaires.

En pénétrant dans le bureau on pouvait voir Mr Lambert assis à son bureau, son siège était tourné sur le coté et il poussait de longs soupirs la tête appuyée en arrière sur son fauteuil: Ahhhh ....... vas-y .....

Une personne était accroupie à quatre pattes sur le sol devant Mr Lambert, on ne voyait pas le buste de cette personne qui était cachée derrière le bureau. On distinguait par contre son dos qui était recouvert par une jupe grise qui avait été retroussée, son postérieur recouvert par un petit string rouge et ses jambes gainées par de jolis bas marrons.

En s’approchant du bureau, on distinguait Marie en train d’aspirer goulûment le gland de Mr Lambert: Mmmmffff

Suite à leur réunion tardive d’hier, Mr Lambert avait de nouveau eu besoin des services de Marie un peu avant le déjeuner.

Il la convoqua donc à 11h50 dans son bureau pour faire de nouveau le point sur un dossier "urgent", Marie n’était pas dupe et savait ce qui l’attendait à l’issue de la réunion, mais cela n’avait pas l’air de la déranger, bien au contraire.

Dès qu’elle s’assit en face du bureau de Mr Lambert, Marie commença à croiser et décroiser ses jambes, faisant ainsi crisser ses bas. Elle jubilait, elle savait que cela excitait son responsable au plus haut point mais que pour l’instant il ne pouvait rien faire. Elle s’était même assise assez loin du bureau et avait légèrement remonté sa jupe en croisant les jambes, Mr Lambert pouvait ainsi distinguer la dentelle de ses bas. Marie enfonça le clou un peu plus loin, en frottant ses cuisses l’une contre l’autre, elle dit à Mr Lambert: Vous allez bien Monsieur, vous avez l’air bizarre?

Mr Lambert se racla la gorge puis répondit: Ne vous inquiétez pas, cela va passer, bientôt cela ira beaucoup mieux ...

Quelques minutes plus tard, une fois que tout le monde était parti, il sortit son sexe de son pantalon et invita Marie à passer de l’autre coté du bureau: C’est bon, il n’y a plus personne, viens me sucer petite salope, je vais t’apprendre à m’allumer comme ça.

Elle fit le tour du bureau, avec un délicieux sourire plein de malice, puis elle se pencha et goba le sexe de Mr Lambert en le fixant avec un regard rempli de désir.

Mr Lambert poussait maintenant de profonds soupirs et lâchait même quelques obscénités: Ahhh ... vas-y suce moi bien petite salope .....Ouiii ...... tu aimes ça .....

Marie: Mffff ..... oui ......j’adoooore vous sucer .... Mfffff ........ Mr Lambert

Marie suçait allègrement l’énorme sexe de Mr Lambert, emportée par l’excitation, elle descendit son pantalon sur ses chevilles afin de pouvoir également lui caresser les bourses avec sa langue. Elle en goba une entièrement qu’elle fit rouler dans sa bouche, pendant ce temps sa main coulissait sur la tige tendue par le désir.

Mr Lambert: Ahh ..... vas y ...suce moi bien .....je vais venir te baiser après.

Marie: Mfffff .... oui ... viens me la mettre tout de suite ....

Mr Lambert se leva, il s’accroupit derrière Marie, lui baissa son string jusqu’au milieu des cuisses, il lui écarta les fesses et commença à la lécher soigneusement, de sa fente jusqu’à l’anus.

Marie fut un peu déçue au début, car elle s’attendait à autre chose, mais elle s’en accommoda bien vite.

Il semblait à Mr Lambert que Marie soupirait un peu plus quand il passait sa langue sur sa rosette. Il ne se trompait pas, Marie appréciait énormément cette caresse qui était complètement nouvelle pour elle.

Elle demanda même à Mr Lambert de concentrer son attention sur cette zone: Ahh continue ..... lèche bien mon petit trou ...

Mr Lambert ne dit rien, il se contenta d’obéir et léchait maintenant avidement l’anus de Marie. Cette dernière allongea le haut de son corps sur l’assise du fauteuil de son responsable, passa une main sous son ventre et commença à frotter vigoureusement sa vulve avec deux doigts.

Le plus petit orifice de Marie criait maintenant famine et réclamait quelque chose de plus imposant qu’une langue pour satisfaire sa faim: Ahhhh .... je n’en peux plus ..... encule moi tout de suite ......

Mr Lambert: Eh bien on dirait que tu aimes ça te faire défoncer le cul ....

Marie: Ahh oui .... j’aime ça ....

Mr Lambert se releva et présenta son sexe face à l’anus de Marie, il poussa un peu et s’enfonça sans aucune difficulté.

Marie poussa un long soupir de plaisir: Ahhhhhhh ............

Une fois bien introduit, Mr Lambert commença à imprimer une cadence régulière: On est bien dans ton petit cul, il est si serré.

Marie: Hannnn ......continue ....... Han ........ plus fort ..........

Encouragé et excité par ses paroles, Mr Lambert accéléra la cadence et l’amplitude de ses coups de reins, il se déchainait sur l’anus de Marie, cette dernière pour augmenter encore plus son plaisir s’introduisit deux doigts dans son sexe en feu.

Marie: Haaaannn .......ouuuuuiiiiiiii ........Hannnnn ....... c’est bon ...... baise moi bien ........

Mr Lambert: Han ..... on dirait que tu es accro .......... Hannn ......aux grosses bites hein.......

Marie: Ahhhhhhh ........ elle est bonne ..... Ahhhhhh ......... ta grosse queue ...............

Mr Lambert: Han ...ça tombe bien ....... Han ........ tu risques de te la prendre souvent Han ........ dans ton petit cul .............

Marie: Ouuhhhhhh remplis moi le cul ........... Ahhhhhh .......... plus fort ................

Marie était en train de réaliser qu’elle devenait complètement accro au sexe anal, et qu’elle préférait presque cela à une pénétration vaginale. Le sexe de son responsable était si imposant qu’il la faisait littéralement décoller.

L’étroitesse du fourreau dans lequel il se trouvait ainsi que l’excitation ne tardèrent pas à venir à bout de Mr Lambert qui se vida entièrement dans les entrailles de Marie.

Celle ci poussa un long râle en sentant une douce chaleur s’insinuer en elle.

Mr Lambert resta quelques instants plongé dans les entrailles de Marie le temps de souffler et de récupérer, puis il chuchota à l’oreille de Marie: Dis donc toi, sous tes airs de gentille petite fille tu caches une vraie petite salope ...

Marie: Merci .... et à ce que je vois, vous aimez ça les petites salopes.

Ils rigolèrent tous les deux et se rhabillèrent. Mr Lambert remit son pantalon et réajusta se chemise, tandis que Marie remonta soigneusement ses bas sur ses cuisses, fit retomber sa jupe sur ses jambes et remit de l’ordre dans ses cheveux.

Mr Lambert: Je pense que l’on renouvellera ce genre de réunions une à deux fois par semaine.

Bien sur Mr lambert, si je peux vous rendre service, le plaisir sera pour moi, glissa Marie d’un ton malicieux.

Mr Lambert: Au fait, n’oublie pas pour Eva, tu dois me l’offrir sur un plateau.

Marie: Non je n’ai pas oublié, mais pour l’instant je ne vois pas comment faire.

Mr Lambert: Et bien il va falloir y travailler sérieusement ma petite Marie, sinon ....

D’accord, dit Marie en sortant du bureau de Mr Lambert.

Elle repassa prendre ses affaires à son bureau et prit le couloir pour aller rejoindre ses collègues qui étaient parties déjeuner.

Une fois qu’elle eut rejoint ses collègues au restaurant, Marie contempla Eva et se demanda comment elle allait faire.

Elle regardait pensivement sa collègue et essayait de trouver un moyen de pression qu’elle aurait pu transmettre à son responsable, mais elle ne voyait rien.

Marie, regrettait même de ne rien trouver, la situation devenait troublante et elle se surprenait à scruter avec envie sa poitrine opulente ainsi que ses lèvres pulpeuses.

En fait il n’y avait pas que Mr Lambert qui voulait profiter des charmes d’Eva, Marie aussi commençait à être attirée par sa collègue.

Pendant le repas, Florence s’absenta quelques minutes pour aller aux toilettes, Marie profita de cet instant pour tenter une première approche.

Marie: Dis donc Eva, tu as de superbes jambes aujourd’hui, ce sont des bas que tu portes?

Eva: Oui, ce sont des nouveaux, tu les aimes bien?

Marie: Ah oui, déjà que tu as de belles jambes, avec ces nouveaux bas elles sont magnifiques, je peux toucher pour voir?

Eva un peu décontenancée et prise au dépourvu ne peut répondre que: Euh ...oui ... si tu veux ...

Puis Marie posa discrètement sa main sur le genou d’Eva et la fit remonter tout doucement sous sa jupe vers le haut de sa cuisse, arrivée à la dentelle, elle la fit redescendre. Elle fit un dernier aller retour en accentuant la pression de sa main sur la jambe de sa collègue puis se retira.

Marie: Tu as de la chance que je ne sois pas un homme, sinon ...

Eva: Mais tu sais je ne suis pas intéressée que par les hommes.

Marie ne put répondre à cette dernière remarque, car Florence venait de se rasseoir à table, mais elle avait semé le trouble chez Marie, son cœur battait la chamade. Eva venait de lui faire des avances à peine masquées, ce premier contact était allé bien au delà des espérances de Marie. Elles finirent de déjeuner et quittèrent le restaurant. Pendant l’après-midi, Marie et Eva échangèrent plusieurs regards lourds de désir et de sous entendus, puis à un moment, Eva s’adressa à sa collègue: Marie, ça ne te dérangerait pas de rester un peu plus tard avec moi ce soir, Mr Lambert m’a demandé un bilan sur les exportations pour demain et toute seule je pense que je n’aurai pas le temps.

Marie: Non, pas du tout, et puis de toute façon je n’ai rien de prévu ce soir.

Eva: Merci, c’est super gentil.

Florence: Vous voulez un coup de main, à trois cela ira plus vite.

Eva: Non, je pense qu’on devrait s’en sortir, et puis toi tu as ton mari et on boutchou qui t’attendent.

Florence: C’est comme vous voulez.

Marie: Oui, c’est vrai Florence, je pense qu’à deux, cela ne devrait prendre pas trop de temps.

Le cœur de Marie s’emballait, elle qui voulait juste tenter une première approche n’a pas été déçue, c’est carrément Eva qui lui faisait des avances.

Marie devenait aussi perverse que que son responsable car elle lui envoya le mail suivant: Ce soir je reste travailler plus tard avec Eva, à mon avis nous n’allons pas faire que travailler. Je pense que vous pourriez prendre discrètement quelques photos comme celles que vous avez déjà de moi.


Diffuse en direct !
Regarder son live