Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 286 fois
  • 25 J'aime
  • 0 Commentaire

Les aventures de Marie

Chapitre 11

Trash

Marie fit l’amour plusieurs fois avec son mari ce week-end là, elle lui avait demandé à chaque fois de la sodomiser, elle était devenue complètement insatiable, elle qui il y a encore très récemment ne laissait même pas Benoit lui toucher son œillet s’étonnait elle même d’un tel changement de comportement. Lundi matin Benoit était reparti très tôt en déplacement, mais cette fois c’est avec un pincement au cœur qu’il quittait sa femme, elle l’avait mis sur les rotules et il avait déjà hâte d’être à vendredi pour passer un nouveau week-end de baise endiablée avec sa femme. Aujourd’hui Marie avait envie d’être sexy et provocante comme jamais, elle avait déjà prévue d’inviter Eva à diner le soir même et ne doutait pas que la soirée finirait de la plus torride des manières. Elle se doutait également que son pervers de responsable allait une nouvelle fois la convoquer pour une "réunion" sur l’heure du repas.


Ce matin là, elle l’enfila l’ensemble blanc que Patrice et Michel lui avaient fait mettre lors de leur deuxième visite,.Elle enfila délicatement le soutien gorge en dentelle, puis le porte-jarretelles avec une large ceinture. Elle y attacha une paire de bas gris qui galbaient parfaitement ses jolies jambes. Puis elle enfila par dessus un string blanc transparent qui laissait deviner un sexe maintenant complètement imberbe. Elle avait obéi à son chef et s’était rendue samedi après-midi dans un salon pour demander une épilation intégrale du maillot. Elle avait dit à son mari qu’elle avait fait ça pour lui faire plaisir, ce dernier eut d’ailleurs l’occasion d’apprécier la douceur de cette nouvelle "coupe". Par dessus elle mit une robe noire qui lui arrivait au dessus du genou et une paire de chaussures à talon.


Marie arriva donc rayonnante au travail, elle salua Eva et Florence. Pendant la matinée Marie et Eva échangèrent quelques mails afin de convenir d’un rendez-vous, elles devaient donc se retrouver après le travail pour faire un peu de shopping, puis elles iraient ensuite diner chez Marie pour un petit tête à tête. La matinée se passa normalement, Marie voyait midi arriver, elle attendait que Mr Lambert la convoque dans son bureau, elle imaginait la tête qu’il ferait quand il verrait sa belle lingerie et son sexe vierge de toute pilosité. Elle pouvait presque sentir sa langue glisser sur sa fente. Bref Marie commençait quelque peu à se tortiller sur son siège et son sexe commençait à s’humidifier. Puis Florence dit : "On va manger les filles ?"

Il était déjà 12h05 et Mr Lambert n’était pas venu la chercher, Marie était déçue, et c’est un peu à contre cœur qu’elle alla déjeuner avec ses collègues.


L’après-midi fut studieuse, Marie réussit à calmer le feu qu’elle avait en elle pour se concentrer sur son travail. C’était déjà la fin de la journée, les filles étaient de train de ranger leurs affaires et s’apprêtaient à partir quand Mr Lambert déboula dans leur bureau : "Marie, Eva il faut que je vous vois une petite demi-heure, j’aimerais faire un point sur un dossier que vous aviez vu toutes les deux l’autre soir, on se retrouve dans la salle de réunion dans 10 minutes."


Les filles se regardèrent, stupéfaites. Marie quant à elle savait très bien où Mr Lambert voulait en venir, il voulait les baiser toutes les deux en même temps. Rien qu’à imaginer cette perspective, elle commençait à sentir sa fente s’humidifier. Docilement Marie et Eva prirent leurs dossiers et allèrent en salle de réunion. Mr Lambert arriva quelques minutes après, l’air grave. Il leur dit d’un ton solennel : "Mesdemoiselles, j’ai un problème avec vous"

Eva : "Ah bon, mais de quoi s’agit il ?"

Mr Lambert : "En fait c’est assez délicat."

Marie : "Mais allez y, dites nous ce qui se passe."

Mr Lambert : "Et bien en fait, on m’a transmis des photos de vous deux prises quand vous êtes restées travailler tard un soir. Malheureusement, vu le contenu de ces photos et surtout vu ce que vous faisiez, je n’ai pas le choix, il va falloir que je transmette tout ça à la direction."


Tout en disant cela, Mr Lambert fit glisser sur la table plusieurs clichés dont la teneur ne laissait aucun doute sur le genre d’activités auxquelles s’adonnaient Marie et Eva ce soir là.


Eva était rouge de confusion et ne parvenait à faire sortir aucun son de sa bouche. Marie feignait également l’anéantissement.


Elle savait très bien ou voulait en venir son chef, elle argumentait alors dans ce sens en jouant la comédie du mieux qu’elle pouvait.


Marie : "Mais ce n’est pas possible, vous ne pouvez pas nous faire ça."


Mr Lambert : "Écoutez je suis désolé mais je n’ai pas le choix."


Marie : "Mais il doit bien y avoir un moyen de s’arranger."


Mr Lambert : "Mais je ne vois pas comment on pourrait s’arranger Marie, à moins que ..."


Marie : "A moins que quoi ?"


Mr Lambert : "A moins que vous soyez très gentilles et deveniez mes deux putes personnelles."


Le sexe de Marie s’humidifia instantanément, elle se dit : "Le salaud, il n’y va pas par quatre chemins."


Eva quant à elle était au bord des larmes, elle protestait avec véhémence et indignation : "Non mais ça ne va pas espèce de dégueulasse."


Mr Lambert : "C’est vous qui voyez."


Marie : "Eva, tu te rends compte si ces photos sont publiées et diffusées, tu penses à mon mari !!!"


Eva ne répondit rien et se contenta de baiser les yeux, prête à éclater en sanglot.


Mr Lambert : "Bon, commencez par vous gouiner un peu comme sur les photos."


Feignant l’hésitation, Marie prit la main d’Eva et la fit se lever, puis elle commença à l’embrasser tendrement. Elles restèrent ainsi les lèvres collées pendant quelques minutes, Marie commençait à caresser les fesses de sa collègue par dessus sa robe, mais cette dernière restait pour l’instant indifférente et impassible à ces attouchements.


Voyant cela, Mr Lambert leur ordonna de se déshabiller.


Eva : "Non, je vous en prie."


Mr Lambert : "Ferme là et pense aux photos !!!"


Marie s’approcha d’Eva et commença à la dévêtir commençant par enlever son chemisier puis sa jupe. Elle ne portait plus qu’un soutien gorge en dentelle noir, le string assorti ainsi qu’une paire de bas couleur chair.


Eva fit tomber à terre la robe de sa collègue, laissant apparaitre le superbe ensemble blanc avec le porte-jarretelles auquel étaient suspendus une paire de bas gris.


Mr Lambert : "Décidément, c’est un repaire de salopes cette boite, ce n’est pas possible !!!"


Il dit ensuite à Eva : "Enlève ton soutien gorge et ton string, garde juste tes bas."


Puis à Marie : "Reste comme ça toi, tu me fais bander avec tes dessous."


Puis il ordonna aux deux jeunes filles de se mettre en 69 sur la table : "Vous allez vous lécher un peu pour commencer"


Eva s’allongea sur la table, Marie vint se positionner au dessus d’elle offrant ainsi sa croupe à sa collègue. Voyant qu’elles hésitaient encore un peu, Mr Lambert les encouragea : "Allez ça suffit, léchez vous maintenant je commence à perdre patience".


Marie plongea sa tête entre les jambes d’Eva et commença à lécher doucement sa fente. Une fois que son sexe était un peu plus humide, elle y plongea doucement un premier doigt qu’elle commença à faire aller et venir dans sa vulve. Marie sentit à son tour la langue de collègue se poser sur sa chatte. Au bout de quelques minutes, les deux femmes se léchaient et se doigtaient allégrement, elles avaient oublié la présence de Mr Lambert. Celui avait d’ailleurs sorti son énorme tige qu’il masturbait doucement.


Pendant que Marie et Eva continuaient de se butiner, Mr Lambert les encourageait : " Allez y petites salopes, vous aimez ça vous brouter le minou, profitez en bien, tout à l’heure c’est à ma queue que vous allez gouter".


Elles ne faisaient pas attention à ses paroles tellement elles étaient excitées, elles se léchaient et se caressaient mutuellement tout en poussant des petits gémissements de plaisir. Leur responsable profitait du spectacle qui lui était offert, il commençait à caresser doucement les corps des deux femmes. Il passait sa main sur le dos de Marie puis il se mit à flatter ses cuisses et ses mollets recouverts pas ses bas gris. Il passa ensuite à Eva et commença à passer sa main à l’intérieur de ses cuisses elles aussi plongées dans de jolis bas.


Les filles continuaient de se déguster pendant que Mr Lambert continuait d’explorer leurs corps. Marie excitée comme jamais commença à plonger un doigt dans l’anus de sa collègue, elle put le rentrer facilement car la cyprine qui coulait abondamment de la chatte d"Eva était venue lubrifier naturellement son petit trou. Les corps des deux femmes s’agitaient fiévreusement sur la table. Dans la grande pièce on entendait les bruits des langues des deux jeunes femmes, leurs gémissements et le bruit du crissement des bas que provoquait Mr Lambert en passant sans cesse sa main sur les cuisses de ses deux victimes.


Mr Lambert n’en pouvait plus, il avait envie de fourrer sa queue dans ces chattes qui avaient l’air si accueillantes. Il prit un préservatif dans sa veste et l’enfila rapidement, il fit ensuite signe à Marie pour qu’elle se relève, il attrapa Eva par les chevilles et le tira sur la table, les fesses près du bord. Il posa ses chevilles sur ses épaules et commença à frotter son gland le long de la fente. Eva avait été chauffée à blanc par Marie, elle poussait des petites soupirs alors que le sexe de son responsable courait le long de sa fente.


Avant de la baiser, Mr Lambert voulait la briser et faire d’elle sa chose comme il l’avait fait pour Marie, il lui dit : "Tu veux que je te baise ? "


Eva : "Mmmm"


Mr Lambert : " Je n’ai pas entendu, tu veux que je te baise ?? "


Eva : "Mmmm ... ouiii ...."


Mr Lambert : "Demande le moi alors "


Eva : "Mmm allez y ..... baisez moi"


Sans plus attendre, il commença à enfoncer sa queue dans le sexe d’Eva, cette dernière poussa un lourd gémissement, sans doute due à la taille du sexe qu’elle avait dans son ventre. Elle qui papillonnait à droite et à gauche avait un certain vécu au niveau sexuel, mais elle ne se rappelait pas avoir jamais été remplie de la sorte. Elle se faisait maintenant baiser copieusement, son responsable lui donnait de grands coup de rein, envoyant à chaque fois son sexe un peu plus loin au fond du vagin d’Eva. Elle gémissait et ne pouvait plus cacher son plaisir, ses seins ballotaient au rythme des coups de boutoir de Mr Lambert.


Celui continuait son travail d’humiliation : "Alors salope, tu l’aimes ma bite ?"


Eva : "Hann .... oui ...."


Mr Lambert : "Dis le"


Eva : "Hannn ouiii ..... elle est bonne ta grosse bite"


Mr Lambert : "Tu vas lécher ta copine, pendant que je continue de te baiser"


Eva : "Hann ... oui ....."


Mr Lambert : "Tu aimes ça aussi lécher la chatte de ta copine"


Eva : "Hann oui .... j’aime ça"


Mr Lambert : "Et bien vas y"


Puis il fit signe à Marie, celle ci comprit le message et vint s’asseoir à califourchon au dessus d’Eva, lui présentant son sexe au dessus de son visage. Marie ne tarda pas à pousser de petits gémissements sous l’effet des caresses buccales d’Eva, son bassin ondulait et tressautait. Elle fixait Mr Lambert dans les yeux tout en se caressant les seins, elle le provoquait et l’allumait en passant sa langue autour de ses lèvres. Celui ci comme pour la narguer et l’exciter à son tour se mit à frotter son visage contre les mollets gainés d’Eva et se mit à les lécher par dessus ses bas. Ne voulant pas être en reste, Marie abandonna sa poitrine et se mit à passer ses mains sur ses cuisses, elle se mit à effleurer ses bas avec ses ongles, créant ainsi ce petit bruit très particulier qui excitait tellement son responsable.


Ce dernier rendu hystérique par ces crissements se mit à pilonner Eva de plus en fort, elle n’arrivait plus à lécher Marie tellement il y allait, elle criait son plaisir : "Hannn oui ........ vas y .... Han ....... c’est bon ...."

Mr Lambert se décida soudain à passer aux choses sérieuses, il dit à Marie : " Viens la lécher pendant que je vais l’enculer".


Marie se pencha vers le bas ventre d’Eva et sa langue vint remplacer le sexe de son responsable.

Puis il tendit à Marie un petit tube de lubrifiant et lui dit : "Vas y prépare la bien, une fois que son petit cul aura gouté à ma bite, il ne pourra plus s’en passer".


Marie appliqua une petite noisette de gel sur la rosette de a collègue et tout en continuant à aspirer son petit clitoris, elle commença insérer un puis deux doigts qu’elle commença à faire coulisser lentement. Eva appréciait la façon dont Marie s’occupait de ses deux orifices, elle ronronnait de plaisir.


La jugeant prête à recevoir sa grosse queue, Mr Lambert positionna son gland à l’entrée du cul d’Eva et se mit à pousser doucement. Il ne voulait pas la brusquer, il voulait au contraire lui procurer un maximum de plaisir afin de la soumettre complétement. Son gland était passé, il s’arrêta un moment, Eva poussait des petits gémissements de douleur. Voulant l’aider à passe ce cap difficile, Marie se remit et lécher sa fente et son clitoris de plus belle.


Mr Lambert voyant qu’Eva s’était maintenant accommodée à cette présence en elle se remit à pousser doucement, faisant ainsi progresser son membre centimètre par centimètre au fond des entrailles de sa collaboratrice. Puis il se retirait tout en gardant son gland dans son conduit si serré. Il recommençait ensuite son exploration en allant un peu plus loin à chaque fois.


Eva commença vraiment à apprécier cette toute première sodomie, : "Hann doucement ....ouiii ....comme ça ....."


Mr Lambert : "Mmmm il est bien serré ton petit cul, tu ne jamais faite enculer avant ?"


Eva : "Hannn .... non jamais ...."


Mr Lambert : "Et alors, tu aimes ça te faire enculer ?"


Eva : Mmmm .... ouii"


Mr Lambert d’un ton plus insistant : "Tu aimes quoi, je ne t’ai pas entendu ??"


Eva : "Hannnn ...... j’aime .......quand tu m’encules ......"


*******************


Florence venait de sortir du travail, elle allait pénétrer à l’intérieur du centre commercial situé à proximité. Au moment de rentrer elle se rendit compte qu’elle avait oublié son sac à main au bureau : "Ce n’est pas vrai, quelle idiote je suis".

Elle remonta donc dans sa voiture et prit la direction de son travail. Elle pénétra dans les locaux, il n’y avait plus personne. Une fois arrivée dans son bureau, elle trouva son sac à main par terre près de son fauteuil. Elle allait partir quand elle remarqua que les affaires de Marie et Eva étaient encore là. Elle pensa : "Les pauvres, elles doivent se prendre un sacré savon".


Soudain remplie de curiosité, Florence se dirigea en silence vers la salle de réunion pour voir ce qui s’y passait et si ses collègues ne subissaient pas les foudres de Mr Lambert. Plus Florence se rapprochait de la salle plus il lui semblait entendre des bruits bizarres, le genre de bruits qui n’avaient rien à faire ici. Elle arriva près de la porte, elle s’arrêta près de l’encadrement, restant dissimulée derrière le mur. Elle entendait une femme gémir, la voix lui semblait familière mais elle n’en était pas sure.


Elle pencha sa tête furtivement pour voir ce qu’il se passait, elle n’en crut pas ses yeux, Mr Lambert en train de baiser Eva, et Marie tête bêche sur sa collègue. Elle croyait qu’elle rêvait, elle se demandait comment cela pouvait être possible. Elle pencha de nouveau la tête, le trio ne la voyait pas trop occupé qu’il était. Elle n’avait pas rêvé, Mr Lambert avait posé les chevilles d’Eva sur ses épaules et était en train de lui donner de grands coups de rein. Marie était en 69 au dessus de sa collègue la tête entre ses jambes. Même si elle ne voyait pas distinctement ce qu’elle faisait, elle pouvait très facilement l’imaginer.


Florence voulait partir, mais son corps était figé, elle ne pouvait détacher son regard de ce spectacle obscène. Pire même, son bas ventre commençait à se réchauffer et son sexe à s’humidifier. Elle commençait à avoir chaud, ses joues étaient cramoisies et sons sang venait cogner contre ses tempes. Excitée par ce spectacle, elle passa une main sous sa jupe et commença à se caresser par dessus son collant noir. Plus elle regardait ses collègues, plus elle avait envie de se joindre à eux, mais elle restait là à les regarder tout en passant sa main sur son sexe.


Pendant ce temps, Mr Lambert continuait d’enculer Eva, celle ci était au bord de la jouissance, la bite de son chef et la langue de sa collègue lui procuraient des sensations inouïes.


Mr Lambert : "Alors, tu aimes que je te fourre le cul avec ma grosse queue"


Eva : "Hannn ...... ouiiii ......."


Mr Lambert : "Maintenant tu seras à moi, je te baiserai tous les jours si j’en ai envie, compris salope ?"


Eva : "Hann ..... oui ...... j’ai encore envie de ta queue ........."


Mr Lambert : "Ne t’inquiètes pas, tu y gouteras tous les jours si tu veux à ma queue, je te la mettrai dans tous les trous"


Eva était aux anges, elle sentait cet énorme sexe aller et venir dans ses entrailles, cette sodomie conjuguée avec les caresses de Marie la rendait folle. Elle n’arrivait même plus à s’occuper de la chatte de Marie tellement elle haletait. Excité par les deux femmes, Mr Lambert était au bord de la jouissance, il sortit son sexe du cul d’Eva, ôta rapidement le préservatif et envoya plusieurs giclées sur le sexe et le bas ventre d’Eva. Puis il dit à Marie : "Nettoie là, lèche moi tout ça"


Florence de son coté était complétement émoustillée, sa main était maintenant sous sa culotte et elle avait introduit un doigt dans son sexe en feu. Cette scène de débauche avait fait naitre dans son bas ventre un incendie qui la consumait de l’intérieur. Même si elle ne le voyait pas complétement, elle était impressionnée par la taille du sexe de Mr Lambert. Elle qui pourtant offrait parfois son plus petit orifice à son mari, se demandait comment faisait Eva pour accepter un tel calibre et surtout pour y prendre autant de plaisir.


Marie et Eva étaient toujours en train de se caresser et de se lécher mutuellement, il ne restait plus aucune trace de sperme sur le bas ventre et le sexe d’Eva. Marie, selon les ordres de Mr Lambert l’avait soigneusement nettoyée, voyant cela, leur maitre chanteur leur dit : "Venez me sucer maintenant pour que je sois bien dur afin que je puisse encore vous baiser"


Les deux jeunes femmes descendirent du bureau et vinrent se mettre à genoux devant leur supérieur, celui-ci il tendit son sexe à Marie qui l’empoigna et commença à le sucer et à dévorer son gland. Eva restait accroupie à regarder sa collègue prendre cette énorme queue en bouche, mais elle n’osait pas la toucher et encore moins poser lèvres dessus. Voyant cela, Marie la délaissa et vint embrasser Eva, puis elle attira sa bouche vers la queue de son chef. Eva se retrouva donc à son tour en train de s’affairer avec le sexe de Mr Lambert, elle avait également beaucoup de mal à le sucer tellement il était imposant et se contentait de s’occuper de son gland. Marie vint lui prêter main forte et se mit à s’occuper de sa tige, elle la lustrait avec application et remonta doucement vers l’extrémité pour rejoindre la langue d’Eva.

Diffuse en direct !
Regarder son live