Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 485 fois
  • 44 J'aime
  • 0 Commentaire

Les aventures de Nath

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Cela faisait maintenant six mois que Nath avait renoncé à sa carrière de journaliste pour devenir escort girl pour diplomates et hommes d’affaires africains dans les plus grands palaces de la capitale.

Traitée comme une reine, comblée de cadeaux, très bien rémunérée pour ses « services », elle menait une vie facile faite de dîners fins, de shopping ruineux (pour ses clients) et de sexe débridé.

Mais Nath voulait toujours plus. Plus elle avait d’amants plus il lui en fallait. Plus elle baisait et plus il lui fallait baiser.

Elle se demandait bien ce que son corps voulait de plus: elle faisait l’amour tous les soirs ou presque et elle gagnait beaucoup plus d’argent qu’en étant scribouillarde!


Elle comprit bientôt ce qui n’allait pas: en fait, elle s’ennuyait!

Car si ses clients étaient pour la plupart de bons amants, ils restaient très « gentlemen » dans leur façon de faire, sans doute le fruit de leur éducation et du milieu dans lequel ils évoluaient.

Nath sentait qu’il lui fallait du sexe plus bestial, moins policé, plus spontané.


Un soir, l’homme qu’elle devait « escorter », un diplomate guinéen, décommanda leur rencontre au dernier moment pour cause d’une réunion au sommet qui s’éternisait.

Nath pensa d’abord passer la soirée tranquillement chez elle.

Puis elle ressentit ce besoin profond, qui venait du fin fond de son cerveau et mouillait sa chatte: il fallait qu’elle le fasse, il fallait qu’on la prenne comme une chienne de bas étage, qu’on la traite comme la dernière des traînées.

La jeune femme alla dans son dressing et chercha la tenue adéquate. Pas la peine de faire l’élégante, ce soir c’est soirée salope, se dit Nath.

Elle finit par dénicher une mini robe noire qu’elle n’avait pas mise depuis des lustres. Ça, ça fait bien chienne en chaleur, se dit elle!

Elle se dépêcha de l’enfiler et de regarder le résultat dans son miroir: bien moulante, la robe lui arrivait quasiment au ras de la chatte, le décolleté de la robe descendait jusqu’à la naissance de ses tétons et compressait ses seins juste comme il le fallait.

« Pas besoin de mettre de string, ça me gênera plus qu’autre chose » pensa Nath

Des escarpins, un petit sac avec juste une boite de capotes et son portefeuille et la voilà dans sa voiture.

Son nouveau train de vie lui avait permis de remiser sa vieille 206 pour une Mini toute équipée flambant neuve. En s’y asseyant, elle remarqua que la robe remontait tellement qu’elle mettait son cul à nu et laissait largement apparaître sa chatte. Au moins ça ne laissait aucun doute quand à ses intentions!


Elle se dirigea vers le centre de Paris et arriva vers le forum des Halles. Elle se gara dans une petite rue et commença à se balader. Le secteur du forum est à cette heure là hanté par des bandes de petits voyous à la recherche d’un mauvais coup.

Nath se baladait nonchalamment dans le grand parc, parc qui jouxtait les halles. Sa démarche chaloupée était encore plus accentuée par la mini robe qui semblait devoir dévoiler son cul ou ses seins à chacun de ses pas.

Les rares personnes qu’elle croisait la détaillaient des pieds à la tête, certains d’un air surpris ou scandalisé.

Mais au bout de dix minutes de promenade, toujours aucune sollicitation. Certains l’avaient bien sifflé, mais personne ne l’avait abordée.

En plus elle commençait à avoir froid, il faut dire qu’elle n’était pas trop couverte.

« Tant pis je rentre, je me finirai avec un gode » pensa elle, dépitée.


C’est alors qu’un groupe de cinq lascars sortit d’un des escaliers qui menaient au parking. Uniforme sweat-capuche et survêt, trois maghrébins et deux blacks. A la vue de Nath, ils s’arrêtèrent, interdits. Puis ils se rapprochèrent de Nath en l’interpellant:

« Mademoiselle, vous êtes très jolie, mais vous savez il faut faire attention c’est dangereux ici la nuit, vous devriez être accompagnée » lança l’un d’eux

« Ah oui, et vous appartenez à quelle catégorie? Agresseurs ou protecteurs? » répliqua Nath sans se démonter.

« oh nous, on est très gentils avec les belles femmes » minauda le plus hardi, un maghrébin.

Les cinq hommes s’étaient rapprochés et encerclaient Nath.

« Eh bien, vous allez pouvoir être mes chevaliers servants, alors » rit elle.


Les cinq lascars rigolèrent de concert. Sans un mot ils commencèrent à laisser traîner leurs mains sur le corps de la jeune femme.

Dix paires de mains qui vous parcourent, voilà qui vous met une petite salope sans dessus dessous! Et à propos de dessous...

« Putain mais elle a pas de culotte! »

« Ni de soutif, non plus! »

« On a tiré le gros lot les mecs! »


Les seins de Nath virent le jour en moins de temps qu’il ne fallait pour le dire, il faut dire qu’ils ne demandaient que ça!

Le lascar qui se trouvait devant elle se mit à téter ses mamelons comme un bébé tandis qu’un autre, placé derrière, avait introduit un doigt dans sa fente déjà humide.

Les trois autres ne perdaient pas de temps et avaient sortis leurs bites. Deux se placèrent de chaque coté de Nath et guidèrent chacun une de ses mains vers leur colonne de chair pour se faire branler.

Au bout de quelques minutes de ce traitement, Nath n’y tenant plus leur lança:

« Et si on allait dans un coin plus tranquille? »

« Ouais, t’as raison, tu nous a chauffés à blanc, tu vas ramasser! »


La petite bande entraîna Nath dans les escaliers qui menaient au parking souterrain. Les salauds ne lui avaient même pas laissé le temps de se rajuster: elle était seins et cul nus.

Ils arrivèrent au second sous sol et s’arrêtèrent à la hauteur d’une 406.

« J’ai toujours rêvé de m’envoyer une nana sur le capot d’une bagnole » dit l’un d’eux.


Nath fut basculée sur le dos sur le capot encore tiède du véhicule. Aussitôt sa chatte fut investie par la bite d’un des maghrébins.

« Attendez, j’ai des cap... » tenta d’intervenir Nath avant d’être bâillonnée par le sexe turgescent d’un black.

La sarabande commença alors pour Nath pendant près de deux heures: pilonnée dans la chatte, la bouche et l’anus par les types totalement déchaînés. Ceux qui éjaculaient laissaient la place aux autres avant de reprendre leur tour.

Chaque lascar lui passa dessus, dans l’un ou l’autre de ses orifices, au moins trois fois.

Nath, elle, eut au moins quatre orgasmes.

Au bout de ces deux heures, totalement épuisés, les cinq loubards se rebraillérent en contemplant, rigolards le spectacle qui s’offrait à eux: Nath gisait sur le capot, ravagée par les orgasmes et les coups de bite. Du sperme s’écoulait de sa chatte, il y avait des gouttes à la commissure de ses lèvres ainsi que sur ses seins.


Alors que les autres s’éloignaient en devisant sur la bonne partie de baise, un maghrébin lui glissa avant de les rejoindre:

« Putain, salope, tu nous a complètement vidés. T’es une bonne chienne. Si t’en veux encore, tu pourras nous trouver à la cité des merisiers, à Aulnay »


Nath se releva difficilement, l’esprit embrouillé. Quelle baise! Elle s’essuya sommairement avec un mouchoir en papier, renfila sa robe et rejoignit sa voiture pour reprendre ses esprits.

Là, elle fit le point: qu’est ce qu’elle avait pris! Ces salauds lui ont explosé la chatte et le fion comme pas permis, et en plus elle a mal à la mâchoire de les avoir sucés à la chaîne. Mais quel pied d’enfer!

Heureuse et comblée, elle prit le chemin du retour en se disant qu’entre deux rendez vous « professionnels », il faudra qu’elle réédite l’expérience....

Diffuse en direct !
Regarder son live