Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 2 468 fois
  • 3 J'aime
  • 0 Commentaire

les aventures de Sylvie

Chapitre 1

Hétéro

Hervé, jeune cadre de vingt cinq ans, arrive chez lui tout heureux d’annoncer à sa jeune épouse Sylvie, magnifique blonde de vingt et un ans, qu’il vient d’obtenir une promotion.

-Chéri, dit-il en l’enlaçant, je viens d’être nommé cadre supérieur. C’est pas beau, çà? Dit-il.

-Je suis fière de toi, mon amour, répond Sylvie.

-Du coup, j’ai invité mon directeur et son épouse à venir prendre l’apéritif ce soir, çà te gène pas?

-Pas du tout mon coeur, fait-elle. Je vais vite prendre une douche.

-Moi aussi, je viens avec toi chérie.

Le couple fini de s’essuyer, quand Hervé glisse une main vicieuse entre les cuisses de sa femme. Sylvie n’a pas l’air surprise.

-Tu aurais pas envie de me le mettre? Dit-elle en souriant.

Elle se retourne, et s’assied sur le meuble du lavabo, jambes écartées.

Hervé, la queue en érection, s’avance, et la pénètre doucement -Ha..ha, moi aussi j’ai envie, soupire Sylvie. Regarde comme je suis écartée,et comme je mouille. Je joui, ouiii, ouiii.

Hervé se retire. Il veut pas d’enfant, pas encore.

-Fini moi à la main, dit-il, comme tu sais faire. Je veux tout voir dans la glace.

Sylvie se place derrière lui, et le prend par la taille.

-Tu aimes que ta femme joue avec ta queue, hein? Regarde comme elle est bien décalottée là, et comme tes couilles sont pleines. Il faut les purger aussi. Je vais te taper une bonne queue, tu veux?

-Vas-y, branle moi comme j’aime, fais moi jouir. Quel coup de main, salope.

-Quand tu as provoqué ma chatte, tu disais pas que j’étais une salope. Maintenant, c’est moi qui te domine. Allez mon chat, crache, vas-y.

-Oui, çà y est, je joui, oh putain, mon amour, oui, quelle branlette.

Hervé envoie sa semence contre le miroir .

Sylvie le retourne, et lui donne un baiser torride.

-Que je t’aime toi, tu seras toujours l’homme de ma vie.

Mais c’est pas comme çà qu’on fera un bébé.

-Patience, ma chérie, répond-il, tu l’auras un jour.

-Soit tranquille, je vais le faire faire par un autre.

Après avoir nettoyé la salle de bains, le couple se prépare à recevoir leurs invités. Ils arrivent vers dix neuf heure.

Guy, le directeur, est un homme de cinquante huit ans, très séduisant, cheveux légèrement grisonnant. Son épouse, Francine, est plus jeune, cinquante ans, très belle pour son âge. Le couple n’a pas pu avoir d’enfant.

Les présentations faites, Sylvie sert les apéritifs.

-Vous m’aviez dit que vôtre épouse était jolie, remarque Guy, mais vous étiez en dessous la vérité.

Sylvie rougit en regardant Hervé, et en toisant Guy.

-Vôtre femme aussi est ravissante, poursuit Hervé.

Les couples papotent de tout et de rien.

-Vendredi, mon épouse a un entretien d’embauche dans une société à Montpellier, et il se trouve qu’il y a une grève de train. Quelle poisse.

-A bon, répond Francine, mais on descend à nôtre villa de la Grande Motte, justement Vendredi. On peut l’emmener.

Qu’est-ce-que tu en penses? Guy, c’est à côté.

-Pas de problème, répond-il. Mieux, elle reste avec nous, et Hervé descend Samedi passé le week-end. C’est pas loin.

Trois heures de route.

-Cà nous arrangerai bien, dit Hervé, mai on voudrai pas vous déranger. Tu en dis quoi, Sylvie?

-Si çà vous gène pas, répond Sylvie.

Le Vendredi, à treize heure,Guy et Francine récupère Sylvie.

Elle est vêtue d’une jupe noire arrivant à mi-cuisse, un chemisier blanc, des bottes noires montant jusqu’au genoux, cheveux frisés qui tombe sur les épaules. De la bombe.


A dix huit heure, Sylvie sort de son entretien. Guy la récupère.

-Alors, çà c’est bien passé, demande-t-il.

-Ils vont étudier ma candidature, ils m’écriront.

Demi-heure après, il arrivent à la villa. Francine a prépare l’apéritif et le repas. Après avoir pris des nouvelles, elle propose de passer à table.

Sylvie trouve le vin à son gout. Un peu trop peut-être. Elle commence a bafouiller, et a cligner des yeux.

-Vous voulez aller vous allonger, lui propose Francine. Je vous accompagne à vôtre chambre?

-Je veux bien, bafouille Sylvie, excusez moi, je gâche la soirée.

Francine déshabille et Sylvie, et l’allonge sur le lit, entièrement nue. Guy va se mettre en caleçon, et vient au nouvelles.

-Tu as vu comme elle est carrossée, dit Francine, quel morceau, et ses jambes, comme elle sont longues.

-Oui, même le reste répond Guy, putain, quel canon.

-Tu aurais pas des idées? Tu veux qu’on la teste un peu?

Francine glisse un doigt entre les cuisses de Sylvie.

A moitié endormi, Sylvie écarte légèrement les jambes,

faisant apparaitre la totalité de sa fente toute épilée.

Francine continue son exploration, et fait courir son doigt entre les lèvres, remontant jusqu’au clitoris.

-Tu as vu son bouton comme il est gros, comme il est beau, fait remarqué Francine, elle est parfaite cette fille. Et les seins? Hervé doit pas s’ennuyer.

Guy passe derrière sa femme, lui caresse les seins, et glisse une main sous la jupe.

-Tu es toute mouillée, çà t’excite toi aussi. Viens à la chambre que je te donne un coup de queue.

-Encore, répond Francine, tu m’a baisée pendant une heure cet après midi. Quelle énergie, tu es increvable.

Effectivement, Guy est très porté sur le sexe. capable de tenir une femme toute une nuit.

-Tu sais bien que j’aime çà, répond-il.

-Et si on jouait avec elle, dit Francine. Sa chatte commence à être humide.

Francine retire son doigt, et le montre à Guy.

-Oh non,murmure Sylvie toujours assoupie. S’il vous plait.

Continuez, c’est bon.

Diffuse en direct !
Regarder son live