Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 10 694 fois
  • 67 J'aime
  • 0 Commentaire

Les bas nylon de Claudine

Chapitre 2

Voyeur / Exhibition

Pendant les jours qui suivirent le mariage je n’arrêtais pas de penser à Claudine.

Je me branlais plusieurs fois dans la journée en me remémorant ses jambes gainées de bas couture et la pipe magistrale qu’elle m’avait prodigué.

Je rêvais de lui faire l’amour à nouveau, mais peut-être que pour elle ce qui s’était passé ce samedi soir appartenait au passé.

Un jour, elle me téléphona. Je ne savais pas qu’elle avait mon numéro. En fait, elle l’avait demandé à ma mère.


"J’appelais pour prendre de tes nouvelles. Comment ça va?"


A la vérité, je n’allais pas très fort. L’agitation de la vie urbaine me pesait. Je multipliais les petits boulots qui me rapportaient des cacahuètes. J’étais assez fatigué.


Claudine me proposa de passer me mettre au vert quand j’aurais quelques jours de libre. Elle et son retraité de l’armée avaient une splendide maison à la campagne.


Quinze jours plus tard, je prenais ma voiture direction la campagne.


A mon arrivée pourtant je fus déçu: Claudine n’était pas en jupe comme je l’avais espéré mais en pantalons.


"On ne t’attendait pas de si bonne heure, dit-elle. J’étais en train de finir le ménage."


Je me retrouvais au salon en train de déguster un café en compagnie de Charles, le mari.

Une heure plus tard, Claudine avait terminé de mettre la maison en ordre.


"Charles mon chéri, dit-elle, tu peux commencer à nous servir l’apéritif. Je vais me changer, je suis là dans quelques minutes".


Elle réapparu dans une petite robe verte très décolletée et qui lui tombait aux genoux. Des escarpins de même couleur à très hauts talons aiguilles. Un collier de perles habillait son cou. Elle avait maquillé ses yeux en insistant sur les cils, ce qui lui donnait un regard de biche. Un serre-tête noir maintenait ses cheveux en arrière. Sur ses jambes courrait un fin voile de nylon couleur daim.


Elle s’installa au côté de son mari sur le canapé, moi leur faisant face.

Charles continuait de narrer ses souvenirs de l’armée. Je faisais semblant de m’intéresser, n’ayant d’yeux que pour les jambes de Claudine qu’elle ne cessait de croiser et décroiser. Encore une fois elle avait mis des bas et j’apercevais son porte-jarretelles blanc assez facilement.


Charles, emporté par ses souvenirs, ne se rendait même pas compte que je dévorais sa femme des yeux.


Nous passâmes à table. Puis retournâmes au salon pour un digestif, devant une émission de télé. A 21 heures trente précise Charles prit congé:


"Je vais me coucher les enfants. Avant l’heure c’est pas l’heure, après l’heure c’est plus l’heure!"


Quelle aubaine! je me retrouvais seul à seul avec Claudine.


"Mais... tu ne vas pas le rejoindre ?" lui demandais-je.

"Tu parles! Il est déjà en train de ronfler tout de suite".


Je pris place au côté de Claudine sur le canapé. On continuait à regarder l’émission TV distraitement. J’avais une vue plongeante sur les seins de mon hôtesse. Quels seins ! Énormes! Et je pouvais aussi me délecter de ses cuisses, du nylon qui les habillait..


"Le vieux, ça fait un bout de temps qu’il me baise plus, dit-elle tout à coup. Et même quand j’essaye de lui sucer sa nouille, il se passe pas grand-chose".


Immédiatement après avoir dit cela elle m’embrassa à pleine bouche tout en me mettant la main au paquet. Elle extirpa ma queue raidie et me suça comme une affamée. Dix minutes après j’étais en train de la baiser en missionnaire, la robe relevée sur ses hanches, ses jambes à mon cou. Je caressais ses cuisses au travers du nylon pendant que je lui mettais des grands coups de queue. Savoir que son mari était juste au dessus de nous dans la chambre redoublait mon excitation. Ne pouvant plus tenir, je me retirais de sa chatte et arrosait de mon sperme ses nichons, sa robe, ses bas...



(A suivre)

Diffuse en direct !
Regarder son live