Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 948 fois
  • 8 J'aime
  • 1 Commentaire

Les bien faits de Clarisse

Chapitre 1

Lesbienne

Notre pause déjeuner est chaude. Clarisse raconte comme elle se fait du bien. Nous sommes toutes excitées de l’entendre décrire avec une foule détails ces façons. Je sens qu’il va falloir que je m’isole un moment n’importe où, même dans les toilettes (je n’aime pas tellement ça). Mes copines sont comme moi. Perso j’aimerai avoir une main d’homme dans le string. En croisant et décroisant les jambes j’arrive à me raisonner. Revenue au bureau je repense aux confidences de Clarisse. J’ai à nouveau envie. C’était hier. La suite est que je suis seule dans le bureau. Je suis chef, alors qui peut venir m’embêter ? J’enlève le string qui file dans le tiroir. Il me semble sentir mon odeur de sexe monter vers mes narines. En me touchant j’ai la confirmation : je mouille. Je passe l’index d’un coté du clitoris, le majeur de l’autre coté. En commençant les aller et venue, je rêve de bite, de langue, même des mains de Clarisse. Je fais descendre ma main sur le vagin. Mes deux doigts entrent ensemble. Je ne peux retenir un petit gémissement. Je me fais du bien, c’est bon. J’avance mes fesses au bord du siège, je peux mettre un autre doigt là bas, sur l’anus. Je n’hésite pas à me branler le cul.

C’est bon, je vais jouir. Mes yeux cherchent dans le vague une silhouette, il me semble la voir, celle de Clarisse. C’est mieux qu’un rêve : la réalité est que la jeune femme est à mes cotés, sa main sur la chatte. Elle fait comme moi, sauf que je suis assise confortablement. Comment puis-je me laisser aller à la folie. Ma bouche se tend vers son sexe. J’ai envie d’elle, la première fois de ma vie avec une autre fille sauf il y a longtemps avec une copine de classe.

Ma langue passe et repasse sur le clitoris gonflé. En plus elle a bon goût. Elle s’est avancée vers moi pour que je la lèche comme elle veut. Ses mains caressent mes cheveux, c’est agréable. Je laisse tomber mon plaisir actuel en espérant qu’elle me masturbera. Mes mains enserrent ses fesses nues. Je lui passe deux doigts dans la raie. Elle ne se défend pas.

Ma bouche entière est collée contre son pubis. J’ai sa cyprine qui coule. Je la déguste. Je descends une main par-dessus son anus que je caresse vite au passage. Je trouve sa chatte humide. J’y mets deux doigts qui vont et viennent. Le peu que je vois d’elle est son ventre qu’elle a découvert. Il fait un pli au milieu. Je la sens se raidir avant de sentir ses spasmes. Une drôle de découverte quand elle jouit : elle lâche un jet de cyprine qui m’inonde. C’est à la fois dégoûtant et excitant. J’ai réussi à la faire bien jouir.

Sa bouche vient sur la mienne. Elle peur boire son liquide, enfin ce qui en reste. Nos langues jouent longtemps pendant qu’elle passe sa main enfin, sur la moule. Elle est douce, plus que moi. Mes jambes montent sur le bureau. Je suis encore plus à l’aise quand elle passe derrière moi. Ses mains passent sur les seins. Ils durcissent. Sans rien demander elle les fait sortir pour les caresser. Enfin, elle fait aller une main, la droite je crois, sur la chatte. Mon abricot est trempé. J’ai besoin de ce qu’elle fait.

Elle s’attarde beaucoup à l’intérieur des cuisses. J’ai envie qu’elle me fasse du bien, je lui en ai fait alors ?

Alors, enfin je la sens tout au bord du vagin, juste sur les cuisses. Mes lèvres n’en peuvent plus. Elle les frôle longtemps. Qu’est ce qu’elle fait ? Un chatouillis sur le clitoris. Enfin elle commence à me masturber. Je craque complètement, surtout qu‘elle m’embrasse sur la bouche. Clarisse me fait du bien elle continue même après un court orgasme. Il faut dire que je tends mon ventre encore. Si elle avait un gode, elle me l’aurait mit, j’aime ça. Elle ne peut mettre que ce qu’elle a : des doigts. Elle sait s’en servir en le mettant Je pense qu’elle a du mettre sa main en entier tellement je me sens remplie, plus qu’avec une bite.

La voilà qui change de méthode. Elle enjambe mes cuisses, vient poser son con contre le mien. Je ne sais pas comment elle fait, pour bouger ainsi avec une jambe repliée sur ma poitrine Nos sexes se touchent, les clitoris sont à la fête, le mien surtout : elle m’envoie plusieurs fois au paradis des filles. J’avais oublié que les caresses entre femmes sont souvent meilleures qu’avec les hommes. L’impudeur de la scène me fait encore mouiller. J’ai un éternel besoin de plaisir.

J’ai eu le malheur de raconter tout à mon ami. Il m’a fait ce que je n’avais pas eu l’après midi. Il me la mise au cul après m’avoir baisé. C’était gentil, charmant. J’aime bien sa queue. Surtout qu’il me la donne dans la bouche ensuite. J’adore son goût si particulier quand il vient de m’enculer. Je lui ai promis de recommencer avec Clarisse. Je le ferais certainement mais pas au bureau, à l’hôtel d’à coté.

Nous sommes à ma demande dans une chambre innommable d’un hôtel miteux. Clarisse est toujours aussi sensuelle. J’ai voulu d’elle, à moi de commencer. Après un premier baiser je la caresse comme j’aime qu’on me fasse. Caresse contre caresse. Je suis en retard sur elle qui passe sa main sous ma jupe. Je n’ai pas mis de sous vêtement volontairement. Elle passe rapidement comme pour vérifier. Je me laisse aller sur le lit, les jambes ouvertes. Elle se jette sur moi comme une affamée. Clarisse me bouffe la chatte comme jamais. Même la langue de mon ami ne me fait autant de bien. Je sens son menton contre la vulve. Comme une grosse bite.

Elle est nue quand elle se tourne sur moi. Elle me donne une chatte plus que mouillée. Comment résister à son appel. Ma langue fouille sa moule comme elle fait de la mienne. Elle me tend ce que je n’ai pas sur moi, un gode. Je comprends qu’elle le veut dans le cul. Je le lui mets d’abord dans le trou d’en haut. Il est bien mouillé, je peux la sodomiser. Ma première sodomie. Je suis tendue à l’extrême quand je commence à l’enculer. Je ne savais pas que les gouines aimaient se faire fourrer par cet endroit.

L’effet est rapide, elle se relève un peu, les reins pliés pendant que je vais et vient dans son ventre. Je reste ainsi seule pendant que je lui donne du plaisir. Elle jouit en poussant des sifflements aigus. Son orgasme fini, elle revient me lécher. Mes cuisses entourent son cou. Enfin elle se décide à me caresser le troufignon. Elle sait bien me faire jouir encore plusieurs fois.

Je n’en peux plus, je me laisser aller au sommeil. Elle me réveille en m’embrassant. Sa main reprend la masturbation. J’allais jouir encore quand elle me fait mettre sur le coté. Sers jambes encadrent le corps avant qu’une d’elle passe entre les miennes. Elle frotte contre le clitoris. Elle revient encore poser son sexe sur le mien. J’accompagne ses gestes. Je sens son clitoris contre le mien. Je ne peux retenir mes jouissance, comme elle les siennes.

Nous savons que nous allons nous retrouver souvent à cet hôtel pour tirer un coup. C’est bon les filles, c’est surtout inventif.

Surtout Clarisse.

Diffuse en direct !
Regarder son live