Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 41 121 fois
  • 207 J'aime
  • 11 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Les confidences de mon fils

Chapitre 1

Inceste

Véronique, c’est mon prénom, j’ai 39 ans et j’habite seule avec mon fils Thomas qui a 18 ans. Il est plutôt beau garçon, et moi je suis une jolie brunette mince et sexy. Il y a toujours eu entre mon fils et moi, une relation fusionnelle, mais rien de sexuel bien entendu. Enfin jusqu’à aujourd’hui puisqu’il s’est passé quelque chose d’inhabituel. Tout a commencé quand il est rentré de son travail, il avait l’air bien fatigué. Pendant ce temps, je préparais le dîner. Il alla prendre une douche pour se détendre un peu. De mon côté en cuisine, je me suis rendu compte que mon minuteur pour faire cuire le repas ne fonctionnait plus. Je suis alors allée à l’étage pour prendre un vieux sablier dans un placard, à côté de la salle de bain. Et là, c’est le choc, je croisais mon fils sortir de la salle de bain, tout nu, avec la zigounette au garde-à-vous ! Je ne savais plus où me mettre, je me suis même caché les yeux avec mes mains.


Thomas aussi était visiblement confus, il a marmonné quelques mots en prétextant qu’il n’y avait plus de serviette de douche. Il est donc allé s’habiller dans sa chambre et moi je me suis retrouvée plantée là, en ayant oublié la raison pour laquelle j’étais montée. En effet, j’étais complètement troublée par ce que je venais de voir. Il avait déjà un physique athlétique, et sa zigounette...


Humm quelle merveille, elle devait faire dans les 17 ou 18 centimètres. Comme je suis une femme, je ne suis pas insensible à un engin de cette taille.

Plus tard, nous sommes passés à table, mais aucun de nous deux n’a abordé le sujet sur ce qu’il s’était passé. Ce n’est qu’une fois au lit qu’il est venu me voir dans ma chambre. Il toqua à ma porte.


— Maman, est-ce que je peux entrer ?

— Oui.


Il entra et referma doucement la porte derrière lui avec un air timide.


— Désolé pour tout à l’heure, dit-il en rougissant.

— Oh ce n’est rien, il n’y a pas de mal. Tu veux qu’on en parle ?

— Eh bien oui, si ça ne te dérange pas.

— Assieds-toi sur mon lit avec moi, tu seras mieux.


Il s’assit sur mon lit et moi j’étais allongée sous les draps.


— Tu sais maman, j’ai souvent mon zizi qui devient dur.

— C’est normal chéri, tous les garçons sont comme ça.

— Oui, mais bon, c’est gênant quand ça arrive sans prévenir.

— Chéri est-ce que je peux te poser une question indiscrète ?

— Oui.

— Est-ce que tu t’es déjà... hum... avec la main tu vois ?

— Heu... Ben je vois ce que tu veux dire, mais c’est pas facile de parler de ça.

— Ne t’inquiète pas, tout ce que tu me diras restera entre nous, c’est promis.

— Ben oui, je l’ai déjà fait avec la main pour te dire la vérité.

— Ha bon, et alors ça ne te soulage pas ?

— Si, mais après, j’ai encore envie.

— C’est normal à ton âge, ce sont tes hormones qui bouillonnent. Dis-moi, tu te souviens de la première fois que tu t’es caressé la zigounette ?

— Oui, je m’en souviens très bien, c’était génial.

— Comment ça s’est passé?

— J’avais emprunté un de tes magazines de lingerie, pour me faire plaisir dans mon lit.

— Quel petit coquin... Mais tu savais déjà que tu avais de la crème dans les castagnettes ?

— Non pas du tout, et ça m’a surpris.

— Qu’est-ce que tu as ressenti au moment où c’est sorti ?

— De la peur, j’avais peur de tomber dans les pommes tellement l’émotion était forte. J’ai senti comme des décharges électriques dans le zizi et après, je pensais que j’étais en train de faire pipi.

— Comment tu savais que ce n’était pas du pipi ?

— J’en avais sur les doigts et j’ai tout de suite vu que c’était de la crème. Je me suis essuyé avec un mouchoir.

— Et comment tu te sentais après ?

— Je me sentais soulagé, c’était une grande étape pour moi.

— Tu as recommencé après ?

— Oui de temps en temps, ça m’arrive.


Après toutes ces confidences de mon fils, j’ai senti une intense chaleur dans le bas-ventre. J’étais honteuse d’avoir mouillé ma culotte.


— Chéri c’est gentil de m’avoir raconté tout ça, tu as confiance en moi.

— Tu es ma confidente maman, dit-il en me serrant dans ses bras.


Mon fils sortit de ma chambre pour aller dans la sienne. Je suis allé dans la salle de bain pour aller faire ma toilette intime. J’ai retiré ma petite culotte mouillée, et je me suis caressée la minette tout en pensant à Thomas, durant quelques minutes avant de craquer. J’ai aspergé tout le carrelage avec mon jus d’abricot. Alerté par mes gémissements, Thomas vint me voir dans la salle de bain, heureusement que je m’étais rhabillée:


— Tout va bien maman ? Je t’ai entendu crier ?

— Oui ça va merci, il y a juste une fuite d’eau, c’est tout.

— Tu veux que je t’aide à nettoyer ?

— Heu... Pourquoi pas chéri...


Cette situation m’excitait encore plus. Thomas ne se douta de rien, mais je pense qu’il aurait beaucoup aimé savoir d’où provenait ce liquide qu’il était en train d’éponger. J’attends d’être plus intime avec lui pour lui dire la vérité. J’avoue qu’il me fait beaucoup d’effet, peut-être parce que c’est mon fils, la chair de ma chair, et que je suis fière de lui. Depuis ma séparation avec son père, j’ai très envie de faire l’amour, mais je ne pensais pas être attirée à ce point par Thomas.

Diffuse en direct !
Regarder son live