Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 14 735 fois
  • 287 J'aime
  • 4 Commentaires

Les démarcheuses

Chapitre 1

Avec plusieurs femmes

Bonjour, pour situer l’histoire, je suis un jeune homme de 28 ans, brun, 1,80m, 78 kilos, travaillant dans le médical, je me prénommerai Pierre pour l’histoire.


Une matinée après le déconfinement, alors que je profite de la chaleur de l’été pour jardiner torse nu, deux jeunes femmes viennent sonner chez mes parents, chez qui je loge en leur absence pour pouvoir profiter de la maison et de la piscine, afin de me proposer d’offrir un don pour une association visant à promouvoir la santé des enfants à travers le monde.


Elles doivent avoir dans les 18-20 ans toutes les deux. L’une d’origine caucasienne, 1m65, brune, discret piercing sur le nez et tatouages sur les deux bras et un autre qui se dévoile discrètement sur son sein droit recouvert d’un fin débardeur blanc. Elle me dit s’appeler Esther.

L’autre est d’origine africaine, 1m60, jupe ample, cheveux crépus noués en une longue tresse lui descendant entre les omoplates, un tee-shirt simple rouge et une jupe remontant à mi-cuisse rose pâle, elle s’appelle Inaya.


Je suis un peu gêné de me retrouver torse nu, tout transpirant devant ces deux jeunes femmes. Je leur propose de se mettre à l’ombre d’un arbre du jardin, juste devant l’entrée pour continuer la discussion au frais pendant qu’Esther m’explique leur démarche et le but de l’association qu’elles défendent. Je surprends Inaya observer discrètement mes abdominaux ruisselant de sueur jusqu’au haut de mon caleçon. Pour ma part, j’essaye d’être discret en promenant mon regard sur les deux, mais je doute d’être suffisamment discret lorsqu’Inaya me regarde droit dans les yeux après que je me sois un peu trop attardé sur ses courbes.

Au bout de quelques minutes, Esther remarque la licorne gonflable qui flotte tranquillement dans la piscine et pousse un cri mi-surpris mi-amusement.


— Vous avez des enfants ? me demande Esther, curieuse.

— Ben non, c’est ma licorne personnelle pour me relaxer dans la piscine ! réponds-je.

— C’est trop drôle, ça doit être trop bien, il fait super chaud ces temps-ci ! me rétorque-t-elle.

— Vous n’avez qu’à essayer, dis-je en rigolant, ne pensant pas qu’elle prendrait ma phrase au premier degré.

— On a encore tout un quartier à démarcher cet après-midi, mais si la proposition tient toujours, moi je veux bien venir après, s’exclame-t-elle.


Je les observe chacune à leur tour, Inaya n’a pas dit un mot, mais on peut voir son sourire dévoiler de jolies dents bien blanches créant un contraste avec sa peau noire qui semble tout à fait en accord avec son amie. Après quelques secondes de réflexion, je me dis à moi-même : après tout, tu es seul ce soir, tu as la maison pour toi et après le confinement, tu ne dirais pas non à un peu de compagnie, d’autant plus aussi souriante et joyeuse que ces deux jeunes femmes (et puis elles sont très jolies toutes les deux, ce qui ne peut qu’être encore plus agréable).


— Eh bien avec plaisir, je vous donne mon numéro, appelez-moi pour confirmer, on peut se donner rendez-vous à 20h, je vous offre l’apéro et un barbecue si ça vous dit !! leurs proposé-je, enjoué.

— Trop bien, j’adore les barbecues, c’est d’accord alors, on vous envoie un message quand on arrive, dit Inaya.


Nous finissons les démarches administratives pour organiser le don à leur association puis elles repartent. J’entends distinctement leurs rires quelques mètres après qu’elles se soient éloignées. Je suis curieux de savoir ce qu’elles se disent et je commence à réfléchir à l’organisation de la soirée. Je sors des magrets du congélateur, ouvre quelques boîtes de gâteaux apéros, prépare le barbecue, mets quelques bières au frigo ainsi qu’une bouteille de rosé et de vin blanc, ne leur ayant pas demandé ce qu’elles préféraient.


Je file sous la douche et en profite pour me raser, laissant une fine barbe de quelques jours sur mes joues et j’en profite pour passer un coup de tondeuse en bas aussi, sait-on jamais ce qu’il adviendra au cours de cette soirée.


A 19h30, je reçois un message d’un numéro inconnu : "Nous arriverons pour 20h comme prévu, on apporte des bouteilles de vin ! Les filles de l’association". Je note dans un coin de ma tête l’adjectif "des" devant bouteilles de vin et je me dis que la soirée risque de se prolonger, tant mieux. A 20h précise, elles arrivent dans une Clio verte et se garent devant dans la rue avant de sonner au portail.


En venant leur ouvrir, j’en profite pour observer leur changement de tenue. Esther porte un débardeur noir échancré, laissant deviner une petite paire de seins que j’estime être du 90B, elle s’est maquillée pour l’occasion avec un discret rouge à lèvres rouge pâle. Inaya quant à elle a troqué sa petite jupe rose contre une robe noire fendue sur le côté gauche, laissant apercevoir jusqu’au haut de ses cuisses avec un body en dentelle à peine transparent blanc. Chacune apporte une bouteille de vin ainsi qu’un petit sac en toile qui doit contenir leurs maillots et serviettes.


— Bonsoir, on a amené de quoi se désaltérer vu que c’est vous qui offrez le barbecue, me dit Esther.

— Je pense que vous pouvez me tutoyer maintenant que je vous invite à prendre l’apéro et qu’on va passer une partie de la soirée ensemble.

— Oui tu as raison, ce sera plus convivial ! répond Inaya.

— Je vous propose de profiter immédiatement de la piscine et de la licorne tant qu’il fait encore jour. Vous pouvez vous changer dans la salle de bain si vous voulez.


Je les emmène jusqu’à la salle de bain et propose à Inaya ma chambre pour se changer et à Esther la salle de bain.

— On va se changer ensemble, me dit Esther, et elle referme la porte de ma chambre sur elles deux.


Je repars vers la terrasse en écoutant leurs rires et en me disant qu’on va sûrement passer une bonne soirée. Après quelques minutes, le temps pour moi de sortir des verres et tout emmener au bord de la piscine en attendant de savoir ce qu’elles voudront, elles sortent de la maison toutes les deux, Inaya dans un maillot noir aussi fin que le permette un minimum de chasteté, très échancré au niveau du pubis associé à un tanga qui met bien en valeur ses fesses puis Esther dans un maillot fleuri rouge et blanc dissimulant un tout petit peu plus ses fesses avec un haut semblant un peu trop serré sur sa poitrine, ce qu’il la fait bien remonter et crée un effet push-up.


Elles glissent dans l’eau toutes les deux et je leur propose un verre de rosé bien frais pour commencer. Esther part immédiatement s’installer sur la bouée licorne gonflable, je l’aide en tenant la bouée tandis qu’elle fait glisser ses fesses à l’intérieur du cercle, puis lui rend son verre de rosé.


Inaya quant à elle s’assoit au bord de la piscine, les jambes pendant dans l’eau et sirote son verre.

Nous discutons de tout et de rien, j’en apprends plus sur leurs parcours, les ayant amenés à devenir bénévoles pour l’association : toutes les deux ayant fini leurs études d’histoire de l’art et attendant de trouver un emploi stable. Esther a 24 ans et Inaya 25. Pendant toute la discussion, j’essaye de me concentrer sur mon verre de rosé, mais mon regard s’égare un peu trop souvent sur les deux jeunes filles qui ne manquent pas de me surprendre sans rien dire, sauf de petits sourires discrets.


Après la piscine où tout le monde est resté très sage, je propose de passer à table où je sers plusieurs autres apéritifs en attendant le barbecue. Je vois bien que les deux femmes commencent à parler un peu plus fort et un peu plus facilement qu’au début et je ne peux que remarquer qu’aucune d’entre elles ne sera capable de conduire d’ici très peu de temps. Je me garde bien de faire la moindre remarque.

Le soleil se couche doucement, Esther commence à se plaindre du froid et va donc se rhabiller avec Inaya, me laissant seul. J’en profite pour débarrasser et sortir des alcools un peu plus fort : rhum, whisky, tequila.

Elles reviennent enfin, s’installent à la table et me demandent si j’ai une copine. Les choses commencent à se préciser. J’explique que non plus depuis 5 mois.


— Alors ils sont à toi tous ces sex-toys ?


Je rougis immédiatement, je ne sais pas quoi répondre, un blanc s’installe auquel Esther met fin immédiatement.


— On a été curieuse, on a ouvert tes tiroirs de table de nuit.

— C’est ceux que j’utilisais avec ma copine avant...


Je ne dévoile pas tout, mais il m’arrive de m’en servir aussi un peu tout seul lors de mes séances de masturbation intenses.

— Vous savez des choses intimes sur moi et pourtant moi, je ne sais rien d’intime sur vous, je trouve ça parfaitement injuste, je vous propose un petit jeu où je vais vous poser des questions, si vous n’y répondiez pas, vous avez un gage, d’accord ?

— Ah oui, on y jouait plus jeune, ça va nous replonger en adolescence, répond Inaya.

— Comme vous avez de l’avance sur moi, je vais commencer : Esther, est-ce que tu as un copain ?

— Non, pas pour le moment.

— A mon tour, Inaya, embrasse Pierre.

— Eh on avait dit des questions ! objecte Inaya.

— Oui, mais c’est plus marrant si on fait les deux ! Si tu refuses, tu dois boire un cul sec, répond Esther.

— Oui d’accord, en plus, j’en avais envie depuis un moment déjà.


Inaya s’approche de moi, pose sa main sur mon épaule et m’embrasse langoureusement pendant qu’Esther nous regarde avec envie. Je sens mon sexe commencer à durcir doucement dans mon pantalon, j’espère pas trop visible, mais vu la tournure que prend la soirée, je ne m’en inquiète pas trop.


— Hum, il a bon goût en plus ! déclare Inaya en quittant mes lèvres après quelques secondes.



Elle se rassoit sans me quitter du regard, ce qui m’excite encore plus, il me tarde les prochaines questions ou gages.


— Pierre, enlève ton tee-shirt.


Je m’exécute immédiatement et réfléchis à ma prochaine question : plutôt question ou plutôt gage ? Je commence à déshabiller l’une d’entre elles où je fais monter l’excitation avec des questions grivoises...


— Esther, tu vas enlever la culotte D’Inaya, proposé-je.

— Perdu ! Je ne l’ai pas remise, s’écrie Inaya tout en se reculant un peu sur sa chaise et soulevant sa jupe fendue pour nous laisser à peine entrevoir son pubis rasé, juste assez pour me donner envie d’en voir beaucoup plus. Pour la peine, c’est toi qui bois un cul sec.



Je m’exécute, ravi de la tournure des événements. Elle avait déjà tout prévu. Je me suis immédiatement demandé si Esther aussi avait "oublié" de remettre la sienne.


— Inaya, enlève ta jupe, si tu n’as pas besoin de culotte, tu n’as sans doute pas besoin de jupe non plus coquine ! dit Esther.

— D’accord, mais c’est Pierre qui vient me l’enlever" répondit Inaya en me regardant droit dans les yeux.


Je me lève, conscient de la bosse que forme mon sexe durci sur mon pantalon. Je me dirige vers Inaya qui se lève, toujours en me fixant dans les yeux, je m’accroupis à ses côtés et commence à chercher une fermeture éclair ou un bouton probable excuse pour mettre mes mains sur ses hanches et sur le haut de ses fesses.


— N’en profite pas pour me tripoter coquin, s’exclame amusée, Inaya.

— Vu la bosse qu’il a à l’entrejambe on doit commencer à l’exciter un peu, ça ne m’étonne pas qu’il en profite et ne fais pas l’innocente, c’est pour te faire tripoter que tu as demandé à ce que ce soit lui qui te l’enlève.


J’arrive "enfin" à faire descendre sa robe, elle se tourne vers Esther pour m’offrir une vision magnifique sur ses fesses bien fermes, par réflexe, j’en profite pour lui embrasser la fesse juste en haut de sa raie, ce qui lui fait pousser un petit gémissement appréciateur. On se rassoit tous les deux, elle ne prend pas la peine de serrer ses jambes pour nous laisser apercevoir son sexe épilé qui commence à gonfler, semble-t-il. Il me tarde de m’en rapprocher pour y goûter.


— Esther, tu es encore bien trop habillée par rapport à nous, enlève immédiatement ce petit haut, qu’on voit ta poitrine, je sais que tu n’as pas mis de soutien-gorge, dit Inaya.



Sans poser de questions, Esther se lève et dans une danse lascive, elle enlève son débardeur, nous laissant admirer ses seins, elle en profite pour se les caresser un peu, ses tétons sont déjà tendus d’excitations. Je n’en peux plus, ma main effleure mon pantalon, ce simple geste m’électrise tout le corps, il est tellement tendu que ça me fait presque mal de le laisser compressé dans mes vêtements. Il me tarde de le laisser sortir.


— Ah moi ! Esther tu vas faire un cunni à Inaya pendant 30 secondes et attention, je veux voir ta langue rentrer dans sa fente !

— Eh attendez, je n’ai jamais fait ça avec une fille avant moi ! Je sais que Esther tu aimes bien ça, tu m’as déjà raconté plusieurs fois tes histoires avec d’autres filles, mais pour moi, c’est nouveau.

— Ne t’inquiète donc pas, répondit Esther, " on m’a déjà dit plusieurs fois que je savais bien y faire, tu vas voir, tu vas aimer."



Inaya s’avance sur sa chaise pour mettre ses fesses juste au bord et laisser libre accès à Esther, elle pose un pied sur la table et met sa jambe sur l’accoudoir du fauteuil pour bien écarter ses cuisses. Je lui demande de se tourner un peu sur le côté pour que depuis l’autre côté de la table, je puisse parfaitement observer la langue d’Esther s’activer. Je prépare un chronomètre que je règle sur 45 secondes sans rien dire en espérant pouvoir profiter un maximum de cette situation. Inaya ferme les yeux pendant qu’Esther s’agenouille devant elle et commence à la lécher. Je n’en peux plus, je fais sortir mon sexe de mon pantalon et je commence à me caresser en les regardant faire, ce léger bruit de succion lorsque Esther suçote le clito d’Inaya associé aux gémissements de plaisir des jeunes femmes m’excite un maximum.


Inaya s’agite sur son fauteuil, j’ai l’impression qu’elle ne va pas tarder à jouir, je vois la langue d’Esther tantôt tourner autour de son clitoridien tantôt rentrer profondément entre ses lèvres humides.


Malheureusement, le chronomètre finit par retentir, elle essaye de bloquer la tête d’Esther lorsque celle-ci s’extirpe pour pouvoir prolonger son plaisir, apparemment sa première expérience de cunnilingus lesbien lui a plu. Esther se relève et se lèche les lèvres humides de cyprine, Inaya reprend son souffle.


— Regarde-moi ce cochon, il en a profité pour sortir sa bite et se branler ! On va peut-être l’aider un peu pour le remercier de son hospitalité tu ne penses pas Inaya ? propose Esther.

— Oh oui et après avoir goûté à ses lèvres, j’ai bien envie de goûter sa bite !


Les deux filles viennent s’agenouiller devant moi, Inaya les fesses à l’air, mais son haut toujours à sa place, Esther la jupe toujours à sa place, mais les seins à l’air. Esther commence par venir m’embrasser, je peux sentir le goût de la mouille d’Inaya sur ses lèvres pendant que je sens la main d’Inaya se resserrer autour de mon sexe et commencer doucement des va-et-vient. Esther se relève pour que je puisse embrasser ses seins et j’en profite pour mettre ma main sur son sexe qui dégouline de mouille.


— Elle est grosse, je ne sais pas si je vais réussir à faire une gorge profonde ! s’exclame Inaya.

— On va essayer, je vais t’aider, répond Esther.



Elle descend rejoindre Inaya, toutes deux à genoux devant moi puis Inaya prend mon sexe en bouche pendant qu’Esther me lèche les testicules et se masturbe en même temps. Inaya essaye la gorge profonde, mais il lui manque quelques centimètres. Esther profite qu’elle soit au plus loin et appuie fortement sur sa tête sans la prévenir et elle ne manque pas d’avoir un hoquet de surprise et bave abondamment sur mon sexe. Esther vient lécher le fluide qui dégouline jusqu’à mes testicules. Inaya recrache mon sexe en rigolant et le propose à Esther qui l’engloutit immédiatement et profondément jusqu’à buter contre mon pubis.


— Il va falloir que je m’entraîne pour arriver à faire ça, remarque Inaya dans un semblant de vexation.



Après quelques secondes d’une fellation tonique, je reviens que je vais bientôt éjaculer pour qu’Esther puisse se retirer, mais celle-ci accélère encore ses mouvements jusqu’à ce que je jouisse dans sa bouche avec un râlement de plaisir. Elle attend d’avoir récupéré toutes les gouttes puis vient embrasser sauvagement Inaya qui récupère tout mon jus puis avale tout.


— Hum c’était bon, mais j’espère que tu es encore en forme, il va falloir nous faire jouir toutes les deux et pas qu’une fois ! dit Esther.

— Et si on allait prendre un bain de minuit le temps qu’il reprenne ses esprits et sa vigueur ? propose Inaya.



Elles finissent de se déshabiller toutes les deux et partent vers la piscine, un verre à la main. Je les regarde s’éloigner nues vers la piscine, à peine remis de mes émotions, la soirée va être longue ! Je les rejoins alors qu’elles sont en train de discuter du premier cunnilingus lesbien d’Inaya qui explique avoir beaucoup apprécié, que les caresses d’Esther sont bien plus douces que celles des hommes qu’elle a pu connaître, mais que le côté "brutal" des hommes lui pâlit aussi. Elle est prête à tenter bien d’autres expériences avec nous. Nous discutons en regardant les étoiles puis Esther finit son verre et s’assoit sur le bord de la piscine, les deux jambes bien écartées, laissant libre accès à sa vulve.


— Bon, vous avez eu tous les deux du plaisir, c’est mon tour, qui veut commencer ? dit-elle avec un clin d’œil.



Inaye et moi nous regardons puis devant l’hésitation d’Inaya, j’approche ma bouche de sa grotte au-dessus de laquelle subsiste un fin chemin de poils noirs taillés court. Elle s’allonge pour se détendre un maximum alors que je commence à embrasser l’intérieur de ses cuisses en me rapprochant du but. Sa respiration commence à s’accélérer alors que je donne de petits coups de langue sur ses lèvres puis je la mets à l’intérieur pour goutter tout ce jus délicieux et commence à sucer et titiller son clitoris. Inaya vient se mettre contre moi, une main sur la cuisse d’Esther, l’autre commence à descendre vers mon sexe. Soutenu par les gémissements d’Esther, j’accélère le rythme en tournoyant autour de son clitoris puis enfonce un doigt puis deux dans son vagin. Elle ondule du bassin sous mes coups de langue tandis qu’Inaya me branle vigoureusement, me permettant de récupérer rapidement une érection.


Je sors un de mes doigts de cette bouche dégoulinante et profite de la mouille qui coule de sa chatte pour l’étaler avec un doigt autour de son anus avant de l’y insérer délicatement.


Je sens une légère résistance au début qui disparaît rapidement dès que j’ai un tout petit peu forcé l’entrée. J’ai maintenant un doigt dans chacun de ses orifices et commence de lents va-et-vient en sentant son anus se dilater petit à petit tout en continuant à sucer son clitoris. Rapidement, je sens son ventre se contracter et ses jambes qui se mettent à trembler. Brutalement, un flot de mouille gicle dans ma bouche ! Super c’est une femme fontaine, ça m’a toujours excité, je m’empresse d’avaler tout ce jus légèrement amer puis finis par lécher les dernières gouttes sur l’intérieur de ses cuisses et avoir léché mes doigts.


— Eh beh, tu vas faire déborder la piscine à ce rythme !! m’exclamé-je après avoir fini de nettoyer tout ce nectar.

— Wow j’avais jamais vu ça ! C’est trop excitant ! dit Inaya dont la main gauche avait quitté la cuisse d’Esther pour se caresser toujours sous l’eau et en poursuivant ma masturbation.

— T’en fais pas Inaya, on va bien s’occuper de toi tu vas voir, répond Esther en reprenant sa respiration.

Nous partons nous installer sur l’herbe après avoir installé une grande serviette pour être plus confortable. Je m’allonge dessus et les deux filles viennent me faire une double fellation divine. Soudain, Esther s’arrête, laissant Inaya me lâcher vigoureusement. Elle s’installe derrière Ianaya et commence à la lécher la chatte et remonte régulièrement lécher sa rondelle.

— On dirait que t’aimes bien te faire bouffer le cul par une fille non ?

— Humm hum humm hum, répond Inaya.

— Tu parlerais plus distinctement sans ma bite dans la bouche non ?

— Oui pardon, mais j’avais pas envie de la laisser, tu as raison j’adore ça, gémit Inaya.


Presque à regret, je m’extirpe des caresses d’Inlay et propose :

— On échange nos places Esther ?


Je me positionne derrière la jeune femme pour reprendre les caresses débutées par Esther tandis qu’Esther prend ma place pour se faire déguster. Je lèche avec bonheur sa chatte bien ouverte et passe titiller son anus. N’y tenant plus, je positionne mon sexe à l’entrée de son vagin et caressant tout d’abord son clito avec mon gland puis m’enfonce doucement en elle, la faisant gémir de plaisir. Je commence doucement mes va-et-vient, encore plus excité par les soupirs des deux jeunes femmes.

Esther s’extirpe à son tour des caresses d’Inaya et vient se positionner en 69. J’en profite pour glisser mon sexe dans la bouche d’Esther qui vient d’apparaître entre ses cuisses puis crache un peu de salive sur son anus et masse sa rondelle rosée avec mon pouce.

— Eh doucement, je n’ai encore jamais pratiqué la sodomie, revient Inaya, j’ai peur que ça ne me fasse mal.

— Ne t’en fais pas, on va s’aider de la panoplie qu’on a vue dans son tiroir pour te préparer doucement, dis Esther. Tu vas voir, ça va très bien se passer.


Surpris par la curiosité indiscrète des jeunes filles, je suis tout de même ravi de sa proposition. Inaya se lève et se dirige spontanément vers ma chambre.

— Tu vas voir, tu vas bien pouvoir l’enculer, me glisse Esther.


Rapidement, nous rejoignons Inaya déjà installée sur mon lit, en levrette, les mains écartant ses fesses offertes.

— Je vous laisse vous occuper de moi, j’adore être soumise.


Esther se dirige vers mon tiroir cachant mes objets coquins et en ressort un vibromasseur fin, un gode un peu plus taille réelle, 2 plugs dont un avec une fausse queue-de-renard qui nous avait fait beaucoup rire à l’époque ma compagne et moi, ainsi que le lubrifiant.

Je décide de rester de côté, admirant Esther qui ne semble décidément pas timide. Elle s’enduit d’abord les doigts de lubrifiant et insère son index dans l’anus offert puis rapidement, un deuxième en faisant des allers retours. Au début, Inaya laisse apparaître une petite grimace aux premières insertions puis laisse le plaisir s’exprimer sur son visage. Je décide de m’installer sous Inaya pendant qu’Esther la prépare pour qu’elle puisse continuer sa fellation commencée sous les étoiles.

Esther choisit peu après le vibre fin et l’insère sans devoir forcer après avoir allumé les vibrations et fait des va-et-vient dans la grotte d’Inaya en lui donnant régulièrement de petites fessées de plus en plus appuyées. Après une ou deux minutes, elle choisit le gode et l’insère doucement dans son anus. Inaya arrête sa fellation le temps de serrer les dents, car son anus doit s’adapter au nouveau diamètre puis reprend sa fellation lorsque le plaisir fait suite à la douleur.

Peu de temps après, elle déclare :

— Je pense que son cul est prêt à recevoir ta bite Pierre.

— Je vais y aller doucement, préviens-je Inaya en extirpant mon sexe de sa bouche.


Esther s’installe sur le côté et écarte ses fesses pour s’y insérer le plug et commence à se masturber alors que je m’installe derrière Inaya qui a sagement gardé ses mains sur ses fesses afin d’écarter son cul pour faciliter les différentes insertions. Je pose mon sexe à l’entrée de sa chatte et commence un doux va-et-vient afin de reprendre de la vigueur. Une ou deux minutes après, je sors mon sexe bien humidifié de sa mouille et je le pousse délicatement dans son anus déjà dilaté après m’avoir enduit le sexe de lubrifiant afin de faciliter l’insertion. Pendant que je fais rentrer mon sexe, j’admire Esther qui se doigte toujours avec son plug en place.


Mes pénétrations initialement douces deviennent rapidement plus rapides et arrachent à Inaya des soupirs de plaisirs. Esther a enlevé son plug et se met des doigts dans le cul tout en se masturbant le clitoris. Cette vision et les mouvements dans ce cul étroit me font rapidement jouir à l’intérieur du cul d’Inaya qui jouit en sentant ma semence se déverser dans son cul et devant cette vision, Esther jouit immédiatement après.


Elle se relève et vient mettre sa bouche à la sortie du cul d’Inaya afin de récupérer le précieux jus qui s’écoule et tout avaler.

Je m’effondre à côté d’Inaya qui m’embrasse après m’avoir remercié, puis Esther nous rejoint et nous nous endormons rapidement tous les trois.


La suite dans une prochaine histoire si vous avez apprécié celle-là.

Merci à tous

Diffuse en direct !
Regarder son live