Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 7 838 fois
  • 12 J'aime
  • 0 Commentaire

Les dépravations de Maria

Chapitre 7

Zoophilie

Le corps de Maria respire le sexe par tous les pores. Il brille d?une lumière envoûtante.

? Ah ! Mes salauds, vous m?avez fait perdre complètement mes esprits. C?est la première fois que cela m?arrive...vous m?avez possédé comme jamais on ne m?avait possédé - et me regardant - c?était vraiment extraordinaire mon chéri ! Je souhaite à toutes les femmes de connaître des nuits charnelles aussi intenses...et aussi dépravées. Moi, j?ai le privilège et la chance de t?avoir et de t?aimer. ?

Mon coeur bat à tout rompre et mes mots sont un murmure :

? Tu es...je ne trouve pas les mots...tu es...belle...c?est çà...tu es belle et je t?aime. Jamais je ne t?avais vu aussi désirable...et aussi cochonne. Je t?adore. ?

Le chien est maintenant sorti d?elle et Léo, dans un dernier soubresaut quitte le fourreau de Maria et éjacule à grands cris sur ses fesses.

? Elle me vide cette salope... elle me vide...quelle chienne...complètement dépravé...elle fait tout... ?

Il lui lèche avidement les seins pendant que Maria caresse la queue pourpre du chien, toujours aussi longue et dure. Fabuleusement longue et dure...aussi grosse qu?une bouteille de bière.

Elle regarde Léo lui arracher les tétons par des morsures qui la font crier :

? Regarde ! Tu as vu, il ne débande pas ce salaud...tout à l?heure je te disais qu?il est un formidable amant... insatiable...il me lèche les cuisses toutes trempées par ton sperme de salaud...c?est un véritable étalon ! Il veut encore me saillir...si tu es fatigué, contente toi de me mater avec lui...mets toi à coté de JM et laisse nous faire... ?

Durant les trois heures qui suivent l?animal possède ma femme une bonne dizaine de fois, je n?ai pas compté ! L?amour entre Maria et la bête ressemble à une véritable bataille...les reins, le dos et la poitrine dardées des obscènes tétons dégoulinants, arrogante, inondée par des heures de jouissance pratiquement ininterrompues en portent de savoureuses marques. Elle s?abandonne totalement à ses deux amants qui pour la énième fois de la nuit la possèdent en même temps et la font crier à en perdre le souffle et la raison.

Le salon de luxure commence à se teinter des premières lueurs de l?aube et le feu dans la cheminée a un peu perdu de son intensité.

Maria est effondré sur le ventre à même le profond tapis sur lequel son corps blanc, qui a perdu depuis longtemps sa combinaison de mailles, dessine les corolles d?une fleur vénéneuse.

Le sexe de Julius coulisse toujours au fond des fesses de mon épouse devenues béantes par cette nuit de folie.

Léo et moi sommes complètement avachis sur le canapé et fumons une cigarette en la regardant se faire prendre une nouvelle fois. Je n?ai pas arrêté de photographier son corps et son visage complètement épuisé et lumineux de plaisir. On voit la bête lâcher inépuisablement son sperme à l?intérieur de l?étroit canal qui en rejette une grande partie. On regarde le merveilleux corps lacéré de Maria devenue une fontaine d?amour.

La bête offre une dernière giclée et abandonne la femelle harassée et satisfaite.

Au bout de quelques minutes de respirations saccadées, le calme revient. Léo et moi, nous nous regardons en levant nos verres de champagne et versons simultanément le liquide pétillant sur le corps non moins pétillant de sueur et de sperme animal de Maria toujours allongée sur le ventre, à nos pieds. Au contact des bulles froides, elle

Frétille un peu et pousse un soupir de satisfaction qui en dit long sur ses états de peau...je la connais !

Elle relève la tête et nous regarde. Ses yeux sont lumineux de satisfaction, mais j?y décèle quand même un petit air de friandise.

Elle se redresse sur ses jambes et nous fait face :

? Vous permettez, messieurs les voyeurs que je viennes m?asseoir entre vous ? ?

? Allez approche, belle garce ! Tu mérites un peu de repos ! Tu nous as bien régalé avec le chien... Il t?a bien donné et tu as tout pris ! Tout ! J?avais jamais vu ce genre de baise de ma vie... tu en peux plus je vois ! ! ?

? Ah ! pour m?avoir bien donné, il m?a bien donné et comme tu dis, j?ai tout encaissé...tu as vu comme il est brutal quand il monte une chienne - en lui parlant, elle commençait à lui caresser les couilles - mais j?en peux encore - ses caresse se font plus précises - et si tu es d?attaque j?ai envie de tirer le feu d?artifice avec toi...avec cette belle queue que je tiens dans les mains et qui me semble d?accord pour un éblouissant finish de la nuit...comme elle est belle ta queue mon salaud...j?en ai encore envie... ?

? Mais tu es insatiable...une vraie gourmande...JM ne m?a pas menti quand il m?a vanté tes capacités sexuelles...tu t?es faite ramoné toute la nuit et tu en a pas assez...j?ai jamais rencontré une baiseuse pareille ...

Tu me fais devenir dur...encore - Maria promène maintenant ses deux mains sur la fabuleuse hampe qui grossit à vue d?oeil - encore...tu me branles comme une déesse...je vais encore te la mettre dans le fion...

Tu le mérites...tu es une bonne pute à chiens ...arrête de me branler, tu vas le faire jouir trop vite et j?ai envie de te faire gueuler...lèche moi le cul comme tu aimes le faire...j?adore qu?une salope comme toi me fasse le derche... ?

Léo, prés de moi, ahane comme un bûcheron au labeur quand ma femme se met à genoux et commence à lui lécher les couilles.

J?ai repris l?appareil photo et immortalise le tableau. Maria me regarde, me sourit et soulève légèrement les hanches de l?homme et sa langue de sorcière entreprend de pénétrer le cul de son amant qui se retourne vers moi, les yeux hagards et le souffle court :

? Oh ! Putain ! Ta femme c?est quelqu?un ! Elle me bouffe le cul ta salope ! Regarde la trique qu?elle me fait ta pute ! ?

Maria attaque de plus belle le petit trou de son amant et s?acharne dessus à le mordre et à cracher à l?entrée de son orifice. Elle y glisse maintenant un doigt qu?elle a pris soin de me faire humecter et l?enfonce lentement en observant les réactions du ? torturé ?.

Léo est pris de violents tremblements sous les assauts de ma femme, il transpire comme une fontaine. Maria est ravie des effets de ses caresses sur l?homme qui a payé pour la baiser et la voir baiser avec le chien. Je sais qu?elle aime ce genre de situations où les hommes payent pour ses talents de baiseuse. Il a fallu quelques temps pour que je lui fasse comprendre et accepter cette philosophie. Depuis lors, je l?ai ? vendu ? plusieurs fois...la première fois, dans un restaurant durant des vacances, ensuite dans une camionnette à deux hommes en rut...des ébats intenses, exceptionnels, ces hommes de passage dans notre ville l?avaient même fisté dans la chatte et dans le cul... et la dernière fois, dans les toilettes d?un bouge, à trois marins blacks américains, des clients du troquet étaient même venu assister au spectacle et avaient déchargé sur son corps leur trop plein de sperme...mais aujourd?hui elle s?est surpassé et continue de se surpasser dans la luxure et la dépravation. Je l?ai transformé en femme vénale pour son plaisir, pour mon plaisir et pour le plaisir des hommes que je lui choisi.


Il est, je pense pas très utile de vous conter la demi-heure qui a suivi, vous pouvez aisément à travers votre connaissance des personnages imaginer la folie des luttes corps à corps entre ma femme et son amant.

J?ai beaucoup parlé à Maria pour lui dire toute sa beauté et tout mon amour.

NB : Je pense qu?elle voudra bien que je vous fasse connaître un des ? moment ? de cette soirée, une photo d?un ? moment ? ;

Un petit mot pour nous dire ce que vous pensez de cette complicité et en retour...

Diffuse en direct !
Regarder son live