Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 304 fois
  • 151 J'aime
  • 3 Commentaires

Les dessous d'une peite villle de province

Chapitre 12

Samantha revient

Hétéro

Résumé : J’ai déjà fait de nombreuses rencontres dans ma petite ville, mais là c’est Samantha 

qui revient...


Je suis à la gare, impatient de retrouver Samantha ou plutôt Sam qui était partie deux semaines en stage pour son master. Tout en attendant, je me dit que nous n’avons que peu parlé au téléphone ses derniers temps, sentant tous deux que nous avions trop de choses à nous dire pour ne pas le faire de vive voix ; elle m’avait juste indiqué que Lisa avait fait La rencontre de sa vie comme elle le lui avait dit.Je lui avais donc proposé de venir chez moi ce qu’elle avait acceptée avec joie. Comme Lisa était rentrée plus tôt j’avais pu récupérer les affaires de Sam, Lisa elle recevant son coup de cœur.


Enfin, le train arrive, enfin elle sort. On se regarde et dans cet échange qui dure longtemps, il y a plein de choses qui passent. Et puis on s’avance l’un vers l’autre, comme dans les films et on s’embrasse ;un baiser très tendre, très doux, presque simple, un baiser d’amoureux tout bonnement.

Je l’aide avec les valises et après un court trajet en voiture on arrive enfin chez moi. J’ai préparé un petit repas léger et met tout en place pendant qu’elle se douche tranquillement histoire de se détendre après une dizaine d’heure de voyage. Une fois revenue, juste vêtue d’un tee-shirt et d’un short ample, on mange un petit morceau.Elle me raconte ses petites aventures, les cours, on se sourit, bref on est comme un petit couple qui se retrouve. Ensuite on se vautre sur le canapé et je la prends dans mes bras. 

Le moment qui suit est celui des doux aveux, de ceux que nous n’avons pu, su, osé exprimer entre nous. C’est si soudain, si bizarre comme circonstances pour une rencontre mais nous avons assez vécu pour savoir qu’il y a des choses bien plus insolites et surtout pour savoir quand on doit saisir la chance au vol.

Quand je l’emmène dans ma, ou plutôt notre chambre, je la porte dans mes bras pour en franchir le seuil, ce geste symbolique veut dire beaucoup de choses et tant pis pour ceux qui trouveraient cela prématuré, il y a des choses qui ne s’expliquent tout simplement pas.

Nous faisons l’amour si tendrement, si amoureusement que ce récit là ne sera pas écrit car c’est comme une renaissance pour nous. Et quand nous nous réveillons le le lendemain matin ( un samedi heureusement) nous savons tous qu’un autre chapitre de notre vie a commencé.


Sam est étendue nue prés de moi, son corps mince, ses petits seins, la fente de son sexe. Elle s’étire avec un sourire jouant un peu la chatte avec moi, faisant semblant de ronronner tout en arborant différentes mimiques. Nous rions et, comme tout le monde le sait, le rire est un bon prélude à l’amour.

Quelques caresses (et baisers) plus tard, aussi impatients l’un que l’autre, nous nous nous retrouvons dans un sensuel soixante-neuf, sentir tout son corps sur moi, les petits renflements de sa poitrine, saisir ses petites fesses musclées à pleines mains, ressentir tous les frissons…

J’adore lécher sa petite chatte déjà suintante de cyprine, son petit goût de fruits exotiques, ses réactions à chaque coup de langue sur son clitoris bien dardé ; le tout pendant qu’elle alterne coups de langue sur le gland et gorge profonde, c’est divin. Soudain elle relève la tête et lâche :

— Oh bon sang j’en peux plus j’ai trop envie de me faire prendre.

J’abonde dans son sens car même si la sucer est délicieux je suis dans le même état d’excitation qu’elle. Je reste en place et elle vient se mettre à califourchon sur moi, non sans avoir d’abord saisi mon engin dur et humide pour bien le positionner à l’entrée de son vagin tout prêt à me recevoir. Je la regarde lentement s’empaler avec un sourire d’extase et un long gémissement. Son geste est d’une fluidité et surtout d’une sensualité, mmmmh. Je suis entièrement fiché en elle, nos deux corps joints à l’arc de notre être. Elle me regarde et fait :

— Mm ta grosse queue me manquait

— Tu me manquais aussi

— Idiot, tu sais bien que je t’aime. Je ne me suis jamais lâchée avant, j’ai mmm l’impression de naître sur ce plan là.

— Tu est délicieuse, alliance du charme, de la douceur et de la sensualité la plus débridée. J’adore te voir sur moi ainsi

— J’ai tellement l’impression d’être vivante avec toi, tu me remplis totalement,on bouge même pas et j’ai déjà des sensations de malade, c’est si bon.

En disant cela elle commence à bouger, montant et descendant sur mon sexe tendu, j’ai juste à savourer et à l’admirer. Ses petits seins bougent lentement, puis plus vite au fur et à mesure qu’elle accélère le rythme. Elle se tire les pointes si réactives des seins et ce spectacle excitant par son offrande me rend fou. Elle le voit bien ou plutôt le sent encore mieux et  sachant ce que j’aime va caresser son clito durci avant de me donner ses doigts à lécher et de recommencer. Mes mains sont passées de ses fesses à ses seins et je joue avec les tétons pour notre plus grand plaisir. Face aux sensations , elle pose une main en appui sur moi mais continue à se caresser avec enthousiasme. 

— Tu t’est caressée ainsi pendant ton stage ?

— Trop mmm rarement, je partageais une chambre avec deux filles totalement coincées et puis on avait mmm beaucoup de boulot alors mmm juste un peu sous la douche en vi-vitesse mm.

— Bon sang comme tu m’excites à te branler devant moi

— Je le sens mon salaud, oh ! Oui bouge maintenant, vas-y…

Elle ondule de tout son corps, bouge ses fesses d’avant et arrière , s’empalant puis ressortant et continuant encore le même geste. Elle se masturbe a toute vitesse, ne perdant plus de temps à se caresser,n désormais embarquée sur la voie de l’orgasme. Elle gémit, de la sueur couvre son corps tant elle s’agite sur moi, bougeant maintenant de façon désordonnée, s’agitant, les yeux presque révulsés. Je me concentre, je veux tellement qu’elle prenne son pied 

— Jouis ma chérie,jouis !

C’est avec un cri puissant qu’elle libère son orgasme, tremblante de tout son corps.Ses deux mains à plat sur moi elle tente de reprendre son souffle,la bouche grande ouverte.

— Comme tu est belle ainsi !

Elle parvient à sourire, puis lentement se soulève un peu et bascule sur le côté lâchant un :

— Bon sang quel pied… Je suis rompue, tu n’as pas joui ?

— J’étais concentré sur toi, mais plus tard je...

— Ah non pas de plus tard ! Je veux en profiter maintenant

Elle repousse de ses deux mains toute velléité de me lever et se jette sur moi bouche en avant , comme une vorace tigresse. Je ne résiste plus ( qui le pourrait ?) et elle joint ses mains au festival des caresses et tripotage. Elle relève la tête tout en gardant une main sur ma queue, comme une gagnante du loto qui ne veut plus lâcher son ticket et me sort d’un air vicieux qui me rend fou.

— En plus, c’est meilleur, t’as encore bien le goût de ma chatte sur la queue,j’adore ça. Alors bouge plus et savoure mon salaud, j’en ai été privée deux semaines moi !

M’ayant dit ce qu’elle avait sur le cœur, elle reprend sa fellation endiablée,alternant la gorge profonde qu’elle maîtrise avec un art consommé,et les coups de langue rapide sur ma tige et 

-Mmmm !

Elle me regarde, la bouche déformée par une partie de mes bourses qu’elle garde au chaud puis suçote très délicatement. Doucement elle relâche la délicieuse pression et d’une voix suave :

— Je me disais aussi que t’aller aimer que je lèche tes couilles, t’as le paquet gonflé, ça t’excite bien ?

— Tu est incroyable, mmmmmm

— Tu veux que je continue à te sucer maintenant ?

— Oui, oh ouiii

Elle me reprend en bouche, suçotant juste le gros gland , mordillant la hampe et le tout les yeux rieurs et brillants. Elle sort mon sexe tendu, et soudain crache dessus avant de le reprendre en bouche et de se retrouver le nez dans ma toison pubienne, de rester ainsi de longues secondes et puis de se retirer, avec un bruit obscène, des fils de salive la reliant encore à ma queue gorgée de sang. 

— Oh que c’est bon.

— Toi t’as rejouée une scène !

— Ouais du bon gros porno qui tache, et ça marche de faire ma salope ?

— Oh oui ma chérie,je suis au bord.

— Alors te retiens pas, lâche toi dans ma bouche, j’ai trop soif de ton foutre

Je n’arrive même plus à répondre, tout juste capable de gémir, excité par ses façons, son langage et surtout son talent. Je suis aspiré par sa bouche chaude, je sens ses petits coups de langue, les petits mordillements sur la tige ; elle me rend fou ! Elle joue encore les actrices en crachant à deux reprises sur mon gland puis en le reprenant. Sa main est en coupe sous mon paquet et elle sent que je suis au bord de l’explosion car elle s’active de plus belle.

Mon corps se tend soudain, je me maîtrise plus rien et je jouis en criant moi aussi,me vidant dans sa bouche sans retenue tant je sais que c’est ce qu’elle attends. J’ai un soubresaut à chaque jet, les mains crispées sur les draps, saisi par l’intensité de ma jouissance. Elle me ventouse la queue, avalant tout mon sperme avec délectation et je vois danser les étoiles autour de moi. Enfin elle se retire, me montre sa bouche ouverte et sa langue encore un peu chargée de ma semence puis l’avale avec un air , waoouh et rajoute d’une voix rauque et chargée de vice :

— J’adore ton foutre !

Mais ce n’est pas fini car, d’un index habile, elle rattrape une dernière goutte sur mon gland et met vite son doigt en bouche. Je l’observe,fasciné, conscient de la chance que j’ai face à la somme de hasards qu’il a fallu pour qu’on se trouve.


Elle s’allonge dans mes bras, détendue et on profite un long moment de l’instant avant que la nature ne reprenne ses droits. Plus tard, on bouge un peu, on range ses affaires et on se vautre devant la télé. Cette fois c’est moi qui lui ai enjoint de se laisser aller et elle se retrouve assise sur le canapé, les jambes bien écartées, me laissant le libre accès à sa petite chatte où un fin duvet noir est désormais visible sous forme d’un petit trait fin comme elle sait que j’aime. Elle s’est choisi un film et je suis à genoux devant elle. Vous avez compris je pense de quel genre de film il s’agit ! J’essaye de progresser doucement, au rythme de l’action derrière moi mais vu le (très vague) scénario je suis bien plus lent. Ceci dit elle ne se plaint pas, chouchoutée comme elle l’est. J’embrasse ses chevilles, ses mollets, l’arrière du genou, l’intérieur de ses cuisses, traçant de chaque côté un sillon avec la pointe de ma langue. Elle savoure et me le fait savoir. Bien sûr dans le film il y a déjà eu au moins deux éjaculations et on est à la troisième scène mais je fais lentement. Quand j’avance ma bouche vers sa petite chatte, elle est donc bien humide et je déguste sa mouille avec grand plaisir. De temps en temps, elle fait de petits commentaires sur les scènes, passe comme distraitement un doigt pour récolter son miel et le sucer avec force bruitages. Bruitages bien plus excitants que ceux de la TV vu qu’ils ne sont pas simulés. 


J’ai empoigné ses fesses fermes et me colle contre sa chaleur pour la déguster. Cela lui plaît puisque j’ai désormais droit à une main dans mes cheveux, main nerveuse qui traduit bien ses sensations. Je lève un peu les yeux et la voit se caresser sa petite poitrine avec son autre main,un large sourire aux lèvres. Lentement ses commentaires deviennent différents, elle s’adresse plus souvent à moi

— Oh oui, lèche moi bien, c’est délicieux

— Mmmm

— Oui, oh ta langue sur mon clito, oh je coule

— Mmmm

— Oh vas y putain ta langue encooore

— Mmmmm

— Ouais ta bouche sur ma chatte !

— Mmmm

— Putain comme tu me dégustes la moule j’adooore

— Mmmm

— Vas y bouffe moi,avale mon jus ouaiiiiis, je prends mon pieeeeed

Même pas remise de son orgasme elle se jette sur moi pour me rouler une pelle sauvage à grands coups de langue presque rageurs, léchant mes joues, aspirant les dernières parcelles de sa cyprine. C’est délicieux et à ce stade, j’ai retrouvé une pleine érection. 

Quand elles’aperçoit de mon état, elle remonte sur le canapé, pose sa poitrine sur le siège, me tend ses adorables fesses , se tourne et, avec un regard suintant de lubricité me fait :

— Et maintenant fous moi ta queue et fais jouir ta salope

Diffuse en direct !
Regarder son live