Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 1 813 fois
  • 52 J'aime
  • 1 Commentaire

Les jambes des femmes (Mémoires d'un obsédé

Chapitre 2

Hétéro

Pendant les jours qui suivirent je fis profil bas. Je ressentais de la honte par rapport à ce qui c’était passé, et je préférais même choisir d’autres sujets que Sylvie pour mes masturbations quotidiennes. Les sujets ne manquaient pas d’ailleurs....


Par exemple, madame B., notre prof d’anglais qui n’avait jamais l’air gênée de nous montrer ses cuisses. Parfois elle s’asseyait sur le rebord de son bureau, nous offrant une vue des plus divines. La rumeur disait qu’elle couchait avec le prof d’EPS, et que ça leur arrivait de le faire au sein de l’établissement dans les salles de classe entre midi et deux. Ce n’étaient que des "on dit", mais ça excitait tous les jeunes mâles en rut du collège. Jérôme, mon meilleur pote de classe, et qui était encore plus vicelard que moi, me glissait des tas de cochonneries à l’oreille pendant que madame B. nous faisait cours:


"T’as vu, elle a des sacrés cernes sous les yeux ce matin...

— Et alors...

— Alors elle a du y aller toute la nuit.

— Avec le prof de sport?

— Ouais. Pis avec le proviseur aussi. Pis avec le prof d’espagnol. Tous en même temps."


Le mercredi d’après, le téléphone sonna vers 13 heures:


"Allo? Adam? C’est Sylvie. Qu’est-ce que tu fabriques? Je t’attends pour déjeuner".


Apparemment Sylvie ne me tenait pas rigueur de l’incident de la semaine dernière.

Elle m’ouvrit, plus belle que jamais, en chemisier blanc et jupe noire.

Le repas terminé, je m’installais, comme d’habitude, dans le fauteuil le plus proche de la télé pour ne pas perdre une miette de ma série préférée programmée en chaque début de mercredi après-midi.

Sylvie s’en alla à son canapé, avec le nouveau livre qu’elle venait d’acheter. Quand je me retournais vers elle une fois que ma série s’achevait, je constatais qu’elle était allongée, les genoux repliés, et sa jupe remontée au niveau du bassin. Bien qu’accaparée par son livre, elle sentit mon regard. Et comme je restai immobile dans mon fauteuil, elle me dit:


"Qu’est-ce qui se passe Adam? Tu n’aimes plus mes jambes ? Tu ne veux pas venir plus près?..."


Elle n’eut pas besoin de me le dire deux fois. Je me retrouvais à genoux face au canapé en train de dévorer les cuisses de Sylvie, de mes yeux, de mes doigts et de ma bouche.

De son côté, Sylvie était passive, me laissant simplement faire. Par contre elle était loquace; elle me posait des tas de questions pendant que je me régalais de ses cuisses: "Tu aimes te masturber, Adam?" "Tu te masturbes souvent?" "Tu t’es déjà masturbé en pensant à moi?"...

Puis elle interrompit mes caresses passionnées le temps d’ôter sa jupe.

Quelle merveille! Elle était maintenant juste parée de son chemisier blanc et de son fin collant marron clair.


Ensuite, elle me fit mettre debout pour que je baisse mon pantalon et mon slip... La position était moins confortable mais Sylvie voulait avoir une vue sur ma bandaison pendant que je m’occupais de lécher ses cuisses.

Le spectacle de ma queue semblait la réjouir. Tant et si bien que sa main gauche finit par prendre possession de mes couilles, de ma tige, de mon gland... Sylvie me masturbait. Très doucement, du bout des doigts... je ne pouvais plus me concentrer sur mon ouvrage... Et ses mots me rendaient fou:


"Ca te plaît ce que je te fais, Adam? Qu’est-ce que tu es beau. Qu’est-ce que ta queue est grosse. Laisse toi aller mon chéri, laisse toi aller. Regarde mes jambes. Elles te plaisent, hein? Laisse toi aller mon petit chéri. Vas-y, vas-y!..."


Mon sperme tâcha le collant de Sylvie au niveau de l’entrecuisse ainsi que le bas de son chemisier. Après cette éjaculation je m’écroulais de fatigue contre elle et elle pressa ses bras sur le haut de mon dos.

Diffuse en direct !
Regarder son live