Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 712 fois
  • 5 J'aime
  • 0 Commentaire

Les mauvais génies

Chapitre 4

Divers

RETOUR DE SEBASTIEN


Deux ans que le couple Sébastien et Cécile est parti en Allemagne. Deux ans qu’Isabelle exige de Nicolas de la baiser tout en recevant le godemiché vibrant dans son cul. Ils sont devenus des experts et Nicolas sait maintenant faire entrer et déclencher l’appareil sans problèmes. Ils n’ont jamais recherché d’autres partenaires. Isabelle s’y est refusée malgré les suggestions, timides, de son mari.

— Pas question !

— Mais ma chérie tu avais bien accepté que Seb…

— Avec lui je veux bien, mais il n’est pas là, la question ne se pose pas.


Un beau jour Nicolas croise au bureau une silhouette familière : « On dirait Sébastien ? ». C’est bien celui-ci !

— Seb ! Que fais-tu ici ? Je te croyais toujours en Allemagne.

— Et bien non tu vois. Je reviens travailler au siège, tu vas devoir me supporter.

— Comment va Céline ? Elle est aussi revenue ?

— Elle va très bien je te remercie. Elle range la maison que nous avons retrouvée avec plaisir.

— Je suis rudement content de te revoir… Et Isabelle aussi quand je lui apprendrai la nouvelle… Dis, tu veux pas qu’on aille la surprendre. Si on s’absentait une heure ou deux, personne ne s’en apercevrait. Ça te dis pas d’aller la saluer ?

— Il n’était pas prévu que je travaille aujourd’hui, je suis à ta, pardon, à votre disposition.

Dans la rue Sébastien se moque de l’empressement de son ami :

— C’est moi où ma queue que vous êtes pressés de voir ?

— Les deux ! réplique Nicolas en riant.


Les deux compères sortent de l’ascenseur.

— On dirait que rien n’a changé, dit Sébastien.

— Non rien.

Nicolas ouvre la porte.

— Hou hou chéri ! Je suis là.

— Je suis à la cuisine, répond la voix d’Isabelle.

— Devine qui vient nous rendre visite.

— Comment veux-tu que je sache, je ne suis pas devin… Oh ! Seb ! Ben pour une surprise…

— Oui, lui et Céline reviennent s’installer ici.

— Ça c’est une bonne nouvelle !

Elle se jette au cou de Sébastien et se love contre lui. De la sentir pratiquement nue sous une robe légère réveille sa virilité. Il veut s’écarter mais la jeune femme se frotte contre la verge qui se développe, « Elle n’a pas oublié les tendres moments que nous avons passés ensemble ».

— Comment vas-tu Isabelle ? Toujours aussi belle je vois… Si je n’avais peur d’être grossier je dirais aussi bandante, ajoute-t-il à voix basse pour Nicolas n’entende pas.

A son grand regret, la jeune femme se délie.

— Maintenant que Seb est là mon chéri, dit-elle s’adressant à son mari, tu crois pas que c’est le moment d’essayer ?

— Tu n’y penses pas !

— Ça ne te ferait pas plaisir ?

— Si mais…

— Alors, qu’est-ce que tu attends ?

Elle commence à défaire la cravate de Sébastien qui ne comprend rien à ce qui se passe. Son étonnement s’agrandit quand il voit Nicolas se dévêtir. Isabelle consent à le renseigner.

— Depuis le temps que je rêve de faire l’amour avec quelqu’un qui se fait enculer… Tu veux bien nous aider, dis…

— Euh…

« Ben ça alors ! Quand il disait qu’il était impatient de revoir ma queue, il ne blaguait pas !... Qu’est-ce qu’ils vont me demander : me faire sodomiser pendant que je baise Isabelle, où le contraire, enculer Nico pendant qu’il fait l’amour à sa femme ». Il ne sait pas ce qu’il préfèrerait. D’accord, il aimerait culbuter la jeune femme mais cela signifie que Nicolas… Et d’un autre coté le cul de celui-ci lui a laissé de tels bons souvenirs…

— Tu veux pas te déshabiller ?… Dis…

— Que faut-il faire ? interroge-t-il en dégrafant son pantalon.

Isabelle l’embrasse sur la joue.

— Tu es un chou. Peux-tu te mettre derrière Nico ? Tu… Euh… Pendant… Euh…

— Tu me demandes de l’enculer pendant qu’il te baise n’est-ce pas ?

— Ou-oui… Tu veux bien ?

— C’est bien parce que c’est toi.

— Merci, je te revaudrai ça.

Elle termine de se déshabiller. Une fois nue, malgré la présence de Nicolas, Sébastien l’embrasse sur la bouche. Il tente de lui ouvrir le sexe de la main.

— Tst, tst, tst. Ce n’est pas bien ! Veux-tu me lâcher !

Elle s’allonge sur le canapé et Nicolas, nu également, se positionne à quatre pattes au dessus d’elle le cul proéminent.

— Monte derrière, il t’attend, l’encourage Isabelle.

Sébastien n’a plus qu’à obéir. Si on lui avait demandé son avis il aurait préféré baiser la jeune femme mais maintenant le petit trou de Nicolas qui lui fait risette, l’attire. Il introduit un doigt et le fait tourner.

— Aah ! Oui.

« Zut, y a pas de gel, tant pis ! » Il enduit son sexe de salive et le présente face à l’anus. Une poussée et le gland pénètre. « Ma parole, il s’est exercé ! »

— J’y… J’y suis ! Que faut-il faire ?

— Euh… Une seconde.

Nicolas embroche à son tour Isabelle.

— Han !… Ça… Ça y est… Coordonnons nos mouvements… Ouiii !

C’est la première fois que Sébastien ‘opère’ ainsi. Il a déjà participé à des doubles pénétrations mais toujours sur une femme entre deux hommes. Là c’est un homme qui est au ‘milieu’… Et qui n’a pas l’air de trouver ça désagréable, loin de là ! Nicolas serre les lèvres sur son plaisir intense : Une vraie queue dans le cul c’est meilleur qu’un godemiché ! Isabelle est moins discrète, l’étreinte à trois dépasse tout ses espérances : la bite de son homme vibre plus intensément dans son vagin que lorsqu’ils utilisent le sexe artificiel.

— Ouiii… Aaaah… C’est trooooop… Ouiiiii… Je jouiiiiiiis !

Elle bat l’air de ses bras, caressant au passage Sébastien qui domine Nicolas. Tous trois atteignent le plaisir et l’extériorisent dans un long hurlement.

— Aaaaaaaaaaaaaaaaaah !!!


Isabelle se dégage la première. Elle pousse Nicolas mi-inconscient sur le coté et embrasse Sébastien d’un léger baiser sur la joue.

— Oh ! C’était… Merci… Merci beaucoup à tous les deux… Dis Seb, peux-tu dire à Céline que je passerai la saluer cet après-midi… Ah c’est vrai tu ne rentres pas chez toi déjeuner, je lui ferai la surprise.

— Que saluer ? demande-t-il avec un petit sourire.

— Qu’est que tu crois ?

Il redresse Nicolas encore à moitié groggy.

— Je crois qu’il est temps pour nous de retourner au boulot. Tu viens Nico ?

— Euh… Je passe à la salle de bain et je te suis…


Après un petit brin de toilette les deux hommes se retrouvent sur le chemin du bureau. Sébastien n’en revient pas : Ses amis qui se servent de lui maintenant !

— Comment avez-vous eu l’idée de l’étreinte à trois ?

— Souviens-toi, juste avant que tu partes, quand je t’avais… Euh… Sodomisé. Ça avait laissé une sacrée impression à Isabelle. On a depuis essayé avec un godemiché…

— Isabelle te met un gode quand que tu la baises ?

— Euh… Oui… Mais c’est bien meilleur une vraie queue tu sais.

— Je te remercie !

Sébastien replonge dans ses souvenirs : en dehors de la douleur au début de la sodomie, le fait d’être enculé par Nicolas tout en baisant Isabelle lui avait procuré un plaisir bizarre, malheureusement interrompu puisqu’il n’avait pas pu aller jusqu’au bout de l’étreinte. A coup sûr il en avait été de même pour la jeune femme puisqu’elle essayait de retrouver les sensations avec l’aide d’un sexe plastique et aujourd’hui avec sa queue. Si on lui avait proposé cette étreinte à trois dans les clubs échangistes qu’il fréquentait qu’aurait-il fait ? Mais se faire sodomiser ? Très peu pour lui, il préfère l’action ! C’est bon pour les hommes comme Nicolas.


Le soir il retrouve sa femme qui se précipite vers lui.

— Isabelle… Tu te souviens d’Isabelle la femme de ton collègue de bureau, n’est-ce pas ?

— Oui, oui, je vois qui c’est.

— Et bien Isabelle est passée cet après-midi.

— Ah ? Et vous avez… Euh… Parlé en plus de… Euh…

— Tu es jaloux ?

— Pas du tout. De quoi avez vous discuté ? De chiffons ?

— Elle m’a révélé ce que vous avez fait ce matin quand tu es allé lui dire bonjour. Tu comptais m’en parler ?

— Euh… Tu ne m’en as pas laissé le temps !

— Elle m’a affirmé que c’était sensationnel, que la queue des hommes vibre d’une manière exceptionnelle… Tu voudrais pas essayer… Avec l’aide de Nicolas ?

— Euh…

— Tu me baiserais pendant qu’il… Euh…

— Tu veux qu’il m’encule ? Ça va pas non !

— S’il te plaît chéri…

— Il n’en est pas question !

— Je t’en prie…

— Bon, ça va, je veux bien une fois… C’est bien pour te faire plaisir.

— Oh merci ! Qu’est que tu dirais du week-end prochain…

— Parce que vous avez déjà tout organisé, n’est-ce pas ?

— Euh… T’es pas d’accord ?

— Mais si, je les aime bien.

— Tu es un chou !

Elle se suspend à son cou. Un long baiser les unis, elle l’entraîne tout en le déshabillant vers la chambre où ils s’affalent sur le lit. Avant qu’il l’embroche, elle se retourne et s’agenouille entre ses jambes. Elle prend le sexe de son mari et pose dessus un léger baiser.

— Aaah !

Elle englobe le gland en le regardant d’un air mutin.

— Aaah !… Ouii !… Mmmh !… Ouiiii !… Atten !… Attention. Je vais jouir !

Céline néglige l’avertissement et reçoit dans la bouche le sperme de son époux. Avant qu’elle ait tout avalé il l’embrasse.

— J’adore le goût de ta bouche quand tu viens de me sucer !

— Gros cochon ! Admets que tu aimes ton sperme !

— A ton tour !

Il la bouscule sur le lit et se précipite entre ses cuisses. Il a tôt fait de décalotter le clitoris et le mordille tout en introduisant un doigt dans le vagin.

— Aaah !

Il continue de la lécher jusqu’à ce qu’elle jouisse sous ses caresses.

— Aaaah !… Ouiiii !… Tu me rends foooolle !… Ouiiiiii !

Ayant récupéré, il grimpe à son tour sur le lit. Elle l’attire en elle :

— Oui ! viens chéri !…

Un peu plus tard ils récupèrent. Sébastien est encore perturbé par l’exigence de sa femme :

— Ainsi tu veux que Nicolas m’encule pendant que je te ferai l’amour.

— Tu as bien compris.

— Et qu’est-ce qu’elle fera pendant ce temps Isabelle ? Elle tiendra la chandelle ?

— Tu es bête ! Nous nous caresserons. Elle aussi a droit à son plaisir.

— Je ne sais pas comment vous comptez faire mais je te fais confiance… Quand même, me faire enculer ! C’est bien parce que c’est toi qui le demandes.

— Tu verras, je suis sûre que ça te plaira.

Il en doute mais il a promis à sa femme, alors…


Le week-end, Nicolas et Isabelle viennent pour le déjeuner. Pendant que les épouses font la vaisselle, Nicolas s’approche de Sébastien.

— Céline t’as dis ce qu’elles projettent ?

— Oui.

— Et tu es d’accord ?

— Euh… Elle a tellement insisté.

— Tu verras c’est formidable, crois-moi.

— Euh…

— Que racontez-vous les hommes ? demande Céline sur le pas de la porte.

— Euh… Rien, répond Sébastien.

— Montons dans votre chambre nous y serons plus à l’aise, propose Isabelle.

Les trois autres acquiescent. Ils se regardent un peu intimidés quand ils sont tous les quatre au bord du lit. Isabelle met fin au silence qui les entoure.

— Sébastien et moi allons nous occuper de Céline… Tu veux pas Seb ?

— Euh… Si.

— Mais auparavant il faut se déshabiller, n’est-ce pas Céline ?

— Euh… Oui.

C’est la première fois que les deux couples se retrouvent nus face à face. Un ange passe. Sébastien se secoue « Je n’ai qu’à imaginer que je suis avec Céline dans un club échangiste ».

— Faisons jouir ta femme, lui propose Isabelle.

Elle enlace Céline et l’embrasse sur les lèvres. Il se met dans le dos de son épouse et caresse ses fesses. Il rencontre la main d’Isabelle sur le sexe et pendant qu’elle chatouille le clitoris, il investi du doigt le vagin.

— Aaaah !

— Oooh ! s’exclame-t-il surpris.

Derrière lui Nicolas caresse la raie des fesses.

— Reste calme, tu verras, tout se passera bien.

Un doigt force l’anus.

— Mmmh !

— Ne m’oublie pas ! rouspète Céline entre deux baisers à Isabelle

— Oooh ! Qu’est-ce que tu fais, demande-t-il à Nicolas.

— T’occupes. C’est du gel, pour que ça glisse mieux. Fais pas attention.

Difficile d’occulter ce qui se passe derrière quand un doigt, maintenant deux, investissent son cul. Un gémissement de sa femme le réveille. Il remplace le doigt par sa verge raide à lui faire mal.

— Aaaah ! apprécie-t-elle.

— Ooooh !

Ce n’est plus des doigts qui pistonnent dans son cul mais une queue. Faut-il que Nico l’ait bien préparé pour que le gland ne l’ait pas fait trop souffrir en passant le barrage musculaire !

— Tu as mal ? s’inquiète celui-ci.

— Euh… No-non.

— Accordons nos mouvements !

C’est une véritable découverte cette étreinte combinée ! Les sensations sur sa verge et dans son cul se conjuguent pour augmenter le plaisir. Céline aussi apprécie cet accouplement et le manifeste par des exclamations.

— Ouiii !… Oh chéri !… Ta queue… Comment tu fais ?

Sébastien ne le sais. C’est sensationnel, c’est tout !

— Ooooh !… C’est trop… Je meurs… Aaaah !… Ouiiii !

— N’est-ce pas que c’est bizarre ? demande Isabelle tout en la caressant.

Plus personne écoute les partenaires et chacun s’enferme dans son plaisir. Les exclamations et les gémissements de plaisir s’accentuent jusqu’au paroxysme. Le quatuor se couche pour récupérer un peu.

— N’est-ce pas que c’était curieux ? interroge Isabelle.

— Jamais tu m’avais fait autant jouir mon chéri, avoue Céline en embrassant son mari.

Lui n’en revient pas d’avoir tant apprécié d’être entre sa femme et Nicolas, « quel dommage qu’on n’ait pas eu cette idée avant, on aurait eu du succès dans les clubs échangistes ».

— Quand vous aurez récupéré les hommes, pensez à moi, déclare Isabelle. Entendez-vous entre vous. Je me fiche de savoir qui encule qui, pourvu que celui qui me baise me fasse jouir.

Nicolas sourit à Sébastien.

— Je veux bien t’aider si tu veux faire l’amour à ma femme.

— Et m’enculer par la même occasion ?… Te vexes pas, cela sera pour moi un grand bonheur… Euh… Ça te fait rien Céline ?

— Non, si après je peux essayer avec Nico. En attendant je crois que vous avez besoin de nos talents.

Après un clin d’œil à sa voisine, elle s’agenouille devant Nicolas tandis qu’Isabelle s’abaisse sur la virilité de Sébastien…


Pendant le week-end ils ont expérimenté toutes les solutions… Plusieurs fois. C’est un peu fatigué que Nicolas et sa femme retournent chez eux.

— Alors… Qu’en penses-tu ? demande-t-il.

— Ouf ! Quel week-end !

— C’est à refaire n’est-ce pas ?

— Oui, à refaire…

— Qui as-tu préféré qui te baise, moi ou Seb ?

— Vous m’avez apporté le même plaisir tous les deux. Mais toi en plus je t’aime…


Une scène similaire se déroule chez Sébastien.

— On les invitera à nouveau, n’est-ce pas ?

— C’est à eux à nous inviter, réplique son épouse.

— Mais s’ils ne le font pas…

— Et bien on s’imposera !


A Suivre…

Diffuse en direct !
Regarder son live