Le site de l'histoire érotique

Les mystères de l'Asie

Chapitre 3

70
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 6 278 fois

70

3

Les mystères de l’Asie 3


Matt et Liuyu finirent de raconter à Jean et Clarisse, leur aventure dans le cinéma, et au fur et à mesure du récit, les mains de chacun se baladèrent sur le corps de leur voisin, et en particulier entre les cuisses.

Si bien qu’à la fin du récit, Liuyu avait les cuisses grandes ouvertes sous la table, et 2 doigts de Jean qui coulissaient profondément dans sa chatte trempée, tandis qu’elle lui branlait la queue sous la table, et de l’autre côté, Matt fouillait également la chatte de Clarisse avec 2 doigts, qui avait fini par faire glisser son string sur le sol et avait ouvert ses cuisses autant que le lui permettait sa position, elle avait également fini par sortir la belle queue de Matt pour la branler, elle lui faisait tellement envie, qu’elle se retenait pour ne pas se jeter dessus pour la sucer.

A la fin du récit, Clarisse leur dit :


— Eh bien quelle aventure, les petits jeunes, mais notre Jean ne s’est pas ennuyé non plus avec ta petite sur, Liuyu.


Celle-ci fut fortement surprise d’entendre que Jean avait baisé avec sa petite sur, alors il leur raconta comment il l’avait sauvé des griffes d’un client très éméché, et comment ils avaient fini par aller dans sa chambre pour qu’elle se fasse dépuceler.

Le petit récit de Jean ne fit qu’accentuer l’excitation de tout ce petit monde, et Liuyu qui bien que très surprise du comportement de sa petite sur, fut également très excitée en entendant Jean lui raconter comment il l’avait prise en levrette sur le bord du lit.

Elle imaginait parfaitement Zhao à genou au bord du lit et la queue de Jean qu’elle était en train de branler, s’enfoncer dans la chatte de sa sur.

Etrangement, elle se rendit compte, qu’elle aurait adoré y assister et peut être même y participer, et à partir de maintenant, elle ne regarderait plus sa sur comme une petite fille sage, mais bien comme une femelle en chaleur, un peu comme elle.

Et ce fut à ce moment, que Zhao refit son apparition, elle avait remis de l’ordre dans sa tenue, mais on voyait bien qu’elle était encore toute chamboulée par ce qu’elle venait de vivre.


Elle alla aussitôt à la table de Jean et Clarisse et fut surprise de trouver sa sur et un autre garçon à leur table, elle ne trouva rien d’autre à dire que :


— Vous avez choisi ?


Clarisse lui répondit :


— Eh bien, je croquerais bien un bon gros nem, lui dit-elle en découvrant la belle queue de Matt.

— Et je pense que ta sur en ferait autant, renchérit Jean, en dévoilant sa queue en train de se faire branler par Liuyu.


Zhao comprit que les mains des garçons étaient entre les cuisses des femmes, et elle en fut un peu jalouse.

Mais Matt et Jean qui étaient juste à côté de Zhao, s’entendirent parfaitement en glissant leurs mains libres derrière les cuisses de celle-ci.

Elle ne broncha pas, regardant les deux bites bien raides que sa sur et Clarisse branlaient doucement, elle sentait sa chatte frétiller de nouveau, elle venait tout juste de se faire dépuceler, et elle avait joui fabuleusement, mais étonnamment, elle se sentait prête à recommencer, et la présence de sa sur ne la dérangeait pas le moins du monde.

C’était surtout la grosse queue de Matt que Clarisse branlait qui captivait son attention, elle était impressionnante par la taille, mais la forme du gland intriguait beaucoup Zhao, si bien qu’elle se retrouva avec les mains des garçons sur ses fesses sans qu’elle s’en soit rendu compte.

Tandis qu’elle sentait leurs doigts s’insinuer dans la raie de son cul, elle se demandait si elle prendrait autant de plaisir avec une bite si étrange dans sa chatte.


Matt et Jean sentirent le string de Zhao sous leurs doigts, et d’un simple regard, ils s’entendirent pour le lui retirer.

Ils tirèrent chacun d’un côté, et le firent glisser sur ses cuisses, elle les laissa faire, et lorsqu’ils le lâchèrent, le mince bout de tissu tomba sur le sol, laissant Zhao les fesses et la chatte à l’air.

Mais avant de reprendre le pelotage de son cul, Matt lui dit :


— Il faudrait ramasser ton string, ma petite salope, il ne faudrait pas que quelqu’un tombe dessus.


Zhao regarda son string à ses pieds, et l’enjamba pour finir de le retirer complètement, elle obéit à Matt et s’agenouilla pour le ramasser, mais cette petite salope en chaleur, le fit en écartant les cuisses autant qu’elle put et en prenant bien son temps afin de laisser les 2 garçons mater sa chatte nue.

Quand elle se releva avec son string à la main, Matt lui dit :


— Donne-le-moi, je vais te le garder.


Elle lui obéit à nouveau, et Liuyu qui découvrait un nouvel aspect de la personnalité de sa sur, constata qu’elle lui avait emprunté un string, et elle ne put s’empêcher de dire :


— Eh mais c’est mon string, petite salope.


Zhao se rendit compte que de se faire traiter de salope par sa sur ou même par un des garçons, l’excitait énormément, elle écarta donc les jambes pour permettre à la main de Matt de se glisser sur sa chatte trempée, tandis que celle de Jean se glissait dans la raie de son cul.

Et excitée comme une folle avec 2 mains qui se rapprochait doucement de ses orifices, elle répondit à sa sur avec un certain aplomb :


— On se demande laquelle de nous deux est la plus salope, celle qui branle une bite sous la table du restaurant en se faisant fouiller la chatte, ou celle qui laisse des clients lui faire du bien.


Sa phrase laissa Liuyu sans voix, sa sur n’avait pas tort, elles étaient toutes les deux, de belles salopes, et aucune des deux ne semblaient pouvoir ou même vouloir reprendre le contrôle de leur corps.

Elles s’abandonnaient totalement aux caresses des hommes.

Comme pour enfoncer le clou, Matt qui s’apprêtait à enfoncer un doigt dans la chatte humide de Zhao, lui dit :


— Soulève ta jupe, petite cochonne, que ta salope de sur voit mieux ta petite chatte trempée.


Etrangement, Zhao ne ressentit aucune honte à soulever sa jupe pour dévoiler sa chatte à toute la table et en particulier à sa sur, elle y trouva même une curieuse excitation.

Et lorsque Liuyu vit le doigt de Matt s’enfoncer sans aucune difficulté dans la chatte baveuse de sa sur, elle sentit son vagin se contracter sur les doigts de Jean.

Elle n’arrivait pas à comprendre ce qu’elle ressentait, mais elle sentait une envie totalement immorale monter en elle, alors que Matt faisait maintenant coulisser son doigt dans la chatte de Zhao, dévoilant à tout le monde, à quel point elle était trempée. Liuyu mourrait d’envie d’enfoncer ses doigts dans la chatte de sa sur et de gouter au son jus de son sexe.

Alors n’y tenant plus, elle dit :


— Et si on montait dans ma chambre ?


Clarisse, Jean et Matt répondirent en chur :


— Oui, bonne idée


Mais Zhao lui dit :


— Et moi alors, je suis de service.

— Tu n’as qu’à nous amener de quoi grignoter dans ma chambre, et tu resteras avec nous ensuite, il n’y a pas trop de monde ce soir, tonton devrait arriver à s’en sortir seul, tu n’as qu’à lui dire que tu ne te sens pas bien, lui dit Liuyu

— Ok, je vous prépare ça et j’arrive dit-elle en quittant à contrecur les doigts qui lui fouillaient la chatte.


Zhao, encore toute excitée, demanda à son oncle de s’occuper d’une table pour permettre aux 4 complices de passer devant le bar et monter à l’étage, sans qu’il ne les remarque.

 Elle sentait l’air frais lui passer entre les cuisses, et cela ne fit qu’accentuer son excitation, elle se dépêcha d’aller en cuisine pour préparer de quoi grignoter à toute la petite compagnie de débauche.

Sa tante, Meiwan, fut surprise de la trouver dans la cuisine, en général, il n’y avait que le père, la mère et la tante de Zhao qui mettait les pieds en cuisine pendant le service.

Elle lui demanda :


— Qu’est-ce que tu fais ici, tu ne devrais pas aider Kun dans la salle ?

— Il n’y a pratiquement personne, il peut se débrouiller sans moi.


Mais la voyant préparer de quoi manger pour plusieurs personnes, elle lui demanda :


— C’est pour qui tout ça ?

— Moi et Liuyu, on va regarder un film là-haut.


Meiwan trouva les quantités importantes pour deux personnes, mais elle fut appelée par le père de Zhao, pour l’aider à préparer les repas des clients, elle dut la laisser continuer son uvre.

Zhao eut peur que sa tante découvre qu’elle était nue sous sa jupe, et elle se dépêcha de finir de préparer les encas, mais dans sa précipitation, elle fit tomber quelques chips aux crevettes sur le sol.

Elle voulut les ramasser pour les jeter, mais elle ne fit pas attention à sa tante qui avait toujours un il sur elle, et elle se pencha en avant, relevant ainsi sa courte jupe, et dévoilant sa chatte et ses fesses nues à sa tante.

Meiwan fut choquée par ce qu’elle venait de voir, elle eut du mal à finir le plat qu’elle préparait, jamais elle n’aurait pensé que sa jeune nièce se promène au milieu du restaurant sans culotte, avec tous les clients, elle n’avait pas peur que l’un d’eux découvre qu’elle était nue sous sa minijupe, par ailleurs très courte.

Elle vit sortir Zhao de la cuisine, avec tous ces encas, dont la quantité lui semblait vraiment très importante pour deux personnes.


Elle n’arrêtait pas de penser à sa nièce, qui se promenait les fesses à l’air, sans gêne, mais même si elle était très troublée de cette découverte, elle n’osa pas en parler à ses parents, elle aimait bien sa nièce, et ne lui voulait pas de mal, mais à la première occasion, elle lui en parlerait.

Zhao sortit de la cuisine rapidement, profitant que son oncle prenne les commandes d’une autre table pour se glisser dans l’escalier.

Elle monta à l’étage, et entra rapidement dans la chambre de sa sur, elle ne fut pas surprise de trouver les hommes assis sur le lit, la bite à l’air en train de se faire sucer par les deux salopes à genou devant eux.

Zhao posa son plateau, un peu trop chargé, sur le bureau de Liuyu, et regarda sa sur sucer la queue de Jean, tandis que Clarisse s’occupait de celle de Matt.

Elle ne ressentit aucune honte à glisser une main entre ses cuisses et à se caresser le clito devant cette bande de vicieux.

Elle avait les yeux rivés sur la bite de Matt, et mourrait d’envie de rejoindre Clarisse.


Matt s’en rendit compte et lui dit :


— Approche, Clarisse va te faire un peu de place.


Mais celle-ci lui laissa toute la place et lui dit :


— Oui, vas-y, je te la laisse, je meurs de faim et je vais me mettre plus à l’aise.


Zhao s’agenouilla devant Matt et attrapa sa grosse queue luisante de la salive de Clarisse, elle constata que ses doigts n’en faisaient pas le tour, elle était impressionnée, elle commença à la branler doucement, se demandant si sa chatte serait capable de se prendre un engin pareil.

Elle venait à peine de se faire dépuceler par Jean, qu’elle rêvait déjà de se faire baiser par une grosse bite.

Sans que Matt n’ait à le lui demander, elle se pencha en avant et commença à passer sa langue sur le gland, et tout en descendant sa fine langue le long de la grosse bite de Matt, elle regarda sa sur en train de pomper la queue de Jean.

Leurs regards se croisèrent, et à cet instant précis, les deux surs découvrirent qu’elles étaient, toutes les deux, complètement soumise à leurs pulsions sexuelles.

Peut-être était-ce dû à un attribut génétique mais elles avaient le même appétit sexuel dès qu’elles étaient excitées.


Elles continuèrent de se regarder en suçant la bite de leur partenaire, la bouche de Zhao n’avait jamais avaler une bite aussi grosse, mais elle réussit, tout de même, à s’enfoncer la moitié de la queue de Matt dans la bouche.

Elle pompait sa queue au même rythme que Liuyu pompait celle de Jean, beaucoup plus modeste.

Pendant ce temps, Clarisse, qui avait effectivement très faim, se mit complètement à poil, en grignotant quelques mets que Zhao avait ramené.

Une fois, son estomac un peu calmé, elle entreprit de déshabiller ses camarades de jeu, elle commença par Liuyu, qui l’aida dans sa tâche, tout en continuant de pomper vigoureusement la bite de son mari, elle se retrouva rapidement aussi nue que Clarisse.

Qui s’agenouilla ensuite à coté de Zhao, elle défit la fermeture éclair de sa minijupe, et la fit glisser sur ses cuisses, Zhao aida Clarisse à la déshabiller, sans pour autant lâcher la belle bite de Matt.

En moins d’une minute les 3 femelles en chaleur furent complètement nues, deux d’entre elles, s’activaient toujours sur les queues des garçons, alors Clarisse se releva et alla s’occuper de son mari.


Doucement, elle lui retira sa chemise, en se faisant caresser les seins par les deux males, tandis que Liuyu finissait de retirer le pantalon et le caleçon de Jean.

Clarisse s’attaqua ensuite à la chemise de Matt, tout en lui donnant ses gros seins à sucer, Zhao la regardait faire, et tout comme, elle avait vu sa sur faire avec Jean, elle retira complètement le pantalon et le slip de Matt.

Si bien qu’en moins de 5 minutes, tout ce petit monde fut complètement nu, et des affaires trainaient un peu partout dans la chambre de Liuyu.

Mais Clarisse qui était très friande du plaisir au féminin, abandonna Matt, lui retirant ses gros seins et ses tétons bien raide à sucer, pour se glisser derrière Zhao.

Elle avait déjà gouté à la chatte de Liuyu, mais elle n’avait encore jamais gouté à une jolie petite chatte fraichement dépucelée.

Elle s’allongea donc sur le sol, pour glisser sa tête entre les cuisses de la jeune salope.


Celle-ci ne comprit immédiatement ce que faisait Clarisse entre ses cuisses, elle continuait de pomper la bite de Matt, en sentant la femme de Jean se glisser sous elle, ce n’est que lorsque Clarisse passa sa langue agile sur son clito, qu’elle découvrit un nouveau plaisir.

Zhao n’avait jamais eu d’expérience avec une autre fille, elle savait que certaines de ses copines couchaient ensemble, mais elle n’avait jamais vraiment cherché à connaitre les détails de leurs ébats sexuels.

Mais quand elle sentit la langue de Clarisse lécher son clito, elle ouvrit les yeux en grand, et se mit à gémir sur la bite de Matt, elle écarta un peu plus les cuisses pour plaquer sa chatte contre la bouche de Clarisse.

Celle-ci avait bien comprit que Zhao aimait ce qu’elle lui faisait, alors elle enfonça un doigt dans sa chatte trempée.

Zhao ferma les yeux pour se concentrer sur son plaisir, à chaque coup de langue de Clarisse sur sa chatte, elle gémissait de plus en plus fort sur la bite de Matt.

Rapidement, Clarisse lui enfonça un deuxième doigt dans la chatte, tout en continuant de lécher son clito, qui était maintenant bien dur.


Zhao commença à trembler de plaisir, elle avait une grosse queue dans la bouche, deux doigts qui lui fouillaient la chatte et une langue qui lui caressait le clito, c’était extraordinaire pour elle.

Jamais elle n’aurait cru pouvoir prendre autant de plaisir, elle avait pourtant joui énormément avec Jean quand il l’avait dépucelé, mais maintenant c’était complètement différent.

Elle n’arrivait pas à contrôler les tremblements de son corps, c’était la première fois qu’elle jouissait autant.

D’un seul coup, elle sentit Clarisse lui titiller l’anus avec un doigt, jamais personne ne l’avait caressé à cet endroit, même pas son petit copain, mais quand elle sentit que Clarisse poussait son doigt pour l’enfoncer dans son cul.

Elle se mit à se déchainer sur la queue de Matt, elle sentait son gland lui percuter la glotte, mais elle s’en moquait complètement, elle était complètement obsédée par ce qu’il se passait dans son cul.

Son corps tremblait de plus en plus, si bien que le doigt de Clarisse fut complètement enfoncé dans le cul de Zhao, sans qu’elle ait à forcer.


Zhao se mit à hurler de plaisir autour de la queue de Matt, elle était complètement déchainée, les doigts qui lui fouillaient la chatte et maintenant le cul, la rendait folle.

D’un seul coup, quand le gland de Matt s’enfonça jusque dans sa gorge, elle se raidit complètement, les doigts de Clarisse bien enfoncés dans chacun de ses orifices, et elle sentit sa chatte gicler du liquide, au rythme des ondes qui parcouraient son ventre.

C’était fabuleux et étrange à la fois, jamais elle n’avait ressenti cela, elle inonda la bouche de Clarisse et le sol de la chambre, avec sa cyprine.

Une fois que les giclées se calmèrent, elle sortit la queue de Matt de sa bouche et s’écroula sur ses cuisses.

Celui-ci avait eu un mal fou à se retenir de jouir dans la bouche de Zhao, heureusement que Liuyu lui avait vidé les couilles au cinéma, sinon il aurait facilement éjaculé dans la gorge de cette superbe jeune salope.

Clarisse se dégagea des cuisses de Zhao, son visage et ses cheveux étaient imbibés de cyprine.


Zhao reprenait doucement son souffle, elle réussit tout de même à dire à Clarisse :


— Désolé, je ne sais pas ce qui m’a pris, c’était plus fort que moi.


Clarisse ne prit même pas la peine de s’essuyer et garda sur elle les traces de la jouissance de Zhao et lui répondit en lui caressant doucement les fesses :


— Ne soit pas désolé, ma puce, tu as joui, c’est le principal, et apparemment tu es une femme fontaine, va falloir t’habituer à éjaculer comme tu viens de le faire quand tu prendras ton pied.

— C’est normal alors ?

— Oui certaines femmes, ont cette particularité, on les appelle des femmes fontaines, d’ailleurs ta sur en est une aussi, elle m’a joui dessus l’autre jour sur la table.

— Ah bon ?


Liuyu se rappelait parfaitement ce moment, ça avait été une première pour elle aussi, et le fait que sa sur soit également une femme fontaine, ne fit que renforcer sa conviction qu’elles avaient un attribut génétique commun, elles l’appelèrent d’ailleurs, plus tard, le gène de la salope.

Liuyu rassura sa sur, en lui confirmant, que ça lui était déjà arrivé, mais que ce n’était pas indispensable pour prendre du plaisir.

Clarisse finit par leur faire remarquer qu’elles étaient toutes les deux très sensible du cul, ce qui renforça encore les convictions de Liuyu sur leur génome commun.

Mais Jean qui commençait à mourir de faim, leur dit :


— Et si on faisait une petite pause pour manger un peu, j’ai l’estomac dans les talons.


Tout le monde accepta la proposition, ainsi Liuyu et Zhao purent discuter de leur récente découverte en grignotant.

Ce fut Zhao qui était plus curieuse que sa sur qui commença :


— Ça fait longtemps que vous êtes ensemble avec Matt ?

— Non pas vraiment, on s’est rencontré pour la première fois, ce soir, au cinéma.

— Ah bon ? et tu couches déjà avec lui ?

— Et bien en fait, on a fait des webcams coquines avant de se rencontrer

— Ah oui ? mais ce pas lui qui t’as dépucelée ?

— Non, c’est un autre homme, un homme marié d’ailleurs, mais tu ne le connais pas, rassure-toi, je l’ai rencontré à la piscine avec Meiwan.

— Ah bon, raconte stp


Et les autres qui avaient un écouté leurs conversations, renchérirent :


— Oh oui, raconte-nous un peu ton dépucelage.


Voici ce qu’elle leur raconta :

Un jour, Meiwan lui avait demandé de l’accompagner à la piscine, Liuyu et sa tante ont toujours été très proche, il faut dire qu’elles n’avaient que peu de différence d’âge, Meiwan avait 26 ans, et Liuyu 20 ans, elle n’avait jamais bien compris pourquoi une si jeune et jolie fille tel que Meiwan avait accepté de se marier avec son oncle de 46 ans.

Elle n’avait jamais osé le lui demander, mais ce jour-là, elle l’avait accompagné à la piscine.

Alors qu’elle était en train de nager, elle vit sa tante en train discuter avec un couple au bord de la piscine.

L’homme était plutôt sportif et la femme plutôt jolie, Liuyu les rejoignit et sa tante fit les présentations.


Ils sortirent du bassin de nage pour se retrouver dans un bassin ludique, et discuter plus tranquillement, dès qu’elle sortit de l’eau, Liuyu sentit les yeux de Serge sur elle, il la détaillait de la tête aux pieds.

Cela la mit un peu mal à l’aise, mais elle ressentit également une étrange sensation, qu’elle ne reconnaissait pas.

Sa femme s’aperçut que Serge la dévorait des yeux, et lui dit :


— Arrête de manger la jeune fille des yeux, tu vas lui faire peur.


Serge se rendit compte qu’il fixait Liuyu un peu trop pour que ça ne se remarque pas, alors il dit :


— Oh, cette si jolie jeune fille doit avoir l’habitude d’attirer le regard des garçons


Liuyu n’osa lui répondre que non, elle n’avait pas l’habitude que les garçons la mangent des yeux comme il venait de le faire, et son compliment disant qu’elle était jolie la toucha droit au cur.

Alors qu’ils plongeaient dans le bassin ludique, elle remarqua que Serge était resté derrière elle, elle jeta un il discrètement dans son dos, et vit qu’il avait les yeux rivés sur ses fesses.

 Elle sentit frétiller son entrecuisse, comme lorsqu’elle se caressait seule dans son lit, c’était la première fois qu’elle ressentait cela en public, elle était un peu perdue.

Elle accompagna Meiwan et Marie dans un coin du bassin, suivi de près par Serge.

Sa tante et Marie commencèrent à discuter ensemble et Serge s’installa à coté de sa femme sans vraiment participer à la discussion.


Liuyu se mit à faire quelques tentatives d’apnée à côté d’eux, et grâce à ses lunettes de plongée, elle remarqua une étrange bosse dans le maillot de bain de Serge.

Elle savait ce qui était à l’origine de cette bosse, mais elle se demanda si c’était ses fesses qui excitaient autant Serge.

Alors sans vraiment penser aux conséquences de ses actes, elle commença à l’éclabousser, il ne mit pas longtemps à réagir, en l’éclaboussant à son tour.

Mais Meiwan et Marie leur dire d’aller jouer plus loin, qu’elles avaient envie d’être tranquille.

Alors Serge et Liuyu s’éloignèrent, et continuèrent de s’éclabousser, mais bientôt Serge se rapprocha d’elle l’attrapant pour la balancer dans l’eau, Liuyu avait toujours gardé ses lunettes, et put constater que la bosse ne disparaissait pas, et qu’au contraire, elle avait tendance à grossir.

De son coté, elle sentait son entrecuisse frétiller de plus en plus, c’était étrange pour elle, de ressentir cela en public, mais pas du tout désagréable.


Alors qu’ils chahutaient, Serge posa sa main sur une de ses fesses, Liuyu ne dit rien, et le laissa faire.

Et ils continuèrent à chahuter comme deux grands enfants, mais maintenant serge la prenait par les fesses à chaque fois qu’il l’attrapait.

A un moment, elle sentit même le bout de ses doigts se glisser sous son maillot de bain, pour lui peloter les fesses.

Quand elle revint vers lui sous l’eau, elle vit qu’un bout de son sexe dépassait de son maillot de bain, Liuyu était de plus en plus excitée par leur petit jeu.

Alors pendant un de leur accrochage, elle effleura du dos de sa main son sexe, elle vit alors dans le regard de Serge une étrange lueur.

Et à partir de cet instant, elle sentit ses mains se glisser complètement dans son maillot de bain, il lui pelotait fermement les fesses avant de la balancer dans l’eau.


Elle revint de nouveau vers lui, et sans savoir ce qu’il lui prenait, elle posa cette fois complètement sa main sur cette grosse bosse.

Serge ne réagit pas immédiatement, il regarda du coté de sa femme, pour voir si elle les voyait, et une fois rassuré, il attrapa Liuyu, une nouvelle fois, mais cette fois, il glissa directement ses mains dans son maillot de bain, une entre ses cuisses et une autre entre ses fesses.

C’était la première fois que des mains étrangères touchaient son intimité, mais elle n’osa rien dire, au contraire, elle se cramponna comme par instinct, à la queue de Serge.

Elle l’entendit lui dire :


— Tu m’as l’air bien d’avoir bien chaud entre les cuisses, ma petite.


Et alors qu’il commençait à lui caresser le clito, elle glissa sa main dans son maillot bain, pour empoigner sa grosse bite, entre ses doigts.

Il lui dit :


— Mmm, oui, vas-y, branle-moi bien,


Afin de ne pas éveiller trop les soupçons autour d’eux, Serge les emmena dans une zone plus profonde du bassin, toujours à l’abri de la vue de sa femme.

Liuyu avait commencé à gémir de plaisir sous les caresses de Serge, il avait maintenant un doigt tout proche de l’entrée de sa chatte, tandis que l’autre avait quitté ses fesses pour se glisser sous le haut de son maillot de bain, et lui pelotait ses petits seins.

Elle se cramponnait toujours à sa grosse queue, et la branlait aussi bien qu’elle pouvait.

Et alors qu’ils ne restaient plus que leur tête hors de l’eau, il posa ses lèvres sur les siennes, et enfonça sa langue dans sa bouche, c’était tout nouveau pour Liuyu, elle n’avait embrassé un garçon que 2 ou 3 fois dans son adolescence, et encore jamais roulé une pelle.

Quand elle sentit la langue experte de Serge commencer à tourbillonner dans sa bouche, comme par instinct, elle en fit autant et enfonça sa langue dans la bouche de son partenaire.


Ce fut à ce moment-là qu’il lui enfonça un doigt dans la chatte, elle poussa un long gémissement mélangé entre la surprise et le plaisir.

Mais quand il commença à faire coulisser son doigt dans sa chatte brulante, elle se cramponna à sa queue et se mit à gémir de plus en plus fort dans sa bouche.

Il avait maintenant la bite complètement sortie de son maillot de bain, tandis que le maillot de bain de Liuyu ne cachait plus grand-chose de ses seins ou de sa chatte.

Elle était complètement folle de plaisir, et son instinct guida la queue de Serge contre sa chatte, elle la tenait à l’entrée de sa chatte.

Serge retira son doigt de sa chatte, et arrêta de lui rouler une pelle, pour lui dire :


— Tu veux que je te baise, ici, petite salope ?


Liuyu ne savait pas quoi répondre, elle mourrait d’envie de sentir cette grosse queue en elle, alors elle croisa les jambes autour de la taille de Serge et ses bras autour de son cou, et réussit à lui dire dans un souffle :


— Vas-y, prends-moi


Serge plaça sa queue à l’entrée de la chatte de Liuyu et devinant qu’elle était encore vierge, il enfonça sa queue d’une seule poussée dans sa chatte.

Elle poussa un cri où la surprise, la douleur et le plaisir s’entremêlait parfaitement, Serge colla ses lèvres aux siennes pour étouffer son cri et éviter que quelqu’un ne crie au scandale, alors qu’il venait de dépuceler une jeune salope au milieu du bassin de la piscine publique.

Liuyu sentait la grosse queue de Serge lui remplir le ventre, la déchirure de son hymen lui avait fait mal, mais cette douleur avait vite disparu, laissant place à un étrange bien-être.

A l’aide de ses jambes, elle commença à monter et descendre sa chatte le long de cette bite qu’elle avait entre les cuisses, et elle se mit à gémir de plaisir.

Serge prenait également énormément de plaisir, mais il avait l’esprit plus lucide que sa jeune salope, et il ne craignait que ses mouvements de bas en haut ne finissent par se remarquer et que quelqu’un ne crie au scandale.


Alors preqsu’à contre cur, il arrêta de l’embrasser et dit à Liuyu :


— Il faut se calmer, ma belle, on va continuer ailleurs si tu veux, ici c’est trop risqué.


Liuyu regarda autour d’elle, et réalisa qu’elle venait de se faire dépuceler en plein milieu de la piscine, avec sa tante pas très loin. Mais le plaisir était tellement fort, et la queue qu’elle avait encore dans la chatte, la faisait tellement jouir, qu’elle n’arrivait pas à se raisonner.

Il fallut que Serge la soulève pour sortir sa queue de sa chatte, pour qu’elle reprenne un soupçon de lucidité.

Et elle lui dit :


— Où est-ce que tu veux qu’on aille ?


Il réfléchit rapidement sur l’endroit le plus propice à ce genre d’activité, et lui dit :


— On a qu’à aller dans les douches, il y a des cabines qui peuvent se verrouiller, tu y vas d’abord, et je te rejoins.

— Ok, fit Liuyu en s’éloignant déjà


Serge la regarda s’éloigner, et avant de partir la rejoindre, il vérifia que sa femme ne le cherchait pas, et constata que les deux femmes étaient toujours en pleine discussion.

Il se dirigea donc vers les douches, pour rejoindre Liuyu.

Celle-ci était complètement obsédée par la queue de Serge, elle n’arrivait plus à penser à autre chose. Elle s’apprêtait à quitter le bassin, quand elle réalisa l’état de son maillot de bain, elle s’arrêta avant de choquer les gens autour d’elle, et remis son maillot de bain en place.

Elle se dirigea ensuite vers les douches, vérifiant que Serge la suivait.

Il était à une dizaine de mètres derrière elle, avec une énorme bosse qui déformait son maillot de bain, il attrapa sa serviette en sortant du bassin pour se couvrir la taille.


Il vit Liuyu entrer dans une cabine de douche et se dirigea aussitôt vers elle.

Elle n’avait pas verrouillé, et attendait patiemment son amant. Son cur battait à cent à l’heure, mais malgré le risque de se faire surprendre par quelqu’un, elle mourrait d’envie de sentir de nouveau la queue de Serge au fond de sa chatte.

Quand elle vit la porte s’ouvrir et apparaitre son amant, elle se jeta à son cou, et alla lui rouler une pelle.

Elle apprenait vite, elle faisait tournoyer sa langue dans la bouche de Serge, tout en glissant sa main dans son maillot de bain pour sentir sa grosse queue entre ses doigts.

Serge eut un mal fou à verrouiller la porte pour éviter que quelqu’un ne les surprenne, mais une fois le loquet baissé, il s’attaqua aussitôt au maillot de bain de Liuyu, et elle fut complètement nue en moins de 2 secondes.

Il la plaqua contre un mur et en la prenant par les fesses, il la souleva pour placer sa queue contre sa chatte.


Elle était tellement humide, que la bite de Serge n’eut aucun mal à trouver le chemin de son vagin, elle poussa un long gémissement dans la bouche de son amant.

ggbbkomb

Serge se mit à lui envoyer de puissant coup de rein, lui provoquant des cris de jouissance, heureusement étouffés par leur baiser.

Mais pour leur première fois, cela ne dura pas très longtemps, Serge ne chercha pas à résister à son envie d’éjaculer, de crainte que sa femme ne finisse par le chercher, et la chatte serrée de Liuyu lui comprimait si bien la queue, qu’il éjacula 3 ou 4 minutes après être entré dans la cabine de douche.

Liuyu sentait pour la première fois, du sperme chaud lui inonder la chatte, elle jouit intensément en sentant les giclées de sperme cogner contre les parois de son vagin.

Et elle était aux bords de l’orgasme quand Serge retira sa queue de sa chatte, elle aurait voulu que ça continue encore et encore, mais elle avait du sperme qui sortait de sa chatte, elle utilisa la douche pour se rincer et éliminer toute trace de ce coït interdit.

Serge sortit de la cabine en premier, la laissant seule, pour éviter d’éveiller les soupçons.


Liuyu reprenait doucement le contrôle de son corps, elle réalisait lentement ce qu’elle venait de faire.

Elle était devenue une femme au milieu de la piscine municipale, bien que plutôt insolite comme dépucelage et plutôt dangereux, elle était fière d’elle.

Mais elle se demanda si Serge allait la laisser tomber pour être fidèle à sa femme, ou s’il voudrait recommencer, et tromper sa femme encore une fois avec elle.

Alors elle enfila son maillot de bain et retourna dans le bassin, où elle vit que Serge avait rejoint sa femme et Meiwan comme-ci rien ne s’était passé.

Mais Liuyu avait envie de vérifier quelque chose, elle se plaça à coté de Serge et glissa sa main discrètement dans son maillot de bain, pour aller lui caresser la queue, et tout en essayant de discuter avec sa tante et Marie, elle branlait la queue de son amant.

Serge ne savait plus où se mettre, il bandait de nouveau entre les doigts de cette jeune salope, qu’il venait de dépuceler. Elle avait osé lui mettre la main dans le maillot de main et le branler, alors qu’il était à coté de sa femme, elle était folle ou alors complètement obsédée.


Mais il ne fit rien qui puisse éveiller les soupçons de sa femme et laissa Liuyu le branler sous l’eau.

Et au moment où sa femme voulut quitter la piscine, Meiwan leur dit qu’elles allaient sortir également, c’était l’heure de rentrer au restaurant pour préparer le service.

Serge profita que sa femme et Meiwan soient un peu éloignées, pour dire à Liuyu :


— Arrête, il faut que je débande avant de sortir de l’eau, sinon ma femme va s’en apercevoir, si tu veux qu’on puisse baiser ensemble de nouveau, vaut mieux qu’elle n’ait aucun doute sur nous.

— Ok, dit Liuyu en lâchant la queue de Serge.

— Ne t’inquiète pas, on s’échange nos numéros en sortant et on se donne rdv dans un endroit plus tranquille pour baiser plus longtemps la prochaine fois.


Liuyu fut ravi de l’entendre dire ça, et pour n’éveiller aucun soupçon, elle se rapprocha de sa tante et de Marie.

Pour une fois elle se dépêcha de se changer dans les vestiaires, en sentant sa chatte suintait encore du sperme de Serge, elle se dit qu’il avait dû lui mettre une sacrée dose.

Elle le retrouva à la sortie des vestiaires, attendant sa femme, ils s’échangèrent leurs numéros de téléphone, et il lui demanda de ne jamais l’appeler, il l’appellerait pour lui fixer rdv dans la semaine.

Ils se quittèrent et Liuyu attendit patiemment le coup de téléphone de Serge.

Il l’appela 2 jours après leur aventure dans la piscine, il lui donna rdv dans un hôtel le lendemain midi, il lui donna le numéro de la chambre, dans laquelle elle devait le rejoindre.


Elle nota tous les détails, et le lendemain matin, elle se prépara pour son rdv sexuel, elle choisit une de ses tenues les plus sexy, une minijupe assez courte et un petit top qui lui moulait bien ses petits seins, mais à l’époque, elle n’avait pas encore de string ou autre accessoire affriolant, alors elle partit ainsi.

Elle avait le cur qui battait à cent à l’heure quand elle frappa à la porte de la chambre, elle avait l’impression d’être une pute qui allait rejoindre son client.

Serge lui ouvrit, et en moins de 5 minutes, ils furent tous les deux à poil en train de baiser comme des sauvages.

Cette fois, cela dura beaucoup plus longtemps qu’à la piscine, Serge la prit en missionnaire, en levrette, en amazone, .

Elle découvrit qu’elle pouvait jouir de différentes façons, même si elle avait un petit faible pour la levrette, elle avait l’impression de se faire baiser comme une chienne en chaleur, ce qu’elle n’était pas loin d’être quand elle hurlait à Serge de lui défoncer la chatte, toujours plus fort.

Il lui apprit également la fellation, qu’elle appréciait particulièrement, et la dernière fois qu’ils avaient baisé ensemble, Serge lui avait annoncé qu’il lui ferait découvrir la sodomie la prochaine fois.


Elle s’était un peu renseignée depuis, et elle avait essayé de se doigter le cul, toute seule, et elle y prenait beaucoup de plaisir.

Mais lorsque Jean lui avait bouffé le cul dans l’escalier, elle avait imaginé se prendre une bite par cet orifice, et curieusement elle en avait très envie.

Tout en grignotant par ci par là, tout le monde fut très excité par le récit de Liuyu, et Zhao fut particulièrement émoustillée par le fait que sa sur se soit faite dépuceler au milieu de la piscine publique, elle s’était imaginé à sa place, en train de baiser devant plusieurs personnes, et cela l’excitait étrangement.

Elle se rapprocha de Matt, elle mourrait d’envie de sentir sa grosse queue au fond de sa chatte fraichement dépucelée, elle lui dit discrètement :


— On y retourne ?  J’ai encore envie.

— Ok je suis à ton service, ma belle, lui répondit Matt.


Ils retournèrent tous les deux vers le lit, laissant les autres finirent de se restaurer.

Matt lui demanda en lui caressant son joli petit cul :


— Comment tu veux qu’on fasse ?


Zhao prit quelques instants pour y réfléchir, elle répondit en se collant à Matt et en lui branlant la bite :


— Prends moi debout, j’ai envie de me faire baiser debout.


Elle s’était imaginé la scène de baise de sa sur dans la cabine de douche, et elle avait envie d’essayer.

Alors Matt et Zhao commencèrent à se rouler une pelle, Celle-ci continuait de lui branler la bite qui gonflait rapidement entre ses doigts fins, et bientôt elle la sentit cogner contre son ventre.

Ce fut à ce moment, que Matt l’attrapa par ses petites fesses et la souleva du sol pour la plaquer contre le mur.

Leurs langues ne s’étaient toujours pas séparées, quand le gros gland de Matt frappa à l’entrée de la chatte de Zhao.

Celle-ci lâcha sa bouche et lui dit :


— Allez, vas-y, baise-moi, enfonce-moi ta grosse bite.


Il était tellement excité, qu’il enfonça sa queue dans la chatte de Zhao, d’une seule poussée, et en sentant la chaleur torride et l’humidité qui y régnait, autour de sa bite, il se rappela qu’il avait oublié d’enfiler un préservatif.

Il lui dit :


— Mince j’ai oublié la capote.


Zhao, complètement obsédée, par le plaisir qu’elle prenait, avec cette énorme bite qui lui écartait les parois de son vagin, lui répondit :


— On s’en fout, j’étais encore vierge ce matin, baise-moi, maintenant, défonce-moi.


Alors Matt commença à faire coulisser sa grosse queue dans la chatte de Zhao, elle se mit à pousser des gémissements de plaisir, la queue de Matt lui procurait un plaisir fou, elle sentait les parois de son vagin épouser les contours de sa grosse bite, et ça la rendait complètement folle de plaisir.

Elle se mit rapidement à crier de plaisir :


— OUIIII, ENCOREEEEE, C’ESTT BOOOONNNN, VAS-YYYY, DEFONCEEE MOIIIII


Matt accélérait les pénétrations, faisant cogner le dos de Zhao contre le mur, les étagères à côté d’eux bougeaient au rythme de coups de bite que Matt envoyait dans la chatte de Zhao.

Les autres la regardaient jouir comme une folle, sous les coups de queue de Matt, et d’un seul coup, Liuyu sentit la bite de Jean contre ses fesses, elle passa une main derrière elle pour l’attraper et lui dit :


— Viens, on va aller sur le lit.


Liuyu se mit à 4 pattes, comme une petite chienne en chaleur, sur son lit et regarda Jean s’agenouiller derrière elle pour placer sa queue contre sa chatte.

Il n’eut aucun mal à enfoncer sa bite dans la chatte trempée de Liuyu, et s’agrippa à ses fines hanches pour commencer à la baiser.

Les deux surs se mirent à jouir de concert, chacune avec une bite qui leur ramonait profondément leur petite chatte en chaleur.

Clarisse eut une idée vicieuse, elle aurait bien voulu gouter à la bite de Matt, mais la jeune Zhao avait été plus rapide pour se faire fourrer la chatte par cette grosse queue.

Alors elle se plaça à genou derrière Matt, et commença à lui lécher les fesses.


Celui-ci fut un peu surpris de sentir une langue sur son cul, mais en voyant que c’était Clarisse, il continua de baiser sauvagement la chatte de Zhao.

Mais Clarisse commença à insinuer sa langue dans la raie de son cul, et elle se mit à écarter ses fesses pour dégager l’accès à son anus.

Bien que, les mouvements de baise ne l’aidaient pas tellement, elle finit par glisser sa langue sur l’anus de Matt.

C’était la première fois qu’on lui léchait le cul, et il trouva ça fabuleusement excitant.

Et bientôt la langue de Clarisse s’enfonça dans son cul, il sentit l’éjaculation approchée rapidement, Zhao lui criait toujours de continuer à la défoncer.

Quand Clarisse insinua un doigt dans la raie du cul de Matt, il devina où elle allait lui mettre, et étrangement, il l’attendait avec impatience.


Il resta avec sa queue complètement enfoncée dans la petite chatte de Zhao, quand Clarisse lui enfonça son doigt dans le cul.

La sensation était extraordinaire, il avait sa bite dans une chatte brulante, et on lui fouillait le cul avec un doigt et une langue tout autour.

Il ne put résister plus longtemps, quand Clarisse eut entièrement enfoncé son doigt dans son cul, il envoya de puissantes giclées de sperme dans la chatte de Zhao.

Qui ouvrit les yeux, en sentant le sperme de Matt lui remplir la chatte, elle sentit simultanément son vagin se contracter autour de cette grosse queue, et elle cria :


— OUIIII, VAS-YYYYY, REMPLIS MOIII LA CHAAATTTEEEE, C’ESTTTT TROOOPPP BOOOONNNNNN


Les giclées finirent par se tarirent, et Matt commençait à manquer de force après un plaisir si intense.

Alors il allongea Zhao sur le lit à coté de sa sur qui se faisait toujours baiser par Jean, il retira enfin sa bite de sa chatte, et il vit qu’elle débordait de sperme.

Zhao n’avait plus de force pour pouvoir bouger, elle avait toujours les cuisses grandes ouvertes, et elle vit Clarisse se jeter littéralement sur sa chatte et venir récupérer le sperme de Matt.

Celui-ci s’assit sur le fauteuil du bureau, et regardait Clarisse bouffer la chatte de Zhao, celle-ci s’était remise à gémir de plaisir sous les coups de langue vicieux de sa partenaire.

Une fois la chatte de Zhao bien nettoyée de toute trace de sperme, il vit Clarisse remonter sur le corps de celle-ci, elle frottait ses gros seins sur ceux de Zhao, et une fois leurs bouches assez proches, elles se roulèrent une pelle.


Mais ce que Matt n’avait pas vu, c’est que la bouche de Clarisse était pleine de son sperme mélangé à la cyprine de Zhao, et elle était remonté pour aller le faire gouter à cette jeune pucelle.

Celle-ci ne refusa pas la langue de Clarisse, quand elle sentit un liquide chaud s’écouler de sa bouche, elle devina ce que c’était, le gout était plutôt agréable, alors, elles se roulèrent une pelle endiablée, pour se partager le sperme de Matt.

Il regardait Zhao et Clarisse se rouler une pelle pleine de sperme tout en caressant mutuellement leurs chattes en chaleur, tandis que Liuyu, sa nouvelle petite amie, se faisait défoncer la chatte par le mari de Clarisse.

Il n’en revenait pas d’être tombé dans une famille avec deux surs aussi salopes l’une que l’autre, il se dit qu’avec un peu de chances, il y avait peut-être d’autres salopes dans cette famille, qu’il pourrait peut-être baiser.

Il était sûr que Liuyu ne lui voudrait pas, elle pourrait peut-être même l’aider à convaincre ses cousines ou autre, de lui ouvrir leurs cuisses.

Il était dans ses songes totalement dépravés quand Jean éjacula dans la chatte de Liuyu, elle avait carrément posé ses épaules sur le son lit, pour glisser une main entre ses cuisses et caresser les couilles de Jean.


Celui-ci ne mit pas très longtemps à jouir et bien qu’il eût déjà joui dans la chatte de sa sur un peu plus tôt dans la soirée, il envoya de puissantes giclées de sperme dans le vagin de cette jeune salope.

Liuyu jouit également en sentant sa chatte se faire remplir avec le sperme de Jean.

Une fois ses couilles complètement vides, il s’écroula à côté de celle qu’il venait de baiser, mais Clarisse et Zhao qui était toujours en train de se rouler une pelle avec le sperme de Matt, virent celui de Jean suinter de la chatte de Liuyu.

Et Clarisse dit à Zhao :


— Ça te dirait de nettoyer la chatte de ta grande sur ?


Sans ressentir la moindre honte, ni la moindre indignité, elle se glissa entre les cuisses de sa sur et se mit à lui lécher la chatte afin d’y recueillir le sperme de Jean qui s’en écoulait.

Liuyu sentit quelqu’un se glisser entre ses cuisses et quand elle découvrit que c’était sa petite sur qui était en train de lui lécher la chatte, elle ressentit une étrange sensation, la fine langue de Zhao lui procurait énormément de plaisir, et elle n’était toujours pas redescendu de son petit nuage de plaisir.

Ce fut à cet instant que les restes de morale que ses parents avaient essayé de lui inculquer toute sa jeunesse, finirent par s’évanouir complètement, cette morale avait déjà pris un sacré coup dans l’aile, lorsqu’elle s’était faite dépuceler par un homme marié au milieu de la piscine publique.

Elle se fissurait doucement à chaque fois qu’elle rejoignait Serge dans les hôtels, quelques fragments s’étaient effondrés lorsqu’elle avait couché avec Jean, une section entière avait sombré lorsqu’elle s’était faite baiser par Matt et l’inconnu dans le cinéma.

Mais lorsqu’elle vit sa petite sur lui lécher la chatte, elle ressentit un étrange sentiment de délivrance, plus aucune règle ne pouvait s’imposer à elle, et apparemment sa sur était dans le même cas.


Alors elle dit à sa petite sur :


— Vas-y, petite sur, tu me fais du bien avec ta langue, continue.


Prise dans un tourbillon de plaisir, Zhao eut un instant de lucidité, et se rendit compte qu’elle était en train de lécher la chatte de sa sur, mais sous les encouragements de celle-ci, et en sentant le gout du sperme chaud sur sa langue, elle ne put s’empêcher de continuer.

Elle alla jusqu’à enfoncer sa langue dans la chatte de sa sur afin de récupérer le sperme de Jean, et Liuyu, qui savait parfaitement ce qu’elle faisait, lui dit, en gémissant sous les coups de langue de sa sur :


— Mmm, ouiii, continue, vas-y, récupère son sperme et après tu m’y feras gouter.


Zhao obéit à sa grande sur, elle arrêta d’avaler le sperme qu’elle récupérait et se mit à le garder dans sa bouche. Quand la chatte de Liuyu fut parfaitement propre, elle se glissa sous elle pour remonter vers sa bouche, celle-ci comprit le message et se glissa sur le corps de sa petite sur.

Dès que leurs bouches furent à portée, Liuyu posa ses lèvres sur celles de sa sur et lui roula une pelle pour se partager le sperme de Jean.

Matt, Jean et Clarisse furent très étonnés de voir les deux surs s’embrasser si passionnément, un silence troublant s’installa dans la chambre.

On n’entendait plus que les deux jeunes salopes gémir avec la langue de leur propre sur dans leur propre bouche, ce fut Matt qui brisa le silence immoral qui régnait dans la pièce, en disant :


— Eh bien, si on m’avait dit que je tomberais sur deux surs salopes, je ne l’aurais jamais cru.

— Et apparemment, rien ne les arrête, même pas la morale, dit Jean, un peu troublé.

— Laisse-les jouir, vieux cochon, elles sont superbes quand elles jouissent ensemble, dit Clarisse

— En tout cas, je vais adorer cette famille, surtout s’il y a d’autres salopes comme elles, renchérit Matt.


Lorsque Liuyu et Zhao eurent terminé de se partager le sperme de Jean, et tout en restant enlacées, elles répondirent ensemble :


— A partir d’aujourd’hui, on partage tout.

— Moi, ça me va, répondit Matt, trop content de pouvoir baiser avec deux superbes salopes


Mais Jean qui commençait à se rhabiller, dit à sa femme :


— C’est bien beau, tout ça, mais il faut qu’on redescende si on ne veut pas éveiller les soupçons.

— Oui, tu as raison, mon chéri.


Clarisse récupéra ses affaires et se rhabilla, les surs en firent autant mais quand Matt commença à chercher ses affaires, Liuyu lui dit :


— Toi, tu restes ici, cette nuit, et tu vas t’occuper de nous deux, alors reste comme ça.


Matt obtempéra et resta à poil sur le lit de Liuyu.

Zhao dit à sa sur :


— Reste avec Matt, vu l’heure, il faut que je les fasse passer par derrière, si on veut que personne ne les remarque, et ce sera plus facile si je suis toute seule.


Liuyu approuva la proposition de sa sur, et resta à poil avec Matt.

Juste avant de quitter la chambre avec Jean et Clarisse, Zhao dit à sa sur et à Matt :


— Vous pouvez commencer sans moi, je vais essayer de faire vite.


A peine, le porte de sa chambre refermée, qu’elle était déjà à genou entre les cuisses de Matt et lui suçait la queue.

Il lui dit :


— Doucement, je viens à peine de jouir dans la chatte de ta sur, il va me falloir un peu de temps pour récupérer.


Mais Liuyu continua de pomper la queue de Matt qui regonflait doucement sous ses coups de langue efficaces.

Zhao réussit à faire sortir Jean et Clarisse du restaurant sans que personne ne les remarque, mais quand elle remonta dans la chambre de sa sur, sa tante l’aperçut en train de se glisser dans la chambre de sa sur.

Elle se demanda ce que pouvait bien faire Zhao dans la chambre de sa sur à cette heure tardive, alors elle se rapprocha discrètement de la porte de la chambre.

Zhao, dans sa précipitation, de rejoindre Matt et Liuyu, oublia de verrouiller la porte de la chambre.

Si bien que lorsque Meiwan arriva près de la porte, elle n’eut aucun mal à l’entrouvrir pour découvrir une scène qui allait bouleverser toute sa vie.


Malgré la fatigue, elle distingua parfaitement ses deux nièces, complètement nues, à genou, entre les cuisses d’un jeune homme, et en train de sucer son énorme queue.

Meiwan n’en avait jamais vu de telles, elle paraissait irréelle, elle se dit que toute cette scène était irréelle, elle vit les langues de Zhao et Liuyu se rejoindre sur l’énorme gland et s’entremêler.

 Tout cela ne pouvait pas être réel, ses nièces étaient des filles sages et pudiques, jamais elles ne seraient capables de telles choses si dépravées et si obscènes.

Mais pour autant, Meiwan n’arrivait pas à décrocher son regard de ce trio lubrique, elle vit Liuyu, sa nièce préférée, se mettre à califourchon sur le jeune homme, et Zhao qui tenait fermement cet engin énorme l’enfoncer dans le vagin de sa sur, qui descendait doucement dessus.

Elle entendit le long gémissement de plaisir de sa nièce, quand cette énorme queue s’enfonça dans son ventre.

Meiwan transpirait à grosse goutte, elle avait son entrecuisse qui la démangeait de plus en plus, son cur battait à cent à l’heure.


Elle vit Liuyu commencer à monter et descendre sur cette énorme bite, tandis que Zhao était monté sur le lit, et avait enjambé la tête du jeune homme pour lui donner son sexe à lécher.

La scène était complètement invraisemblable pour Meiwan, mais ne pouvant détacher ses yeux de ces corps lubriques, elle sentit sa main se glisser sous sa nuisette, puis entre ses cuisses, et commencer à caresser sa chatte.

Mais d’un seul coup, elle entendit qu’on l’appelait, c’était Kun qui lui demandait quand est-ce qu’elle allait dormir.

Heureusement pour elle, il n’avait pas remarqué, qu’elle était en train de se caresser, elle se dépêcha de le rejoindre et elle fila dans sa chambre.

A suivre.