Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 663 fois
  • 54 J'aime
  • 2 Commentaires

Les nouvelles copines de Patrick cèdent à LESBOS. Et si ce n’était que ça !!!

Chapitre 1

Ida et Céline s'amusent ensemble en absence de Patrick

Lesbienne

Les nouvelles copines de Patrick cèdent à LESBOS.
Et si ce n’était que ça !!!

 

Suite de : Un frère et une sœur invitent Patrick.

 Patrick fit la moue. Il aimait mieux s’abandonner à la grande euphorie finale en balançant toute sa purée dans le ventre chaud des femelles, mais comme il était assez gentil de nature, il accepta.

-D’accord, tu verras mon gland envoyer la béchamel !... Tu as tous les vices, à ce que je vois…, ça te plait de regarder un type qui va décharger, et bien avec moi, tu seras gâtée, ma cochonne !

-Oui ! Décharge-moi dessus, mais dis-le moi à l’avance…que je jouisse juste à temps…

-Eh bien c’est le moment, garce ! Je ne peux plus attendre…

-Ah ! fit-elle, j’y suis, je jouis !... Je jouis !... Fais-moi voir…, vite !


Il sortit vivement sa pine toute luisante et, du gland congestionné, jaillit de magnifiques geysers de sperme qui s’étalèrent en flaques épaisses sur le ventre et la poitrine frissonnants de Céline, la femelle comblée.

-Putain !... Avec toi, la petite dose n’existe pas… Et quelle puissance !!!!

Elle se releva et s’effondra sur le sofa, épuisée, ruinée, mais heureuse comme jamais.

 

Suite: 

Il  en a mis partout ! S’extasie Céline, agenouillée sur le lit, et se troussant pour montrer les endroits où il y a les plus grosses flaques à Ida qui venait de les rejoindre pendant que Patrick allait prendre une douche bien méritée.

-Salope ! Ricane Ida en passant la main sur la peau souillée du ventre de sa nouvelle « amie ». Tu as dû te régaler !

-Oui, j’aime ça, j’en conviens, approuve Céline.

-Tu ne t’es pas encore lavée puisque tu n’as pas encore eut le temps d’aller à la salle d’eau ?

-Non, Ida ! Où veux-tu en venir avec tes questions insidieuses ?

-Rien, je pensais seulement qu’en mettant le nez dessus, je devrais pouvoir sentir la trace…moi, j’ai de l’odorat…tu permets ?

-Tu es encore plus salope que moi, ma petite ! Ricane de nouveau Céline lorsqu’Ida entreprend de renifler les endroits où le sperme était tombé.

Le souffle d’Ida, que Céline perçoit nettement sur son épiderme, excite l’incandescente blonde et elle caresse les cheveux de la jeune brune, tout en appuyant légèrement sur la tête pour que le visage soit en contact avec son ventre.

Aussi portées sur le sexe que l’étaient les deux créatures, elles ne sont  pourtant jamais allé à une telle privauté entre filles. C’est la première fois qu’Ida a le nez si près de cette touffe troublante d’où montent les parfums capiteux de la femelle comblée mêlés aux relents qu’y a laissé le sperme.

Comprenant l’invitation muette de Céline, Ida lèche la peau tout près du nombril et, peu à peu, laisse glisser sa langue vers les poils du pubis jusqu’en haut de la fente, tout à côté du clitoris.

-Assez ! Gémit Céline. Tu m’excites, chérie…tu vas encore me donner des envies…, après tout ce que je viens de ramasser comme coup de pine, c’est inouï !

 

Ida se redresse et regarde sa nouvelle amie dans les yeux.

-C’est pas vrai !... Si tu veux que je continue ? Mais je ne suis pas comme ça, je suis pour les hommes…

-Moi aussi, je ne sais pas ce qui me prend tout d’un coup… C’est ta faute, tu es là en train de me lécher le ventre, complètement à poil…et tu es très belle…, très, très belle… Si j’étais un garçon, j’aimerais bien faire l’amour avec toi…

-Moi de même, chérie, mais voilà, nous ne sommes pas des garçons…

-Je commencerais par t’embrasser au coin des lèvres, tu vois, comme ça…Reprend Ida.

Elle appuie sa bouche sur la joue gauche de Céline et sort la langue en direction de ses lèvres dont elle touche le coin…

-Tu es folle, écoute ! Ça m’excite !

-C’est toi qui m’excite !... Laisse-moi t’embrasser un peu, juste pour jouer…

-Jeu dangereux, ce jeu de dames !...

Quelques secondes plus tard, les deux amies sont bien en train de se sucer mutuellement la langue en se tripotant les nichons.

-Dis-donc Ida, c’est comme ça qu’on devient gouine…

-Gouine ou pas, ça fait du bien et j’en ai envie…Toi aussi, je le vois dans tes yeux. Ne regarde pas ce tétin comme ça, prends la peine de te pencher et suce-le, j’en ai envie, tu me plais…, tu m’excites.

Ida s’exécute sans se faire prier davantage, car elle aussi, elle en a une envie terrible. Elle prend la pointe d’un sein entre ses lèvres et la titille un peu avant de la sucer comme un bébé affamé. Excitée à mort, entièrement nue contre le torse de Céline, aussi nu que le sien. Pendant ce temps, Patrick revient de la salle de bain et observe sans intervenir le manège des deux filles depuis la porte.

-J’ai envie de jouir ! dit celle-ci. Tu as réussi à me faire tourner en gougnotte…

-Dommage que je n’aie pas de pine, je te mettrais ça volontiers ! répond Ida en lui pelotant les fesses.

-J’en ai plein le tiroir, idiote, où avais-je la tête ? Lui propose Céline.

-Apporte chérie…, apporte…, qu’on se fasse ça ensemble !... On va bien se masturber toutes les deux…

 

Quelques minutes plus tard, les deux excitées sont assises côte à côte sur le lit en train de sucer chacune un gode de caoutchouc… ça ne vaut pas la pine de Patrick, mais à défaut de merle… Ces grives doivent s’arranger avec ce qu’elles ont sous la main.

-Pendant qu’on suce ces deux queues, on va se branler avec un vibro, propose Céline en offrant l’un de ses ustensiles à son amie.

Sitôt dit, sitôt fait. En avant la mécanique… Ça fait un bruit d’abeille au milieu des pétales naturels de ces dames. Ah les bonnes salopes, comme elles ont encore trouvé un moyen de se donner du bon temps ! Rigole sous cape Patrick.

-Ça me fait du bien quand je me pistonne avec le vibro, Ida.

-Moi, j’aime mieux me gratouiller les abords et le clito, répond Ida. A l’intérieur, ça me chatouille…

Chacun ses goûts et en avant… Toutes les deux partent en même temps pour ce voyage. Finalement, elles s’enfoncent chacune un gros gode dans le conduit vaginal et se pistonnent durant une bonne demi-heure…

-Hou ! Chérie, dit soudain Céline, je suis en train de jouir dessus.

-Donne-moi ta bouche, que je te suce ta langue pendant que tu jouis, j’aime bien qu’on me le fasse…

-Tiens, suce ! Ah !...

 

Bouche à bouche, les deux folles de leur corps continuent à se gamahucher de la sorte très longtemps puis, quand elles ont ainsi bien joui chacune à leur tour, mais individuellement, elles décident de se faire du bien l’une et l’autre ou plutôt l’une par l’autre. Céline se met à quatre pattes et exhibe sa croupe à son amie. Patrick les espionne toujours et ce spectacle lui a fait reprendre du gourdin.

-Pine-moi en levrette ! lui demande-t-elle, avec le gros vibro qui marche très fort… J’en ai envie… Tu veux bien me le faire, dis ?

-Oui, amour ! Je te dis que, petit à petit, nous allons devenir de vraies lesbiennes…

-On aime trop les bites pour ça ! Ricane Céline. En attendant, enfile ta salope, mon doux cœur.

-Tiens, dit Ida, prends-la ta grosse bite qui fait pschitt !... Prends-la bien au fond, grande cochonne. Tu aimes comme ça…, quand je la remue ?

-Oui, pistonne-moi fort, comme si tu voulais me percer…

-La prochaine fois, je te fournirai un marteau-piqueur, plaisante la brune en enfonçant le vibro jusqu’aux limites permises par la nature.

-Déconne-pas ! Proteste Céline ; c’est pas le moment…on en est aux actes, pas aux paroles en l’air…

-Tiens ma belle, régale-toi bien la chatte !

Ida caresse bien la fente de la belle blonde par en dessous, tout en lui enfonçant le vibro-masseur en marche dans le conduit vaginal. Céline soupire très fort, gémit un bon coup et commence à tortiller du croupion.

Impatiente, Ida se gratte le bouton d’une main tout en enfilant son engin vibratoire dans les profondeurs organiques de son amie.

-Oui !... J’y suis !... Je jouis !... Oh ! Chérie ! Je jouis !...

 

Elle jouit longtemps avec le truc fiché dans son con… Elle gémit que c’est bon, elle s’alanguit et se retourne pour fourrer sa langue dans la bouche de celle qui vient si bien de la branler avec sa bite artificielle.

-On devient lesbienne ! déclare Céline en s’emparant de l’instrument phallique.

-Et à moi de jouir ! Riposte Ida, qui ne manque pas l’occasion de dire une bêtise, même dans les grands moments de cette histoire de fesses.

Elle prend la position à quatre pattes, propice à l’introduction de la fusée à donner du bonheur aux dames, et c’est au tour de Céline de la lui introduire dans le con. Celui-ci en mouillait d’avance et la chose est facile. Tandis qu’elle la pistonne d’un mouvement lent et répété à la même cadence, Céline pose sa tête sur le cul rebondit d’Ida parce que c’est confortable. 

De son coté, Patrick est aux prises avec Rex, le doberman, qui vient lui renifler les couilles. Des lueurs de feu courent dans les yeux de la bête. Patrick frissonne quand une langue râpeuse lèche ses couilles. 

-Rex ! Arrête! Couché !

Le chien grogne mais n’obéit pas et lui renifle la verge avant d’en lécher le gland à grands coups de langue.

-Allons, Rex, ce n’est pas le moment ! Tu aurais sûrement mieux à faire avec ses dames…

 

La belle brune remue un peu sous l’effet de l’excitation sexuelle. Des odeurs fortes et poivrées montent des orifices voisins de ses narines et, pendant qu’elle touille le bout du phallus de plastique dans le vagin de son amie, elle tire une grande langue et la lui passe gentiment sur le trou du cul.

-Ah ! Salope, gémit Ida très émoustillée par cette caresse spéciale, qu’est-ce que tu me fais ?

-Je t’embrasse le petit anneau… Je te le léchouille, je te le bisouille et maintenant je vais t’enculer avec le bout de ma langue…

-Ah ! Que tu es salope ! Que tu es merveilleuse et salope ! Ça me fait du bien ! Te voilà devenue une lesbienne pour de bon si tu m’encules…Ah chérie, chérie…

-Ce sont les pédés qui s’enculent ! Proteste Céline; nous on s’aime.

 

Elle ne lui enfonce pas moins toute sa langue dans l’orifice anal et l’y fait joliment tourniquer, déclenchant toute une série de petits cris de bonheur chez sa victime consentante.

-Tu vas me faire jouir, chérie, c’est fou ! Arrête, c’est fou, c’est fou !...J’en suis malade de jouir !... Oh ! Dans la chatte et dans le cul en même temps, c’est bon, c’est doux ! Je jouis ! Tiens ! Ah chérie comme c’est bon !

Elle s’abîme dans un orgasme terrible et tombe sur le flanc en râlant de volupté. Céline, infatigable et plus excitée que jamais, se couche auprès d’elle, corps à corps, chatte contre chatte et nichons contre nichons. Puis elle pose la bouche sur la sienne et lui enfonce sa langue dedans…

-C’est bon chérie, c’est bon de jouer les lesbiennes toutes les deux !...

 

A suivre…

Diffuse en direct !
Regarder son live