Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 37 fois
  • 5 J'aime
  • 2 Commentaires

Les pharmaciennes 2 : La générosité ça à du bon !

Chapitre 1

SM / Fétichisme

Je me rends une nouvelle fois à la pharmacie à côté de chez moi pour acheter un médicament. En rentrant, j’aperçois une annonce pour la banque du sperme. Je m’approche un peu plus pour voir de quoi il s’agit et je vois qu’il recherche des donneurs. J’attends dans la file d’attente et quand c’est mon tour, je prends mon médicament et en profite pour me renseigner sur ce don :


— « Je vois que la banque du sperme cherche des donneurs, ça se passe comment ? »

— « En effet, il cherche des donneurs car il y a une pénurie dans leurs banques car le nombre de donneurs diminue d’année en année » me réponds Laetitia

— « Comment ça se fait ? »

— « En fait, dernièrement, la direction des banques du sperme, pour être sûr d’avoir des dons de qualité, a mis en place une sélection des dons sur des normes bien précises »

— « Ha d’accord, je comprends, mais c’est quoi ces normes ? »

— « Vous devez effectuer votre don sous le contrôle d’un membre du corps médical et en plus votre don doit atteindre au minimum 4 à 6 millilitres pour être recevable »

— « Hé bien, c’est strict mais je veux bien essayer »

— « Bon, d’accord, mais pour nous éviter de perdre notre temps, je vais vérifier votre ‘potentiel’ »


Nous nous dirigeons vers la réserve, puis elle me demande de me déshabiller. Elle met sa main sous mes couilles, les sous pèsent, les pressent, puis les caressent et me dit :


— « Hum, je pense que vous avez tout le ‘potentiel’ requis pour faire un don, Gilles »

— « Comment on procède alors ? »

— « Vous avez le choix soit vous venez le faire ici soit on vient faire la collecte chez vous, comme vous voulez ! »

— « Je pense que chez moi, ça sera mieux »

— « D’accord, Gilles »


Nous nous sommes fixés rendez-vous une semaine après, au début de l’après-midi. Ce jour là, j’entends la sonnette de l’appartement, j’ouvre et demande qui c’est :


— « C’est Laetitia et Isabelle de la pharmacie, c’est pour votre don de sperme vous vous souvenez ? »

— « Oui, Oui, pas de problème, montez ! »


Une fois à l’intérieur, elles se dirigent vers la salle à manger et déposent sur la table leur mallette. Une fois posée, Laetitia l’ouvre et retire un flacon d’échantillon. Puis Laetitia me le tend, en disant :


— « Tenez, Gilles, c’est dedans que vous devez faire votre don, mais n’oubliez pas : 4 à 6 millilitres minimum »


Je me rends dans la salle de bain et commence à me branler pour éjaculer dans le flacon. Dix minutes plus tard, Isabelle tape à la porte en me demandant si tout va bien. Je lui réponds que oui mais que j’ai besoin d’encore d’un peu de temps. Elle me répond que j’ai tout mon temps. Encore dix minutes plus tard, c’est Laetitia cette fois-ci qui vient taper à ma porte :


— « Ca y est, Gilles, vous avez bientôt fini, c’est pas pour vous mettre la pression mais on n’a pas toute l’après-midi quand même ! »

— « Oui, ça y est, ça arrive, ça va sortir ! »

— « Vous êtes sûr de pas vouloir un coup de main ? »

— « Non merci, ça va ! »


Mais voilà que cinq bonnes minutes plus tard, toujours pas d’éjaculation en vue. Alors Laetitia ouvre la porte et me dit :


— « Bon, Gilles, je suis vraiment désolée mais là il va falloir qu’on interviennent, on ne peux pas rester plus longtemps »

— « Oui, Laetitia, vous avez sans doute raison »

— « Suivez-moi, s’il vous plait »


Je la suis dans la salle à manger et je la vois enfiler, ainsi qu’Isabelle, une paire de gant. Pendant qu’Isabelle me branle de plus en plus fort, Laetitia quant à elle me suce. Sentant la jouissance arriver, je le fais remarquer aux pharmaciennes :


— « Ca y est, ça sort, vite Laetitia le flacon ! »


Laetitia se retire en quatrième vitesse de mon sexe, se retourne et prends le flacon sur la table puis le met au bout de ma vergue pour recueillir mon sperme. Une fois mon éjaculation terminée, Laetitia se lève et regarde le flacon sous tous les angles :


— « Bon, voyons voir si vous avez remplit le minimum nécessaire »


Elle retourne le flacon vers le côté de la graduation, regarde précisément et puis commente :


— « 3 millimètres, c’est dommage, vous aviez presque atteint le minimum ! mais bon tant pis »

— « Tu en est sûr ? vérifie encore » lui demande Isabelle


Après une nouvelle vérification, Laetitia confirme que je n’ai pas atteint le niveau minimum pour respecter les normes de la banque du sperme :


— « Oui, j’en suis sûr, je viens de vérifier encore deux fois »

— « Gilles, je suis désolée mais votre don est irrecevable »

— « Tant pis, au moins, j’aurais essayer »

— « Attends, Laetitia, on pourrais pas le branler une deuxième fois pour que ça fasse le niveau ? » lui demande Isabelle.

— « Mais tu sais bien que non, avec leur nouvelle règle sur la qualité des dons, c’est impossible de faire ça ! »

— « On pourrais pas faire une exception pour Gilles après tout c’es un bon client ! Allez s’il te plait »

— « D’accord, mais cette fois-ci, si ça fait pas le niveau tant pis ! »


Isabelle et Laetitia remettent des gants puis recommence à me branler mais en inversant les rôle : Isabelle me suce pendant que Laetitia me branle, et à vrai dire, je préfère cette configuration. Quelques instants plus tard, je demande à Isabelle de préparer le flacon car je vais bientôt éjaculer. Elle s’arrête de me sucer, prend le flacon sur la table et le repositionne de la même façon que la première fois puis juste après qu’elle l’ai mis en place plusieurs jets bien blanc atterrissent à l’intérieur. Elle tend le flacon à Laetitia qui vérifie de nouveau :


— « 7 millimètres, ça y est le compte est bon ! »


Elle va remettre le flacon dans la mallette et revient pour me remercier de mon don :


— « Mais Isabelle, qu’es-ce que tu fais, pourquoi tu le branle encore, c’est plus la peine puisque son don est dans la norme ! »

— « Je me disais que Gilles pourrais nous faire un don un peu plus ‘personnel’, tu ne penses pas ? »

— « Oui, je vois très bien mais il faut voir si Gilles veux bien nous faire ce don ? »

— « Oui, bien sûr, pas de problème ! » leur répond dis-je


Isabelle tire une des chaises autour de la table et me demande de m’asseoir dessus. Une fois assit, elle s’assoit sur moi en faisant pénétrer mon sexe dans le sien, appuie ses pieds sur mes genoux et commence à faire des vas et viens. Puis vient le tour de Laetitia de prendre sa place. Un peu plus tard, Laetitia décide de changer de position : cette fois-ci, elle s’assoit sur moi mais face à face. Je les avais toutes les deux baisées, je décide de tenter un peu plus ma chance : je prend Laetitia, et enfonce mon sexe au plus profond de son anus, lui saisit les hanches et commence à la pilonner. Enfin, Isabelle me regarde avec un air vicieux et me dit :


— « Allez, une petite dernière ! »


Elle s’allonge sur la table et écarte les cuisses tout en me montrant son vagin trempé de plaisir. Je m’enfonce dans celui-ci sans ménagement et la pilonne à son tour. Bien entendu, Laetitia a aussi voulu recevoir sa dose de coup dans cette position. Après m’être retiré de Laetitia, elle me demande :


— « Bon, Gilles, vous êtes prêt à faire votre don ? »

— « Désolé, pas encore, ça serais quand même bête de pas atteindre le minimum ! »


Je leur demande de s’asseoir sur le canapé puis prends les pieds de Laetitia, place mon sexe entre ses plantes de pieds et me branle, Laetitia me fait alors remarquer :


— « Je sais pas pourquoi, mais j’étais sûr que vous alliez faire ça, Gilles ! »


Je me retire des pieds de Laetitia et prend ceux d’Isabelle puis recommence à me branler. Le moment tant attendu par mes pharmaciennes préférées est arrivé :


— « Ca y est, là, on a terminé ! »

— « Alors vous êtes prêtes à recevoir mon don ? »

— « Ha oui, bien sûr, envoyez-le ! » me répondent t-elles tout en s’exclaffant de rire

— « Mais sur quel paire de pieds, tu veux gicler ? » me demande Isabelle

— « Les deux, bien sûr ! »


Elles mettent leurs pieds les uns à côtés des autres pendant que je me branle pour gicler. A peine leurs pieds en position, je pousse un cri de plaisir et envoie plusieurs jets de sperme bien blanc sur leurs magnifiques pieds. Elles se lèchent mutuellement les pieds en me disant :


« Hummmm…Je sens que votre don va faire un malheur à la banque du sperme !!! »

Diffuse en direct !
Regarder son live