Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 8 068 fois
  • 17 J'aime
  • 0 Commentaire

Les retrouvailles avec papa

Chapitre 5

Règlement de comptes

Gay

Toujours adossé à mon arbre, mon corps fléchit de fatigue. Les yeux fermés, je pense à Steve et ne comprends pas cette soudaine disparition. Il est environ 3 heures du matin quand deux hommes surgissent. A moitié endormi, je ne reconnais pas de suite ces individus vêtus de bleus et particulièrement costauds. Ils se présentent à moi ;


— Gendarmerie Nationale ! Je vais vous demander de nous suivre.


Mon cœur s’accélère et ma respiration devient de plus en plus difficile. Que se passe-t-il ? Immédiatement, je pense à Steve. Je pose des questions, mais n’obtiens aucune réponse de ces messieurs. Ils m’embarquent et je me retrouve dans une pièce très étroite où un homme me reçoit avec amabilité. Après les questions d’usage sur ma personne, il me dit :


— Vous savez la raison pour laquelle vous êtes là ?

— Pas du tout ! Je ne comprends pas ! J’attendais mon ami quand j’ai été interpellé par vos collègues.

— Vous connaissez Messieurs Steve X et Marko Y ?

— Bien entendu ! Le premier est mon ami et le second mon ennemi.

— Ils sont actuellement en garde à vue dans nos locaux pour une rixe. Quelles relations entretenez-vous avec eux ?


Je n’ai pas trop le choix et durant pratiquement 3 heures, je m’exprime en toute liberté. Je demande à contacter Barbara afin de l’informer de mon absence prolongée. A cet instant, je remarque un enregistrement vocal de Steve datant de la nuit dernière. J’en fais part au gendarme. Il m’informe :


— Je vous le confisque ! C’est une pièce à conviction. D’autre part, les prévenus sont transférés ce jour au dépôt du tribunal pour une comparution immédiate. Vous ne pouvez pas entrer en contact avec aucun d’eux.


Au vu de la situation, Barbara reporte son retour au Canada de quelques jours. Quelle femme formidable ! Je suis fier de l’avoir aimée. Elle me rejoint à la gendarmerie et nous partons au tribunal afin d’assister à l’audience. L’attente est stressante. A 20h50, les gêneurs, accompagnés d’un avocat commis d’office, se présentent devant la Présidente...


Les prévenus sont interrogés sur les faits. Le procès bascule lors de l’écoute de l’enregistrement saisi. L’avocat de Marko est furieux et tente d’écarter cette pièce des débats. Mais la Présidente réfute la demande et considère cette information comme une preuve importante du dossier.


2 heures plus tard, la Présidente prononce, après de courtes réquisitions et délibérations, la relaxe pour Steve. Je suis heureux, car mon chéri n’est vraiment pas un méchant. Quant à Marko, il écope de 3 mois de prison avec sursis, 1500€ d’amende et une mise à l’épreuve durant un an pour incitation à la violence, menaces et subornation de témoin.


Marko fixe intensément Steve afin de chercher dans son regard un mince espoir de pardon. Malheureusement, pour mon homme, c’est le néant. C’est fini ! Pas de retour en arrière !


De retour à la maison, il nous relate le face à face avec Marko. Steve parle de guet-apens :


— Il n’avait pas l’intention de discuter, mais juste détruire par vengeance les deux hommes qui l’avaient trahi. Donc je devais te protéger. Vu l’ampleur de sa haine contre nous, j’eus l’idée de l’enregistrer à son insu. Ma carrière de catcheur m’a permis de maîtriser ses coups. C’était un fou dangereux qui aurait pu commettre l’irréparable...



Steve est peu marqué physiquement par cet affrontement, mais la fatigue est bien présente. Il envoie un bisou de remerciement à Barbara, m’embrasse et se dirige sous la douche. Quelques minutes plus tard, tout le monde est couché. Je le prends dans mes bras et il s’endort rapidement. Pour une fois, je suis le protecteur de mon homme.


Durant quelques jours, nous formons un trio complice. Toutefois, pour Barbara, il est temps de rejoindre le Québec. Nous sommes tristes, mais la promesse de se revoir très vite atténue la morosité du départ.


Barbara s’en est allée et Marko ne fait plus partie de notre entourage. Nous voici face à notre destin ! Afin de nous reposer, nous partons une semaine en Grèce. Tout est si simple entre le soleil, le calme, la baignade, le romantisme, le farniente et surtout l’amour. J’idolâtre mon colosse au point d’en être totalement bébête. Quel bonheur !


En ce vendredi, le temps est incertain. Nous traînons en peignoir dans cette maison située en bord de mer. Je dévisage mon homme si beau avec ses cheveux très courts et cette moustache le rendant presque inaccessible. Si ce n’est quelques prémices érotiques avant de s’endormir, nous n’avons plus fait l’amour depuis le fiasco sous la douche. C’est frustrant ! Je dois prouver mes capacités sexuelles en lui donnant le plus bel orgasme de sa vie.


A poil, je me dirige vers Steve et lui retire son peignoir. Bizarrement, je ne le trouve pas très demandeur. Il fronce les sourcils et me dit :


— Je ne suis pas très à l’aise avec les poils pubiens. La dernière fois sur la plage, je ne t’en ai pas parlé, mais ce n’était pas très agréable. OK pour un petit rasage intime ? Ne t’inquiète pas, ce n’est pas douloureux, mais juste un peu chauffant. Fais-moi confiance !


Je ne suis pas très étonné de sa demande vu son corps glabre et lumineux. Malgré mon scepticisme, j’accepte son aide. Je prends une douche chaude afin de ramollir les poils et m’allonge sur le lit. Steve ouvre sa petite valise et en sort une panoplie impressionnante de crème, tondeuse, rasoir, etc. C’est une première pour moi et malgré ma confiance envers Steve, je suis excessivement tendu.


Il est patient, délicat, attentionné et rassurant. Au fur et à mesure de ce travail érotique, Steve s’enflamme et devient de plus en plus pressant. Toutefois, il reste prudent dans ses gestes malgré une envie irrésistible de me faire l’amour. Après les parties intimes, il s’attaque aux aisselles et au reste du corps. Un massage avec une crème hydratante clôt cette heure et demie de sensualité. J’ai perdu 30 ans de pilosité en peu de temps, mais je suis très heureux de cette expérience.


Cet exercice réveille la libido de Steve. En érection et électrisé comme jamais, sa bite durcit à vue d’œil. J’empoigne sa queue et le masturbe avec une envie folle de voir son sperme gicler. Excepté l’écoulement du précum, l’attente du jaillissement est longue. Je suis très surpris de sa résistance au plaisir. Finalement, Steve se prend en main, stimule son entrecuisse et sans véritablement forcer, éjacule dans de petits cris étouffés. Une nouvelle fois, j’ai tout raté.


Il part sous la douche et je devine une grande déception sur son visage. De retour dans la chambre, il me dit :


— Ce soir, je serai ton esclave ! Donne-moi le meilleur de toi-même et peut-être réussiras-tu à vaincre le maître sexuel que je suis !


Steve est bien meilleur que moi au lit, mais ses propos sont vraiment prétentieux. Il me reste quelques heures afin de me chauffer et enfin lui donner une bonne leçon.

Diffuse en direct !
Regarder son live