Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 5 671 fois
  • 11 J'aime
  • 0 Commentaire

Les retrouvailles avec papa

Chapitre 12

Nuit intense

Gay

— Mon amour, réveille-toi !

— Quoi ? Qu’est-ce que tu veux?

— Andrek, Franck, Fabio et Daniel ne sont plus là ! Il est plus de 22h30 !

— Qu’est-ce tu veux que ça me fasse ! Ils sont grands !


Steve a raison ! Tant pis pour eux ! Je boucle la maison et retourne dans la chambre. Mon chéri est là allongé sur le lit. Plus de 110kg de muscles m’attendent. Je retire mon pantalon et pose ma tête sur sa magnifique poitrine. Mon Hercules me prend dans ses bras et caresse mon corps avec une grande douceur.


Il ne cache pas son excitation. L’érection de mon homme est puissante. Mon chéri en veut ! Il saisit ma main et la dépose délicatement sur son string. C’est dur et chaud ! Au fur et à mesure de mes câlins phalliques, mon chéri émet des gémissements de plus en plus forts.


— Stop mon cœur ! Je mouille c’est beaucoup trop tôt ! Regarde, mon string ?

— Tu es vachement excité ?

— Pas toi ?

— Si ! lui dis-je en ôtant mon bikini.


A la vue de mon intimité, mon chéri pose son fessier sur mon torse et se rue sur ma bite à pleine bouche tel un affamé. Oh là là, il suce comme un Dieu ! Ma queue brûle de plaisir. La position du cul musclé de mon homme est électrisante. Je retire son string, ouvre son anus et force le passage avec deux doigts. Il se cambre abandonnant la fellation


— Oh oui ! enfonce, enfonce ! C’est bon bordel !


J’ai une envie folle de lui déchirer le cul. Je me libère de son corps puis agrippe ses hanches, les soulève et positionne ses fesses à hauteur de ma bite. Je me sens fort et prêt à le défoncer. Il sourit en frappant ses puissants pectoraux.


— Le vrai mâle c’est moi ! Je suis invincible ! lance mon homme avec un air arrogant.

— Toujours ta touche de supériorité sexuelle ! Je vais t’exploser et tu vas te soumettre.


Son cul bien calé, je libère son anus et d’une poussée violente lui enfonce ma bite au plus profond de ses entrailles. Son hurlement telle une bête féroce me glace d’effroi. Je retire ma queue et l’empale de nouveau aussi durement. Aucun cri ne sort de sa bouche mais sa grimace en dit long sur sa «souffrance».


Mes coups de pilons répétés accentuent ses grognements. Il essaie de contrôler mes assauts en serrant ses fesses mais ma cadence forcenée l’en empêche. Le combat est rude. Nos lamentations érotiques résonnent dans la pièce. Mon homme convulse sous mes poussées barbares. La sueur dégouline sur nos muscles tendus. Je fatigue mais je le sens au bord du gouffre au vu du précum coulant sur sa grosse bite. Gagné ! Mon chéri pousse un cri tel un animal blesse :


— Nooonnn pas ça ! Je jouis (en agrippant les draps) ! Ahahaha ! Je gicle bordel !

Un jet laiteux inouï s’abat sur sa poitrine suivi de petites saccades tout aussi intenses. Il est cuit ! Mon homme s’écroule sur le lit, le souffle coupé. Je badigeonne ses pectoraux avec son sperme et lui dis avec un sourire moqueur :


— Ton cul m’appartient baby !

— Tu m’as foutu KO mon cœur!

— Qui est le mâle, le maître ?


Mon chéri ne dit mot ! Je fixe ses fortes cuisses, ses couilles, sa bite flasque en remontant jusqu’aux tétons. Ce corps herculéen bouleverse mes sens. Je le retourne et frotte mon sexe sur ses fesses musclés. Mon homme s’agite en poussant de petits cris étouffés. Ma queue, dure comme du béton, est prête de nouveau à travailler.


J’agrippe ses hanches et déchire son abîme virile par de fortes poussées. Il s’agite la couenne en hurlant de douleur :


— Stop, stop heures h! J’ai le cul en fusion !

— Qui est l’homme ?


Mon chéri ne répond pas ! J’accélère la cadence. Je lutte désespérément contre cette jouissance latente. L’éjaculation est proche. A cet instant, mon Hercules s’exclame haut et fort :


— Oui tu m’as vaincu ! Je n’en peux plus ! Retire ta bite de mon cul je t’en supplie !

— Enfin tu reconnais ma puissance !


Il est soumis mais je n’ai pas le temps de me réjouir. Je sens le fluide sexuel remonter de mes couilles. Brutalement mon sperme explose dans le cul de mon homme. Je crie, gueule, suffoque,etc.mon orgasme est terrible ! Épuisé, je bascule sur son corps. Mon chéri s’ébranle, se remet sur le dos et dit en me serrant dans ses bras :



— Jamais je pensais que tu allais me baiser avec autant de force ? De plus, Tu as osé m’éjaculer dans le cul !

— Je voulais te mériter et te prouver que ma domination sexuelle valait la tienne.

— Gagné ! Mon cul s’en souviendra, crois-moi ! dit-il en souriant. La prochaine fois, je prendrai ma revanche !

— Tu es heureux ?

— Tu m’as donné la plus belle preuve d’amour en me baisant comme un Dieu !

— Merci mon amour!


Nos muscles fusionnent dans des effluves sexuels de sueur et de sperme. Petit à petit, la fatigue nous rattrape. Je pose ma tête dans le creux de son épaule et la main entre ses cuisses. Mon chéri s’est assoupi. Ce moment est merveilleux. Le bonheur est là ! Je ne suis pas dans les bras de Morphée mais dans ceux de l’homme de ma vie.


J’ouvre les yeux...9 heures 30 déjà ! Mon «mari» dort encore. Je le réveille par des caresses intimes et de petits baisers suaves. Il émerge enfin !


— Dis-donc mon amour, il serait temps de s’occuper de notre quatuor ?

— Quel quatuor ?

— Eh bien Franck, Andrek, Fabio et Daniel !

— Pas de nouvelles, bonnes nouvelles ! dit-il avec un détachement hallucinant.


En attendant le retour des quatre mousquetaires, nous prenons la direction de la salle de bain. Cette eau bien chaude sur nos muscles est un enchantement tout comme le petit gel parfumé. Ce moment est délicieux même si nos gestes se cantonnent à de simples papouilles. Revigorés, nous filons dans la cuisine pour un déjeuner bien mérité.






















.











.






-

Diffuse en direct !
Regarder son live