Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 4 911 fois
  • 11 J'aime
  • 1 Commentaire

Les retrouvailles avec papa

Chapitre 13

Séparation?

Gay

Il est là face à moi, prenant son petit déjeuner, souriant, le visage buriné mais tellement sexy, la barbe naissante, la robe de chambre ouverte sur des pectoraux majestueux, mon chéri est heureux. Tout se bouscule dans ma tête et je pense à ma vie d’avant au Québec. Rien de comparable bien sûr mais que de chemins parcourus depuis mon enfance.


J’imagine mon avenir avec cet homme. Il est mon  mari», mon protecteur, mon mentor, mon meilleur ami, mon confident, ma source d’inspiration et d’optimisme. Je suis sur mon petit nuage.  


 - Oh mon cœur, tu es avec moi ?

 - Je suis désolé mais je pensais à la chance de t’avoir dans ma vie.   


Mon chéri disparaît sous la table. Je sens ses mains se faufiler sous mon peignoir et tel un bonbon sucré engloutit ma bite jusqu’aux couilles. Quel appétit ! Une sensation de bien-être m’envahit. Je l’incite à continuer mais l’arrivée inopinée de Andrek et Franck stoppe notre élan charnel. Je rougis ! Mon chéri s’emporte :  


 - On ne vous a pas appris à frapper ? Vous vous croyez où ? Vu votre tête, la nuit fut longue, n’est-ce pas ?   

 - Désolé ! Répond Andrek. Nous avons été en boite et dormi chez ton père. Un repas chez Daniel, ça vous tente ?


Il appelle son père et le remercie de son invitation. Toutefois, Steve refuse en insistant sur la fatigue du week-end (ce n’est pas faux!). De plus, mon chéri ne souhaite pas trop précipiter les choses avec cet homme absent de sa vie durant des années. Prendre le temps est la devise de Steve mais pas trop non plus vu l’age avancé de son cher papa.  


Les jours et les semaines défilent. Mes nouvelles activités professionnelles m’éloignent de plus en plus de mon chéri. Je travaille également les week-ends et mes horaires sont changeants. Je rentre souvent tard du taf et nous faisons que nous croiser. La lassitude de mon chéri est palpable et je m’en inquiète.  


Lors d’une soirée chez son papa, prévue de longue date, je m’endors sur le canapé ou dans les tribunes pour un gala de catch. Mon chéri devient distant et sort de plus en plus seul. Malheureusement, nos relations sexuelles s’en ressentent. Sincèrement j’ai vraiment peur car mon chéri semble se désintéresser de moi au point qu’il ne bande pratiquement plus.


J’essaie de discuter mais sans succès. Il s’étiole, répond par des murmures en évitant mon regard.  


 - Tu ne m’aimes plus ? lui dis-je la trouille au ventre.

 - (il hésite...) Je suis fatigué de cette vie qui ne me correspond plus.   

 - Que faut-il faire ?

 - Rien ! Tu as ta vie mais ce n’est plus la mienne.

 - Que fais-tu de notre amour ?

 - Je t’aime et t’aimerai toujours mais j’ai besoin de me retrouver.    


Ma vie s’écroule, je blêmis, une sensation d’abandon m’envahit, etc. et je finis dans les toilettes afin de vomir mon mal être. Rien ne s’arrange avec le temps bien au contraire. Steve ne me demande plus de sortir avec lui. Il passe Noël et le 1er de l’An avec ses amis me laissant totalement détruit malgré la présence de Daniel et Andrek..  


Je suis proche de la dépression et 15 jours plus tard, je décide de quitter le domicile conjugal. Heureusement, le mariage n’a qu’une valeur symbolique. Mais Steve est toute ma vie et sans lui je ne suis plus rien.  


Je bosse comme un «malade» pour oublier mais je n’y arrive pas. Ma chambre d’hôtel est peuplée de cauchemars et mes nuits sont très courtes. Je tiens comme je peux. Un soir, je croise Steve accompagné de deux mecs dans un grand magasin. Je fonds en larmes en baissant la tête pour cacher ma peine. Mon cerveau me dit «je l’ai perdu... !».  


Trois mois se sont écoulés depuis cette rencontre furtive. Daniel tente de me rassurer comme il peut mais ça sonne faux. Je m’enfonce dans le néant au point de fuir la civilisation. Je ne mange plus et reste dans ma chambre d’hôtel à broyer du noir. De plus, l’apparition d’un nouveau virus n’arrange rien à ma situation.  


Je suis totalement désemparé. Bravant les interdictions dues au Covid 19, j’erre toutes les nuits au hasard de mes envies. J’hésite à tout plaquer afin de m’éloigner de cette souffrance destructrice où le tabac et l’alcool rythment mes journées.


Andrek, meilleur ami de Steve, tente de me dissuader de quitter la France et profitant du déconfinement me propose d’habiter chez lui. Il est très sympa et sa compagnie me fait du bien. Je passe de bons moments avec Andrek malgré notre déprime due à l’absence de Steve et de Franck (reparti au Québec).  


Malheureusement, un soir tout bascule ! Ivres comme des cochons, l’appel du sexe nous pousse dans les bras l’un de l’autre. A poil et inconscients de ce qui se passe, nos corps se chevauchent avec fougue. Lutteur très musclé, Andrek me bascule au sol et tente de forcer mon trou avec sa bite épaisse. Je le repousse en voyant mon alliance «A toi pour toujours». Je me rhabille et file titubant dans le jardin mais le mal est fait.


La honte me submerge ! Je chiale comme un gamin en me frappant le corps, je suffoque, etc. je suis proche de la crise de nerfs. Ma vie est un véritable gouffre. Ruiné par l’alcool, je m’endors sur la pelouse.     

Réveillé par la fraîcheur du petit matin, je croise Andrek nu sortant de la douche. C’est un beau mec, aux muscles bien ciselés mais rien à voir avec la perfection musculaire de Steve. Andrek s’approche :


 - Oublions hier soir ! Je suis désolé Dick !

 - J’ai bafoué mon homme et je suis très mal. Putain d’alcool !   

 - Ce n’est pas la fin du monde ! Chacun fait des erreurs dans sa vie.   

 - Non ! Pas ces conneries là! Dés que je trouve un logement, je libère les lieux.   

 - Si c’est ton souhait ! Mais ne t’inquiètes pas ce sera notre secret.    

 - Quel secret ? Steve le saura et tu ferais bien d’en faire autant avec Franck.   


Andrek est secoué par mes propos. Je suis en colère contre lui car il n’assume rien. Malgré tout, notre relation s’adoucit avec le temps mais il me tarde tout de même de quitter cette maison.


Je reprends mon travail dans des conditions très strictes. Ce retour à la vie professionnelle m’est salutaire même si mon homme occupe toujours autant mes pensées. Je n’ai aucune nouvelles depuis plus de sept mois. Ce vide en moi est terrible !

Diffuse en direct !
Regarder son live