Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 390 fois
  • 59 J'aime
  • 8 Commentaires

Les révélations d'Alyssa

Chapitre 1

Les émois juvéniles d'Alyssa

Travesti

L’histoire d’Alyssa est une fiction s’appuyant en partie sur mon vécu, car certaines situations relatées sont des fantasmes, mais d’autres sont réelles, tout comme le contexte.

À l’adolescence, j’avais déjà la passion du travestissement, et pour la satisfaire, je passais de longs moments dans la chambre de ma mère en fin d’après-midi, après les cours au collège, et avant son retour du travail. J’essayais toute sa garde-robe et particulièrement les bas, les dessous sexy, et les sandales à talon.


Originaire d’un petit village de province, je fus contraint de partir à Valence pour poursuivre mes études au lycée. Ne pouvant plus me passer de porter régulièrement des bas et des dessous féminins, j’avais réussi à en subtiliser à ma mère. Je les avais donc apportés dans ma chambre à l’internat et rangés au fond de mon armoire, pour pouvoir les regarder et les sentir sur ma peau dans des moments d’intimité que je me ménageais en soirée. A cet âge, j’avais déjà conscience que j’étais une fille prisonnière dans un corps de garçon. Mes émois sexuels concernaient les garçons et au quotidien, je me sentais plus à l’aise avec les filles, plus en phase avec leurs centres d’intérêt, leur sensibilité.


J’étais au début de ma classe de première, lorsqu’un matin, n’ayant pas cours à 8h, je remontai discrètement à l’internat. Je me retrouvai seul dans la chambre, à l’étage de l’internat vide et silencieux. N’y tenant plus, je me déshabillai et revêtis des bas autofixants en voile noir, un tanga en dentelle noire subtilisé à ma mère, ainsi qu’une petite nuisette sexy assortie. Ne disposant pas de miroir dans ma chambre et voulant me voir dans cette tenue, je sortis de la chambre furtivement pour aller à la salle de bains collective, le cœur battant la chamade, affolé par le risque encouru en m’exposant ainsi. J’étais dans la salle de bains depuis une minute quand deux autres internes entrèrent en caleçon avec leurs affaires de toilettes à la main et me surprirent dans ma tenue de lolita travestie. Ces deux garçons avaient à peine plus dix-sept ans, je les avais déjà remarqués depuis plus d’un an de cohabitation à l’internat et j’avais un peu fantasmé sur eux.


En effet, j’avais compris qu’ils étaient gays à leur attitude un peu exhibitionniste et provocante devant les garçons.


Paniqué d’avoir été découvert, je m’échappai précipitamment pour me réfugier dans ma chambre. Ils me suivirent et m’interpellèrent plutôt gentiment du couloir extérieur, ayant trouvé ma porte close.


— Ne te cache pas, tu es trop mignonne dans ces vêtements, nous aimerions bien te voir encore. Ce serait dommage de ne pas nous en faire profiter, t’es trop sexy pour te cacher. Allez, ne sois pas intimidée !


Je reconnus la voix douce d’Axel, un bel éphèbe blond à la peau mate et bronzée et aux yeux bleus.


— Allez, ouvre-nous ! Si tu ne veux pas que le raffut que nous allons faire alerte le responsable de l’internat et qu’il te voit dans cette tenue, laisse-nous entrer ! Au fond de toi-même, je parie que tu as envie de te montrer, jolie petite allumeuse...


Je reconnus la voix autoritaire, plus mâle de Marc, un garçon châtain dont le torse déjà musclé et puissant était déjà en partie recouvert de poils virils. Après quelques hésitations, je décidai de leur ouvrir la porte, pour éviter d’être découvert par une des personnes de la vie scolaire affectées à la surveillance de l’internat des garçons qui pouvait nous surprendre à tout moment. Pour être complètement honnête, j’étais aussi déjà un peu accro à l’adrénaline de la transgression et leurs mots flatteurs sur mon apparence m’avaient rassuré et encouragé à aller plus loin. Ils entrèrent, Marc s’assit sur le lit et me détailla avec l’air d’un prédateur mis en appétit par sa future proie, Axel vint vers moi et me prit doucement par la main et tenta de me rassurer.


— N’aie pas peur, montre-nous tes jolis charmes de nymphette.


Axel m’attira dans ses bras, j’étais prisonnier de son étreinte, mais je frissonnai déjà en émoi de sentir sa poitrine se presser contre mon dos. Il m’amena fermement face à Marc, à 1 mètre de lui, il sembla se délecter à contempler mes frêles formes juvéniles, et son regard s’arrêta au niveau de mon entrejambe où il devina à travers le tulle noir transparent de mon tanga un sexe de garçon tout mignon, un petit sourire narquois apparut sur ses lèvres et il dit :


— Ce n’est pas avec cette petite bite que tu donneras du plaisir à quelqu’un. Tu es vouée au rôle de fille, ma jolie. Axel, tourne-la un peu, je veux son petit cul.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Axel relâcha son étreinte, leva ma main au-dessus de ma tête et me fit pivoter comme une danseuse effectuant une demi-volte pour être face à son cavalier et il m’attira à lui, m’obligeant à cambrer les reins. Marc siffla d’admiration et s’exclama :


— Ton petit cul rebondi est sublime, ma chérie. Tu peux en être fière ! Quel est ton prénom de fille ma puce ?


Mon prénom de garçon est Théo, mais le trouvant trop masculin, dans ma tête, un prénom féminin avait naturellement pris sa place lorsque j’étais travesti. J’eus envie de laisser sortir un peu plus la fille qui est en moi et je dis d’une voix un peu tremblotante :


— Alyssa...

— Très joli prénom, ma belle, qui te va à ravir... Axel, je te laisse chauffer Alyssa par des caresses entre filles.


Aussitôt, Axel me poussa doucement sur le lit et m’embrassa tendrement, et je frissonnai à nouveau de désir. Il me caressa les jambes, les épaules, les fesses, me couvrit de baisers, me titilla les tétons avec sa langue. Ces derniers s’érigèrent fièrement, alors Axel les pinça entre ses doigts et les tordit légèrement, je gémis alors de plaisir. Il me chuchota dans l’oreille :


— Tes tétons sont aussi réactifs que ceux d’une fille... Je suis comme toi ma puce, n’aie pas peur, c’est si bon d’être une fille...


De l’autre côté, je sentis le sexe gonflé et dur de Marc se frotter contre ma jambe et j’eus une envie irrépressible de le caresser à travers l’étoffe de son caleçon. Electrisé par cette sensation, je délaissai Axel, attiré comme un aimant par la verge à moitié érigée de Marc qui témoignait du désir que j’avais suscité. Il m’encouragea dans mes caresses, retira son sous-vêtement et m’initia à des attouchements en guidant mes mains puis ma bouche. Je me retrouvai bientôt à le sucer et à prendre un plaisir immense à le faire. Pour la première fois, j’avais un sexe de garçon dans la bouche, et j’étais aux anges.


Axel de son côté, n’avait pas cessé de me caresser, il s’occupa de ma petite bite, la cajola pour la faire se dresser, et lorsqu’elle fut suffisamment en érection, il l’engloutit dans sa bouche avec beaucoup de douceur et de gourmandise. Sous l’effet de cette caresse buccale, je sentis une onde de plaisir monter et je gémis à nouveau. Marc accueillit mes couinements de femelle en chaleur par des mots qui révélèrent ma nature profonde.


— Elle est chaude comme la braise, la petite Alyssa... tu seras une salope insatiable, ma puce, ton corps te trahit.


Je m’appliquai à ma turlutte, le présperme de Marc s’écoula alors dans ma bouche, je lui trouvai une saveur très légèrement, salée et épicée avec une petite touche presque imperceptible de lavande... un goût de mâle qui m’ensorcela aussitôt. Une nouvelle révélation sur ma nature de petite femelle subjuguée par la puissance sexuelle d’un mâle alpha. Marc se mit debout face au lit et me demanda de me mettre en levrette face à lui pour poursuivre ma fellation. Axel commença alors à me peloter les fesses, à les embrasser et à les mordiller, de manière sensuelle et enveloppante. Il s’approcha de plus en plus près de mon anus que je sentis frémir, il continua à me caresser le dos et à me donner de petites tapes sur les fesses, il éveilla en moi un plaisir global qui me submergea comme une vague, je ne pus contenir de nouveaux gémissements lascifs. J’entendis comme dans un brouillard Marc commenter la scène.


— Waouh ! Elle est super chaude du cul... sous ses airs d’ingénue se cache une vilaine petite cochonne.


Axel commença à lécher autour de mon petit trou, en faisant des petits cercles concentriques, puis je sentis sa langue au contact direct de mon anus, déclenchant une onde de plaisir qui m’arracha un petit cri. Puis, il introduisit sa langue dans l’anus et je sentis mon sphincter palpiter sous cette caresse buccale. Le passage ayant été lubrifié, il fit pénétrer un doigt qui vint explorer et masser ma prostate puis un deuxième, son autre main s’activait pour masturber ma petite verge, je haletai et poussai de petits cris aigus au bord de l’orgasme. Axel me retourna sur le dos pour serrer fort mes boules minuscules dans sa main gauche stimulant ainsi le plaisir par la douleur. En revanche, il engloutit aussitôt ma petite queue dans sa bouche pour réaliser des caresses buccales d’une grande douceur. Il continua aussi à stimuler ma prostate avec les deux doigts de la main droite dans mon puits d’amour de travesti.


Toutes ses sensations fortes et contrastées provoquèrent un puissant plaisir orgasmique et j’éjaculai sans retenue dans la bouche d’Axel.


Il vint se blottir contre moi et m’embrasser sur la bouche pour partager ma semence avec moi, je lui trouvai une saveur légèrement acide, avec des notes quasi indétectables de réglisse, de cerises et de violette... un goût frais et féminin... le mien. Marc se rappela à notre souvenir, en désignant son beau mandrin :


— Dites donc les filles... vous avez une belle à bites à disposition, profitez-en !


Nous nous précipitâmes tous les deux sur l’objet de notre convoitise, mais Axel me devança au poteau... je souris intérieurement de l’ironie de la situation. Axel me fit une petite place à ses côtés pour m’agenouiller face à Marc, il lui léchait déjà les couilles et donc j’en ai profité pour laper comme une petite chatte gourmande le fil épais qui s’écoulait du méat de son gland. Je passai ma langue sur les contours du gland pour bien en sentir à la fois la douceur et les aspérités, je devenais déjà addict aux sensations que me procurait ce sexe chaud et vivant dans ma bouche, à la fois doux et puissant, mais Axel me devança encore pour prendre la verge de Marc complètement en bouche et réaliser une fellation experte. Je me redressai pour caresser le torse musclé de Marc puis titiller avec ma langue et mes dents ses tétons, je tâtai avec gourmandise aussi ses fesses musclées.


Marc demanda à Axel de se mettre en levrette sur le lit face à lui, il mit un préservatif et lubrifia la rosette d’Axel avec du gel et pénétra doucement son anus.


Je me faufilais sur le dos entre les jambes d’Axel pour goûter à une nouvelle bite. Elle était de bonne taille au regard de la mienne qui était un peu décorative et avait la caractéristique d’être fortement érogène et érectile comme un clitoris de fille. La verge d’Axel était plus fine et délicate que celle de Marc, elle n’était qu’à moitié bandée et elle coulait abondamment, réagissant au plaisir anal que lui procurait Marc. Je goûtais avidement à un troisième sperme en peu de temps, j’en appréciais aussitôt la saveur très légèrement sucrée, et je décelais presque imperceptibles des notes délicates, d’iris et de fleurs d’oranger... la signature gustative indiscutable de la nature profondément féminine d’Axel. Je m’activai pour donner toute sa vigueur à son sexe, avec ma bouche et ma langue qui s’enroulait autour de sa hampe.


Il se raidit pleinement, rendant hommage à ma fellation, mes mains couvrirent de douces caresses les flancs et la poitrine d’Axel jouissant de sa peau satinée, mes doigts frôlèrent ses tétons érigés, je les attrapai entre deux doigts et progressivement, je les pinçai et les tordis pour lui rendre le fulgurant plaisir de fille soumise qu’il m’avait donné un peu plus tôt.


Bientôt, Axel et Marc au diapason jouirent ensemble, je sentis le corps d’Axel se raidir et se convulser sous l’effet conjugué d’un coït anal et d’une éjaculation dans ma bouche.

J’étais à présent sans force, à la fois fasciné par la beauté sauvage et enivrante de nos ébats et un peu jaloux aussi du plaisir éprouvé par Axel. Il vint se blottir contre moi et il me murmura à l’oreille :


— Nous sommes sœurs de vice désormais... ne sois pas jalouse je te prêterai encore Marc et tu pourras donc connaître à ton tour ce plaisir de sentir femme avec un sexe d’homme jouissant en toi.


Nos relations régulières à trois durèrent six mois, pendant tout ce temps, Marc m’initia à plein de plaisirs sexuels et je fus Alyssa, la petite sœur vicieuse de sa girlfriend Axelle, et je connus donc plusieurs fois comme promis le plaisir de me sentir femme avec le sexe de Marc éjaculant en moi, protégé bien sûr, par un préservatif. Axelle et moi achetions quand nous le pouvions des vêtements de fille et du maquillage et nous nous faisions belles, cachées à l’abri des regards dans nos chambres, nous nous procurions parfois de petits plaisirs entre filles, mais le plus souvent, nous nous préparions pour séduire Marc. Je devins une fille de plus en plus crédible et une amoureuse experte. En effet, j’étais assez frêle, mais tonique, avec une pilosité quasi inexistante et une petite frimousse peu masculine. Ainsi maquillée et apprêtée, j’avais une allure très féminine, capable éventuellement de tromper les personnes qui ne me connaissaient pas.


Marc et Axel eurent leur bac fin juin et de mon côté, j’avais réussi tant bien que mal mon année de première pourtant assez agitée puisque j’étais admis en classe de terminale.

Diffuse en direct !
Regarder son live