Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 18 026 fois
  • 252 J'aime
  • 5 Commentaires

Ah les seins de Monique, meilleure amie de ma mère

Chapitre 5

une tierce personne

Hétéro

Après ce démarrage en fanfare, ma relation avec Monique connut un coup d’arrêt inattendu, puisque je restai sans nouvelle pendant deux jours ! Elle réussit alors à me faire savoir par ma mère (qui jouait les intermédiaires sans le savoir) que son père, très âgé, avait fait une chute et qu’elle avait donc dû partir le retrouver d’urgence dans son « moulin » de Normandie.


Elle réussit enfin à me contacter en direct, et m’apprit que l’accident de son père allait peut-être avoir des suites très positives pour nous : il allait sans doute partir en convalescence, et elle pourrait alors profiter à sa guise de sa belle maison, et il allait de soi pour elle que ce serait avec moi ! Tu verras comme on sera bien, c’est très confortable, et la piscine est déjà en service... et on sera seuls ensemble, tu pourras me faire tout ce que tu veux ! Mon chéri, rien que d’y penser, je suis déjà excitée... je commence à mouiller, tu sais ! Oh s’il te plaît, dis-moi ce que tu vas me faire... j’ai envie !!


Avec un tel discours, j’avais déjà une gaule terrible, et je lui promis naturellement de m’occuper longuement de ses seins, de la lécher vraiment partout, avant de lui faire l’amour aussi longtemps qu’elle voudrait. Je réussis même à lui faire accepter l’idée de la sodomie, car je pensais bien qu’elle pourrait aimer aussi. Par contre, il me fallait naturellement oublier momentanément l’idée de faire participer la belle Emilia à nos jeux. J’évoquais tout de même cette idée, en soulignant qu’Emilia avait l’air particulièrement intéressée et qu’elle me semblait très sensuelle. Monique finit par admettre qu’elle y avait pensé aussi et qu’effectivement, Emilia la regardait souvent d’un air admiratif, et que oui, elle était vraiment jolie. Et comme elle aimait tellement se faire sucer par moi qu’on pourrait peut-être... si j’en avais envie... un jour... essayer avec elle. Mais je ne sais pas comment faire, moi ! Je n’ai jamais embrassé une femme...


Je la rassurai au mieux, en lui promettant de participer pour la faire jouir comme une folle !

Il me fallait attendre encore trois jours. Monique conclut en me demandant de passer à son appartement pour arroser ses chères fleurs pendant son absence, et récupérer quelques affaires. Le lendemain donc, je me précipitai à son appartement, après avoir récupéré les clés chez sa concierge. Me retrouver seul me fit un drôle d’effet. Je fis le tour des endroits où nous avions fait l’amour, je jetai un coup d’œil aux photos dans son pêle-mêle (une datant de plus de dix ans où je figurais avait été bien mise en valeur...), et j’entrai dans sa chambre, où j’avais été tellement heureux ces jours derniers. Et alors me vint l’idée de passer ses habits. Je trouvai rapidement les sous-vêtements et choisis un bel ensemble soutien-gorge et slip en dentelle rouge. Dans la penderie, je sortis une élégante robe noire. Il ne me fallut que quelques minutes pour me « déguiser en Monique » et me regarder longuement dans la grande glace de la salle de bains, en tentant de retrouver ses attitudes.


Je décidai même d’utiliser son rouge à lèvres et de me faire les yeux. Le résultat était assez curieux... mais me faisait cependant bander comme un ours. Je commençai à me caresser lentement les seins comme elle le faisait si bien. Quelques minutes me suffirent pour arriver au bord de la jouissance, mais une voix féminine se fit entendre dans mon dos : bonjour, ma petite maman, comme tu es belle aujourd’hui ! Tu as un rendez-vous ? Avec qui ? Je parie que c’est avec Eric ! En tout cas, tu me plais beaucoup ! Je peux t’embrasser ? J’en ai tellement envie...


Je reconnus immédiatement la voix de Blandine, la fille de Monique. L’expression « avoir froid dans le dos » était largement en dessous de ma situation. J’étais glacé et tétanisé, il m’était impossible de ne rien faire ou dire. Elle ne se moquait pas, mais contemplait le spectacle d’un air admiratif. Elle reprit : j’avais bien compris qu’il se passait quelque chose avec toi. Elle te manque tant que ça ? Et en me regardant, elle ajouta : l’effet est assez réussi, mais il te manque quelque chose d’essentiel : et elle sortit d’un tiroir une perruque rousse qu’elle m’ajusta sur la tête ! Et là, le résultat était vraiment bon. Elle me glissa dans l’oreille : tu sais, moi aussi je l’aime beaucoup ma mère, je la trouve tellement belle... Je rêve d‘elle très souvent. J’aimerais tellement l’embrasser...


La situation était franchement surréaliste ! Je n’arrivais pas à comprendre qu’elle puisse être... amoureuse de sa mère ! Mais elle se rapprocha derrière moi et commença à passer ses mains sur mes épaules, puis à les descendre sur mes « seins ». Tu vois ce que j’aimerais faire avec maman ? Je voudrais la déshabiller tout doucement, découvrir son corps et d’abord... là, elle me fit face et me roula une magnifique galoche, ne s’interrompant que pour dire : oh maman, que j’aime t’embrasser, j’ai envie de te faire du bien, je t’aime, laisse-moi faire, je t’en prie...


Je commençai lentement à sentir mon cerveau se reconnecter. Après tout, la donzelle était vraiment jolie, et son discours me faisait terriblement bander. Je ne m’opposai donc pas à ses propositions ! Le baiser se poursuivit encore longtemps, sans que je sache si elle avait bien compris qu’elle était avec moi et non avec sa mère, tant son discours était étrange. Elle commença à me retirer la robe noire, tout doucement, en embrassant chaque centimètre de ma peau qui apparaissait. Finalement, il ne me resta plus que les sous-vêtements rouges ; je me trouvai assez ridicule, entre le soutif rempli de chaussettes et le slip d’où émergeait une bite en acier trempé !


Fort heureusement, Blandine était finalement bien consciente d’avoir dans ses bras un jeune mâle et non sa chère mère. La manière dont elle m’emboucha fit mon admiration... et bien plus ! Et si sa mère adorait particulièrement se faire sucer, la fille choisit rapidement de m’allonger pour me chevaucher frénétiquement, après avoir recouvert ma bite du capuchon réglementaire. Elle était aussi chaude que sa mère, et montra vite que son premier orgasme arrivait à grands pas. Elle jouit en criant d’une voix suraigüe, et comme sa mère se lâcha en proférant toutes sortes de commentaires sur moi... ou sur sa mère !


Blandine n’avait aucun besoin de récupérer, ce qui tombait bien puisque j’étais encore au top ! Je la retournai en levrette et je fus saisi d’admiration devant la beauté de ce jeune cul. A tel point qu’elle exigea vite que je retourne aux affaires. Je ne voulus pas la décevoir, et je revins en elle en claquant gentiment ses fesses magnifiques, tout en la pénétrant en douceur, mais bien au fond. Rapidement, sa seconde jouissance arriva et coïncida avec la mienne.


Quelques minutes après, Blandine, la tête reposant sur ma poitrine, m’avoua à quel point elle rêvait de sa mère depuis des années sans jamais avoir osé lui parler. Elle me confia qu’elle s’habillait souvent avec les habits de Monique, et à quel point elle avait été excitée de me voir dans cette situation. De mon côté, j’imaginais bien sûr lui proposer de nous rejoindre, mais j’avais un peu peur de la réaction de Monique, qui pourrait être brutale, mais aussi, égoïstement, dans le cas contraire, de me retrouver exclu de ces jeux entre mère et fille. Au final, l’excitation de cette situation incroyable me poussa à raconter à Blandine mes projets avec sa mère, sans même en avoir parlé à cette dernière. C’était un vrai risque, car Monique ne me paraissait pas du tout être prête à une relation incestueuse, et je pourrais parfaitement perdre d’un coup la mère et la fille...


Il fut convenu que je viendrais retrouver Monique le premier, et que Blandine nous rejoindrait plus tard, en prétendant bien sûr ignorer ma présence. Et après...

Il nous faudrait profiter de l‘excitation de Monique pour lui faire accepter une relation à la fois saphique et incestueuse ! vaste programme !

Diffuse en direct !
Regarder son live