Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 2 549 fois
  • 2 J'aime
  • 0 Commentaire

Les soldes

Chapitre 1

Divers

Coucou, c’est Ange ki reviens pour raconter une petite histoire qui s’est passé dans une cabine d’essayage pendant les soldes.


En effet, samedi apres-midi mon mari et moi sommes allé voir quelque boutique de vetements. Mais ki dit vetement dit. essayage. Apres avoir flané une bonne petite demi-heure dans un magasin mixte (habits pour hommes & femmes) ou il y avais guere de monde, nous avons trouvé 2 ou 3 affaires chacun a essayer. On se dirige alors vers le fond du magasin ou se trouve les cabines. Dans cette alignement de cabines se trouve une cabine d’angle plu large ke les autres. On décide alors de s’y rendre pour pouvoir faire nos essayages en meme temps et dans la meme cabine.


Apres y etre rentré et avoir tirer le rideaux (hélas moins large ke l’ouverture de la cabine) on commenca a se désabiller en parlant tout naturelement jusqu’à ce ke mon mari baisse son pantalon et. que j’appercoive que ce jour la il ne portait pas de sous-vetement. Son sexe été la, moyennement dur (je n’avais déjà plu de tee-shirt) devant mes yeux. Je m’approche de lui, attrape cet objet de plaisir dans ma mains, colle nos torses, je le regarde dans les yeux lui fesant sentir ke ca m’éxitait k’il soit nu sous ses vetements, pour ensuite commencer a le masturber tout en douceur, juste quelque allé-retour de ma main, sans le quitter des yeux et en l’embrassant a pleine bouche. Soudain, arriverent 2 jeunes femmes qui choisisserent évidemment les cabines autour de la notre pour s’installer, elles parlaient fort comme si elles étaient seules ! A part ces femmes il n’y avais personne d’autre.


Nous on ne bougea pas. J’eus une soudaine envie de. je me mis alors accroupis devant mon mari pour entamer une gaterie, je le léchai doucement, le suceai, déposai ma salive sur son gland avant de tout réengloutir, j’été devant la glace de la cabine, je me regardai en le suceant et ca m’exitait fort ! C., mon mari se contractai pour ne sortir aucun son de sa bouche. Mais je savais exactement quel mouvement de bouche faire pour lui extirper un bruit, je le connais bien mon homme ! je creusa les joues a leurs maximum et je pompais en meme temps, il m’aggripa l’épaule et la serra fort en poussant une sorte de grognement sourd. Je ralenti pour pas qu’il ne vienne tout de suite. Dans les cabines d’a coté ca discuté sans se rendre compte de rien. Mon mari me fit signe de me relever, m’embrassa goulument avant de me plaquer contre le mur peu solide de la cabine, de baisser mon string, de s’agenouillé a son tour et de me sucer. Sa langue fit des dessins sur mon sexe trempé de mouille. La situtation m’exitait enormement, de la ou j’étais je pouvais voir les va et viens des 2 femmes entre la cabine de l’une et de l’autre (grace a l’espace ke le rideau laissé de chaque coté de l’ouverture). Mais si je pouvais les voir, ca veut dire qu’elles aussi pouvaient me voir ! cette situation me fit encore plu couler, mon mari bu tout, enfonceant sa langue profondement dans ma chatte, l’introduisant et la resortant plusieurs fois, de plus en plus rapidement, c’était bon, c’était fort, tres fort.


Il se releva, me regarda en souriant dans les yeux avant de présenter son sexe a l’entrée de ma chatte trempée, il le fit pénétrer doucement tout en m’embrassant pour éviter de faire du bruit car 2 autres personnes étaient arrivé a proximité. Il était en moi, ne bougea plu puis se retira presk entierement, rerentra plus fortement, ca glissé tellement dans mon sexe ! ses mains carressé mes seins et mes fesses, moi j’embrassai son torse et griffais son dos. On était debout contre un mur, a moitué habillé et c’été exitant ! Apres quelque mouvement de bassin, il vint en moi, lacha tout son sperme dans ma chatte. Pour ne pas faire de bruit il mordit mon épaule presque jusk’au sang et moi j’enfoncais mes ongles dans ses adorables fesses. On ne bougeait plu, wahhh quel plaisir Le temps de reprendre nos esprit et de se rhabiller, il était maintenant plu kestion d’essayer koi ke se soit ! on sorti de la cabine lui me tenant par la taille, moi une main dans son jean pour serrer ses petites fesses, tous les deux le sourire jusk’au oreille ! Les 2 jeunes femmes des cabines voisine nous suiverent du regard jusqu’à ce qu’on ait disparu de leur champs de vision, avaient-elles entendu quelque chose ? humm.


Messieurs, sachez que pour une femme mettre sa main dans la poche arriere d’un jean sans sentir se sous-vetement c’est un régal Chéri, quand tu veux pour pas en mettre ! ;-)

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder