Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Lue 4 845 fois
  • 83 J'aime
  • 0 Commentaire

Les surprises des vacances dans la famille

Chapitre 5

Hétéro

Claironne Jennifer. Elle défait le fermoir de son soutien-gorge et le laisse tomber, elle est suivie par Rachel. Claudine ronchonne et quitte également le sien. Les trois hommes, ensemble, fixent les seins bien moulés, ils sifflent et applaudissent. Richard et Julien ôtent leurs T-shirts et les balancent, alors Julien ramasse les cartes pour distribuer. Il est en jeu et finit par poser une double paire de huit par les sept tandis que s fiancée le bat avec trois reines.

— Je gagne !

Elle fanfaronne.

— Désolé, Poupée, mais tu ne gagnes pas.

Lui rétorque-t-il.

— Pourquoi non ? J’en ai trois d’une sorte et tu as deux paires. Tu m’as battu plus tôt avec cette même combinaison.

Proteste-t-elle. François et Richard ne peuvent en croire leurs oreilles quand Julien dit :

— Ouais, mais tes deux paires étaient rouges toutes les deux. Mes deux paires sont noires toutes les deux. Dans ce cas, la double-paire bat un brelan

— Conneries !

Se sont exclamées toutes les femmes.

— Hé, nous connaissons bien les règles. Soyez bienvenues dans le monde des grands joueurs. Hé les gars ai-je ou non raison ?

— Tu as raison, Mec

Acquiesce Richard. Il a du mal à garder son sérieux.

— C’est de cette façon qu’il faut jouer. Vérifiez les règles si vous voulez.

Continue François. Il n’y a pas de règle du jeu dans l’appartement, évidemment. Les trois femmes crient un peu plus, mais finalement cèdent, se lèvent et font glisser leur culotte sous l’acclamation de leurs hommes. Elles sont debout, se tournent, se montrent avant de s’asseoir de nouveau.

— Maintenant qu’est-ce que nous jouons ?

Demande Jennifer.

Rachel la regarde et hausse les sourcils, pendant que Claudine ouvre la bouche et se lèche voluptueusement les lèvres. Les yeux de Jennifer sont grands ouverts, mais Julien vient à son secours.

— Je pense que j’ai mieux à faire avec toi à la maison, Bébé. Tu es coincée !

Julien était et a retenu sa chemise sur et a enfilé ses flâneurs. Jennifer saisit vivement ses sous-vêtements, mais Julien les ramasse d’abord. Puis il éclate de rire, il lui a dit,

— Hum... Hum. Tu les as perdus, ils sont à moi maintenant

Il s’éloigne d’elle.

— Quoi !!! Quoi ?

Julien attrape son jean et blouse aussi.

— Ce sont les règles !

Il la prend par la main, la propulse nue en criant vers la porte, quand derrière eux, les quatre restants sont écroulés de rire.

— Bon sang, ce gars ne s’arrête jamais ! Il n’en tirer rien pendant un mois !

Remarque François hilare.

— Pétard, avez-vous vu comment ses mamelons sont guillerets ? Il va la malmener toute la nuit !

Répond Richard.

— Donc avec quoi jouons-nous maintenant ?

Questionne Claudine. Rachel observe les hommes avec curiosité. François et Richard se regardent fixement étonné. Celui-ci hausse les épaules à son partenaire de débauche, et leur dit :

— Bien, si vous perdez de nouveau, vous devrez nous accorder tout ce que nous voulons. Quoi que nous demandons de faire..

— Ouais, c’est comme ça que nous allons à jouer maintenant.

Interrompt Richard, en distribuant les cartes. Rachel et Claudine ont rapidement des mains pleines de mauvaises cartes.

— Bien, mesdames, secouez ces seins pour nous!

Demande Richard.

— Merde !

Se plaignent-elles, mais les deux femmes se lèvent et prennent leurs seins dans le creux des mains, en les agitent légèrement. Ceux de Rachel sont légèrement plus gros que ceux de Claudine, bien que Claudine ait des mamelons beaucoup plus longs.

— Allez, plus fort! Secouez-nous ça mieux !

Se plaint François. D’abord Claudine, puis Rachel, secouent leurs poitrines. Leurs deux tétons ensembles sont raidis avec l’excitation sexuelle. Les deux femmes perdent la main suivante aussi François met la barre un peu plus haut.

— Bien, venez ici et asseyez-vous sur la table, en nous faisant face.

ordonne-t-il. Ils obéissent et se hissent avec précaution sur la table branlante.

— Maintenant écartez vos jambes... bien, montrez-nous maintenant un peu de rose... beaucoup et beaucoup de rose.

Étonnamment, aucune des femmes ne set plaint. Au lieu de cela leurs doigts se posent entre leurs jambes, qu’elles écartent largement et tirent leurs lèvres vaginales. Les chattes luisent de cyprinee et les deux femmes entament lentement à caresser leurs clitoris. Richard dévisage François.

— Fini le poker, mec !

S’exclame-t-il et fait face d’abord au con musqué de sa femme. Claudine beugle quand son minet est fouillée par la langue de Richard, mais elle ferme rapidement les yeux et passe ses mains dans ses cheveux. Rachel et François fixent la baise pratiquée devant leurs yeux, François se glisse entre les cuisses de Rachel et l’orgie commence. Après que les deux femmes ont eu un premier orgasme, les hommes les font simplement descendre de la table et les traînent dans le salon. Ils quittent leur jeans, ils les font descendre devant leurs cuisses, leur montrent leurs énormes érections et leurs demandent femmes de leur tailler une pipe illico. Rachel et Claudine plongent entre leurs jambes et au bout de quelques minutes elles sont récompensées par des giclées de sperme. Richard leur ordonne de continuer à les pomper jusqu’à ce qu’ils bandent de nouveau. Alors, il surprend les autres en annonçant

— Hé. si nous changeons. d’accord ?

Sans rechigner les femmes changent de place. François et Rachel n’ont jamais été avec d’autres personnes auparavant. Ils sont ensemble depuis qu’ils ont seize ans et ne se sont jamais trompé. Mais ça ce n’est pas trompé, n’est-ce pas ? Ils sont tous les deux dans la même pièce, n’est-ce pas ? Avant que François jouisse, Claudine le surprend en arrêtant sa fellation et en grimpant sur ses genoux. Avant qu’il ne puisse ouvrir sa bouche, Claudine chevauche ses cuisses et glisse son minet sur sa bite. Elle pousse des cris quand l’orgasme la tétanise et qu’elle a atteint le point de non retour, son clitoris frottant contre son pubis. Rachel regarde attentivement puis fait la même chose avec Richard. Les quatre baisent côte à côte jusqu’à ce qu’ils jouissent tous, et s’effondrent ensuite sur le canapé tout étonnés de ce qui vient d’arriver. Ensuite, Claudine et Richard font une sortie discrète. François et Rachel les ont été quittés en se demandant juste ce qui leur est arrivé et si cela aurait un effet néfaste pour leur amitié. Ils ont été très contents que la seule conséquence sur leurs propres existences fut d’agrémenter leur vie sexuelle, déjà à un niveau plus excitant et plus fréquent, encore mieux. Ils ont baisé inlassablement.

La réponse est arrivée un mois plus tard, quand on fait la partie de poker à la maison de Claudine et de Richard. Dès le début, Claudine pris Rachel à part dans la cuisine et lui a demandé,

— Tu te rappelles ce qui est arrivé après cette partie il y a deux ou trois semaines chez vous. Es-tu intéressée pour recommencer ?

Rachel se consulte promptement jusqu’à ce qu’elle puisse en parler à son mari, mais il était d’accord, elle répond à Claudine :

— D’accord. Pas de problème.

— Génial... Restez donc quand la partie sera terminée et nous pourrons nous amuser tous les quatre. Je dois vous dire, depuis cette nuit, Richard n’a pas été capable de me laisser tranquille !

*************

.- Donc nous avons commencé à échanger. Nous sortons une fois par mois maintenant et rencontrons certains amis quelque part ici et faisons une partouze.

— Eh bien !

S’exclame Sophie.

— Quoi, vous allez dans un club échangiste ou quelque chose comme ça ?

— Non, juste autre couple et nous, nous en avons plusieurs. Nous avons essayé quelque chose de plus grand une fois, mais ce n’était pas pour nous. Nous aimons pouvoir regarder l’autre se faire baiser. On prend un pied d’enfer !

— Je ne peux pas te croire ! Ma propre sour... et vous ne m’en a jamais parlé !

— Comme tu ne m’ont pas dit pour toi et François la nuit dernière ?

Ironise Rachel. Elles sont arrivées à la moitié du parcours et reviennent en marchant pour les dernier cent mètres restant pour arriver dans l’allée. Sophie est abasourdie.

— Tu savais ? Tu le sais depuis le début et tu ne m’as rien dit ! Bon sang !

Rachel pose la main sur le bras de sa sour et lui sourit chaleureusement.

— C’est ce que j’essaie de te dire. Ce n’est pas juste le cul, c’est que nous pouvons nous fier l’une à l’autre qui le rend tellement grand. Je me fie à François et il se fie à moi. Nous l’avons prévu même avant que tu arrives ici. J’ai voulu qu’il te baise.

Sophie est ahurie.

— De quoi !

Elle soupire.

— Sourette, tu es bien trop jeune pour te ratatiner et t`étioler. Ton était un gars d’enfer et je sais que tu l’as aimé, mais il est mort. Tu n’es pas obligé de rester seule. Tes gosses ont besoin d’une mère réellement vivante, pas un martyr et si tu ne retrouve pas une vie sociale, tu vas finir par devenir plus vieille que moi. Je n’ai pas l’intention d’être cruelle, mais tu as besoin d’être baisée !

Sophie s’écroule sur le côté de la route, elle sanglote. Se peut-il être ? Sa propre sour demandant à son mari d’essayer de la séduire ? Était-ce une séduction, de toute façon, elle avait été une participante active ? François peut avoir sorti sa bite, mais elle l’a embouchée et l’a sucée. A-t-elle jamais criée ou protestée, une seule fois ? NON ! Rachel serre sa sour dans ses bras. Les passe autour de ses épaules quand Sophie pleure. Après quelques minutes, quand ses larmes commencent à s’arrêter, Sophie la regarde et lui dit :

— Merci. Je reconnais que vous avez fait ça pour mon bien, c’est bien ainsi.

— Ouais, eh bien, c’est nous deux, je pense. Donc il été bon ? François a dit que tu es fantastique tout simplement.

Appuie sa sour. Sophie sourit tristement.

— Il m’a super bien baisée ! Je n’ai pas eu de bite depuis que mon mari est mort ! Je ne me rappelais plus comme c’est bon. Il a joui, moi aussi rapidement et j’ai eu orgasme sur orgasme ! Te l’a-t-il dit ?

— Ce matin. J’étais tellement excitée quand je me suis réveillé que j’ai léché son pieu. Quand il s’est réveillé, il a gloussé et m’a mis sur lui, m’a branlée pendant que je le besognais. J’ai reçu encore son pieu dans ma chatte, illico !

— Hou la!...En te baisant profond !

S’exclame Sophie.

— Ouais, je pense aussi. Écoute, après le petit déjeuner, nous allons faire des courses pour toi. Assez de ces vêtements de Mère Tape-dur. Tu t’habillais toujours sexy pour ton mari, donc nous allons te trouver quelque chose pour trouver les hommes. Alors, une de ces nuits, toi, François et moi allons sortir et te monter. Je veux te regarder draguer les hommes !

— Tu m’emmerdes !

— Ensuite, nous verrons si nous ne pouvons pas trouver un type pour toi, pour te faire craquer, hé ?

Après le petit déjeuner et une douche rapide, les deux grimpent dans voiture de Rachel et prennent la route principale. Quand elles roulent, Rachel lui demande :

— Donc ton mari et roi n’0nt jamais eu de relations spéciales ? Comme nous, je veux dire ?

Sophie est muette, ne répond pas par la négative comme Rachel s’y attend. Surprise, elle va plus loin.

— Bien, n’est-ce pas ? Tu ne dis rien, ce qui doit signifier, oui !

— Hummm, pas vraiment. Je veux dire pas comme vous, c’est juste que, eh bien, il y a cette chose que j’avais l’habitude de faire...


Elle raconte leurs fantasmes à sa sour :

Le radiogramme indique, "A San Diego à quai 6/14 5 jours NU." Sophie comprend précisément ce que cela signifie. Le navire de son mari arrive à San Diego le 14 juin et il veut qu’elle soit libre quelques jours. Le NU veut dire "Aucun Sous-vêtement". Elle téléphone à la base, on lui confirme que le destroyer accoste à San Diego le lendemain matin, Sophie ainsi doit se dépêcher. D’abord elle appelle une amie et prend les dispositions pour ce qu’elle s’occupe des jumeaux. Ensuite elle appelle l’aéroport et acheté un billet pour un vol du soir. Finalement elle attrape un grand sac et y entasse quelques vêtements.

NU ne signifie pas que "Aucun Sous-vêtement", c’est le code pour une tenue vestimentaire bien précise. Pas de pantalon ou short, pas de tennis ou chaussures basses, pas de collant. Sophie est tenue de ne porter soit une jupe et un chemisier soit une robe, des hauts talons et des bas. La seule culotte ou le soutien-gorge qu’elle peut prendre est le bikini le plus indécent qu’elle possède. Elle doit se rendre aussi disponible que possible pour les plaisirs de son mari. Sophie sort ses vêtements les plus sexys et fait sa valise. Les règles sont les mêmes sans tenir compte de si son mari est avec elle ou non. Plus tard dans l’après-midi, ayant amené les jumeaux chez son amie, Sophie met ses vêtements de voyage, qui sont composés d’une jupe marron, une veste, une blouse beige, des bas et des hauts talons. Cette nuit à San Diego, elle dort nue. Le matin suivant elle accueille le navire de son mari portant une robe d’été courte, sandales à hauts talons et rien d’autre. Quand ils arrivent au motel, Sophie taquine son mari sans merci. En s’appuyant en arrière contre la porte de la voiture, elle remonte sa jupe jusqu’à sa taille et commence mettre ses doigts autour de son minet fraîchement rasé. Normalement, quand Bernard est loin, elle laisse repousser ses poils, mais chaque fois qu’il rentre à la maison, il aime son sexe net et rasé. Alors qu’ils entrent dans la chambre, Bernard est prêt à exploser. Sophie avant même qu’elle mette la clé dans la porte, Bernard soulève sa jupe et fouille avec un doigt la raie de son cul et entre ses cuisses chaudes et en Sueur. Aussitôt la porte close derrière eux, Sophie se trouve à genoux sur le lit avec la robe autour de la taille, avec le pieu de Bernard bien fiché dans son con

Diffuse en direct !
Regarder son live