Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 738 fois
  • 50 J'aime
  • 0 Commentaire

Les troie femmes

Chapitre 1

Avec plusieurs femmes

Un silence étrange règne dans la maison quand je reviens du travail. Il est presque tard, ma femme devrait être rentrée. Là, j’entends enfin un léger bruit venant du salon. J’allais y entrer sans façon quand je les vois, trois filles nues, dont mon épouse. Elle est, comme les autres totalement nue, les jambes bien ouvertes, offerte à la bouche d’une amie. La tête posée entre les cuisses ouvertes, la langue dehors, la voisine semble avoir pas mal l’habitude de donner du plaisir féminin.

Le plus étrange est la tenue de la voisine, à genoux, les fesses à l’air, elle aussi se fait sucer par une compagne que je ne connais pas. Aussi nue, elle lèche et se caresse en même temps. Je n’ose pas faire de gestes dérangeants. Je ne fais que bander d’un seul coup. Le seul bruit est quand la porte s’ouvre à peine. Ma femme regarde, me voit, me fais signe d’approcher.

Je prends le temps de me déshabiller. Ma bite se montre à qui veut la voir. Il me semble qu’elle est plus grosse que d’habitude. Je la tiens en main, prêt à me branler devant ce groupe de femmes. Pourquoi pas après tout ne pas me faire du bien ? Je commence à descendre le prépuce lentement. Le gland ressort. Ma main remonte doucement. Je serre la queue plus fort quand ma femme me demande de venir près d’elle pour qu’elle me suce. Elle se penche un peu, ouvre sa chatte encore plus aux caresses labiales. Ses lèvres s’ouvrent, engouffrent le gland. Sa langue connaît assez la queue qu’elle avale pour lui faire cracher son jus.

Je sens la main de son amante sur ma cuisse. Elle monte lentement vers les fesses. Elle passe entre les cuisses, se loge vers les couilles. La caresse est habile, nécessaire. Elle oublie mes joyeuses pour venir cherche un trou, mon petit trou. Je suis vierge de ce coté. Personne, même pas ma femme ne m’a touché le cul. Je me laisse faire. D’un doigt elle caresse le bord de l’anus. Je le sens me faire de bonnes sensations. Elle continue, j’ouvre mes fesses pour qu’elle fasse ce qu’elle veut.

Bien sur ma femme surveille ce qu’elle voit. Je vois ses yeux qui suivent la main entre mes fesses. Elle laisse faire son amante. Je sens le doigt qui lentement entre dans mon intimité. Il est dedans en entier. Il va et viens comme quand j’encule ma femme. Je comprends son plaisir particulier de la sodomie. J’ouvre encore mes fesses. J’accepterais même une bite à cet instant. Ma femme lâche la queue. J’allais jouir dans sa bouche comme elle dit aimer. La pine fait des mouvements de bas en haut, totalement involontaires. D’un seul coup je jouis de ce doigt qui me sodomise. Mon jet de sperme part sur le visage de ma femme. Nous regardons ma queue avoir des spasmes. Tout mon jus sort de la queue. Normalement j’aurais du débander. Je reste raide comme avant de commencer avec encore envie dans les reins.

Je vais me venger en m’agenouillant derrière la fille qui lèche ma femme. Je trouve des fesses dures, une raie presque ouverte. Elle m’a enculé, je vais lui en faire autant à moins qu’elle préfère que j’aille dans son con. Ma pine visite la raie lentement de haut en bas. Au passage je reconnais bien l’anus où je vais un rapide arrêt. Je voulais la baiser, je ne peux pas à cause de la langue de la troisième qui s’occupe du clitoris. Je l’avais oublié celle là. Elle non, elle me prend les couilles pour faire subir des caresses encore plus excitantes que celle de la première amante.

Ma femme gémit de plus en plus fort : elle jouit. Ce ne doit pas être sa première fois depuis que le trio a commencé. Celle que je veux baiser jouit aussi. J’arrive à point. Il leur manque une queue, la mienne peut leur servir.

J’arrive en forçant un peu à entrer dans ce cul qui me nargue. Je découvre un anus excitant, promettant des montagnes de jouissance. Entre l’enculade, les caresses sur les couilles, je suis le plus heureux des hommes. Le gland prisonnier des boyaux de la belle lâche encore une fois sa sauce blanche.

Quand je sors lentement de l’anus, il s’écoule un peu de sperme que la bouche qui suçait la fille vient récolter. Cette glaneuse de jus d’homme se relève, va donner sa chatte à ma femme. Elle est là, jambes écartées autour de celles de ma femme. Son bas ventre et tendu vers le visage. Je vois distinctement des fossettes sur les fesses. J’y passe ma main, même si je ne bande pas.

Dans la raie qu’elle présente je peux passer deux doigts. J’arrive ainsi à sa chatte mouillée. En touchant à même le menton de ma femme j’entre dans son cloître. Je la doigte longuement. Quand elle jouit je ne sais si c’est à cause de moi ou de la langue de ma femme.

Nous restons anéantis de bonheur, d’orgasmes divers. J’ignorais que ma femme aimais jouir avec des amies. Elle m’invite régulièrement pour partager ces copines.

Elle est devenue coquine depuis que nous nous connaissons. Au début elle n’aimait pas tellement la baise. Un jour je lui ai appris à se masturber. Elle a poursuivit, m’a donner son cul dans un moment de folie sexuelle. Elle me le donne régulièrement. Il y a peu elle m’a fait part de son désir de baiser avec d’autres femmes. Je ne la croyais pas. La preuve aujourd’hui. Désormais je pense pouvoir baiser ses copines avec elle.

Diffuse en direct !
Regarder son live