Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 22 212 fois
  • 78 J'aime
  • 0 Commentaire

Les trois femmes de mon adolescence

Chapitre 1

Hétéro

je venais d’avoir 18 ans lorsque tout à commencer ou basculer selon la vision de cette aventure qui dure toujours alors que j’ai maintenant 25 ans. Comme la plupart des ados j’ai pratiqué la masturbation dès que mon sexe s’enflammait lorsque des filles ou des femmes légèrement vêtues étalaient leurs appas à ma vue. Un jour d’août 95 alors que j’étais en train de prendre mon petit déjeuner maman entra uniquement vêtue de sa chemise de nuit m’embrassa sur la joue en se baissant et mon regard plongeât dans son décolleté qui m’offrit deux magnifiques seins, ils étaient et sont d’ailleurs toujours fermes et bien gros 100C.Maman avait seulement 38 ans à cette époque et veuve de surcroît car papa est décédé des suites d’une longue maladie deux ans après la naissance de Virginie ma jeune soeur. La vue des ces deux globes bien en chair me fit monter une bouffée de chaleur jusqu’au bout de oreilles et ma queue se mit à raidir lorsque passant devant la porte fenêtre qui donne sur le jardin maman s’arrête comme d’habitude pour voir et admirer les fleurs et les arbres fruitiers et comme de bien entendu le rayon de soleil me dévoila le corps de maman en transparence et me fit découvrir qu’elle ne portait pas de culotte sous sa chemise de nuit se qui me fit saliver encore plus et bander d’autant. Ma queue tendait mon caleçon de nuit et cela ne pouvait passer inaperçu lorsque je me levais pour aller faire ma toilette et là encore le sort s’acharna sur moi quand Virginie fit elle aussi son apparition en nuisette si courte que son string était entièrement offert à la vue de qui voulait le voir, ayant remarqué l’état dans lequel je me trouvais elle me sourit et se dirigea vers maman. Je m’arrêtais un instant dans le couloir et je l’entendis dire à maman

--- ’Jérôme a monté le chapiteau’

--- ’Veux tu te taire ce n’est pas le langage d’une jeune fille de ton âge tu n’as que 14 ans’

--- ’Voyons maman ne me dit pas que tu n’en parlais pas lorsque tu avais mon âge’

--- ’Oui bien sur mais pas à ma mère nous en parlions entres filles ’

---’Je pense qu’il a dut remarquer que tu étais nue et cela lui a fait de l’effet ? Là maman se fâcha et gifla Virginie, quant à moi je m’en fut rapidement dans la salle de bain sans faire de bruit.

J’étais sous la douche l’orque j’entendis frapper à la porte et la voix de maman se fit entendre.

--- ’je peux entrer Jérôme tu as fini’

--- ’Non je suis sous la douche mais tu peux entrer’.Ce qu’elle fit en refermant la porte et j’entendis le bruit de l’urine qui frapper la porcelaine du wc.

--- ’Tiens puisque je suis là veux tu que je te frotte le dos’

---’Si tu veux avec plaisir’.Elle prit un gant de toilette et du gel douche pour me frotter le dos ce que je n’arrivais jamais à faire correctement.Puis je lui demandais

---’Qu’a fait Virginie je t’ai entendu la gronder’

--- ’Oh des idioties’

--- ’Du genre ?’

--- ’Des idioties bon. ...’

--- ’Mais enfin on ne gronde pas pour une simple bêtise’

--- ’Tu veux savoir, elle a remarquer que ton sexe était en érection et elle supposait que c’était moi la cause...Ce n’est quand même pas cela n’est-ce pas qui a fait que ton sexe.....bon enfin tu me comprends’.

--- ’Mais oui maman je te comprends’

--- ’Tu es bien jeune aussi pour cela tu n’as que 18 ans’.Pour ma part j’étais toujours de dos à elle qui ne pouvait voir l’état dans lequel était ma queue car rien que d’en parler je m’étais remis à bander.

--- ’Tu te rends compte une gamine de son âge on aura tout vut’ Sans le faire exprès et dans le flot de la conversation je me tournais vers elle pour la calmer et prendre la défense de Virginie. Ce qui fit que ma queue fièrement dressée lui apparut dans toute sa splendeur et vigueur.

--- ? C’était donc vrai tu bandes pour moi tu devrais avoir honte je suis ta mère ’Et elle s’assit sur la cuvette des toilettes en pleurant. Je sortais de la douche et planté devant elle je me séchait sans rien dire puis de dos à elle j’entrepris de me raser. Lorsqu’elle me saisit par les hanches m’obligeant à lui faire face ce qui eut pour effet de dénouer la serviette de bain et j’apparus à nouveau nu devant elle mais cette fois la bitte à 10 cm de ses lèvres. Lui saisissant la tète de mes deux je l’attirais vers mon bas ventre mon gland essayant de forcer sa bouche sur laquelle je me frottais puis sa résistance mollissant elle entrouvrit les lèvres et me laissa coulisser dans sa bouche sans participer se qui me fit débander lentement sans même éjaculer, je me penchais sur son visage et lui donner un baisers sur les lèvres en lui demandant pardon et regagnais ma chambre. Dans le couloir je croisais Virginie qui me demanda ce que j’avais chose à laquelle je ne répondis pas et je m’enfermais dans ma chambre. Sur les dix heures j’enfilais mon caleçon de bains et rejoignit la piscine au fond du jardin, après quelques brasses je m’étendis sur ma serviette et partit pour une bronzette.Le souvenir des deux corps vus ce matin réveilla à nouveau ma verge qui se remit à durcir. C’est à ce moment là que j’ouvris les yeux et vit Virginie qui matait la bosse qui tendait mon caleçon.

--- ’Tu dois avoir une grosse envie pour monter un tel chapiteau mon frérot ?’

--- ’Toi et tes réflexions à la noix tu aurais put t’abstenir de raconter des bêtises à maman’

--- ’Oh je crois que et je pense que tu dois te masturber en pensant à elle,elle te fait de l’effet notre maman et moi aussi n’est-ce pas’

--- ’Ne dit pas de bêtises Virginie tu vas encore fâcher maman’

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

--- ’Elle est partie chez le coiffeur et ensuite elle doit passer chez grand-mère pour la ramener chez nous pour un séjour d’une quinzaine de jours, et comme mammie et encore jeune tu pourras aussi avoir des idées.’Là n’en pouvant plus je la gifflai ce à quoi elle répliqua et ce fut coup après coup qu’elle rendait lorqu’elle saisit ma queue par dessus le caleçon et la serra pour faire mal,j’arrettais de frapper tout en lui demandant de bien vouloir cesser et lâcher ma bitte qui avait aussi gonflé démesurément au contact de sa main.

--- ’Non je la tiens je ne la lâche plus car tu vas en profiter pour me cogner’ et en disant cela elle imprima un mouvement de branlette.’et elle a l’air d’aimer les caresses ’--- ’Virginie arrête ce n’est pas bien de faire cela’

--- ’Tu veux voir mon miaou mon frérot’ elle me lâcha et baissa son maillot de bain et me montra son sexe poilu mais bien poilu. Alors elle te plaît ma moumoute et de ses deux doigt elle entrouvrit ses lèvres et sa fente rose apparut.

--- ’Tu peux toucher si tu veux ’Ce que je fis volontiers en insinuant un doigt entre les lèvres je pus constater qu’elle était trempe passant sur le clitoris elle eut une réaction comme si un courant électrique l’avait parcouru. Je la caressais doucement lentement et elle de son coté envoyait son bas ventre vers mes doigts et ne pouvant plus me retenir ma langue alla la titiller de l’anus au clito qui gonfla au point de ressembler à un gros petit pois c’est à cet instant qu’elle se mit à jouir inondant mon visage de sa cyprine et je m’en fut piquer une tète dans la piscine

---’Salaud tu es dégueulasse tu t’échappes tu as peur de montrer ta quéquette’

--- ’Ce n’est pas une quéquette mais une bitte d’ailleurs tu as put le constater puisque tu l’as prise en main’

--- ’Baisse ton short et montre la ’Ce que je fis libérant l’objet de son désir pour l’exposer à sa vue.

--- ’Elle est vraiment grosse dit elle ’en la prenant en main et plongeant sous l’eau elle l’a pris dans sa bouche mais le manque d’air lui fit lâcher prise pour venir respirer en surface.

--- ’Elle est vraiment bonne elle remplit ma bouche mais je voudrai bien la sucer’ dit elle en me prenant par le cou et entourant mon bassin de se jambes. Position qui amena mon gland à l’entrée de sa grotte d’amour car elle n’avait pas remis son maillot pour me rejoindre dans l’eau. A ce moment je ne sais plus si c’est elle qui me serrant plus fort dans l’anneau des ses jambes ou bien moi excité à bloc qui envoya mon ventre vers elle. Toujours est il que je fus propulser à l’intérieur de son vagin ce qui lui arracha un petit cri de douleur lorsque mon gland lui explosa son hymen car elle était vierge, après je la besognai en la faisant coulisser le long de ma colonne.

--- ’C’est trop bon frérot vas y à fond je n’ai plus mal vas y’ la désarçonnant de ma bite je sortis de l’eau l’invitant à me rejoindre sur la serviette.Elle s’allongea ouvrit le compas de ses jambes entre lesquelles je m’allongeais en la pénétrant à nouveau de ma verge démeusurément dilatée il faut dire aussi que j’étais d’un calibre honnête 19cms sur 7cms de diam ce qui lui arracha à nouveau un petit cri. Je me mis à la pilonner de plus en plus vite ralentissant de temps en temps pour repartir de plus belles au fond de sa chatte en feu la tète dodeliner de gauche à droite sa respiration se fit plus rapide et des gémissements de plus en plus bruyant et là je sentis ma verge se tendre au maximum en libérant toute la liqueur contenue dans mes bourses qui alla frapper le fond de son vagin.

Nous en étions là lorsque maman apparut sur la pelouse je crus qu’elle allait s’évanouir au spectacle qu’elle venait de voir.

--- ? Hors de ma vue regagnez vos chambres, vous devriez avoir honte heureusement que grand-mère ne vous a pas vu’

Après avoir remis nos maillots nous nous empressammes de filer dans nos chambres après avoir saluer notre grand mère. Il n’y avait pas cinq minutes que j’étais sur mon lit complètement nu car j’avais enlevé mon caleçon trempé que la porte s’ouvrit pour laisser entrer maman qui refermant celle ci me réprimanda séchement me demandant ce qui m’avait de faire l’amour à ma soeur.Sans pour autant cacher ma nudité je lui dis que nous avions jouer à touche pipi pour nous faire du bien car nous étions exités tous les deux et que dans la piscine la perte de sa virginité était accidentelle mais qu’ensuite nous avions continuer.Tout en lui racontant cela ma bite reprenais de sa vigueur je sentais le sang affluait le long de la colonne,et cela ne passa pas innaperçu aux yeux de maman qui se facha à nouveau.

---’Et tu insiste je suis ta mère cela ne te fais rien de te mettre à bander devant moi’

---’Mais maman je n’y peux rien ’

---’Tu as pris ta soeur sans prendre de précautions avec toutes ses maladies ’

---’Mais maman je n’ai pas de maladie je n’avais jamais fais cela auparavant et elle non plus donc pas de risque d’ètre malade’

---’Et tu l’a enssemencer puisque tu t’es oublié dans sa chatte immagine que tu l’ai mise enceinte’ ’Ah tu n’y a pas penser à cela ce n’est pas parce qu ’elle est ta soeur qu’elle ne peut pas se faire engrosser par toi’.Tout en l’écoutant,ma main carressait ma queue imperceptiblement mais surement à tel point qu’elle ressemblait à un gros concombre de 19cms au gland rouge presque violet et aussi gros qu’un brugnon.

---’Vous les hommes ne pensez qu’à votre bout de viande et arrette de te branler devant moi ’ Lachant ma verge que je lui exposai entièrement je vis ses yeux s’agrandir et elle ne savait plus que dire ou faire.Profitant de la chose je pris sa main pour la poser sur ma queue bien raide tellement raide qu’elle était littéralement collée à mon ventre.Elle esseya de retirer sa main mais la maintenant je la forçais à me masturber, elle finit par enserrer ma tige et à me branler pendant que ma main se faulilait entre ses cuisses pour atteindre son sexe.Et la surprise maman ne portait pas de sous vètement.

---’Tu nous fais la morale et tu te promène les fesses à l’air’

---’Se promrnener les fesses à l’air ne veut pas dire que l’on se fasse sauter,si je ne porte pas de culotte c’est pour ètre à l’aise quand il fait chaud’Et moi de mon coté je lui carressai la chatte insinuant un doigt entre ses lèvres je constatais qu’elle était bien lubrifiée.

---’Cela te plait à en juger le morceau que j’aie dans la main,pour te dire la vérité celle de ton père était beaucoup moins puissante ’ Puis se penchant sur ma bite elle se mit en devoir de me pomper sa bouche aspirait mon gland en l’enserrant à me faire mal puis elle me malaxait les bourses pendant que je lui fouillais la chatte.Je n’en pouvais plus j’essayer de lui faire lacher le morceau car je voulais la prendre mais elle ne se laissa pas faire et me pompa de plus belle là je partis en saccades dans sa bouche je crus mème qu’elle allait s’éttouffer par la puissance et la quantité de foutre que je déversais dans sa gorge.Loin de ramolir ma verge était toujours en l’air et pleine de vigueur ce que je lui fis remarquer en essayant de la renverser pour la prendre ce qu’elle refusa en disant.

---’Pour cela mon petit il va falloir attendre encore un peu n’ounlie pas que tu mérites une punition alors à plus tard je dois m’occuper de ta soeur et de grand-mère.


la suite est prévue pour bientôt


si ce récit vous a plut merci de me le faire savoir ’ pedro0012000@yahoo.com

Diffuse en direct !
Regarder son live