Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 12 057 fois
  • 20 J'aime
  • 0 Commentaire

Les vacances d'été

Chapitre 1

Avec plusieurs femmes

Bonjour je m’appelle Carine, j’ai 35 ans, blonde 95c de tp et j’ai la chatte semi-épilée. Mon mari, Marc, a créé, il y quelques années, une startup avec son ami Gilles. Nous nous entendons très bien au niveau sexuel, mais du fait de son travail, nous faisons l’amour que très rarement à mon goût.

La femme de Gilles, Agnès, est mon amie. Elle m’a avoué être dans le même cas que moi. Son mari ne lui fait l’amour qu’une fois par semaine. Il faut dire que nous voyons nos maris que très rarement.

Et c’est tout naturellement que nous en sommes venues à faire l’amour entre nous.

Au début Agnès était réticente mais ensuite, elle s’est révélée être une vraie furie du sexe.


On se lèche mutuellement jusqu’à l’orgasme.

J’adore ça et elle aussi. Cela nous permet de patienter entre deux bonne baise avec nos hommes.

Cette année, début juillet, comme depuis deux ans, nous partons toutes les deux sur la côte, à Toreilles Plage ou mon mari a acheté une maison au bord de la mer, juste devant la plage naturiste. Son boulot n’a pas que des inconvénients car il gagne bien sa vie, Gilles aussi. Cela nous permet, à Agnès et moi de ne pas être obligées de travailler et donc nous laisse du temps libre.



Nous passons un mois à nous faire bronzer et à nous préparer avant la venue de nos maris respectifs qui nous rejoignent au mois d’août.

Bien entendu, en les attendant, on fait l’amour entre nous.

Nous allons tous les jours sur la plage naturiste pour bronzer. Il n’y a malheuresement pas beaucoup de monde début juillet et les gens qui sont présent sont tous en couple, donc pas de franche occasion pour nous deux de se faire une bonne bite.

Notre maison est à 100 mètres de la plage et nous nous y rendons tous les matins vers 11 heures.

Un matin, arrivées sur la plage, nous jetons un coup d’oeil circulaire pour choisir notre emplacement et, là surprise, un homme seule allongé sur sa serviette, beau, bien bronzé, mais surtout avec un sexe surdimensionné, bien qu’au repos. Son gland repose sur sa cuisse droite et en atteind le milieu. Je n’ai jamais vu ça. Bien que Marc soit bien monté, ce que je vois dépasse l’entendement. Agnès le remarque aussi. Nous nous regardons et d’un sourire entendu nous nous installons juste au-dessous de lui, prenant bien soin de lui dévoiler nos chattes en chaleur.

Il n’en perd pas une miette et nous souri. A bout d’une heure, je décide, alors, d’entreprendre le mec. Une occasion se présente lorsque je vois le type sortir de son sac un paquet de cigarettes et en allumer une. Je sors à mon tour une Marlboro et décide d’aller lui demander du feu. Agnès repère le manège et me demande ce que je fais. Lorsque je lui explique mon plan, lui disant que nous allons nous taper sa grosse bite, elle me traite de folle. Je réussi à la convaincre en lui expliquant que cela n’aurai pas de conséquence et, aussi bien elle que moi on avait envie d’une vraie queue et que les gods avaient leur limites.

Je me lève et me dirige vers le mec et engage la conversation ;

-’ Bonjour, vous avez du feu, s’il vous plait ’

-’ Oui bien sur ’ répond il avec un large sourire qui me fait mouiller.

Au lieu d’attendre qu’il se redresse de sa serviette pour allumer ma cigarette, je m’accroupi devant lui en prenant soin de bien écarter les cuisses. Il a une vue imprenable et en gros plan de ma chatte largement ouverte. Ses yeux sont fixés sur mon entre-jambe pendant qu’il allume ma cigarette. Un léger tremblement de sa main me fait penser que ce qu’il voie ne le laisse pas de marbre, d’ailleurs sa bite commence lentement à se gonfler. Je sens ma chatte s’humidifier. Je reste là accroupie devant lui et commence à discuter.

-’ Vous êtes résident ou en vacances ? ’

Le type m’explique qu’il est en vacance avec sa femme, mais que celle-ci a eu une insolation et qu’elle est dans l’appartement qu’ils ont loué. Ses yeux ne décollent pas de ma chatte. Il me dit que je suis très belle. Je le remercie et ne manque pas de jeter un oeil sur sa bite qui n’en finit pas de grossir.

-’ Votre femme doit être comblée avec un engin pareil ’

Il rigole et s’excuse de sa tenue.

-’ Ne vous excusez pas. Cela ne me gène pas, au contraire, c’est plutôt flatteur ’

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

-’ Le problème, c’est que vous pouvez ameuter les foules dans cet état ’

Le type avait la bite qui atteignait sa poitrine. Elle devait mesurer au moins 25 cm et était très large. Je m’imaginais l’avoir dans ma bouche et ma chatte qui, du coup, serait complètement écartelée.

-’ On ne peux pas rester ici dans votre état. Si on allait prendre l’apéritif chez moi, avec Agnès, ma copine ’

-’ Avec plaisir, deux femmes pour moi, quel bonheur ! ’

Son large sourire me fait fondre. Il me faut ce mec et rapidement.

Je retourne à mon emplacement, non sans lui laisser une belle vue de mon cul et prend ma serviette posée au sol en prenant soin de bien me pencher en écartant bien les cuisses pour que le mec ai une vue imprenable de ma chatte.

J’explique à Agnès ce que j’ai décidé.

-’ Tu est cinglée, on ne connaît pas ce type ! ’ me lance t’elle.

-’ Ne t’en fait pas si tu as une crainte, j’ai des capotes à la maison ’

-’ Quoi ? Tu avais prévue ça ? ’

-’ Et bien oui pourquoi ? ’

Elle me regarde d’un air interrogateur. Elle n’en revenait pas que tromper Marc pendant les vacances faisait partie de mon plan.

Je lui sourit et lui dit qu’il est temps de se donner du bon temps.

-’ Mais Gilles qu’est ce que tu en fait ’ me dit-elle les yeux plein d’angoisse.

-’ Nos maris ne seront pas au courant. Comment veux tu qu’ils apprennent quoique ce soit ? ’

Elle acquiesce et se rend à l’évidence.

’ Oui tu as raison et puis moi aussi j’ai envie d’une belle bite et celle la m’a l’air plus que convenable ’

On nouent nos paréos au dessus des seins, mais qui cachent mal notre nudité et on rejoint le mec qui dit se prénommer Patrick. Il a enfilé un short mais ne peux dissimuler son érection qui n’a pas failli depuis notre conversation.

J’espère que Patrick sera assez endurant pour nous honorer toutes les deux.

Je lui présente Agnès qui lui prodigue deux bises sur les joues. Ca commence bien.

Nous nous dirigeons vers la maison et en moins de cinq minutes, nous sommes à l’intérieur. Patrick nous complimente pour l’aménagement intérieur. Je me dirige vers lui et le fait taire par un baiser sur la bouche plus que glouton. Il ouvre les lèvre et nos langues se mélangent. Il embrasse très bien. Agnès nous regarde et commence à se caresser la chatte en passant la main sous son paréo. Je décide de lui faire une pipe et descend, lentement vers son short. Patrick me retiens et me demande s’il peut prendre une douche. Gentlemen ce mec.

Je l’accompagne vers la salle de bains et referme la porte derrière lui. Revenant dans le salon je m’aperçois qu’Agnès et complètement nue et se masturbe comme une bête.

-’ Eh bien dit donc tu ne peux pas attendre. Je te signale qu’il y a une belle bite qui nous attend dans la salle de bain. ’

-’ Oui je sais ’ me fait-elle, ’ mais je n’en peux plus. Il faut que je jouisse. ’

-’ Attend je vais t’aider ’

Joignant les gestes à la parole, je m’agenouille devant elle et me met à lui laper la chatte, chose qu’elle adore, je le sait.

Au bout de quelques instants, la belle étant si excitée qu’elle se cabre et joui si fort qu’elle laisse échapper un cri qui retenti dans toute la maison. A même moment notre bellâtre sort de la salle de bain un grand sourire au lèvres. C’est à notre tour d’aller sous la douche. Je lui offre un whisky-glace et entraîne Agnès toute pantelante dans la salle de bain.

Sous la douche, qui coule à flot, nous nous savonnons mutuellement. Je lui nettoie le vagin profondément. Elle en redemande en me pratiquant le même traitement.

-Moi : ’ Ma chérie, il y a mieux qui nous, attend dans le salon ’

-Agnès : ’ Tu a vu cette bitte ! Jamais j’en ai vu une aussi grosse et toi ? ’

-Moi : ’ Non, celle de Marc est déjà pas mal, mais alors là ..... ’

-Agnès : ’ Gilles aussi est bien monté mais pas comme ça ’

-Moi : ’ Tu crois qu’il va tenir la distance avec nous deux ? ’

-Agnès : ’ Ecoute, on verra bien, de toute manière on à rien à perdre. ’

-Moi : ’ Tu as raison et plus j’y pense, plus j’ai envie de sa grosse bite, et toi ? ’

-Agnès : ’ Moi aussi, bien sur ’

Nous finissons de nous laver et rejoignons Patrick qui est assis sur le canapé et sirote son wisky, nu comme un ver. Je ne peux m’empêcher de regarder sa belle bite, bien grosse et me dit qu’il me la faut au moins dans la bouche et je m’agenouille devant lui, lui attrape la queue et commence à le masturber en le regardant droit dans les yeux. Il semble apprécier le bougre.

Agnès s’est installée dans le fauteuil en face de Patrick. Elle met ses jambes sur les accoudoirs les écartant largement et commence à se caresser. Je commence à lécher son pieux énorme en commençant par la base, juste au dessus des couilles, qui semblent bien pleines. Ma langue remonte jusqu’au gland que j’essaye d’engloutir. J’ai du mal à l’avaler. Je me retourne vers Agnès qui a mis, carrément, trois doigts dans sa chatte et lui demande de venir me prêter main forte. Cette dernière ne se fait pas prier et accoure, immédiatement, pour sucer notre bel ami.

On suce comme des malades, comme si c’était la première fois de notre vie. Nos langues vont et viennent de la base au gland à une vitesse infernale. Patrick apprécie, mais au bout de quelques minutes de ce traitement, rend grâce et nous envoie sa semence en plein visage. Je l’embouche, immédiatement, voulant goûter son sperme. En même temps Agnès lui lèche les couilles.

Je me dit que c’est dommage qu’il soit venu aussi vite, mais me ravise en voyant qu’il ne perd rien de sa belle érection.

Là, il prend les choses en mains et me fait allonger sur le divan. Il écarte mes cuisses et commence à les lécher sur toute leur longueur. Un frisson me parcoure et je sens un léger picotement dans ma chatte, caractéristique de l’envie de baiser. Agnès n’a pas perdu son temps. Elle s’est assise au sol et a embouché la bite de notre partenaire de passage. La bouche de ce dernier à atteint mon ente-cuisse et sa langue me lape copieusement. Je ne tarde pas à avoir mon premier orgasme sous ses coup de langue très habiles.

Il se relève et viens mettre sa bite dans ma chatte bouillante et trempée. Malgré la grosseur de sa queue, il me pénètre facilement. Agnès vient s’asseoir sur ma bouche et mes coups de langues sont rythmées par les assauts viril de Patrick. Je lèche sa chatte avec plaisir. Son clitoris est tout gonflé sous mes coup de langue qui ont l’air d’exciter Patrick, car il redouble d’attention en me pilonnant de plus en plus vite.

Sa queue me remplie entièrement, c’est très bon de sentir un tel engin vous envahir comme cela. Après plusieurs va et viens, je ne peux retenir ma jouissance et je crie très fort que c’est bon.

Agnès se retire de ma bouche et demande à Patrick de la prendre.

Il ne se fait pas prier, mais avant il lui prodigue le même traitement qu’à moi et lui lèche la chatte comme un forcené. Agnès ne tarde pas à jouir à son tour. Je les regarde en me caressant le clitoris. C’est très beau de voir un couple faire l’amour.

Patrick a décidé de pénétrer Agnès et je vois son gros pieux s’introduire dans la chatte étroite d’Agnès. Je me place alors derrière Patrick et entreprend de lui lécher les couille pendant qu’il pilonne Agnès. Ses couilles sont très douces, rasées, comme je les aime.

Agnès commence à crier que c’est bon, elle joui plusieurs fois avant que Patrick ne se retire et nous jette sa semence en plein visage. Un vrai flot de sperme, au goût de pêche, qu’Agnès et moi avalons avec délectation.

Après s’être un peux reposé, Patrick nous explique qu’il doit rentrer, mais que si on est d’accord on peux remettre ça tant qu’il sera en vacances.

Devinez quoi. On est bien sur d’accord. Ce petit manège dura jusqu’à l’arrivée de nos maris respectifs.

Et je ne vous dit pas ce qu’ils ont enduré jusqu’à la fin du mois d’août. Sur les rotules qu’ils étaient nos petits chéris.

Mais c’est une autre histoire que je vous raconterai peut être un jour.

J’espère que cette histoire aura fait bander beaucoup d’homme et mouiller beaucoup de femme.

Dites moi ce que vous en pensez.

Onyx160756@aol.com

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder