Le site de l'histoire érotique

I - Liaisons dangereuses

Chapitre 41

Dans la peau de Shama #4 - Séance d'étirement

149
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 3 770 fois

Avant de commencer les grandes manœuvres, je lui dis de venir se coller à moi entre mes jambes afin de faire un test. Je sens ses couilles appuyer sur mon sexe et je pose ensuite sa queue sur moi. Je ne peux m’empêcher de pousser un petit rire nerveux quand je vois que son gland vient se caler entre mes seins. Certes, mes mamelles pendent un peu, mais quand même, c’est pas si fréquent de pouvoir caler la bite d’un mec entre ses nichons sans avoir besoin qu’il vienne se mettre plus haut !! Je place mes mains de chaque côté de mes seins et appuie dessus pour englober son gland, je le caresse comme ça quelques instants, Thomas regarde ce que je lui fais avec envie.

Allez ma grosse, t’as voulu le vélo, alors maintenant pédale !!

Il se recule et j’attrape son membre viril, il est toujours aussi dur mais je le branle quand même un peu, juste pour le plaisir de le tenir. Je décalotte son bout et je vais caresser mon minou avec. Putain, son gland paraît énorme à côté de ma chatte, et pourtant, elle est bien grosse et charnue mais on dirait qu’elle est minuscule !

Je passe son gland entre mes lèvres plusieurs fois, heureusement que j’ai une lubrification naturelle abondante car je ne me serais pas aventurée à faire ça sans être aussi trempée !!


— Bon Thomas, tu vas bien suivre mes consignes.


Je le regarde mais il ne m’entend pas, obnubilé qu’il est par son gland qui se promène entre mes nymphes.


— Eh oh, Thomas, t’es avec moi ? Dis-je en claquant des doigts près de son visage ;

— Euuuuh, oui oui, pardon Shama !

— Bon, tu vas bien m’écouter et suivre mes consignes, d’accord ?

— Oui ;

— Je vais te caler à l’entrée de mon sexe et quand je te le dirais, tu avanceras, mais très lentement, tu as compris ?

— Oui Shama ;

— Si je te dis stop, tu t’arrêtes, et si je te repousse, tu te retires. Et de manière générale, essaie de bien rester concentré sur tout ce que je pourrais te dire et d’exécuter mes demandes sans attendre, d’accord ?

— Oui, j’ai bien compris Shama ;

— Bon, on y va alors.


Thomas trépigne d’impatience.

Je sais, je sais, ça fait un peu bizarre de donner des consignes de ce genre avant de baiser, ça casse sans doute un peu le truc, mais avec un bordel comme ça entre mes cuisses, je préfère prendre des précautions quitte à perdre un peu en spontanéité. Putain, ça devrait être interdit par la convention de Genève des trucs pareils... Bref, je positionne son gland entre mes lèvres, bien à l’entrée de ma chatte.


— Allez, vas-y, très lentement.


Thomas avance son bassin et je sens son gland élargir ma vulve, encore et encore. Je respire profondément, il faut que je reste bien détendue, ça va le faire, y a pas de raison, mon mec me fiste et son poing est quand même plus gros, donc bon. J’ai un petit spasme involontaire et Thomas recule.


— Je vous ai fait mal ? Me demande-t-il en me regardant, un peu apeuré ;

— Non non Thomas, t’inquiète pas, tant que je te dis rien, tu peux continuer ;

— D’accord.


Je le cale à nouveau et il se remet à avancer. Je souffle calmement en voyant son gland disparaître petit à petit, j’ai la sensation qu’on est en train de m’écarteler la chatte et j’adore ça ! Son gland a enfin disparu en moi et il continue à avancer petit à petit.


— Arrête-toi d’avancer, lui dis-je en posant mes doigts sur son bas-ventre, tu vas commencer à aller et venir tranquillement et sans aller plus loin que ça, d’accord ?

— Oui ! Dit-il les yeux brillants d’excitation.


Il se met à me prendre.


— Oh, oh, c’est si bon et chaud... dit-il en fermant les yeux ;

— Han... han... oui, c’est bien Thomas, continue, doucement...


Hmmmmm, c’est tellement bon de se sentir remplie de la sorte par une telle queue, elle est finalement rentrée bien plus facilement que je n’aurais cru même si je sens bien que ma chatte est copieusement dilatée. Mes lèvres intimes sont bien étirées autour de la verge de mon jeune amant mais elles coulissent parfaitement et au fur et à mesure des mouvements, je me détends de plus en plus. J’ai envie de voir jusqu’où elle peut aller en moi.


— Arrête Thomas, dis-je en retirant sa queue.


Elle semble expulsée par mon sexe tant celui-ci l’enserrait.


— Vous avez mal ?

— Non mon chéri, tu es très doux et tu me fais beaucoup de bien. Hmmmmm, ta queue est magnifique, elle est si grosse, j’aime la sentir me remplir, dis-je en tapotant sur ma chatte avec son gland ;

— C’est vrai, vous ne voulez pas vous arrêter ?

— M’arrêter ?!? Jamais de la vie !!


Je remets sa bite en place.


— Allez, vas-y, avance.


Ma chatte est maintenant plus souple et sa queue rentre bien plus franchement. Je gémis en la regardant me prendre centimètre par centimètre, elle avance en moi et me remplit le vagin, ce dernier épousant les courbes de ce visiteur colossal, puis je sens qu’il arrive au maximum que je peux endurer et je lui dis alors d’arrêter d’avancer, je dirais que j’ai réussi à y mettre à peu près la moitié, ou un peu moins peut-être.


— Va pas plus loin Thomas, allez, vas-y, baise-moi maintenant.


Il reprend ses va-et-vient, ma chatte est dégoulinante tant les sensations que je ressens sont intenses, de voir un tel monstre me déchirer l’intimité est quelque chose d’extraordinaire, jamais aucun jouet sexuel ou même une main ne pourra égaler la sensation d’avoir une queue aussi énorme en soi, c’est fantastique, je sens chacun des mouvements de cette masse chaude qui me ramone le bas-ventre, tel un piston parfaitement ajusté à son cylindre.


— Oui... Oui... Oui... Oh Thomas, c’est si bon, continue, plus vite !!


Il accélère encore... Han putain... c’est si bon... Bordel, j’en peux plus !!! Sa bite est si grosse et me dilate tellement qu’elle me stimule le clito à chacun de ses mouvements !! Je serre les dents en gémissant de plus en plus, putain, ces sensations, c’est... Si... Bon !!!!!


— AAAAAAAAAH... PUTAIIIIIIIINNNNNNN !!!!!


Je hurle comme une folle et je jouis tout en le repoussant brusquement, sa queue me libère au moment même où un jet de plaisir s’échappe de ma chatte et gicle sur un Thomas qui recule de quelques pas en se tenant le chibre. Les yeux fermés, je serre les jambes en tremblant de tout mon corps, je ne peux m’en empêcher tant ce que je ressens est puissant et profond.


— Aaaaah... aaaaaah... aaaaah... hmmmmm... hmmmmm... putain de merde... Bafouillai-je en essayant tant bien que mal de contrôler mes spasmes ;

— Shama, vous... vous allez bien ? Me demande Thomas.


Je lève la main pour lui faire comprendre de patienter alors que je me calme petit à petit. Je souffle profondément, j’arrive enfin à reprendre le contrôle de mon corps et je relève alors mon regard vers Thomas qui m’observe avec inquiétude.


— Vous allez bien ? Me demande-t-il à nouveau ;

— Oui mon chéri, ça va très, très bien ;

— Mais... Qu’est-ce que vous avez eu ? Je vous ai fait mal ?

— Non, loin de là, tu viens simplement de me donner un orgasme aussi gros que ta queue !!

— Ah... Ah bon ?

— Eh oui, félicitations Thomas, tu viens de faire jouir une femme pour la première fois !


Dire que certains mecs n’arriveront jamais à faire jouir une femme de leur vie et lui, en quelques mouvements en moi, a réussi à me faire grimper au rideau !!


— Ah... Euh... Mais... C’était quoi le... le liquide qui... dit-il en touchant du doigt les petites gouttes issues de ma jouissance qui perlent sur ses cuisses ;

— Ça, c’est ce qu’on appelle une éjaculation féminine, ça prouve que mon plaisir a été très intense. Tu n’as jamais entendu le terme « femme fontaine » ?

— Euh, non, désolé ;

— C’est pas grave, tu n’auras qu’à faire des recherches sur le Net pour te renseigner et y a plein de vidéos où tu pourras voir ça. Tu mates du porno un peu ?

— Oui, parfois ;

— Et tu aimes ?

— Oui mais... je préfère vraiment le faire en vrai !!

— Ahahah, comme je te comprends !! D’ailleurs...


J’écarte de nouveau les cuisses.


— Encore ? Me dit-il avec un sourire.


Son innocence est désarmante... et diablement excitante !!


— Ben oui mon grand, t’as pas joui encore hein ! À moins que tu n’aies plus envie...

— Oh si !! Dit-il en s’approchant de moi la queue en main.


Cette fois, je ne m’embarrasse pas de conseils, je présente sa bite à l’entrée de ma chatte qui est maintenant très largement ouverte et il y pénètre bien plus facilement.


— OOOOOH... Oui Thomas, vas-y, baise-moi bien !!


Il me lime avec vigueur et les sensations qui ont mené à mon orgasme reviennent au galop. Putain, il va de nouveau me faire jouir à ce rythme !! Il faut que j’essaie une autre position.


— Attends Thomas, je vais me mettre autrement.


Je me place sur le côté en ramenant mes cuisses serrées vers moi pour lui présenter ma chatte. Dans cette position, mon clito devrait être moins stimulé, du moins j’espère... La levrette serait sans doute plus appropriée mais je préfère garder un contact plus direct avec lui au lieu de le laisser seul maître de la pénétration.

Comme un grand, il place tout seul sa queue là où il faut et il avance en y allant franco, un peu trop peut-être.


— OUCH !!! Doucement Thomas !! dis-je après avoir tressailli de douleur ;

— Oh pardon Shama !


Voilà longtemps que je n’avais pas eu mal en me mettant quelque chose dans la chatte !!


— C’est pas grave, vas-y, prends-moi bien maintenant, dis-je en écartant quand même ma peau pour essayer d’aider mon sexe à encaisser.


Il reprend ses va-et-vient sur un bon rythme, mon clito est un peu moins agacé mais je sens quand même qu’à tout moment, je peux encore exploser de jouissance.


— C’est... c’est si serré... dit-il en soufflant.


Je rigole intérieurement car en général, on me dit plutôt que j’ai une chatte ample et douillette, mais bon, on m’attaque rarement avec un missile de ce genre aussi !!

Je me trémousse pour essayer d’encaisser plus confortablement ses assauts car il n’y va pas de main morte ce petit con !!


— OH, OH, OH, Oui Thomas, vas-y, c’est si bon !! Claque-moi le cul, vas-y !


Il me met une toute petite gifle, bien trop douce à mon goût.


— Comme ça Thomas ! Dis-je en me mettant une grosse claque à moi-même.


Il accentue la force de ses coups sur mes fesses tout en faisant de même en parallèle avec sa queue.


— OUI OUI OUI THOMAS, HMMMMMM, TU ME RENDS FOLLE !!!


Et c’est vrai putain, je suis en train de me faire disloquer par sa bite monstrueuse et ses claques, bien qu’encore trop timides à mon goût, rajoute encore une couche au plaisir terrible que je ressens. Je serre les dents avec les yeux fermés, je sens que ça monte, ça monte, ça monte... Il va encore me faire jouir cet enfoiré, vas-y, vas-y, vas-y... Mais avant qu’il ne me terrasse une seconde fois, c’est lui qui rend les armes.


— HAN HAN HAN, OUI, je... je... AAAAAAAAH.


Il se retire alors soudainement et des jets de sperme s’écrasent sur moi, il m’en met de partout, sur les cuisses, le cul, ma chatte ouverte en prend aussi pour son grade, plusieurs giclées se faufilant à l’intérieur vu qu’elle est bien ouverte. Il éjacule encore une belle quantité malgré celle de tout à l’heure, sa queue est belle à voir quand elle tressaille, elle est complètement congestionnée. Enfin, cette pluie de foutre se calme, et il était temps, je sens sa semence chaude dégouliner sur ma peau pour tomber au sol. J’attrape sa queue pour le caresser calmement, elle est bien chaude et je la sens se tendre, comme si elle cherchait encore à balancer de la purée.

Je descends de la table pour venir m’accroupir. Je prends son gland dans ma bouche et j’actionne sa pompe à nœud avec mes deux mains pour essayer de grappiller quelques gouttes de sperme directement à la source, je secoue sa queue et je sens encore un peu de sperme me couler sur la langue, il est déjà meilleur que tout à l’heure !!


— Tu as aimé Thomas ?

— Carrément, c’était top !! Même si j’ai encore joui trop vite...

— Je peux t’assurer que tu as été très, très loin d’être ridicule !!

— Oui mais quand je regarde des vidéos de cul, les scènes durent beaucoup plus longtemps ;

— Les pornos c’est des films, c’est pas la réalité. Ne compare pas tes performances à ce que tu vois dans ces vidéos, le sexe réel, c’est pas ça. Fais-moi confiance quand je te dis que tu t’en es très bien sorti, d’accord ?

— Oui Shama.


Je me relève, j’ai les fesses et les jambes couvertes de sperme. Putain, il m’a littéralement arrosé et je fais en sorte de l’étaler sur ma peau non sans en prendre sur mes doigts pour en déguster un peu avant de commencer à me rhabiller.


— Tu sais Thomas, il n’y a pas des masses de mecs puceaux qui arriveraient à faire jouir une femme dès sa première fois. Bon, c’est vrai que ta bite énorme est un plus pour ça, du moins en ce qui me concerne, mais il n’empêche, pour un jeune homme sans expérience, tu as été parfait !

— C’est gentil, merci. Je suis content en tout cas, je pensais qu’aucune femme ne voudrait jamais de moi et que jamais je ne pourrais avoir de relations sexuelles ;

— T’inquiète pas pour ça, ce genre d’engin ne fait pas peur à toutes les femmes, loin de là ! Maintenant, c’est vrai qu’il va te falloir apprendre à l’utiliser comme il faut, il ne faut pas être brusque, tu comprends ?

— Oui, je m’en rends compte maintenant ;

— Écoute, si tu veux, on pourra se revoir un de ces jours pour que je te montre deux trois trucs et que je t’apprenne à mieux utiliser ta queue. Ça te dit ?

— Oh oui alors !! On le fera ici ?

— Non, pas ici, c’est quand même dangereux et puis on n’est pas à l’aise. Tu habites chez tes parents toi ?

— Oui ;

— Bon, écoute, j’essaierais de trouver un endroit sympa, d’accord ?

— Oui, c’est super cool, merci Shama !!

— Je vais déjà te donner ta première leçon : n’aie pas honte de ta queue ! Je te dis pas de te promener tout le temps à poil et de la montrer dès que tu en as l’occasion, sinon tu vas créer des émeutes, mais sois en fier ! Tu as un formidable outil entre les cuisses et il faut simplement que tu t’adaptes à ses dimensions hors normes. L’anatomie féminine est bien faite et avec une bonne préparation en amont, tu peux pénétrer n’importe quelle femme avec ça, il faut juste prendre des précautions, tu comprends ?

— Oui. Mais vous n’avez pas eu peur en la voyant ?

— Non, le manque d’hygiène me fera toujours plus peur que la taille !

— Mais pourquoi aucune de mes copines n’a jamais voulu ?

— Elles avaient quel âge ?

— À peu près comme moi ;

— Et bien voilà, tu as ta réponse, elles étaient jeunes et inexpérimentées. Je vais prendre mon exemple Thomas, j’ai une solide expérience en matière de sexe, j’ai pas peur de le dire, j’aime les bites et il y en a un paquet qui sont passées par où tu viens de passer, des petites comme des grosses, et c’est vrai que la tienne est de loin la queue la plus imposante que j’ai encaissée, mais je n’ai pas eu peur parce que j’ai de l’expérience. Bon, comme tu as pu le voir, j’ai quand même pris des précautions hein, c’est normal, mais à aucun moment je ne me suis dit que j’avais peur. Faut simplement t’adapter à la nana avec qui tu es, c’est tout. C’est sûr que si tu sors ça à une minette qui n’a testé qu’une bite et demie dans sa vie, elle va avoir peur, logique. Faut y mettre les formes et faire les choses étape par étape, mais on développera ça plus tard ;

— D’accord, j’ai vraiment hâte !


Thomas se rhabille et je vois qu’il galère à trouver une place pour sa queue dans son boxer.


— Tu t’en sors Thomas ?

— Oui, c’est juste qu’elle n’est pas encore assez molle et j’ai du mal à la placer ;

— Comment tu fais pour la planquer aussi bien ? On remarque rien quand tu es en pantalon ;

— Ben je mets des pantalons assez amples et j’essaie de bien la bloquer entre mes cuisses ;

— D’accord. Désolé mais je ne peux pas t’aider là, essaie de penser à des choses pas agréables pour te faire redescendre au maximum ;

— Oui.


Je vois qu’il est en train de regarder mes seins alors que je commence à reboutonner mon chemisier.


— C’est pas en me regardant les nichons que tu vas arriver à débander petit coquin ;

— Je sais, mais je vous trouve vraiment très sexy ;

— T’es adorable mon chéri ! Allez, dépêche-toi de remballer la marchandise, ça doit faire une bonne heure qu’on est parti et on va commencer à nous chercher partout ;

— Oui, d’accord.


Thomas finit par caler sa troisième jambe convenablement puis il se rhabille et nous partons. Je lui dis quand même de récupérer un carton histoire qu’il ne se dise pas que je l’ai entraîné ici uniquement pour me le serrer. Nous montons dans l’ascenseur.


— Ah, Thomas, il va sans dire que tout ce qu’il s’est passé ici reste entre nous, d’accord ?

— Oui oui, bien sûr, je serais muet comme une tombe, je vous le promets !!


Une fois à l’étage, il me suit jusqu’à mon bureau pour déposer le carton. En chemin, nous croisons Florian à qui je fais un petit clin d’œil discret. Lui, dans deux minutes, il est dans mon bureau !!

Et ça ne loupe pas, à peine ai-je eu le temps de m’installer qu’il vient me rejoindre.


— Alors ? Me demande-t-il en s’asseyant en face de moi ;

— Alors... dis-je en réfléchissant, les yeux perdus dans le vague ;

— Oh Shama, alors ??

— Attends, je cherche les mots pour définir ce que je viens de voir et de vivre ;

— Mais qu’est-ce que tu racontes ? Pourquoi tu dis ça ?

— Eh bien... Bon, déjà, t’avais raison, il était puceau ;

— Était... Donc il l’est plus ;

— Ah non, ça il l’est plus, et puis moi non plus d’ailleurs !!

— Ça fait longtemps que t’as passé ce cap toi ;

— Oui mais disons qu’en quelque sorte, j’ai eu l’impression de vivre une seconde défloration aujourd’hui !

— Euuuuuh, je bite rien à ce que tu me dis Shama, on dirait que t’es en train de me parler en langage codé !

— Ahahah, bon, ce que je veux dire, c’est que notre stagiaire adoré à une queue énorme, une queue assez grosse pour que j’aie eu à prendre des précautions avant qu’il ne me baise ;

— Tu me charries là ;

— Oh non je te charrie pas ;

— C’est impossible, il est taillé comme ça, dit-il en me montrant son petit doigt ;

— Ça n’empêche pas d’avoir une grosse bite ;

— Et grosse comment ?

— Ah ben ça, c’est très simple à expliquer.


Je prends une règle triple décimètre dans un tiroir et je la pose sur le bureau en mettant à côté un petit pot à crayon qui fait, à vue de nez, le tour de la queue de Thomas.


— Voilà, longueur et circonférence.


Florian regarde les ustensiles sans rien dire avant de reposer le regard sur moi.


— Tu déconnes là ;

— Pas un brin, dis-je avec un petit sourire ;

— Si, tu me baratines depuis le début en fait, je suis sûr qu’il s’est rien passé avec lui, tu inventes parce que tu sais que tu vas devoir te taper JP sinon !!


Je soupire puis je me mets debout et soulève ma jupe pour lui montrer les stigmates de l’éjaculation conséquente dont m’a gratifié Thomas.


— Ah putain ouais, d’accord ;

— C’est bon ? Tu veux me lécher la peau pour confirmer que c’est bien du sperme ?

— Non ça ira. Alors elle est si grosse que ça ?

— Oui, je te le garantis, j’ai aucune raison de te mentir ;

— Pfiouuuuuu, dit-il en prenant la règle et le pot pour essayer de s’imaginer la taille du truc ;

— Ouais, c’est à peu près ce que je me suis dit quand je l’ai vu ;

— Et donc, t’as eu mal ?

— Ah un moment il a fait un geste un peu brusque et ça m’a fait un peu mal mais sinon, c’est relativement bien passé, mais j’ai serré les dents quand même !

— Et ça a pas été trop rapide ?

— Il a craché rapidement une première fois quand je l’ai sucé, ensuite ça a été un peu mieux mais c’était sa première fois aussi, c’est normal qu’il ait pas trop tenu. Il a quand même eu le temps de me faire jouir remarque ;

— Ah parce que t’as joui en plus ??

— Et comment que j’ai joui, et il a bien failli y arriver une deuxième fois mais il a craqué avant moi. Avec un peu plus de pratique, il aurait pu me faire enchaîner les orgasmes sans problèmes !! C’était vraiment intense, tu peux me croire ! Le pauvre, je l’ai aspergé en jouissant, il se demandait ce qu’il m’arrivait ! Dis-je en me mettant à rire ;

— Tu enjolives pas un peu là ?

— Oh que non Flo !! Je pourrais pas trouver les mots pour t’expliquer ce que ça fait de se retrouver avec un tel monstre qui te remplit la chatte, mais crois-moi que ça fait des sensations terribles !!

— Eh ben...

— Et il m’a pas touché le clito hein, il a juste eu à me limer avec quelques coups bien profonds pour me faire décoller ;

— Quelques coups...

— Ouais, quelques coups. Je sais que c’est difficile à croire, même moi j’y croyais pas quand j’étais en train de trembler de plaisir, mais je te jure que c’était vraiment violent comme impression ;

— Non mais ça va, je te crois Shama, on sent bien que tu inventes pas ;

— Rien que d’y repenser...


En effet, rien que d’y repenser, j’en ai des frissons, surtout dans le bas-ventre...


— Et lui alors ? T’as eu du mal à le coincer ?

— Oh non, ça a été facile ça. Un bout de nichon en ouvrant la porte du garage, le minou en gros plan quand je me suis baissée et voilà ;

— Et il a aimé ?

— Oh que oui il a aimé, et pas qu’un peu !!

— Et tout à l’heure t’as dit que t’avais eu à prendre des précautions, c’est-à-dire ?

— Ben un mec puceau excité comme il l’était, je voulais pas qu’il fasse n’importe quoi avec son chibre, donc je l’ai guidé et je lui ai donné quelques consignes, histoire d’éviter qu’il m’envoie à l’hosto ;

— Ah ouais, carrément ;

— Ah ben ouais, attends ! Ça peut tuer des trucs comme ça hein ! D’ailleurs, je lui ai proposé qu’on se revoie pour que je le forme un peu ;

— Sérieux ?

— Oui ;

— Le former... C’est pas plutôt l’excuse que tu t’es trouvée pour te donner une bonne raison de t’amuser une nouvelle fois avec lui ?

— Non, pas du tout ! Après, je vais pas te mentir hein, c’est clair que j’ai envie de profiter un peu plus de la bestiole, d’autant plus qu’elle n’est pas encore allée dans mon cul et je compte bien l’y mettre, mais en dehors de ça, il faut qu’il apprenne à s’en servir, tu manœuvres pas une queue de plus de 30 centimètres n’importe comment, ça demande de l’expérience et il en a pas, donc je vais essayer de lui donner quelques bases, comme bien s’occuper de la nana avant de la prendre par exemple ;

— Vu comme ça en effet ;

— Ben oui. Ma parole, un engin comme ça, ça devrait être fourni avec une notice !

— Et c’est quand que vous devez vous revoir ?

— Oh ça, je sais pas. Mon mec va rentrer et lui, il habite chez ses parents donc va falloir que je me débrouille pour trouver un autre endroit ;

— Pourquoi tu retournes pas dans le garage ?

— Parce qu’il y fait froid, c’est poussiéreux et c’est pas confortable. Et puis c’est dangereux aussi, on pourrait nous surprendre. Non, je vais essayer de voir avec une copine qui voyage souvent pour son boulot si elle peut me prêter son appart quand elle est pas là ;

— Ah ça serait pratique en effet ;

— Oui, et puis ça me servirait pas qu’avec Thomas en plus de ça.


C’est clair que vu qu’à partir de maintenant, je compte bien enchaîner les plans cul quand je ne suis pas chez moi, ça me sera d’une grande utilité d’avoir un petit coin secret où pouvoir aller pour m’amuser !!

En attendant, j’ai relevé mon pari de me taper Thomas et Florian a donc perdu le sien, et je compte bien qu’il paie la dette qu’il me doit !!