Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • 23 J'aime
  • 0 Commentaire

Lily

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Elle descend de voiture, sonne au portillon et entre dans le jardin, il est 15h, la porte s’ouvre sur Jean.

— Bonjour Jean !

— Bonjour Lily, entre, tu viens voir Maryse ? Elle n’est pas là, elle est partie hier chez sa sœur ! Tu es seule ?

— Non, je ne viens pas voir Maryse, je sais qu’elle est chez sa sœur, c’est toi que je viens voir, oui je suis seule ça ne se voit pas !

— C’est quoi qui t’emmène alors ?

— Toi, je veux te parler, j’en ai plein le dos, chaque fois qu’on est en famille, tu reluques mes seins et essaye de voir mon cul, quand tu ne fais pas exprès de me le toucher, tu veux quoi a la fin ?

— Tu es une belle femme, d’accord je ne le ferais plus, je reconnais que je suis excité par toi mais je me calmerais excuse-moi !

— Tu voudrais coucher avec moi c’est ça, même si je suis la femme de ton fils ?

— Non, enfin oui, vraiment tu es très belle !

— Bon ok mais tu seras discret, moi aussi j’ai envi !

— Quoi ? Tu voudrais coucher avec moi ?

— Oui mais pas gratuitement !

— Comment ça pas gratuitement ?

— Cent Euros la passe d’une après midi, ça te va, cent cinquante si je te suce et si tu m’encule deux cent, tu payes d’avance !

— Mais enfin tu fais la pute ?

— Tu crois qu’on vit comment avec ton con de fils au chômage, jusqu’à maintenant, je baisais avec le voisin mais il me fait venir moins souvent, alors c’est oui ou non ?

— Oui, bien sur !

— Si tu me trouves des clients, je te ferais des passes gratuites de temps en temps, tu connais des vieux qui ont du fric ?

— Oui un ou deux, mon frère te baiserait bien aussi !

— Non pas la famille, juste toi, sinon ça va se savoir !

— Tu as tort, lui tu peux lui piquer 500 Euros par passe !

— Tu es sur de ça ?

— Oui !

— Alors d’accord, prend rendez-vous pour moi, si c’est vrai la prochaine fois, tu me baiseras gratuit !

— On baise où,

— Où tu veux, ici sur la table si tu veux ou dans ton plumard !

— Je n’ai pas de préservatifs !

— Pas la peine avec toi, tu n’es pas malade que je sache, je te connais vieux cochon mais si tu as peur de moi, j’en ai dans mon sac !

— Non, non, pas la peine, c’est mieux sans, mon fils sait que tu fais ça ?

— Oui, qui tu crois qui m’a dit de venir ici, le pape ?

— Alors il sait que je vais te baiser ?

— Oui, il aime les détails en plus !

— Tu te fous à poils ?

— Si tu veux, montre-moi ta trique que je te suce !

— Merde si je pouvais deviner qu’un jour je te baiserais !

Il disait cela tout en déballant la marchandise, Jean est un homme grand assez corpulent, avec une belle trique.

— Dis donc ! Tu es bien monté, tu payes en premier mon gros !

— Sert toi dans le porte feuille sur la table !

Lily prend 200 Euros, les met dans son sac à main et se place à genoux devant Jean, elle prend sa trique dans sa bouche et commence une pipe d’experte, suçant et branlant.

— Tu veux me décharger dans la bouche ou dans la chatte ou l’autre trou ?

— Les trois, ça fait deux mois que je n’ai pas baisé, ta belle-mère ne veut plus !

— Quelle conne avec une trique pareille, si c’est pas dommage !

— Tu me fileras 50 Euros de plus alors, si tu décharges dans mon cul, tu peux y aller à fond, je me suis fait un lavement avant de venir, tu ne rencontreras pas de pensionnaire !

— Tu es vraiment une morue !

— Oui mais que tu vas adorer baisé mon gros salaud !

Elle le suce et sent qu’il vient, elle avale la semence à grandes goulées, sa chatte est déjà humide, elle aime ce qu’elle fait, depuis quelques mois, elle vend son corps pour quelques Euros, elle aime ça !

— Tu veux me baiser comment, là, sur la table ou par terre en levrette, comme ça, tu auras les deux à disposition ?

— Couche-toi sur la table, je vais te faire la chatte en premier et c’est pas plus mal pour le cul, mes genoux me font mal !

Elle est sur le dos, les jambes relevées, la trique de Jean s’enfonce dans son vagin qui n’en est pas à la première mais qui garde une étroitesse relative.

Il la lime depuis déjà 20 minutes.

— Mon salaud, tu es long à jouir toi, lime plus profond, tu vas me faire jouir, ho le salaud, tu es gros mon cochon, tu me démonte la chatte, change de trou, tu reviendras après, il faut qu’elle se repose !

— J’ai payé, je veux ma dose, ferme ta gueule ou je te tanne le cuir !

— Ça c’est 100 Euros de plus pauvre con et tu as droit à me filer des claques sur la gueule !

— Sert toi dans le porte-feuille salope, tu vas dérouiller !

Il s’emmanche d’un coup dans son anus et lui administre une claque magistrale sur les fesses.

— Putain, tu es vraiment bonne connasse, ton cul est encore étroit, tu en prends beaucoup des bites ?

— Pas assez pour en vivre au goût de ton fils, il me faudrait plus de clients !

— Si je te trouve des clients, tu viendras baiser gratuit avec moi ?

— Trouve-moi une dizaine de vieux pervers, qui veulent baiser en payant, avec une femme de 25 ans et je te fais baiser gratuit autant que tu voudras !

— D’accord, si je t’en trouve plus tu les prendras et tu me donne un pourcentage ?

— Ok, putain, doucement avec ta trique, tu me déchire le cul, 50 % pour la première passe, après plus rien !

— Ça me va, je vais décharger, putain que tu es bonne, ça fera deux fois, putain je sais pas si j’arriverais à trois !

— Repose-toi un peu, tu remettras ça tout à l’heure, tu m’as rempli le fion, regarde ça il en sort de partout, ton frère c’est celui qui te ressemble ou l’autre ?

— Celui qui me ressemble, il est veuf et ne baise plus souvent, il est plein de fric !

— Alors c’est ok, je ne vais pas dans les hôtels mais je peux passer la nuit, s’ils veulent c’est mille Euros et ils font ce qu’ils veulent, ils peuvent même garder leur pouffiasse avec eux, je baise aussi avec les femmes !

— Tu veux passer la nuit avec moi, je te paye !

— Non ce soir, j’ai un client, demain si tu veux, pour toi 800 Euros ça te va ?

— Non, ça te dit de baiser avec Maryse, si oui elle est là vendredi soir, je suis sur qu’elle aimera, depuis qu’elle veut faire ça avec une femme et si tu trouve un mec pour la fourrer à deux !

— Pour Maryse c’est ok vendredi soir alors, et ton frère, je le vois quand ?

— Viens, je l’appelle et pour l’autre mec ?

— Pas de problème, ton fils viendra la baiser !

— Elle ne voudra jamais qu’il la baise !

— Trompe-toi, elle va adorer sa grosse pine !

— Bon mon loup, tu m’emmanches encore un coup ou tu passe ton tour ?

— Viens, on va sur le lit, je vais encore t’en filer autant que tout à l’heure, j’ai droit à une autre pipe ?

— Autant que tu veux, c’est à l’heure, pas à l’acte, je ne suis pas toubib mais pute et j’aime sucer !

— Putain, quelle morue !

— Ça te la coupe hein mon gros, tu devrais faire, faire ça à Maryse, je lui trouverais des clients si tu veux, des jeunes qui veulent baiser des vielles !

— Des jeunes, tu ne veux pas lui en parler, je suis sur qu’elle aimerait se faire fourrer par des jeunes et si ça lui rapporte, alors, elle va aimer !

— Les jeunes ont moins de tunes que les vieux mais si elle en fait beaucoup, elle peut se faire du fric !

— Tu lui en parle, si elle veut, je suis d’accord !

— Maquereau, tu es bien comme ton fils !

— Elle ne veut plus baiser avec moi, ça lui fera plaisir de se faire fourrer par des jeunes et même d’autres vieux, j’en suis sur, moi ça ne lui dit plus rien !

— Je lui en parlerais, viens, on va dans ta chambre, tu me fais mouiller, rien que d’y penser gros cochon !

Ils sont sur le lit, elle est en levrette et depuis déjà un bon moment, il lui pistonne le con et le cul, à grand coup de chibre, elle a déjà joui plusieurs fois, alors que lui n’a pas encore déchargé.

Il est dans sa fente elle sent qu’il va partir, elle enserre son torse de ses jambes et donne de grands coups de reins en avant pour l’aider à se vider dans son ventre.

— Ma belle, tu es une sacrée baiseuse, reviens quand tu veux !

— Tu m’as épuisé salaud, tu ne débandes jamais et tu es long à lâcher la purée dis donc, sacré super coup pour ton age !

— Oui, tu verras vendredi si tu viens avec Cyril et qu’il baise sa mère, je te démonterais la fente, de les voir faire, je ne débanderais pas de si tôt !

— Ok à vendredi alors mon chou, prépare tes cartouches !



Une suite si vous aimez !


Merci de me lire


Barbebleue

Diffuse en direct !
Regarder son live