Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 21 843 fois
  • 125 J'aime
  • 9 Commentaires

Lina

Chapitre 2

Lina, la suite

Inceste

Lina suite

Comme je l’ai dit dans la première partie de mon histoire, l’apprentissage de la sodomie est plus fastidieux. Mon père met plusieurs fois un puis deux doigts avec du gel. Un soir, pendant une partie de baise, il veut essayer de me prendre par-derrière. J’accepte, je me positionne à plat ventre sur le lit, il y va doucement d’abord, me pose sa langue sur ma pastille, il est doux, il enfonce un peu sa langue, j’entrouvre la bouche, puis je sens un produit frais sur mon anneau, c’est du gel, son doigt s’introduit, humm.


Un second doigt me pénètre, je ressens la douleur, mais je serre les dents, je veux que mon père me prenne ma virginité anale. Les doigts coulissent pendant un bon moment, la douleur est passée, elle laisse place à une douce sensation, mais ça brûle un peu. Je sens mon père remuer derrière moi ses doigts toujours fichés en moi. Il retire ses doigts me laissant un vide, mais bien vite je sens pointer son gland sur ma rosette, voilà c’est maintenant, je vais devenir une petite enculée...


Le gland pousse, il écarte ma chair puis je sens la queue me pénétrer inexorablement de toute sa longueur, je tente de repousser un peu mon père, mais celui-ci pose ses mains sur mes reins et pousse pour finir d’entrer entièrement sa queue. Mon Dieu comme c’est gros. Il ne bouge pas, il attend que je m’habitue au calibre. Je le sens enfin s’animer lentement, mais profondément, je couine. Il accélère encore et encore, je hurle, mais je ne veux surtout pas qu’il s’arrête. Il tire mes hanches en arrière de manière à être en levrette, il me défonce vraiment maintenant, la sodomie dure un quart d’heure environ avant que mon père se tende et jouisse en moi. Il s’effondre sur mon dos et m’écrase, il souffle sur ma nuque, je pleure, mais de plaisir, je viens d’offrir mon jardin secret à mon père.


Depuis ce jour, c’est sodomie au programme de chacune de nos baises.



Aujourd’hui, j’ai pu terminer plus tôt que prévu à la fac, je rentre chez moi, j’ai follement envie de faire l’amour à mon père. J’arrive devant la maison, la voiture de mon père est bien là, mais celle de ma mère aussi, elle avait pourtant prévu une nouvelle sortie avec ses amies. Il y a une autre voiture que je ne connais pas.


Le garage est ouvert, je prends l’escalier qui monte dans les pièces à vivre, j’entends du bruit, j’ouvre discrètement, j’aperçois le salon, mais ce que je vois me fige sur place.

Mon père est dans le canapé, il est nu et bande terriblement, sa queue me semble plus grosse que d’habitude. Ma mère est là debout, elle porte un bustier noir en cuir, des bas résille noirs et des cuissardes qui montent jusqu’au-dessus des genoux, dans sa main droite une cravache, à ses pieds se tient un homme cagoulé, il est à quatre pattes et ma mère lui cingle les fesses et le dos avec la cravache. L’homme émet des cris étouffés, car en plus de la cagoule, il a une boule rouge dans la bouche, boule tenue par des lanières.


L’homme a les fesses rouges avec de nombreuses marques, son dos est marqué également.

Je panique ! Mon père m’a vue, il me fait signe de venir.


— Viens ma chérie, approche, viens Lina.


Ma mère arrête de frapper le mec, elle se tourne étonnée, mais souriante.


— Oh ma chérie oui viens, approche, va t’asseoir à côté de ton père, tu vas t’occuper de lui.


Je suis abasourdie, comment sait-elle ?


— Ne t’inquiète pas Lina, ton père ne me cache rien, comme je ne lui cache rien de mes frasques. Allez va le sucer pour le préparer.


Je m’installe à côté de mon papa, je prends sa queue très dure et l’embouche immédiatement en regardant ma mère reprendre les coups de cravache sur le soumis.

Au bout d’un moment, ma mère cesse de le frapper, elle lui retire son bâillon et l’approche de mon père que je branle et suce encore. L’homme sort sa langue et vient rejoindre la mienne sur la hampe dressée de mon père, je lui laisse la place et le regarde sucer. Il est très doué. Ma mère l’encule avec un gode de bon diamètre.


Il pompe pendant quelques minutes, puis ma mère le fait se relever, elle le fait pivoter, il se baisse et vient s’empaler sur la queue de mon papa. C’est la première fois que je vois un accouplement entre mecs. Mon père serait-il gay ? Ou bien plutôt Bi ?


Mon père tient le mec par les hanches et le fait coulisser sur son gros mandrin, le gars braille, j’ai l’impression de connaître cette voie, mais la cagoule me cache le visage, elle est ouverte uniquement au niveau des yeux et de la bouche.


Toujours accouplé, mon père se redresse et fait basculer l’homme à quatre pattes. Il l’encule en levrette maintenant et à une cadence de dingue. Je me caresse et je vois ma mère dans le fauteuil qui en fait de même. Je m’approche d’elle et lui lèche sa chatte trempée, elle me tient la tête bien enfoncée sur son pubis.


Mon père souffle, on devine qu’il ne va pas tarder à jouir, je me rends compte qu’il n’a pas de capote, il doit bien connaître cet homme.

Mon père sort du cul du gars et dans un râle énorme, il arrose le dos du mec qui se retourne et se jette sur la queue pour avaler le reste du jus.

Ma mère rejoint l’homme à genoux devant mon père et me fait signe de venir aussi. Tous les trois nous léchons et nettoyons la queue de mon père adoré.

Nous nous relevons et ma mère retire la cagoule de l’homme. OH mon Dieu, mais c’est Gilles le frère de maman, mon oncle. Mes parents voient ma tête ébahie...

Mon oncle me sourit les cheveux ébouriffés, le visage rouge écarlate avec autour des lèvres un reste de sperme paternel. Ma mère me prend entre ses bras et m’embrasse tendrement, elle me susurre dans l’oreille :


— Tu vois ma chérie tout reste en famille ...

Diffuse en direct !
Regarder son live