Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 1 903 fois
  • 58 J'aime
  • 4 Commentaires

Lise, de l'ennui au désir

Chapitre 7

Prise en bord de mer

Erotique
58
5

Par chance, Matthieu a une voiture assez remarquable, et il ne me faut que quelques secondes pour la repérer sur le parking. Après un rapide coup d’il derrière moi pour vérifier que mon mari ne me suis pas, je descends les marches et me dirige vers la voiture de mon amant. Une fois arrivée au point de rendez-vous, je me retourne vers l’entrée du bâtiment et je repère Matthieu qui descend les marches à son tour. Malheureusement, je repère aussi mon mari et un de ses collègues en haut de l’escalier. Je me baisse rapidement en espérant ne pas avoir été repérée, tout en continuant d’observer à travers les vitres de la voiture. J’éprouve un certain plaisir à voir mon mari perdre ses moyens, s’énerver et ne pas avoir le contrôle sur les événements. J’entends bientôt des pas qui arrivent près de la voiture et un petit son électronique me signifiant que Matthieu a ouvert sa voiture.


Un coup rapide coup d’il vers l’entrée de la salle, mon mari a le regard tourné dans une autre direction, c’est le moment ou jamais pour me glisser à l’intérieur sur le siège passager. A peine installée, je suis rejointe par Mathieu, que j’embrasse impulsivement. Notre baiser est intense, bestial et dure plusieurs minutes. Tellement hypnotisé par cette bouche que je dévore littéralement, ce n’est que lorsque notre fougueuse et langoureuse étreinte se termine que je prends conscience qu’une main experte malaxe mes seins. Je le regarde alors dans les yeux, laissant s’exprimer mes envies...


Prends-moi ! Je veux te sentir en moi la maintenant.


Malgré la situation, mes paroles sont totalement réfléchies et assumées. Cela va plus loin que mes pulsions. Je veux me faire prendre par cet homme qui me fait fantasmer depuis quelques semaines. Je veux vivre pleinement ma relation avec lui.


Matthieu plonge son regard dans le mien et m’embrasse de nouveau, plus tendrement... Ses deux mains tiennent mon visage et son baiser est doux et délicat. Je sens qu’il veut me faire comprendre qu’il a lui aussi envie d’autre chose que les jeux sexuels auxquels on s’adonne habituellement.


Moi aussi j’ai envie de toi. Mais pas ici, c’est trop risqué... Et c’est moi qui décide du lieu cette fois ! dit-il tout en me lâchant avant d’attraper sa ceinture de sécurité.



Alors qu’il démarre la voiture, je jette un regard vers l’entrée de la salle de bal, tout en bouclant à mon tour la ceinture de sécurité. Pas de trace de mon mari ni vers l’entrée de la salle ni aux alentours sur le parking. La voiture s’élance, et c’est libérée de toutes questions que je pose délicatement ma main gauche sur la cuisse de mon chauffeur qui m’emmène je ne sais où.


Le trajet est calme, nous parlons peu. Nous échangeons quelques sourires coquins et amusés, mais pas plus. Dans mon cas, pas besoin de parole, je sais ce que je veux et je sais que Matthieu sait ce que j’attends. Je profite simplement de ce moment d’évasion un peu surréaliste et j’imagine que c’est la même chose pour mon partenaire. En tout cas, le lieu dans lequel Matthieu m’emmène est assez éloigné, car ça fait bien un bon quart d’heure que nous roulons. Il ne m’emmène pas chez lui, car nous avons quitté les abords de la ville depuis quelque temps déjà, et nous roulons en direction de la côte. Alors que je commence à trouver le temps un peu long et que mon impatience grandit, Matthieu quitte la route nationale pour prendre une petite voie menant visiblement à une baie avec un point remarquable si l’on en croit le panneau de signalisation. Où m’emmène mon bel amant ? Je ne suis pas inquiète, bien que je ne connaisse absolument pas le lieu indiqué.


Je ne ressens que de la bienveillance venant de lui, et même si je ne le connais que depuis quelques semaines, j’ai toute confiance. J’ai hâte de découvrir ce qu’il me réserve et surtout j’ai hâte de le sentir enfin en moi.


Malheureusement, le panneau indiquait la fameuse baie à encore 11 kilomètres. Par cette toute petite route sinueuse, il va bien falloir encore une quinzaine de minutes de trajet si c’est bien notre destination. Je ne tiens plus, je suis vraiment trop excitée, d’autant plus que j’ai toujours les odeurs de sperme émanant de mon soutif qui viennent régulièrement me titiller les narines et enivrer mes sens en émoi. Je décide donc de reculer mon siège, puis je me dandine pour retirer ma culotte. La chose faite, je la pose sous les yeux de mon chauffeur sur le dessus du tableau de bord pour le provoquer. Je fais ensuite basculer un peu mon siège en position allongée et je place mes escarpins au-dessus de la boîte à gant... Cette position confortable permet à ma robe de remonter naturellement sur le haut de mes cuisses et donner accès à mon minou fraîchement épilé.


Ma main se glisse sous ma robe, sans un regard vers l’autre côté de la voiture. Je commence à me caresser l’abricot délicatement pour faire monter mon excitation doucement. Je ferme les yeux pour mieux apprécier le moment, et je sens une main se poser sur ma cuisse gauche en partie dénudée. Je repousse la main pour faire comprendre à Matthieu que je veux me faire ce plaisir seule pendant qu’il conduit. Je sais que ça doit le rendre fou de voir une femme se masturber à ses côtés dans sa voiture sans pouvoir participer, mais c’est justement ce que je veux qu’il ressente. Excitation et frustration... Et après tout, Matthieu a déjà joui ce soir, ce qui n’est pas mon cas, et je compte bien remettre les choses à égalité en attendant la suite de la soirée.


Mes doigts s’activent à l’entrée de ma grotte, écartent doucement mes lèvres, titillent mon bouton d’amour... Alors que je me sens commencer à mouiller, je porte ma deuxième main au niveau de la poitrine. Je me caresse d’abord par-dessus ma robe puis rapidement ma main vient détacher mon soutif. Sans difficulté, je l’enlève, mon regard se pose alors sur les deux bonnets imprégnés de sperme. Je les rapproche de mon visage, hume l’odeur du délicieux nectar puis jette mon soutif sur le tapis de sol. J’écarte ensuite les pans de ma robe pour laisser mes seins à l’air libre. Je commence à me les caresser, étalant par la même occasion les restes de foutre de Matthieu. J’ai toujours les yeux fermés, mais je sens que Matthieu bouge beaucoup sur son siège. Le Malheureux doit assister à mon petit manège tout en gardant les yeux sur la route. Quel supplice ce doit être pour lui...


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

De mon côté, c’est l’inondation entre mes cuisses, et ma respiration est de plus en plus haletante. J’ai introduit mon majeur dans mon vagin, et je le fais coulisser très doucement en moi d’avant en arrière. Je m’applique de bien appuyer sur mon clitoris lorsque mon doigt ressort de ma petite chatte toute chaude. L’instant est magique, j’ouvre un peu les yeux pour voir le paysage défiler pendant que je me fais du bien. De l’autre côté, je vois que Matthieu ne tient plus en place, il lance des regards furtifs en ma direction tout en tentant de rester un minimum concentré sur la route. Le voir « souffrir » ainsi décuple mon excitation et mon annulaire vient rejoindre mon majeur. J’active maintenant beaucoup plus intensément ma main pour faire pénétrer mes doigts bien en moi par de rapide va-et-vient. A chaque pénétration, on entend les bruits d’humidité bientôt rejoints par mes gémissements de plaisir. Mes mouvements sont de plus en plus rapides et je sens l’orgasme arriver.


Je me lâche complètement en poussant de véritables cris de jouissance alors que mon corps entier est pris de spasmes, témoins du grand plaisir que je viens de me procurer. Mes gémissements durent encore quelques instants avant que je reprenne mes esprits en tournant le visage vers mon amant. Je lui souris de manière amusée et je m’aperçois alors que nous sommes arrêtés. En me relevant un tout petit peu, je remarque que nous sommes sur un minuscule parking entouré d’arbres. Nous avons dû arriver à destination, car j’entends le bruit de vagues qui s’écrasent sur une plage. Matthieu me regarde intensément. Il a un visage excité et je sens qu’à tout moment, il peut me sauter dessus pour me baiser là dans sa voiture. Mais il n’en fait rien. Il prend délicatement ma main responsable de mon plaisir solitaire et se délecte de chacun de mes doigts pour en apprécier la saveur.


Maintenant que chacun a joui, c’est le moment de partager nos plaisirs. C’est dehors que ça se passe, et j’espère que tu apprécieras le paysage.


Je me relève alors pour remettre ma robe en place. Mon soutien-gorge cependant restera dans la voiture pour tenir compagnie à ma petite culotte.

En sortant de la voiture, une petite brise marine emplit mes narines. Matthieu a bien choisi son endroit. Le spectacle est saisissant. Quelques instants, j’oublie complètement pourquoi je suis là et je m’évade dans la contemplation du paysage. D’où nous sommes, nous avons vu sur une magnifique plage de sable déserte prise entre d’un côté de hautes falaises verticales qui plongent directement dans la mer, et de l’autre des rochers austères déchiquetés par les embruns. Cela donne une ambiance qui nous donne l’impression de n’être rien qu’un grain de sable face à cette nature sauvage et hostile. L’intérieur des terres est morcelé de petites parcelles de prairies délimitées par de petits murets en pierre ou des buissons broussailleux et touffus. Il y a très peu d’arbres sur cette côte balayée par les vents, et les couleurs vont du brun au vert. Je suis comme hypnotisée par la beauté de cet endroit, alors que des mains douces me prennent par la taille et me caressent le ventre.


Cela me ramène à la réalité, Matthieu est dans mon dos, il me sert fort contre lui et m’embrasse dans le cou. Il a son sexe au niveau de mes fesses et je peux sentir qu’il est bandé déjà comme un taureau. Je me laisse envahir quelques instants de ce moment de tendresse. Ses gestes sont doux, il me caresse très délicatement le ventre et la poitrine. Je suis assez troublée par cette douceur qui s’installe. Notre relation avec Matthieu était jusque-là plutôt crue et directe. Pourquoi ce petit changement de comportement ? Après tout, c’est peut-être le contexte qui donne cette envie de tendresse à mon amant, le paysage s’y prête.


Tu as déjà fait l’amour sur une plage ? me glisse-t-il en chuchotant à l’oreille.



Je me retourne et d’un air amusé et coquin, je lui réponds :


Non, du moins pas encore.

Les talons dans le sable, je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée, je ne voudrais pas que tu les abîmes.

Tu as raison, tu m’aides à les enlever ?


Je lui tends mon pied droit, Mathieu s’agenouille puis défait délicatement mes escarpins. Il finit par se relever, et me tend mes talons. Je lui accorde un bisou sur la joue en remerciement puis les dépose dans la voiture.


Nous commençons à emprunter un petit sentier légèrement sablonneux. Nos mains se heurtent en marchant, aucun de nous nose prendre la main de l’autre. On dirait deux ados qui se cherchent. La plage est enfin en vue, mais avant, il faut traverser un banc de caillou. Mathieu, comme toujours très gentleman et attentionné, me tend ses bras. Je m’y engouffre et il me porte sur la dizaine de mètres qui nous sépare de la plage.


Merci mon beau mâle !


Cela fait longtemps que je ne me suis pas baignée, et comme hypnotisée, je marche en direction de l’eau une fois que mon amant m’a reposée. Tout en avançant, je me défais de ma robe, la laissant à même la plage faite de petits galets érodés par l’océan. J’avance désormais nue en direction de la mer capricieuse jusqu’à sentir la première vague submerger mes pieds. La fraîcheur de l’eau me fait esquisser un petit frissonnement. Cela ne m’arrête cependant pas et je continue d’avancer jusqu’à sentir l’eau effleurer mon entrejambe. A ce moment-là, je me retourne et vois Mathieu à côté de ma robe en train de me regarder.


Je plie les genoux pour plonger mon buste dans l’eau. Mes cheveux sont toujours attachés par mon chignon, ce qui me permet de ne pas les mouiller. Je me caresse le corps sous l’eau pour me laver des ébats précédents, tout en savourant la sensation de ce bain froid.


Pendant ce petit manège, Matthieu s’est allongé sur le sable. Il a enlevé sa chemise. Le voir ainsi torse nu, posé sur ses coudes à me regarder me fait de l’effet. J’ai envie de lui... Je veux partager mon corps au sien... Je me décide donc à sortir de l’eau pour le rejoindre, à quatre pattes... J’avance doucement vers lui, de manière érotique, telle une chatte qui vient réclamer des câlins à son maître.


Quand j’arrive à sa hauteur, il est toujours allongé sur les coudes, désormais entièrement nu, les jambes légèrement écartées pour me laisser le passage libre vers sa belle queue bien tendue le long de son bas-ventre. J’ai une vue parfaite sur son sexe en érection, le gland déployé au niveau de son nombril. Mon visage est maintenant juste au-dessus de cette tige chère que j’ai envie d’insérer en moi. Mais Matthieu utilise sa main droite pour mettre sa bite à la verticale et la présenter à l’entrée de ma bouche. Je prends ça comme un ordre et je commence par lui procurer des petites léchouilles sur le gland. Ma main gauche prend la place de celle de Matthieu à la base de son sexe pour le maintenir bien droit. Toujours à quatre pattes, les genoux légèrement enfoncés dans les petits galets humides, le buste courbé vers le sol et les fesses en l’air, je m’applique à procurer la meilleure des fellations à mon amant.


J’alterne les plaisirs... je fais tourner doucement ma langue autour de son sexe, je l’insère ensuite en partie dans ma bouche, puis sur toute la longueur...


Enfin autant que je puisse me permettre de gober. Sa verge coulisse contre mes lèvres, sur la langue, jusqu’à ce que son gland touche le fond de ma gorge. Je n’oublie pas de m’occuper de ses boules que je lèche et gobe pendant que ma main astique sa verge couverte de ma salive. Et je retourne sans tarder à l’assaut de pieux tendu...


Sentir son délicieux sexe en bouche me fait moi-même prendre du plaisir. Je sens une chaleur s’emparer de mon bas-ventre, et je ne saurai dire si les gouttes qui coulent à l’intérieur de mes cuisses sont du fait de mon excitation ou de ma petite baignade. Sûrement un peu des deux, un doux mélange de cyprine et d’eau de mer.


Je ne le quitte pas, Matthieu, des yeux et cela m’excite encore davantage de le voir prendre son pied. Contrairement à tout à l’heure dans les toilettes, il me laisse donner le rythme que je veux. Je sens qu’il a envie de tendresse et de douceur, alors je fais bien attention à ne pas accélérer les choses. Il me regarde faire, il ne bouge quasiment pas, il profite simplement et pleinement du moment... sa bouche entrouverte signe de son plaisir. Parfois, il bascule sa tête en arrière pour mieux apprécier ma gâterie, mais sinon son regard ne quitte mon visage et ma bouche qui s’active à lui faire du bien que pour relooker de temps en temps les courbures de mes fesses.


Au bout de quelques minutes, Matthieu me caresse la joue avec sa main. Je sens dans son geste qu’il attire mon visage vers lui, je me laisse faire et m’avance toujours à quatre pattes. Il rapproche mon visage du sien et son geste m’intime l’ordre de l’embrasser. Débute alors un long et agréable baiser au goût de sexe masculin particulièrement excitant. Puis d’un coup, Matthieu pose ses deux mains sur l’arrière de mon dos et attire mon corps vers l’avant. Notre baiser se termine et mon entrejambe se retrouve juste au-dessus du visage de Matthieu qui est maintenant complètement allongé sur le sable. D’un geste doux, il attire mon sexe humide à sa bouche. A genoux sur le sable et littéralement posé sur le visage de mon compagnon sexuel, ce dernier commence à me procurer un délicieux cunnilingus. La position lui permet d’insérer sa langue dans mon vagin sur quelques centimètres. Cela suffit à faire venir mes premiers petits gémissements de plaisir.


Mathieu sait vraiment y faire, ses mains me caressent le dos pendant qu’il me procure ces plaisirs vaginaux avec sa langue experte. De mon côté, je ne reste pas inactive, mes deux mains sont posées sur son crâne et je fais des petits mouvements de bassin pour bien plaquer ma chatte à sa bouche qui me dévore littéralement l’entrejambe. Ses mouvements de langue accentuent encore plus mon excitation, je sens que mon vagin dégouline sur le visage responsable de ce plaisir. Mais je veux autre chose et je me relève légèrement sur mes jambes et j’embrasse à mon tour mon étalon. Sa bouche a un goût différent du dernier baiser, ma mouille y faisant certainement quelque chose...


Les deux mains de Matthieu m’empoignent soudainement, il me soulève pour se dégager de mon corps et me fait basculer sur le côté. Nous nous retrouvons dans la position inversée. C’est moi qui suis allongée sur la plage désormais et Matthieu qui me domine. Il me prend l’arrière de mes cuisses et les ramène vers mon buste tout en m’écartant les jambes. Profitant de ma souplesse, il appuie toujours plus sur une de mes cuisses, je me retrouve alors les mollets en l’air, la chatte bien ouverte, prête à recevoir la récompense tant désirée. Ce moment tant attendu est là, tout proche...


Je sens le gland se frotter doucement de bas en haut le long de mes lèvres vaginales. Le « salaud » a décidé de me faire languir encore quelques secondes. Puis dans un coup de bassin lent et puissant, Matthieu me pénètre enfin...


Oooooh oui Matthieu prends-moi... je... je suis toute a toi.


C’est ce qu’il fait. Et divinement bien...

Il me tient l’arrière des cuisses, juste sous les genoux, et me pénètre en faisant des va-et-vient puissants et profonds. Je sens sa bite coulisser en moi, comblant totalement mon vagin. Il me pilonne ainsi plusieurs minutes, volontairement soumise, dans l’incapacité de bouger au vu de la position. Mais je ne veux pas bouger. Je veux juste continuer à le sentir en moi. Sentir ses coups de reins de plus en plus intenses...


Il s’applique à chaque coup de boutoir à aller au plus profond, ce qui me procure un plaisir immense. Au bout d’un moment, il change légèrement de position. J’ai toujours les jambes écartées et repliées le long de mon buste, mais Matthieu a pris mon épaule gauche avec sa main droite et il me plaque littéralement au sol. Je me sens désormais totalement à sa merci, et putain que j’aime ça ! Avec ma main gauche, je caresse sa main puissante qui me broie presque l’omoplate. Et avec ma main droite, j’utilise mes doigts pour me caresser le clitoris pendant que la bite de mon amant me ramone l’intérieur. Ses coups sont de plus en plus rapides, sa bite sort parfois de ma chatte dans l’action. Mais elle revient rapidement à sa place faire son travail. Je profite d’un de ces moments de répit pour sortir de l’emprise de Matthieu, me dégager un peu et changer de position.


Je me retourne et me mets à 4 pattes, la tête quasiment collée aux galets et les fesses bien en l’air en direction de Matthieu. Ce dernier comprend ce que je veux. Il me prend par la taille et colle son bassin derrière moi en approchant de nouveau son sexe de mon intimité. Il s’insère en moi en quelques secondes de tout son long et recommence ses va-et-vient de manière plus lente pour que sa queue s’habitue à cette nouvelle position en moi. Matthieu n’est même plus à genoux, il est debout avec les jambes en partie en grand écart pour être au bon niveau pour me prendre. Ça lui permet de donner plus de puissance et de me pénétrer encore plus profondément. Il a une main qui me tient fermement le bras gauche qu’il me bloque dans le dos, avec son autre main qui immobilise mon avant-bras juste au-dessus de mes fesses. En exerçant sa force avec ses bras, il me plaque ainsi le buste sur le sol humide. Je suis totalement soumise à lui, à ses envies...


C’est lui et seulement lui qui donne le rythme. Ma dernière main libre vient se glisser dans les cailloux, et je comprime de plaisir quelques petits galets dans ma main. Ce traitement me procure une sensation de plaisir intense et je me mets à gémir de plus en plus fort. Si quelqu’un passait par la route, nul doute qu’il nous entendrait. D’autant qu’à l’entendre, Matthieu aussi n’est pas loin de la jouissance...


Lise putain c’est trop bon ! Je tiens plus...


Je suis moi aussi au bord de l’orgasme. Nos gémissements respectifs sont de plus en plus forts et nous sommes proches de la jouissance ultime.


Vas-y ! vas-y... Oui jouis en moi, remplis-moi !


A ces mots, je sens le corps de Matthieu se contracter, sa queue bien dure au plus profond de mon vagin. Je sens venir l’orgasme au moment où les premières giclées de sperme viennent se déverser en moi dans un ultime gémissement bestial. Je sens plusieurs salves de sperme percuter mes parois vaginales et nous gémissons ensemble pendant encore quelques secondes, le temps que Matthieu déverse toute sa semence en moi.


Après un court instant, il vient s’écraser sur moi puis nous fait basculer en position de la cuillère pour me prendre dans ses bras.

Alors qu’il a le sexe encore en moi, Matthieu tourne mon visage et m’embrasse tendrement. J’accueille sa bouche et sa langue avec douceur en savourant ce moment. À la fois, j’apprécie le sexe un peu hard et d’être soumise à mon partenaire, autant j’aime la tendresse et la douceur après un acte sexuel. Nous restons enlacés, ainsi dans le sable de longues minutes. Parfois, l’un va chercher le baiser de l’autre...


Tu sais que cette plage est souvent fréquentée par des petits fêtards.

C’est pas grave, c’est un de mes fantasmes de me faire mater.


Nous nous sourions coquinement puis je me blottis à nouveau dans les bras de mon bel amant. Le soleil a disparu désormais, mais l’horizon est parcouru d’une magnifique lueur rouge. Cet instant est terriblement romantique. Je sais à cet instant que nous avons été trop loin pour que notre relation ne reste que passagère. Je me sens bien dans les bras de cet homme qui me fait vibrer. J’en viens à me surprendre à espérer que Matthieu ressente la même chose. Mais je n’en doute pas à sa manière de m’embrasser et de me câliner. Si j’étais sage, je devrais prendre peur que ce moment de tendresse commence à amener mon bel amant à éprouver des sentiments pour moi. Je devrai stopper ce câlin, me rhabiller et lui demander de me ramener chez moi. Mais il n’en est rien... Je prends même les devants !


Est-ce que tu m’accepterais dans ton lit cette nuit ? Jai envie de m’endormir dans tes bras ce soir.

« J’allais te le proposer " me chuchote-t-il avant de m’embrasser dans cou.


Il sort alors son sexe qui était toujours plus ou moins blotti dans le mien, puis se redresse. Il me tend la main pour m’aider à me relever à mon tour. Alors qu’il va chercher ma robe restée un peu plus loin, je sens du sperme me couler entre les cuisses. Cela m’amuse et je ne l’essuie pas. Ce n’est pas comme si je n’étais pas habituée ces derniers temps... Nous nous rhabillons et repartons main dans la main en direction de la voiture. Sur le chemin, nous croisons un groupe d’amis qui rient aux éclats. Sur le coup, je me dis que ces derniers nous ont vus et qu’ils rigolent de nous, mais au bruit de verre que font leurs sacs, c’est surtout qu’ils doivent être bien éméchés et qu’ils ont décidé de terminer leurs packs de bière à la plage.


En m’installant sur le siège passager, je sens mon entrejambe toute dégoulinant et je décide de remettre ma culotte pour ne pas trop salir le siège de la voiture. Nous repartons en direction de la ville, sans un mot, mais souriant de plaisir et de bonheur. Cette fois-ci, somnolente, je ne vois pas le temps passer. Nous arrivons sur un parking en centre-ville et nous rejoignons son appartement...


La nuit fut courte et encore pleine de plaisirs. Je dus finalement me résigner à partir dans la matinée. Avant de partir, je signifiai à Mathieu que le prochain rendez-vous, c’était à lui de l’organiser en précisant que je voulais qu’il me surprenne qu’il avait carte blanche, et que je le suivrais pour tout et n’importe quoi selon sa volonté. Même si je l’ai senti dépourvu sur le coup, je n’émis aucun doute sur sa capacité à trouver quelque chose de hors du commun.

Par mesure de discrétion, j’ai pris deux taxis pour rentrer, un pour m’emmener chez une copine de confiance et un autre pour revenir chez moi.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder