Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 28 993 fois
  • 34 J'aime
  • 0 Commentaire

la loi du patriarche

Chapitre 1

Inceste

Après Le divorce de mes parents, je suis allé habiter chez ma mère et sa copine Carole. J’adorais Carole et de savoir qu’elle était gouine et ma mère aussi ne me gênait pas. Grâce à elles, j’ai pu développer le côté féminin de ma personnalité, car Carole m’a fait rencontrer des filles aimant prendre les rênes et appréciant la compagnie d’un garçon soumis et efféminé.

Pourtant à 18 ans, j’ai dû repartir chez mon père, car il habitait plus près de l’université où je m’étais inscrit. Mon père est quelqu’un de très viril et macho et il m’a toujours trouvé bien trop féminin.

Lorsque je suis venu habiter chez lui, il a été bien content que je lui fasse la cuisine, le ménage, la lessive et le repassage, mais il ne cessait de me harceler verbalement. Il prétendait que lorsque je marchais, je remuais les fesses de manière provocante. "Tu marches comme une pute en chaleur", me disait il, ou bien il me traitait de "petite salope de pédé à sa maman".

Un soir, alors que je faisais la vaisselle et qu’il finissait tranquillement son dessert, il m’a fait remarquer que je portais un jean vraiment très moulant. "Tu va sortir draguer des mecs ce soir?" me dit il. Je lui dit que non, que je ne suis pas pédé, malgré ce qu’il en pense, mais il n’écoute pas. Il se lève et se dirige vers moi en disant: "Allez, montre moi comment tu fais pour attirer l’attention des mecs". Comme je ne dis rien, il passe sa main sur mes fesses. J’essaie de me dégager, mais il me prend le bras et serre jusqu’à ce que j’arrête de gigoter. Il me glisse à l’oreille: "C’est vrai que tu as un si beau petit cul que tu n’as pas besoin de faire grand chose pour que les mecs te remarquent. Tu me fais même bander, tiens, sens!". Il me saisit la main et la plaque sur son entrejambe. Effectivement, sa bite est déjà bien dure. "Viens, on va continuer dans ma chambre", dit il en m’entraînant à sa suite.

Dans la chambre à coucher, il me fait mettre à genoux et s’assied sur le bord du lit. Il délace son jogging et son énorme queue, épaisse comme un gourdin et dure comme une barre de fer, en jaillit, puis il me saisit par le cou et entraîne mes lèvres vers son sexe.

"Suce moi, putain!" Je suis bien obligé d’obtempérer et de le laisser me baiser brutalement la bouche. Tout à coup il se retire et explose sur ma figure, m’aspergeant de son sperme visqueux. Il frotte son gland contre mes joues, étalant sa semence, puis m’ordonne de nettoyer sa bite du sperme qui la souille.

Je m’exécute malgré mon dégoût. Il me dit alors de me mettre à poil et il m’entraîne sous la douche, pour me faire un lavement, afin que je sois bien propre. Il veut m’enculer dès qu’il rebandera.

Cela ne tarda pas! Après m’avoir abondamment enduit de lubrifiant et m’avoir doigté l’anus, il entreprend de faire rentrer ses 6 centimètres de diamètre de chaire en fusion. Il est tout étonné de ne pas rencontrer beaucoup de résistance. Je lui raconte alors que ma dernière copine aimait bien me sodomiser avec un gode à peine moins large que sa bite.

Il me pilonne alors sans ménagements et jouit rapidement.

Il se couche sur le lit et je me blottis contre lui, lui jurant ma soumission et mon allégeance. Il m’a complètement maté et soumis en quelques minutes et je lui dit qu’il peut faire de moi ce qu’il veut, que j’accepterai tout de lui. "C’est bien ainsi que je l’entends", répond-il. "Tu es désormais ma chose et je t’apprendrai à te comporter en esclave. Si tu résistes, je saurai te mater".

Diffuse en direct !
Regarder son live