Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 17 361 fois
  • 40 J'aime
  • 0 Commentaire

Un long week end

Chapitre 2

Zoophilie

Je joui avec mon chien.


Mes doigts ne peuvent arrêter le flot de mouille qui commence à couler le long de mes fesses, pendant qu’il continue à m’inonder le corps de ses longs jets de semence

Hummmmmmm !!!!!

Voilà que mon clitoris s’affole lui aussi, la langue de Max n’y est pas pour rien. Elle a depuis un long moment ,remplacée mes doigts et passe et repasse sur mes lèvres gonflées par le plaisir

Il se remet face a moi tout en continuant à me lécher le visage sans oublier mes seins, qui pointent orgueilleusement au ciel


Moi qui voulait du sexe ce soir, je peux dire que je ne suis pas déçue.

Il se positionne sur moi, m’écrase un sein, pendant que je lui caresse les flans, passant mes doigts sur son pelage soyeux, lui offrant timidement ma langue quand la sienne passe sur ma bouche...

Je plie mes jambes, son postérieur se cale sur mes genoux.

Il m’a fait oublier un moment ma fatigue et je me sens toute drôle

Encore sous l’émotion, l’envie de recommencer à lui caresser sa verge me fait reprendre conscience qu’il va recommencer son manège le Max !!


Assez pour aujourd’hui. J’ai sommeil, je suis épuisée !!!!

Mais je prends conscience de l’état des draps . Il faut vraiment que je change ma literie ,que je prenne un bon bain froid pour me calmer mes ardeurs et ensuite...dodo


Max n’a de cesse de me suivre dans mes travaux ménagers, la housse de couette sent maintenant aussi son odeur, et il y a aussi ses poils !

Lui, toujours debout inspecte mon travail, il essaye bien de me grimper dessus pendant que je suis penchée pour changer ma literie mais je l’en dissuade

Le lit complètement refait à neuf, le linge dans la machine, je me traîne jusqu’à la piscine, Max toujours sur mes talons bien sûr.


Le temps est un peu couvert ce matin, ce sera une excuse pour rester au lit, coincée dessous ma couette à me caresser comme je le fais souvent en rêvant à mes conquêtes...et à lui maintenant

Après quelques longueurs, je m’approche du bord et là ,à un mètre de moi ,Max est allongé de tout son long se léchant le pénis . Pénis rouge qui est pratiquement sorti de son fourreau.

Je le regarde faire un petit instant...un instant qui dure, mes yeux ne pouvant plus quitter cette tige qui pointe de son fourreau ,un long frisson me parcourant le dos, mon ventre devenant lourd .

Une idée de dégoût me traverse en le regardant faire ,vite remplacée par cette envie qui me tord le ventre .

Et puis tout a l’heure, quand il éjaculait sur mon corps, n’avais je pas avaler quelques gouttes de ce liquide que je pourrais qualifier maintenant de ? nectar ?,quand par ces coups de reins, il n’avait pas manqué de l’envoyer jusqu’à ma bouche ....Ne m’étais je pas empressée de passer mes lèvres dessus et de goutter et d’aimer !!!! Son sperme était bien bon......

Demi tour. Encore quelque brasses...pour oublier...


En sortant de l’eau j’essaye bien de ne pas regarder Max, alors que mes envies me disent le contraire.

Je pose la serviette autour de mes cheveux et bien la faire tomber devant les yeux, pour ne rien voir.


Je regagne ma chambre ,il me suit encore...Qu’est ce que je vais bien pouvoir en faire !

Le garage me parait une bonne option...je rentre...Max rentre aussi, ses yeux ne me quitte pas.

Je longe le garage avec lui, ouvre tout doucement la porte du couloir...et je parviens à le laisser entrer dans le garage.

je ne suis pas encore arrivée dans ma chambre que je l’entends aboyer ....tais toi , laisse moi tranquille , laisse moi dormir, je ne veux plus penser à toi, je ne veux plus penser à

ton bout rouge qui pendait sous ton ventre

Je me glisse dans ma couette toute propre. Je veux dormir !

Il aboie toujours...

Je ne peux quand même pas le laisser hurler comme ça toute la nuit, si seulement une femelle en chaleur était dans le coin.

Tout devient calme enfin dans la maison. Plus un bruit, plus une plainte , il a du quand même s’endormir

Quelques oiseaux de nuit au loin et je ferme les yeux.


Je ne sais pas depuis combien de temps je suis couchée,,une heure ou plus. Je tourne ,je vire , je n’arrive pas à trouver le sommeil ,quelque chose m’obsède, je me revoie avec Didier mais aussi avec Max...

Ce sexe bien particulier, gros , grand ,viril, différent, et puis ce sperme au goût bien particulier, danse devant mes yeux .....

Je serre mon oreiller entre mes jambes. Hummmmm ! ça soulage ...

J’ai soif. Je me lève et descends à la cuisine. Au bas de l’escalier, la porte du garage derrière moi...

Et s’il était malade , je ne l’entends plus !!!

Je vais quand même allez voir s’il va bien...

La porte à peine entrouverte, Max engouffre son museau, gémit gratte ses pattes contre la porte.

Je retiens quand même la porte pour ne pas le laisser passer ,lui caresse le dos, le ventre, ses poils sont doux, une petit flaque d’urine déposé a coté de ma voiture, son sexe...je caresse son sexe a nouveau...Tout va trop vite !!!!il me donne envie, le bout de son sexe est mouillé, le mien aussi , j’ai trop envie....

Allez Max, ça suffit...

Accroupie face à lui, il me lèche de nouveau le visage, tente de pousser la porte pour me rejoindre. Cette fois les lèvres de mon sexe se mettent à gonfler...

Je cède !!!!

Ma main ne retient plus la porte. Il se jette affectueusement sur moi...

Je me lève toute tremblante, mes jambes ont du mal a me tenir.


-Allez vient mon beau, tu veux un câlin ?


On rejoint ma chambre, aussi excités l’un que l’autre et à peine la porte fermée, il essaie de monter sur moi, me griffant un peu les fesses...


-Attends !!!Je ferme a clef.


Je grimpe sur le lit, enlève mon T-shirt, il monte à son tour.

Quoi faire, comment faire ?

A genoux je le serre dans mes bras, d’une main je lui caresse le dos, de l’autre je titille son sexe

L’envie me gagne tout le corps, je mouille fortement , je ne réfléchis plus, je le caresse...lui rends ses baisers...

J’ai envie de son sexe...

Je m’allonge sur le lit comme tout à l’heure, je dirige sa tête vers ma chatte...j’écarte bien les cuisses et lui offre mon intimité...

Accoudée, je branle Max avec envie, rougissant de honte de vouloir sucer un chien, mon chien.

Aussi inexpérimenté que moi, dans la confusion, il recommence comme tout à l’heure balançant des coups de reins dans le vide

Je le masturbe et se donne à nouveau sur mon ventre.

Son sexe écarlate se dandine devant moi, je le regarde, je le désire..

Je ferme les yeux au moment même où ma bouche s’ouvre pour recueillir sa verge.

Tout doucement elle rentre en moi, de plus en plus profondément, vient frapper au fond de ma gorge


Comme avec mon ami ,je commence à faire coulisser mes lèvres sur son sexe qui devient énorme dans ma bouche. Je me délecte de sa saveur, jamais un aussi gros sexe n’avait baiser ma bouche...

Il se retourne, j’ai bien failli le mordre le pauvre

Je glisse 2 coussins sous ma tête, le ramène a moi, empoigne son sexe, le tire vers ma bouche

Il me pénètre encore. Cette fois, je deviens folle de plaisir, des gouttes de sperme perlent sur le bout de sa bitte ,annonçant les prémices de l’éjaculation

Toujours aussi amateur, Max se laisse aller à l’excitation, baisant ma bouche frénétiquement, son noeud m’aidant à le retenir pour ne pas m’étouffer...il éjacule...ses reins cessent de s’agiter

Cette fois un liquide brûlant rempli ma bouche de nouveau. C’est trop pour tout avaler d’un coup...

Mes lèvres laissent échapper son sperme tellement il est abondant .


Je ne sais pourquoi, mais j’ai peur de tout avaler, je crache le trop plein sur mon cou et mes seins tenant toujours cette boule magnifique entre mes mains.

Mon palais est tapissé de semence, mes papilles se délectant des arômes de son sperme, Ne pouvant plus respirer par l’importance de ce que j’ai dans la bouche, la déglutition étant un réflexe, je suis bien obligée d’en avaler

Quel plaisir !!!! rien à voir avec celui d’un homme . Mais rien à voir non plus pour la quantité.

Et il continue à jouir , à cracher sur moi ,m’inondant de son liquide .

Il me lèche les seins, le cou, la bouche...il est heureux, moi aussi.

Tant bien que mal j’essaye de le coucher sur le dos, je m’y emploie fermement...un temps d’hésitation sous mes caresses et ma détermination soudaine et nouvelles l’incite a se laisser faire.

Son sexe est la, je m’en approche, les yeux écarquillés de gourmandise, un petit coup de langue sur une goutte au bout de sa tige, et ma bouche reprend en elle cette verge canine

Je caresse Max de partout, entre ses cuisses, son ventre, tout son corps, ma bouche ne cessant de lui appliquer une gâterie buccale en émettant des sons presque vulgaires comme jamais mes amants des deux sexes, n’y ont eu droit

Max est fantastique.

Il me laisse faire tranquillement ,profitant des derniers frémissement de son corps pour m’envoyer les dernières giclées de sa jouissance au fond de ma gorge.

Cette fois , je ne recrache rien, bien au contraire .

Je garde cette belle tige au fond de ma bouche ,prenant bien soin de tout avaler ,attendant patiemment qu’elle reprenne sa taille initiale ,n’oubliant pas de déposer sur le bout ,un doux baiser avant q ?elle ne reprenne sa place dans son étui.


A suivre


arlette_lo@yahoo.fr

Diffuse en direct !
Regarder son live