Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 8 890 fois
  • 76 J'aime
  • 9 Commentaires

Ma longue vie de "petit pénis"

Chapitre 1

SMS avec Sandrine

Voyeur / Exhibition

Bonjour, sur ce site, je m’appellerai Romain.

C’est la toute première fois que je me livre sur un site public et j’espère que les expériences que j’ai vécues vous plairont ou du moins qu’elles vous intéresseront.

Tout ce que je raconterai au cours de ces chapitres est des histoires vécues, bien entendu il se peut qu’avec les années, la vérité soit quelque peu romancée pour et par la narration ou certains traits très légèrement grossis. Évidemment, j’accepte toutes les critiques et remarques, aussi bien sur le fond du sujet que sur la forme de mes histoires. Je suis un pur amateur.



J’ai donc la trentaine d’années bien entamée, je mesure 1M80 et pèse 72 kilos, sportif, châtain ou yeux marron. Je n’aurais pas la prétention de dire que je suis beau gosse, mais disons que j’arrive à plaire à une partie de la gent féminine. Cependant, au cours de ces années, j’ai appris à vivre avec un petit handicap qui -naïvement- ne me semblait pas être quelque chose de très important : d’après les femmes, j’ai un petit pénis.

6 centimètres au repos, 12 centimètres en érection, 12 centimètres de circonférence. Personnellement, je ne trouve pas ça ni spécialement petit ni grand, mais personnellement, ça ne me pose aucun problème. Simplement, je me suis parfois (souvent ?) retrouvé confronté à des situations frustrantes. Voici l’une d’entre elles.



Au cours de ces chapitres, je vais vous raconter des brides de ma vie, cela commence au printemps 2006 avec Sandrine.

Elle mesurait 1M65, brune, yeux marron, un peu fille "du sud", avec une sacrée paire de seins et une jolie paire de fesses.



Nous étions au collège et au Lycée ensemble puis nos chemins se sont séparés lors de notre entrée en fac à 18 ans, n’étant plus dans le même établissement. Sandrine partait en fac de Philo et moi en Science Po.

Cependant, nous continuions d’échanger par SMS et nous savions l’un et l’autre que nous nous trouvions assez charmants et charmantes, mais nous n’avions pas spécialement envie d’être en couple alors qu’on se voyait tous les jours au Lycée. Et puis un soir, je ne sais plus comment nous en sommes arrivées là, mais nous avons discuté de sexe et d’anatomie pour la première fois.

C’était extrêmement excitant ! Sandrine me dit son tour de poitrine puis me demanda ensuite si je m’étais déjà mesuré le sexe... et je ne l’avais jamais fait... si si je vous assure !

Je pris donc mon double décimètre dans ma main droite, puis mon sexe dans ma main gauche :


— Alors Romain ? Combien ?

— A quelques millimètres près, 12 centimètres ma chère Sandrine.

— OK ! Et maintenant, ça te dirait pas de te caresser un petit peu et de me dire combien tu mesures en érection ?

— Oh, mais je suis en érection là, Sandrine.


Pas de réponse pendant quelques minutes... alors que perso, la situation m’avait plutôt excité.

Sandrine me répondit qu’elle était désolée de sa remarque un peu gênante, mais qu’elle avait entendu dire que les hommes étaient bien mieux lotis que ça. Je lui ai donc proposé qu’on se voit un samedi où mes parents n’étaient pas chez moi afin d’être sûr de ne pas être dérangé par qui que ce soit. J’avais tout de même l’espoir de lui faire changer d’avis, il fallait simplement que je trouve un bon stratagème, mais je ne voyais aucune situation cohérente pour me retrouver nu face à elle, alors j’ai joué franc-jeu.



Prenant mon courage à deux mains (contrairement à mon sexe), je lui proposai de me mettre nu devant elle sans rien lui demander en échange. Bien entendu, au fond de moi, j’espérais voir au moins sa grosse poitrine qui avait l’air de bien tenir sous son débardeur noir. C’était un acte presque gratuit, histoire qu’elle puisse se faire une meilleure idée, chose qu’elle accepta volontiers. Après tout, je suis plutôt sportif, je cours beaucoup (encore aujourd’hui), je ne suis pas spécialement musclé, mais tout est ferme et bien dessiné, y compris mes belles petites fesses.


Sandrine se mit à m’enlever mon tee-shirt, puis se mit à genoux pour baisser mon short tout en constatant l’effet que cela produisait. On pouvait deviner un grand sourire sur son visage. Mais était-ce un sourire moqueur ou simplement la satisfaction de mettre un mec sympa à poil ? Dur de dire...


Et enfin, elle retira mon boxer, j’avais pris soin de m’épiler comme souvent pour paraitre "clean". Évidemment, inutile de vous dire que j’avais une énorme érection ! J’étais dur comme une brique et je crois que je n’ai pas débandé avant de très longues minutes.



Mais mon amie m’a vite calmé : "en effet, c’est quand même petit, mon petit Romain. Si je mets ma main, on voit juste le gland qui dépasse. J’aurais aimé y mettre les deux mains, tu comprends ? Ça plaira sûrement à la femme qui t’aimera, t’inquiète pas, mais pour un plan cul... je ne suis pas sûr".


Elle prit mon sexe dans sa main gauche pour faire quelques "va-et-vient" et s’arrêta très rapidement, pas assez excitée. Sandrine me confite qu’elle préférait que sa première fois se déroule avec un mec qu’elle aime vraiment, et aussi dans l’idéal un mec avec une bite "normale".

Pour me remercier, elle me prit dans ses bras plusieurs secondes, puis je me rhabillai.



Nos chemins se sont aujourd’hui séparés, mais je garde finalement un souvenir agréable du début de ma sexualité et de cette amie qui en dehors de cette scène un peu humiliante a su être présente quand il le fallait sur des sujets bien plus graves.


Alors, et vous les mecs ? Auriez-vous eu ce courage ?

Et vous les femmes ? Vous avez déjà foutu des potes à poil, juste par curiosité ?

Diffuse en direct !
Regarder son live