Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 11 250 fois
  • 172 J'aime
  • 3 Commentaires

Louise, cette cochonne

Chapitre 3

Son vrai visage

Hétéro

À mon réveil le lendemain matin, je me demande presque si je n’ai pas fait un rêve. Ce n’est qu’au moment de croiser le regard de Louise que je comprends à son sourire que c’était bien réel. 

Ce sont nos derniers moments dans le sud, nous prenons l’après-midi la direction des Pyrénées pour rejoindre le chalet de mes parents qu’ils nous laissent une semaine.

Vu l’heure, nous n’avons plus tellement le temps de profiter si nous voulons arriver suffisamment tôt, alors nous rangeons toutes nos affaires, plions les tentes, et allons manger une pizza au restaurant du camping avant de prendre la route à 13h30.

Il nous faut 3h30 de route pour arriver au chalet mais avec les pauses, nous arrivons à 17h30.


Nous sortons les affaires et je leur fait faire un rapide tour du chalet qui est particulièrement grand et confortable.

Au rez-de-chaussée il y a 3 chambres doubles, une salle de bain, un toilette, la cuisine et le salon. L’étage est plus petit, seule la suite parentale s’y trouve.


Nous nous organisons comme suit: Je prends la chambre à l’étage, Thomas et Julien partagent un lit double. Camille et Louise en partagent une autre, et Claire se retrouve seule dans la dernière.

Tout le monde est satisfait et après avoir rangé nos affaires respectives et pris une bonne douche, nous commençons à préparer le repas.


Louise est d’humeur taquine ce soir. Elle me cherche beaucoup du regard, me fait un clin d’oeil de temps en temps, ce qui m’excite énormément. Lorsque nous nous retrouvons seuls, elle en profite parfois pour passer une main sur mon torse, mes fesses, voire même mon entrejambe.

Je lui lance quelques regards insistants pour la faire arrêter car ce petit jeu m’excite au plus au point et je me retrouve avec une trique monumentale. La simple idée de ce qui pourrait arriver ce soir suffit à me garder en érection. Mais malheureusement, c’est impossible pour moi de satisfaire mon envie et il va falloir patienter encore un moment car ce n’est que le début de la soirée.


Toute la soirée, Louise ne cesse de me chauffer, par des regards, de discrètes caresses du pied, ou même quelques mouvements de langue bien senties dans sa bouche en me regardant droit dans les yeux.

Je suis le premier à « aller me coucher », prétexte que j’utilise évidemment pour fuir Louise et surtout me soulager en allant me branler. Je n’en peux plus, je sens le liquide séminal répandu sur mon gland et mon caleçon. 

Une fois dans ma chambre, je verrouille la porte derrière moi, enlève mon T-shirt, quand j’entend mon téléphone sonner. Un SMS de Louise:


[SMS]


< Si tu m’attends, je viens finir le travail d’ici trente minutes

>J’en peux plus, tu m’as rendu fou là…

<Si tu attends tu ne seras pas déçu, mais interdiction de te branler d’ici là…

>… 


Je capitule. Attendre est évidemment un supplice pour moi, mais quand je repense à ce que Louise m’a fait vivre ces derniers jours, je me dis que cela vaut le coup.


Environ vingt minutes plus tard, je reçois un nouveau SMS de Louise.


[SMS]

<Je peux pas venir tout de suite, je dois attendre que Camille s’endorme…

>Je vais devoir dormir sur la béquille…

<Attend  ! Changement de plan !

>??

<Camille vient de me dire qu’elle aimerait que j’aille dormir avec Claire, pour que Thomas puisse la rejoindre… Je suis choquée !!


Alors ça, je ne l’avais pas vu venir ! Thomas qui va se taper Camille ! Mais sur ce coup là je peux le remercier car Louise va pouvoir me rejoindre…


Je demande donc à Louise de me rejoindre en vitesses et quelques secondes plus tard, quelqu’un toque à la porte. Je la déverrouille et l’ouvre pour laisser entrer Louise. Je referme immédiatement la porte et la verrouille de nouveau.


— Je veux que tu me suces, lui dis-je.

— Je suis venue pour ça… répond-elle.

— Met-toi à genou et suce moi, vite, je n’en peux plus d’attendre, je veux sentir tes lèvres sur mon gland, je veux sentir ta langue me caresser… »

— Tout ce que tu voudras…

— Je veux te voir engloutir ma bite avec ta bouche et l’enfoncer dans ta gorge…


Louise semble étonnée que je lui parle comme cela, mais j’ai l’impression qu’elle aime ça. Son sourire la trahit. Elle s’agenouille et commence à déboutonner mon jean tout en me répondant:

— C’est vrai tu aimes ça ? 

— Je pense que tu as pu le voir, ce que tu m’as fait avec ta bouche c’est… c’est incroyable… Personne ne m’avait autant fait plaisir en me suçant »

— J’adore ta queue alors je m’app….


Je la coupe dans sa phrase, n’en pouvant plus, en saisissant d’une main ses cheveux, de l’autre ma queue que j’enfonce dans sa bouche. Elle ne résiste pas et commence immédiatement à me sucer. C’est vrai qu’elle aime ça, sucer, je peux le voir à l’application qu’elle met à la tâche. Elle ne me quitte pas des yeux et me pompe intensément, passant ses mains sur mes bourses qu’elle masse doucement.


Excité depuis déjà plusieurs heures, et comblé de plaisir par la fellation incroyable que m’offre Louise, je sens le plaisir monter rapidement et m’apprête à jouir dans sa bouche. Je prends alors le contrôle total de la situation en saisissant de mes deux mains la tête de Louise que je balance d’avant en arrière le long de ma queue. Elle se laisse faire et semble même heureuse de me voir l’utiliser pour me faire plaisir.

Lorsque je jouis, j’enfonce complètement ma queue dans sa bouche et je sens ma semence jaillir dans sa gorge. Elle pousse de petits gémissements en recevant mon sperme avant d’utiliser sa langue pour caresser ma queue avec grande application.

Lorsque je me retire, Louise se fait un plaisir d’ouvrir la bouche pour me montrer le volume de sperme que je viens de décharger en elle. Je ne dis rien mais au moment où elle avale toute ma semence, elle doit voir dans mon regard que cela me rend fou de plaisir.

Je file dans la salle de bain où Louise me rejoint. Elle se douche plus rapidement que moi et avant de filer dans la chambre me lance: « Dépêche-toi de venir me prendre, je veux sentir ta queue en moi ».


Elle me rend fou avec ces paroles. Je me dépêche de sortir de la douche, de me sécher te je la rejoint complètement nu. Je la trouve nue, allongée sur le dos sur le lit, en train se se doigter, elle ne perd pas de temps quand même. En me voyant, elle s’arrête et se met à quatre pattes sur le lit. « Prend moi » glisse t-elle.

Je m’empresse de monter sur le lit, me place derrière elle et insère mon pénis dans son sexe trempée qui m’aspire en elle. Un faible gémissement sort de sa bouche alors que je m’enfonce en elle. J’attrape ses cheveux d’une main et tient fermement sa hanche de l’autre tout en la pénétrant de plus en plus énergiquement.

A mesure que je la saute, ses gémissements se font plus bruyants, à tel point que je dois trouver un moyen d’étouffer ses cris. 

Je décide alors de changer légèrement de position. Je la fait allonger sur le ventre et place un oreiller au niveau de sa tête. D’une main je maintiens sa tête dans l’oreiller, étouffant ainsi ses cris et lui donnant l’occasion de se lâcher davantage. Je passe mon autre main sous son corps et vient titiller son clitoris tout en continuant de la pénétrer intensément.

D’un coup, je la sens se crisper et un cri étouffé me vient aux oreilles. Je comprends alors qu’elle vient de jouir. Je retire donc ma main que je pose sur sa hanche et continue de la sauter.


Alors que je continue de me faire plaisir en la sautant, elle relève la tête et me demande d’arrêter. Surpris par sa demande, je m’exécute tout de même. Je retire mon pénis luisant de mouille avant qu’elle ne se retourne vers moi. Elle approche son visage du mien, m’embrasse en passant ses mains sur mon sexe qu’elle caresse délicatement.


— Je veux que tu viennes sur moi…

— V… Vraiment ?

— Je veux sentir ton sperme chaud recouvrir mon visage…


Je reste abasourdi.


— Je veux que tu étales ton jus sur moi, dépêche toi de venir…


Je m’empresse de saisir ma bite me commence à me branler tandis que Louise s’allonge sur le dos, le visage en dessous de mon pénis que j’astique énergiquement.

Elle ouvre la bouche, tire la langue, et je vois dans son regard le désir qu’elle éprouve à ce moment précis.

Je me branle à une vitesse impressionnante et rapidement je sens le plaisir monter, monter…

Au moment de jouir, Louise ferme les yeux, et un premier jet de foutre vient s’écraser sur la joue gauche de Louise, recouvrant sa paupière au passage. Très vite suivi par un second qui arrive en partie dans sa bouche et sur sa lèvre supérieure. Là, je ne résiste pas et enfonce ma verge dans la bouche grande ouverte de Louise qui reçoit alors les jets suivants directement dans la gorge et les avale goulument. Je retire mon pénis de sa bouche et l’utilise comme un pinceau pour étaler ma semence sur son visage. Elle a l’air d’apprécier en me regardant d’un oeil.

Pour terminer, elle repasse sa langue sur mon gland pour en récupérer le restant de sperme avant de me laisser libre et de filer dans la salle de bain se nettoyer le visage.


Lorsqu’elle revient dans la chambre, elle me lance:


— On va passer une bonne semaine…

Diffuse en direct !
Regarder son live