Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 663 fois
  • 100 J'aime
  • 6 Commentaires

Love Note

Chapitre 1

Prologue

Divers

Bonjour à tous.

Avant de commencer ce récit, je tiens à préciser qu’il s’agit d’un récit fictif, inspiré d’une œuvre japonaise très populaire, adaptée à mes fantasmes les plus inavouables.

J’espère que vous trouverez dans cet écrit ce que vous recherchez en entrant sur ce site. Je suis ouvert à toutes remarques, propositions, et conseils. N’hésitez pas à commenter !


Alors voilà, je m’appelle Léo, j’ai aujourd’hui 25 ans. J’habite proche de Lyon, en banlieue. Mes parents s’appelent Isabelle et Éric. Ils ont respectivement 47 et 51 ans. Mon père est cadre dans une grande entreprise et donc chargé de beaucoup de travail et de responsabilités. C’est un bel homme, il est grand, brun, drôle et très intelligent, mais il passe énormément de temps au travail. Ma mère est secrétaire pour un petit cabinet d’avocats. Elle a choisi ce job plus souple afin de garder du temps pour élever ses enfants, mes deux sœurs et moi. Mes sœurs sont de très jolies femmes, Clara et Juliette. Clara a deux ans de plus que moi et tient vraiment de sa mère: blonde, sportive, grande, un visage angélique avec de beaux yeux bleus. Elle a un caractère exemplaire. Juliette a deux ans de moins que moi. En tant que dernière de la famille, elle est plutôt rebelle, a tendance à être assez franche et sait appuyer là où ça fait mal. Son physique lui a été plutôt transmis de notre père car elle a une chevelure plus sombre, et un corps légèrement plus epais, tout en restant sportif. Sa poitrine est vraiment impressionnante. Grâce au travail de mon père, nous avons tous eu acces à une éducation sans problème financiers, nous vivons dans une belle maison.


Au cours de mon adolescence et jusqu’à aujourd’hui, j’ai pu apprendre sur ma personnalité et cela ne me fais maintenant plus aucun doute: J’aime le sexe. J’adore me faire plaisir et fantasmer, je ne me le cache pas. Je me masturbe tous les jours et j’ai déjà fantasmé sur globalement toutes les femmes de mon entourage. J’aime les femmes, qu’importe leur âge, origine, caractère, morphologie, je trouverais toujours un moyen de fantasmer et les désirer.


Je vais vous raconter à travers ce récit comment mes fantasmes et désirs sont finalement passés du côté réel, en d’autres termes comment je suis devenu une machine de sexe, destiné à satisfaire toutes les femmes de mon entourage.


Tout a commencé un beau jour de juillet, il y a environ 5 ans. J’avais à ce jour 20 ans et je faisais des études de mesures physique dans un IUT à Lyon. En vacances pour quelques semaines chez mes grands parents du côté de mon père, je discutai avec mon grand-père Hervé, un homme très intelligent, et très mystérieux, de par sa passion pour les différentes croyances, religion, rires et événements paranormaux. Il avait étudié au cours de sa vie toutes formes de mystères, et avait écrit plusieurs livres afin d’organiser ses connaissances, et les transmettre à la communauté.

Ce jour là, nous discutions de cette passion qu’il exerce, nous en sommes venus à nos personnalités, et je lui avoua ma passion pour le sexe, et les femmes de manière générale. Voyant que j’étais vraiment intéressé par ses recherches, et sincère à propos du secret que je lui confiais, il m’invita à sa bibliothèque.


Devant cette immense armoire très bien entretenue, remplie de haut en bas de livres de diverses couleurs de couvertures, il me dit:


— Je crois avoir ce qu’il te faut mon garçon. J’ai écrit un livre qui pourrait te permettre d’obtenir ce que tu recherche. Je ne m’en suis jamais servi, et je n’ai donc jamais pu prouver son efficacité, car je ne suis pas intéressé par ce qu’il propose, mais si je te le donne, tu pourrais peut être le tester. Si il marche, il t’apportera ce que tu recherche, et je serais vraiment satisfait d’apprendre de mon côté qu’une de mes créations se montre enfin opérationnelle. Qu’en dis tu ?


— Oui pourquoi pas papy. Dis-je légèrement blasé. Je ne vois pas vraiment ce que tes conseils pourraient bien faire changer radicalement dans ma vie, mais je veux bien essayer pour te faire plaisir.


— Tu te trompe mon jeune ! Ne sois pas si borné. Vois-tu, ce livre ne contient pas de vulgaires conseils, comme tu dis. Il recèle un pouvoir spécial, très puissant. Et c’est pour cette raison que si tu accepte de l’expérimenter, je voudrais que tu l’utilise avec la plus grande précaution, et que tu me consulte avant toute utilisation. M’expliqua-t-il. Tu pourrais me le promettre ?


— D’accord papy, alors montre moi ton bouquin magique, que je rigole ! Dis-je sur le ton de la moquerie.


Il sortit donc un livre vert olive, du quatrième étage de sa bibliothèque. Sur ce livre était écrit "Carnet d’amour". Il me le présenta, et ouvrit la première page, sur laquelle était écrit : Ce carnet appartient à ................. .


— Écoute moi bien petit gars, tu vas écrire ton nom sur cette ligne. Ce livre t’appartiendra et sera lié à toi. Les autres pages sont vierges. Si il marche, lorsque tu écriras le nom et le prénom d’une personne dont tu connais le visage, cette personne te désirera.

Si tu écris à la suite du nom de cette personne les détails de son amour pour toi, cela précisera les caractéristiques de son amour pour toi. Je ne te garantis rien, mais tu peux comprendre que si ça marche, tu auras un pouvoir qui pourrait s’avérer terrible.


— D’accord papy, je vais le garder, et je l’essayerai peut-être avec une fille qui me plait, pour te dire si il marche !


— Merci Léo, et s’il te plaît, ne parle de ça à personne, à part à moi. Ce livre pourrait être la cause de beaucoup de problèmes.


— Promis papy ! Dis-je d’un ton plus sérieux.


Deux jours plus tard je rentrais chez moi, emportant le carnet avec moi.

Une fois chez moi, étant toujours en vacances et très intrigué par ce cadeau mystique de mon grand-père Hervé, je voulais l’essayer. J’ai donc écrit mon nom au stylo sur la première page. "Ce carnet appartient à Léo Moulin". En passant à la page suivante, je découvris que le carnet était bien vierge. Je ne savais absolument pas quel nom écrire dessus. Pourtant, j’avais pleins de noms qui me venaient en tête... Toutes les filles qui m’avaient plu, que j’avais envie de voir nue, auxquelles j’avais rêvé en me masturbant, allant de mon premier amour datant du collège à la copine de mon meilleur pote, en passant par mes sœurs, qui étaient l’objet de mes premières découvertes à propos du corps féminin.

Il ne fallait pas que j’écrive n’importe quel nom. On ne sait jamais ce qui pourrait arriver avec ce livre. Je ne voulais pas qu’il arrive quoi que ce soit de grave à un membre de mon entourage, ni à n’importe quelle personne, je suis quelqu’un de bienveillant après tout. Je choisis finalement de ne rien écrire.


Quelques jours plus tard, mes sœurs étaient sorties voir leurs potes, et j’étais tout seul à la maison. Je proposais donc à Clémence, une amie de ma classe, de venir passer l’après-midi chez moi. Nous passions souvent quelques moments ensemble, nous nous entendons bien et même si ça n’est pas une amitié si complice qu’avec mes meilleurs potes, j’appréciais passer du temps avec elle. Je lui envoyais donc un sms:


— Ça te dis de venir à la mais’ cet aprem ?

— Avec plaisir ! me dit-elle.

— Cool, à toute ! lui répondis-je.


Elle est donc venue aux alentours de 13h. Elle portait un jean de coupe assez droite, et un long et large t-shirt blanc qui cachait plutôt bien ses formes. Je n’ai jamais su si elle était plutôt garçon manqué, ou très timide de ce côté là mais elle cachait toujours son corps derrière des t-shirts trop grands, et des pulls. Je savais ce qu’elle cachait la dessous, elle était très sexy. Une taille très fine et une poitrine très ronde. Son corps était vraiment source de mes fantasmes, ses longs cheveux roux légèrement bouclés allaient parfaitement avec son teint très pâle, qui rendaient ses seins vraiment attirants. Ses jambes étaient plutôt musclées, et ses fesses se mariaient à merveille avec sa taille fine. Je l’ai longtemps invité à s’habiller de manière plus sexy, pour plaire aux hommes qui lui t’apaient à l’œil, mais elle n’en faisait qu’à sa tête. Elle était studieuse et très belle, son visage sérieux m’encourageait à travailler, mais c’est autre chose que j’avais en tête aujourd’hui...

Diffuse en direct !
Regarder son live