Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 254 fois
  • 20 J'aime
  • 0 Commentaire

Lucien et Adeline

Chapitre 1

Avec plusieurs femmes

J’ai encore leurs goûts dans la bouche, ainsi que leurs odeurs sexuelles. D’abord la plus présente, celle de Lucienn dont la bite m’étonne toujours pas sa grosseur et sa langueur. Ensuite celle de sa chérie Adeline avec elle c’est différent: la cyprine est plus douce à mes papilles. Il n’empêche que comme voisins, je suis bien tombée après le départ de mon ex mari.

J’en étais réduite à me masturber souvent, sans atteindre la plénitude normale d’une baise. Je m’étais acheté deux godes, un pour le devant l’autre pour l’arrière: j’aime bien les doubles pénétrations. Avant je pratiquais cette formule avec mon mari dans mon cul et un de mes vieux amis dans le sexe. Rarement, j’aimais quand même, j’avais une autre bite dans la bouche. Amatrice de sperme, j’étais au moins servie. Après ma séparation je me suis quelques rares fois donnée un peu à n’importe qui du moment que j’en tirais un orgasme.

C’est vrai je suis sensuelle, j’aime baiser. Déjà quand je débutais, je devais avoir 14 ou 15 ans, je jouissais facilement avec mes copains/amants. J’avais mauvaise réputation puisque chez moi je me faisais engueuler par mes parents. Je m’en fichais puisque je continuais. Même après mon mariage, j’ai converti mon mari pour que nous baisions souvent avec des amis. Pour lui ami ne voulait pas dire fille, alors que j’aurais aimé qu’une femme au moins me baise.

C’est par hasard que j’ai découvert que mes voisins étaient échangistes. Un soir je remarquais que plusieurs couples venaient passer presque tout la nuit chez eux. Ce n’est pas le brouhaha qui me gênait, c’était que des filles seules venaient aussi.

Je connaissais assez bien Adeline pour me permettre de lui demander ce qu’il se passait chez eux. Elle ne voulait pas me répondre, elle m’invitait pour le samedi suivant à 22 heures. Nous habitions en face, c’était facile pour moi d’être chez elle, en retard, comme d’habitude. Je sonnais donc chez eux, un homme que je ne connaissais pas, totalement nu, avec une belle bite bandée, venait ouvrir la porte. J’entrais dans un appartement comme le mien, rempli d’une odeur très forte de sexe.

J’avais eu tord de m’habiller normalement: je serais venue toute nue que je ne déparais pas: personne ne portait de vêtement. Ce que je voyais c’était les couples qui faisaient l’amour sans gêne. Je me doutais bien que les femmes couchaient avec d’autres que leurs conjoints, pour mes voisins c’était la même chose. Je voyais Adeline occupée à embrasser une femme et Lucien baisait déjà avec une femme blonde plutôt mauvais genre.

Je ne devais pas faire tache dans le décor, celui qui était venu m’ouvrir m’embrassait déjà. Sa bouche était agréable, sa langue me faisait du bien dans ma bouche: je commençais à être excitée. Il m’a appuyée contre un mur, a posé sa main directement sur ma chatte. Je sentais ses doigts explorer mon sexe: je mouillais pas mal. Il m’a branlée sans doute trop vite puisque j’ai rapidement joui. Je le tenais par la bite que je branlais. Il m’a quittée après avoir jeté son sperme sur moi.

Adeline m’a aperçue, elle est venue m’embrasser aussi sur la bouche. C’était la première fois qu’une autre femme m’embrassait ainsi. J’appréciais cette liberté surtout quand elle m’a demandé de la caresser. J’ai posé ma main sur la chatte mouillée. Pour moi je sentais mon excitation grandir en la masturbant. Je ne sais trop pourquoi je l’ai emmenée chez moi, pour être plus tranquilles sans doute. Elle m’a suivie sans avoir peur du risque de nous montrer nues sur le palier, au contraire puisqu’elle m’a faite arrêter sur le palier pour m’embrasser longuement. Nous sommes allées dans ma chambre, seules à l’abri des autres. Quelque chose me disait que nous serions bien mieux chez moi.

Dans la chambre Adeline s’est couchée rapidement, sans que j’aie eu le temps de la caresser. Elle prenait ma main pour la poser sur sa chatte. Je comprenais qu’elle voulait une masturbation. Je lui ai caressé le clitoris plusieurs fois, tant qu’elle jouissait. J’ai enfin reçu sa main. Qu’elle douceur que sa main sur mon sexe; si elle m’a branlé le clitoris, elle n’a pas oublié de me doigter, d’abord avec un doigt pour finir par m’en mettre trois. C’était presque comme une bite. Ses va-et-vient m’ont faite jouir.

Nous nous sommes reposées un instant avant qu’elle vienne sur moi, sa bouche sur mon sexe et le sien presque sur moi. Sa langue était bien meilleure que celle de mon ex. Elle m’expédiait au 7° ciel rapidement. J’ai pu me mettre sur elle pour rendre ses faveurs. Je n’avais même pas l’appréhension de mettre ma langue sur son sexe: Je farfouillais bien un peu à son grand plaisir. J’allais dans des endroits inconnus. Particulièrement son anus que je trouvais agréable à lécher. Adeline forçait quand j’étais à cet endroit; j’ai su qu’elle voulait que j’entre ma langue dans son cul. Je l’ai durcie le plus possible pour y mettre la moitié. Je l’ai faite jouir avec une sodomie féminine.

Nous sommes restées ensemble un trop long moment: quand nous sommes revenues chez elle, il ne restait qu’un couple et son mari. Ils ne s’ennuyaient pas à les voir, ils faisaient une double pénétration à la femme. Nous nous sommes approchées pour mettre un doigt chacune dans les culs masculins. Nous avons ainsi hâté les orgasmes des participants.

La semaine suivante je rencontrais encore sur le palier Adeline que j’invitais avec Lucien pour tirer un coup à trois. J’en avais envie depuis longtemps. Elle acceptait avec plaisir en m’embrassant sur la bouche, comme deux amantes que nous étions devenues;

Et le soir, je recevais le couple presque nu. Lui portait un pantalon visiblement sans rien dessous et un t-shirt transparent, laissant voir ses seins. Elle portait une « robe » ultra mini courte: elle s’arrêtait à hauteur de son cul. Pour ma part je ne portais qu’une simple chemise d’homme ouverte complètement sur le reste du corps. La réception était des plus simples, un baiser sur le bouche aux deux et nous voilà embarqués pour les rivage d’Eros.

Lucien m’a entreprise presque de suite en me caressant les seins. Il me faisait un bien fou: mes pointes des tétons durcies bandaient dès qu’il me touchait. Je sentais derrière moi le corps et les seins d’Adeline qui me caressait le dos et les fesses. Je ne savais plus quoi faire, aussi je me laissais aller.

J’ai eu droit rapidement à une main de Lucien dans la chatte. Il m’a branlée lentement. Il me faisait un bien fou. Je sentais sur mon cul un doigt de sa femme. Adeline n’hésitait pas à entrer le doigt en entier dans l’anus. Je bougeais enfin; ma main droite cherchait l’entrée de la chatte de mon amante. Elle écartait les cuisses légèrement pour que ma main atteigne son objectif. Je sentais la douceur de son sexe sous ma main pour arriver sur le clitoris que je ne ménageais qu‘à peine. Je la sentais se crisper en jouissant. Elle passait sa main devant, chassant la main de son mari. J’en profitais pour le branler. Il y avait pas mal de temps que je n’avais pas de sexe bandant dans ma main, aussi je ne me privais pas de le masturber. C’était excitant de sentir et les doigts sur ma chatte et cette bite bien dure.

Dans la chambre c’est Lucien qui m’a sucé le devant, pendant qu’Adeline passait sa langue dans mon cul. N’en pouvant plus, Lucien est monté sur moi. Je sentais sa bite entre mes jambes, Adeline me caressait les seins. Enfin d’un seul mouvement Lucien m’a baisée. Quelle différence avec un gode, c’était chaud, souple et dur à la fois. Ca entrait profond sans que je force. J’ai rapidement joui.

Il m’a retournée, je me suis mise en levrette: mon cul était à sa disposition, c’est encore sa femme qui a enduit l’anus avec ma cyprine et la sienne. Elle est venue sous moi: je n’avais qu’à baiser la tête pour la sucer, ce que je faisais avec grand plaisir. J’étais à peine ma langue dans le con de sa femme quand Lucien m’a enculée. Il savait réellement sodomiser les femmes; non seulement je n’ai pas eu mal, mais j’ai jouis trop vite. J’oubliais de dire que la langue d’Adeline passait sur mon clitoris. Le couple m’envoyait au 7° ciel sans arrêt. J’ai joui je ne sais combien de fois à la file.

Quand Lucien est sorti, il n’avait pas encore joui. Il s’est retourné vers Adeline qui n’attendait que ce moment. J’étais une simple spectatrice qui se masturbait les voyant le couple se faire l’amour. C’était à la fois érotique et amoureux. Je sentais les sentiments qu’ils avaient l’un pour l’autre. Elle mettait ses jambes autour de la taille de son mari. Il la limait sans cesse, pour finalement la retourner sur le ventre pour l’enculer. Elle ne se mettait pas en levrette: elle lui donnait son cul simplement, facilement. J’avais la tête posée sur les fesses de mon amie: je voyais cette bite qui entrait lentement au début et bien plus vite à la fin dans ce cul ouvert. Je ne pouvais me retenir: je me branlais encore. J’ai senti quand il jouissait enfin. Quand il sortait sa bite des boyaux d’Adeline, il coulait un peu de sperme de son cul. J’allais le lécher.

Souvent je passe l’après-midi avec Adeline; nous baisons à chaque fois, chez elle ou chez moi. Nous nous faisons souvent surprendre par Lucien qui en petit voyeur qu’il est nous regarde longuement avant de venir la mettre à l’une ou l’autre.

Diffuse en direct !
Regarder son live