Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 17 729 fois
  • 141 J'aime
  • 5 Commentaires

Mademoiselle Frédérique

Chapitre 1

La transformation

Travesti / Trans

J’arrivai seul au camping de Fréjus un mardi soir, ma copine m’avait laissé tomber, il y a trois jours pour un grand et beau mec, elle me trouvait trop gringalet. Impossible d’annuler et je pensais que voir la mer me changerait les idées.

Me voyant seul dans mon coin, une voisine m’invita à boire avec sa copine. En moins de cinq minutes, je me retrouve entouré de deux jolies femmes Noémie et Chrystelle. Elles étaient serveuses dans un bar sur la plage et aujourd’hui c’était leur soir de repos. Après leur avoir raconté mes malheurs amoureux, elles décidèrent de m’emmener dans une boîte de nuit pour me remonter le moral.

Après avoir fait la fête toute la nuit, je me levai avec un mal de tête et avec tout mon budget de vacances dépensé en une nuit. Me voyant aussi dépité, Chrystelle me dit que Maurice leur patron cherche une troisième serveuse.


— Merci, mais je ne suis pas une fille ! Dis-je.

— Mais nous aussi ! Me répondit Noémie.


Elles m’expliqueraient qu’il y a trois ans, elles étaient deux charmants garçons sans-le-sou et on leur avait proposé le même job et après deux mois en femme, elles avaient décidé de rester et avaient commencé leur transition.


— Mais, je ne veux pas devenir une fille et jamais de la vie je pourrais passer pour une femme.

— Écoute, laisse nous faire, on t’avance l’argent pour les vêtements, l’esthéticienne, le maquillage, etc. Si à la fin tu passes pour une femme et tu as le job, tu nous rembourses sinon tu n’as rien à payer.


Le dos au mur, j’acceptai.

La première étape de ma transformation fut l’esthéticienne. Je n’étais pas vraiment poilu, mais d’après mes nouvelles amies, c’était un passage obligé.

L’expérience fut particulièrement douloureuse, mais une fois finie, on me mit un tissu sur le visage pour me calmer puis je m’endormis. Au réveil, je vis que des seins avaient poussé sur ma poitrine. Je bondis de la table, ouf ! Mon service trois pièces est là. L’esthéticienne m’expliqua qu’il s’agit de prothèses qui sont collées sur ma peau. L’effet est bluffant,

Noémie et Chrystelle rentreraient dans la pièce.


— Tu es magnifique ma chérie ! Regarde-toi dans le miroir.


Là, je vis un magnifique corps de jeune fille, une peau blanche sans poils, de longues jambes sans fin, de magnifiques bras avec de petites mains et pour finir, de jolis petits seins en poire. Mon petit sexe d’homme commençait à bander jusqu’à ce que je voie mon visage en dessus de ce corps.

Chrystelle me donna un magnifique soutien-gorge, il était blanc, tout en broderie. Elle m’expliqua comment le mettre en passant mes bras dans les bretelles, puis en me penchant vers l’avance afin de bien faire rentrer les seins dans leur corbeille et enfin elle me régla les bretelles. Ensuite, elle me tendit un tanga blanc assorti toute en broderie où mon petit sexe d’homme trouva bizarrement rapidement sa place. En remettant mon jean, j’avais une drôle de sensation, sans mes poils, je sentais plus le tissu un peu raide.


— Viens, on va finir le travail. Me dit Noémie en me mettant une blouse de coiffure autour du cou.


La coiffeuse enleva l’élastique de mon catogan puis après avoir lavé mes cheveux, elle me posa de gros bigoudis avec un produit qui sent extrêmement mauvais. Enfin après 1h30 de brossages, de séchages et de divers produits, mes cheveux ont triplé de volume et font de remarquables boucles tout autour de ma tête comme sur la photo au-dessus de moi. C’était devenu une magnifique crinière blonde et dorée et mon visage était maintenant celui d’une femme.


— Je vous ai fait une permanente, c’est plus facile à entretenir, expliqua la coiffeuse.


Chrystelle et Noémie ont décidé de s’occuper personnellement de mon maquillage. Elles ont commencé par enlever mes derniers poils de barbe. Puis elles étaleraient un cache barbe, ensuite elles appliqueraient du fond de teint.


— L’application d’un bon fond de teint est la base du maquillage. Me précisa Noémie.

— Il faut utiliser une éponge afin d’avoir un résultat parfaitement uniforme. Rajouta Chrystelle.


M’expliquant une à une les étapes d’un maquillage parfait, mon visage se transforma peu à peu pour devenir celui d’une magnifique jeune femme.


— Il nous reste plus qu’à habiller notre petite poupée ! Dirent-elles en chœur, en me donnant un collant couleur chair.

— Comme tu n’as pas le temps de bronzer, je te conseille de mettre un collant. Celui-ci est un 10 deniers, il est très fin.


L’effet du collant fut immédiat, mes jambes toutes blanches étaient maintenant dorées, décidément les femmes avaient plus d’astuces que nous les hommes pour séduire. Mais je finis par me mettre à bander comme jamais, impossible de calmer cette érection. Chrystelle se mit à genoux et baissa mon slip, commença à sucer ma verge, je fus pris d’un spasme. Jamais je n’ai eu pareille sensation, elle embrassa le bout de mon gland puis, elle caressa ma verge entièrement épilée avec sa langue. Avec son piercing, il y avait un mélange de chaud et froid. Juste quand mon liquide pré-éjaculatoire commençait à sortir, elle se mit à lécher mes testicules. Elle réussit à jouer comme ça pendant 10 minutes sans que j’éjacule enfin quand elle le décida elle avala mon sperme puis elle le partagea avec moi dans un baiser langoureux.

Je ne sortis de ma torpeur que lorsque Noémie me dit :


— C’est la meilleure pour ça.


Elle me donna aussi une pilule rose,


— Avec ça, ton sexe ne sera plus en érection, mais attention, tu pourras toujours éjaculer. Je te conseille d’utiliser des serviettes hygiènes le temps d’apprendre à te contrôler.


Chrystelle qui avait remis de son rouge à lèvres me donna une jolie robe à fleurs. Je la passai, j’ai tout de suite adoré l’effet du tissu si doux sur ma peau récemment imberbe, c’était beaucoup plus léger que mes vêtements d’homme. Ce petit morceau de tissu caché juste ce qu’il fallait. Elle me donna également une paire de sandales compensées de six centimètres.


— Il faut t’habituer, car ce sera dans ton uniforme.


Je te retournai pour me voir dans la psyché. Mon reflet n’avait plus rien de masculin, mes longues jambes sans fin dorées, ma petite poitrine qui pointait, des boucles d’un blond vénitien entourèrent mon visage parfaitement maquillé. Je ressemblai à une belle jeune femme et grâce à la pilule, mon petit sexe se tient tranquille.

Noémie et Chrystelle dirent ensemble :


— Voici un magnifique papillon qui sort de la chrysalide !

— Allons déjeuner, car moi je n’ai rien mangé. Lança Noémie en regardant Chrystelle.


Je fis maladroitement trois petits pas pour sortir de l’institut de beauté.

Diffuse en direct !
Regarder son live