Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 955 fois
  • 2 J'aime
  • 0 Commentaire

Madleen au Kiné

Chapitre 1

Hétéro

Depuis deux ans, Madleen épouse d?un ingénieur très important, elle n?avait eu de liaison. Il ne lui serait pas venu à l?idée de s?engager dans une affaire aussi prenante alors que les préparatifs de la soirée battaient leur plein. Mais les meilleures liaisons m?étaient jamais prévues d?avance.

Elles arrivaient dans votre vie et vous prennaient au dépourvu comme un digestif capiteux après le diner. Un verre en entraîne, un autre et, sans vous être rendu compte de ce qui vous arrive. Vous vous retrouvez délicieusement gris. C?est ainsi que Madlleen s?était fait prendre par surprise, trois semaines plus tôt. Un massage dans le bureau d? Estéban Gonzales.


Estéban Gonzales avait la chance d’avoir un métier dont il ne s’était pas encore lassé après une dizaine d’années de pratique. Il avait toujours le même plaisir à tenter de soulager la douleur des personnes qui le consultaient par le seul emploi de ses mains. Son activité était plus ou moins agréable en fonction du type de problème rencontré, mais aussi en fonction du profil de ses patients ; et de ce point de vue il avait un penchant singulier pour la gent fémini. Déjà tout petit, Estéban nourrissait une fascination pour les femmes, les percevant comme des êtres à la fois magiques, mystérieux et inaccessibles. En grandissant, ces sentiments se transformèrent en désir plus voluptueux ; Il était extrêmement sensible à leur voix souvent douce et mélancolique, à la finesse et à la fluidité de leur corps, à leur façon délicate et un brin nonchalante de se mouvoir, à la douceur et aux exhalaisons fruitées de leur peau. C’est donc naturellement que sa clientèle fut essentiellement constituée de femmes. De temps en temps, il arrivait que l’une d’elle lui fasse sentir qu’elle en voulait un peu plus, en demandant une séance spécial massage, en portant des dessous suggestifs, ou plus simplement en le regardant de manière insistante.


Madleen se trouve au centre de kiné, un bon massage lui fera le plus grand bien. Arrivée au centre de kiné, comme prévu, je vais directement a salle du bain. Minutes plus tard.....Elle alla jusqu’à une cabine de massage. La séance pouvait commencer. Madleen est une oeuvre d?art ! Son corps à lui tout seul synthétise la grâce et la force, la rondeur et la sveltesse, la douceur et la volonté...


elle incarne une féminité libre, sauvage, sensuelle voire lascive autant que sage, pure et maternelle.... longues jambes et chevilles efillées, hanches rondes, la taille fine, des seins plutôt petits, dermes, à la fois ronds et pointus, haut pechés, un peu arrogants peu-être.....ses bras aux longs muscles fins, son cou gracile et son visage de petite tigresse asiatique: un visage triangulaire; un front légèrement bombé que couvre une frange de cheveux noirs, brillants et raides; des grands yeux en amande s?un gris étonnant; un petit nez presque enfantin; des oreilles délicatement ciselées, une bouche mutine aux lèvres gourmandes, un peu épaisses, un sourires irrésistibles qui pique sous sa joue droite une fossette ravageuse de candeur perverse. Madleen a un cul superbe.



— Allez mettrez une servitte en allongez-vous sur la table


L?air dégage, il indiqua la porte de la salle de bains personnelle.

Madleen enleva son justau-corps et s?enveloppa dans la serviette rose qu?il lui avait obligeamment fournie. Il ferme la porte et la clarté soudaine de l’endroit la fait mal aux yeux, il baisse la lumière et lui propose de s’allonger sur le ventre. Il lui demande de retirer sa serviette avant de s’allonger sur la table. C?était la dernière chose à laquelle elle aurait songé en s?installant à plat ventre sur la table et en s?abandonnant aux mains expertes de Estéban Gonzales.


— Voyons, Madleen, réprocha Estéban Gonzales. Il ne faut rien mettre pour ce genre de massage. Ces huiles font des dégats irréparables et je ne voudrais pas abîmer une culotte à cinquante dollars. Elle en resta stupéfaite.

Comment savait-t-il que sa culotte valait cinquante dollars?


— ?a ne fait rien, rétorqua-t-elle vivement.

— Mais non, ça ne fait pas rien. Allons, Madleen, pas de pudibonderie !

— Laisse toi aller, lui dit- Estéban.


Elle hésita une fraction de seconde. C?était ridicule ! Pourquoi s?acharner à lui cacher son cul ? Elle avait un très joli cul même. Son Mari lui avait dit. Elle porta les mains à ses hanches et, maladroitement, se tortilla pour se débaradder du vêtement indésirable. Avec une assurance désinvolte, Estéban Gonzales l?aida à l?enlever complètement. Madleen essuie une sueur sur son front lisse. Elle sourit, ses yeux se ferment un instant, une petite fossette se dessine au cruex de sa joue lui donnant un air d?enfant espiègle. Elle se laisse aller à la delectation de sa rêverie langoureuse, il lui semble que le kiné est là tout près.LLô essuie une fine sueur sur son front lisse. Elle sourit, ses yeux en amande se ferment un instant, une petite fossette se dessine au c- C?est beaucoup mieux. Commenta-t-il en pressant un fracon de plastique pour lui enduire les fesses s?huile odorante. Quelle sensation ! ?a l?alluma instantanément, l?huile s?infiltrait dans sa raie et Estéban Gonzales trouva à la base de son épine dorsale un point particulièrement sensible. Elle laissa échapper en petit hoquet de plaisir lorsqu?il s?y attaqua.


— ?a fait du bien, heim ?

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— ?normement, répondit Madleen en espérant que sa voix ne trahirait pas son trouble.


Comme promis, il continua et employa des huiles parfumées, avec fermeté et sensualité, il lui frictionna les épaules, les dos, les bras, et da colonne vertébrale. Ses doigts agiles n’oublient aucun centimètre de peau. Alors, de sa nuque, elle passe aux flancs, à ses reins, à ses épaules. Elle subit complètement ces actions bienfaitrices.

Puis il s’attaque au bas de son corps. Ses mains chaudes et grasses d’huiles essentielles la pétrissent la plante des pieds. Il joue avec chacun de ses orteils, glisse ses doigts partout sans la chatouiller. C’est divin et cela la trouble beaucoup.Ses longs mouvements continus et langoureux la font du bien. Il doit savoir l’effet de ses massages et cela est étourdissant. Elle garde les yeux fermés et patiente, impatiente.


— On se retourne maintenant.

— Se retourner ? Elle était nue, vulnérable et en proie à une violente excitation sexuelle.


Qu?est-ce qui allait suivre si elle obtempérait ? L?amour ? Avec un moniteur d?éducation physique ? Elle méritait mieux que ça, même si Estéban Gonzales était la fureur du moment. Madleen était une élève appliquée, pendant deux ans, elle avait negligée sur le plan sexuel et, soudain, elle se sentit comme un survivant du désert, incapable d?étancher sa soif.


Il stoppe ses doigts entre ses cuisses à la limite de son sexe qu?elle sent palpiter pendant qu’il la caresse clairement les seins, écrasés sur la table Madleen sent son pantalon frôler son visage.Il s’est encore penché sur elle et la femme sent clairement son sexe raidi au travers de son pantalon avec des mouvements de la tête.Le rythme, vulgaire, de cet homme qui passe son doigt lentement sur l’entrée dégoulinante de son sexe la rendent folle de désir. Il se demande ce qu’il doit faire. Partir en courant ? Faire comme s’il n’avait rien vu ? Ou profiter de la situation ?!!!



— Mmmmmm.


— C’est booon, ne t’arrête pas, s’il te plaiiit.


Son kiné doit être lui aussi tres excité car elle sent qu’il bouge son bassin à la rencontre de son visage.continue de passer lentement ses ongles du haut de son ventre jusqu’à son clitoris qu’elle évite de peu systématiquement. elle ne sait pas comment réagir. Elle est à la fois très excitée et effrayée.

Elle sent les mains de l’homme la relever le visage et il se colle la verge contre la joue. Alors, Estéban a sorti sa queue et a commencé à se branler doucement.


Maintenant elle lui embrasse tendrement le sexe sur toute la longueur. Il a une bite ni trop grosse ni trop petite et le parfum qui s’en dégage l’enivre. Il gonfle à vue d’oil pour atteindre rapidement la pleine érection.A ce moment sa bouche rencontra le gland ,arrondis les lèvres et le laisse la pénétrer la bouche comme il le désire. Elle ouvrant pour accueillir toute la bite dressée. Elle avait un goût légèrement salé mais était très propre et elle se mit à la pomper avec plaisir. Madleen se mit à donner quelques petits coups de langue sur le gland.Il continue néanmoins ses allers-retours dans sa gorge et alors qu?elle sent sa bite palpiter, recule et il remplit sa bouche de son sperme. En de longues giclées assez puissantes, il se vide les couilles dans sa bouche.


— Estéban ! Je veux que tu me baises, bourre-moi la chatte encule moi, vient vite.



— Tu es un peu folle Madleen ! Disait Estéban Gonzales.


Il avait raison. Elle était folle de se compromettre avec lui. Mais quel plaisir lui procurait chacune de ces secondes de volupté clandestine.


Elle eut un orgasme en peu de temps.


— Je te conseille de prendre une douche, il faut toujours après un bon massage.


Et il l’accompagne jusqu’aux vestiaires maintenant déserts.et quelques instants plus tard, il quitte la pièce sans un mot.



Fin


Vos comentaires sont toujours les benvenus


Ici, S?o Paulo - Brésil

?crivez-moi, irl@hotmail.com

Ivan Ribeiro Lagos

Diffuse en direct !
Regarder son live